Témoignages

À la demande de certains des lecteurs et pour faciliter leur consultation, les témoignages démontrant l’efficacité du régime hypotoxique sont maintenant regroupés  sous le titre « Témoignages ». C’est pourquoi, l’administrateur de mon blogue a regroupé les commentaires parus en 2011 et leur a accolé la date de 2012/01/03. Pour les commentaires ainsi classés,  j’ai sélectionné  uniquement les parties qui témoignaient des effets positifs du régime. Il va s’en dire que les commentaires complets apparaissent toujours dans leur forme originale et sous la date de leur envoi dans les parties inscrites sous le terme « Commentaires, questions, ou autres ».  Par contre, à partir de  janvier 2012, les gens ont pu  livrer directement leur témoignage dans la partie Témoignages » identifiée comme telle en haut de la page d’accueil  du blogue.

Il existe également sur ce blogue une partie intitulée « Témoignage spécial ».  Cette section peut être consultée à partir de la classification « Catégories »  placée à gauche de l’écran; vous trouverez ces témoignages  en descendant au 16 ième item/17 items. En fait, il s’agit de témoignages que je trouvais  importants et que je désirais mettre plus facilement à la portée des gens intéressés particulièrement par les témoignages.  Ces témoignages sont toujours visibles également dans les sections où ils avaient été  envoyés originellement par leurs auteurs:  questions,  commentaires ou autres.
Jacqueline Lagacé

Juillet 2012

Je fais parfois un ménage dans les témoignages pour enlever les commentaires qui n’ont  aucun lien avec un témoignage.  Je me suis assurée d’introduire sous forme d’un article ou d’un commentaire les informations qui n’étaient  pas déjà présentes ailleurs sur le blogue.

N.B.: pour lire les témoignages, il faut dérouler le texte.

640 réponses à “Témoignages

  1. christine

    bonjour madame,
    j’ai bien lu votre réponse sur l’epeautre, il y a du gluten,
    mais est ce possible que certain gluten sois non allergène ?
    parce que là, c’est incroyable de l’annoncer non allergène .

    • Jacqueline

      L’épeautre est du blé, donc contient le même type de gluten avec la seule différence que la quantité est moindre.

  2. Annick

    Bonjour madame,
    J’ai acheté tous vos livres et je suis le régime hypotoxique depuis près de quatre mois. Du moins en partie c’est à dire que j’ai supprimé le gluten, les produits laitiers et le maïs. Mais je n’ai pas changé mes modes de cuisson. Mon mari tient beaucoup à la viande et au poisson grillés …
    Mes douleurs cervicales pour lesquelles j’avais entrepris ce régime n’ont pas disparu. J’avais espéré une amélioration au moins partielle car je fais très attention à l’éviction des aliments interdits. Pensez-vous que je puisse continuer d’espérer un petit résultat en continuant de cette façon ? Le mode de cuisson a-t-il autant d’importance ce que le choix des aliments ?
    Merci de vos conseils.
    Bien à vous,
    Annick

    • Jacqueline

      Vous ne précisez pas si vous avez éliminé tous les sucres raffinés et la nourriture ultra-transformée qui contient beaucoup d’ingrédients interdits dans la diète hypotoxique, c’est également très important. Oui, la cuisson à base température des protéines animales a son importance. Je vous rappelle que si vous avez lu mon premier livre, j’ai mis 16 mois à me débarrasser complètement de la douleur aux vertèbres cervicales qui irradiaient dans mon épaule gauche. Il faut être patient avec certaines douleurs plus tenaces que les autres. Bon courage, vous ne le regretterez pas.

  3. Laetitia Buisson

    Bonjour,

    Je souffre depuis 22 ans de troubles anxieux, troubles du sommeil, tocs et depuis quelques mois problèmes de vessie hyperactive ce qui aggrave mes insomnies…je suis en invalidité…je souhaiterais dans un premier temps éliminer le gluten, j ai lu certains témoignages sur le gluten et sa possible implication dans les tocs…ces idées.obsessionnelles pourrissent ma vie et ce problème de vessie aussi. Qu’en pensez vous ? merci. Bien cordialement

    • Jacqueline

      Je pense sincèrement que la diète hypotoxique bien suivie, pas seulement l’élimination du gluten, pourrait vous aider à surmonter vos différents problèmes.

  4. Jacqueline

    Que pensez-vous des lectines?

  5. lmongrain

    Bonjour,
    Je suis la diète hypotoxique depuis août 2017. Je souffre de fibromyalgie et de lupus. Mon taux d’inflammation était élevé, à mes prises de sang à l’automne mon taux avait baissé. En février suivant, mes autres tests indiquaient que mon taux avait encore baissé, il était presque normal. C’était très encourageant, je croyais avoir enfin trouvé la solution à mes problèmes de santé. Mais voilà que mon taux remonte, j’aimerais savoir si d’autres personnes ont vécu la même chose. Et si la poursuite de la diète les a aidés?
    Merci

    • Jacqueline

      Malheureusement, il arrive parfois qu’en changeant sa diète, on consomme par exemple beaucoup plus d’un aliment comme par exemple le riz; chez des individus auant une prédisposition à développer des intolérances alimentaires, de nouvelles intolérances peuvent se développer. Si j’étais à votre place, je commencerais un journal quotidien pour tenter d’identifier votre ou vos nouvelles intolérances.

    • lmongrain

      Merci pour votre réponse Mme Lagacé. Je vais noter ce que je mange. Encore merci à vous.

  6. Cohen Gladys

    Chère Madame Lagacé, je suis depuis très longtemps une de vos ferventes lectrices . Et Dieu sait que j’en ai fait vendre de vos livres à mon entourage.
    Je voudrais savoir ce que vous pensez de l’épeautre non hybridé , d’une fameuse sainte Hilldegarde….
    Elle prétend que ce n’est pas du blé et que c’est une céréale qui contient un peu de gluten mais pas de blé.
    Merci pour votre réponse.
    Gladys Cohen

    • Jacqueline

      L’épeautre hybridé ou non, c’est du blé et il contient du gluten. Il suffit de petites quantité de gluten pour affecter les gens qui y sont sensibles.

  7. Jocelyne Mallez

    Bonjour madame,
    Deux membres de ma famille et moi même souffront de la maladie Dupyutren, a un degré différent. Personnellement j’ai arrêté le lactose en 2003 et le gluten en 2012. Ma sœur a arrêté le gluten en 2011. Son fils se nourrit de façon classique.
    Pouvez vous nous aider en me disant ce que nous pourrions faire? Le médecin homéopathe que je vois m’a dit que c’était la maladie des routiers (je roulais 1000km par semaine ces trois derniers années. Depuis que j’ai arrete cela diminue un peu).
    Merci pour votre réponse.
    J’ai cherché dans votre blog que je consulte très régulièrement mais je n’ai rien trouvé.
    J’ai arrete le lactose pour soigner une tendinite.
    J’ai arrete le gluten et depuis je n’ai plus d’herpès. Si je fais un écart j’ai au choix de la sciatique, des douleurs articulaires, des maux de ventre, des maux de tête, des insomnies très longues.
    J’ai arreté la viande et la charcuterie il y a trente cinq ans et depuis je n’ai plus d’eczéma dont j’étais couverte chaque été.
    Bien à vous

    • Jacqueline

      Bonjour, Tout d’abord j’aimerais être rassurée, à savoir que vous avez bien éliminé la consommation de produits laitiers et non pas seulement le lactose. Ces termes sont un peu confondant car éliminer seulement le lactose veut dire éliminer seulement le sucre du lait (lait sans lactose) tout en continuant à consommer les protéines du lait, soit majoritairement les caséines qui sont pro-inflammatoires.

      En fait, la meilleure façon de lutter contre cette maladie est de suivre parfaitement la diète hypotoxique décrite sur ce blogue et dans mes livres. Cela veut dire également éviter tout le junk food et les aliments transformés et les sucres ajoutés.

  8. Corinne Dupont

    Bonjour que pensez vous de cette etude?
    Merci
    Vitamine D et oméga-3 : des suppléments qui n’apportent rien de plus ?
    La prise de compléments alimentaires est devenue une habitude
    très répandue. Aux États-Unis, le nombre de personnes prenant des
    compléments à base d’huiles de poisson a été multiplié par 10 au
    cours de la dernière décennie et celui des personnes prenant de la
    vitamine D par 4. L’objectif est une amélioration de la santé.
    L’origine de ces comportements vient de quelques publications
    suggérant les bienfaits de ces supplémentations. Les travaux
    concernant l’intérêt des huiles de poissons sont toutefois contradictoires et limités à la prévention
    secondaire. Quant à ceux, très nombreux, concernant les bienfaits de la vitamine D sur le risque de
    cancer, s’ils suggèrent qu’un taux faible de vitamine D est associé à un risque élevé de cancer, ils laissent
    planer le doute sur l’efficacité de la supplémentation.
    Deux nouvelles publications apportent leur contribution au débat. Elles concernent un essai randomisé
    contrôlé contre placebo, impliquant 25 871 personnes. Les hommes sont âgés de plus de 50 ans et les
    femmes de plus de 55 ans. Ils ont reçu de la vitamine D, à la dose quotidienne de 2 000 UI, et des oméga-
    3, à la dose quotidienne de 1g. Le suivi médian est de 5,3 ans. Il s’agit donc sans doute de l’étude la plus
    vaste et la plus longue sur le sujet.
    Pas d’effet sur le risque d’événements cardiovasculaires ni de cancer
    Les résultats vont décevoir un certain nombre de personnes convaincues d’améliorer leur santé par ces
    compléments alimentaires. Car il n’apparaît pas que la supplémentation en oméga-3 apporte un bénéfice
    vis-à-vis du risque de survenue d’un ensemble d’évènements cardiovasculaires (infarctus myocardique,
    accident vasculaire cérébral et décès de cause cardio-vasculaire : Hazard Ratio HR 0,92 ; intervalle de
    confiance à 95 % IC 0,80 à 1,06). Il est constaté toutefois une réduction du risque d’infarctus du myocarde
    (0,72 ; IC 0,59 à 0,90), mais ceci est à considérer avec prudence étant donné l’absence d’ajustement pour
    les facteurs confondants. La supplémentation en vitamine D n’apporte pas non plus d’avantage en
    matière de décès par cancers (HR 0,96 ; IC 0,88 à 1,06). L’analyse par type de cancer n’est pas plus
    encourageante, puisqu’il n’apparaît pas de réduction du risque de cancer du sein, de la prostate ou
    encore du côlon.
    L’éditorialiste du New England Journal of Medicine remarque que cette étude incluait un grand nombre
    de participants, représentant assez fidèlement la composition de la société américaine. Il note aussi
    qu’un certain nombre de participants avaient, au démarrage de l’étude, un taux bas de 25 OH-vitamine D
    (moins de 20 ng/ml) et que, même pour ces derniers la supplémentation n’a pas eu d’impact sur le
    nombre de cancers invasifs, de quelque type que ce soit.
    Dr Roseline Péluchon
    RÉFÉRENCES
    Manson JE et coll. : Vitamin D Supplements and Prevention of Cancer and Cardiovascular Disease – N
    Engl J Med 2019; 380:33-44
    Manson JE et coll. : Marine n−3 Fatty Acids and Prevention of Cardiovascular Disease and Cancer- N Engl
    J Med 2019; 380:23-32

    • Jacqueline

      Votre commentaire-question et ma réponse sont publiés dans le segment « Débats »

  9. Bonjour,
    J’ai 34 ans aujourd’hui et je souffre de Polyarthrite Rhumatoïde depuis 22 ans. La maladie s’est déclarée subitement à l’âge de 13 ans, mes mains ont été les premières touchées et présentent depuis l’été 1997 de graves déformations.
    Je me permets de préciser que ma sœur jumelle (homozygote) n’a pas contracté la maladie et que mon arrière-grand-père paternel souffrait de PR lorsqu’il était âgé.
    Au fil du temps j’ai appris à vivre avec des douleurs quasi permanentes et très invalidantes de jour comme de nuit. Aucun médicament ne pouvait plus, désormais, me soulager, les traitements de fond (méthotrexate /Humira) ne me donnaient pas l’impression de stopper l’évolution de la maladie.
    Au fil du temps de nouvelles articulations étaient touchées (dans l’ordre : les mains ; genoux, poignets, épaules, pieds, hanches…etc) et ne me permettaient plus de vivre normalement. Les douleurs étaient devenues très vives, insupportables et intenables car elles ne s’arrêtaient jamais, il fallait vivre avec de façon permanente et cela me fatiguait beaucoup.
    Alors que je ne pouvais plus poser le pied par terre pour marcher, que je ne pouvais plus me mouvoir : conduire, me peigner, m’habiller… et que j’avais le sentiment d’être « un robot », j’ai pris conscience cette année que j’étais devenue handicapée.
    J’ai réalisé que je ne pouvais pas rester dans cette situation. Ma mère m’ayant fait essayer le régime Seignalet à l’âge de 15 ans, j’ai été contrainte de l’arrêter au bout de 4 mois car j’avais perdu plus de 10 kilos.
    J’ai décidé récemment (fin novembre 2018) de changer d’alimentation et d’éliminer les laitages, le gluten, la viande en favorisant un régime hypotoxique. En seulement 6 jours, les douleurs que je subissais depuis 22 ans et contre lesquelles aucun traitement ne pouvait rien sont devenues presque inexistantes. Cet état perdure depuis 3 semaines maintenant. Je ne sais pas s’il s’agit d’un miracle mais ce dont je suis sûre est que ce changement est lié à mon changement d’alimentation. Depuis lors, je peux me mouvoir normalement.
    Je tenais à vous présenter mon témoignage et à remercier Madame Lagacé pour la création de ce blog qui m’a fait comprendre qu’il y avait de l’espoir et qu’il était possible de se sentir mieux avec un nouveau régime alimentaire.
    Sophie

    • Jacqueline

      Chère Sophie, merci pour votre témoignage vraiment extraordinaire. Je n’ai pas de mots pour vous dire à quel point votre témoignage me touche profondément et me démontre la nécessité de mon blogue et renforce ma détermination de faire tout ce que je peux pour réussir à faire changer la loi médicale au Québec. Seul un changement de la sorte peut favori véritablement la démarche de santé intégrative, laquelle démarche permettra d’améliorer et d’élargir la variété de soins disponibles pour traiter avec plus d’efficacité et beaucoup moins d’effets secondaires principalement les maladies chroniques.

      Le fait que votre soeur jumelle (homozygote, ce qui signifie qu’elle a exactement les mêmes gènes que vous) n’ait pas développé la polyarthrite rhumatoïde prouve une fois de plus que la présence d’une prédisposition génétique n’entraîne pas nécessairement la maladie et que c’est la présence d’un facteur environnemental qui en favorise l’expression. De façon générale, les études sur les facteurs épigénétiques (qui sont généralement des réponses aux facteurs environnementaux) compteraient pour une valeur moyenne de 80% dans l’expression des gènes prédisposant à une maladie. Dans un cas comme le vôtre, on peut émette, entre mille hypothèse, qu’il est possible qu’une infection et/ou un traitement prolongé d’antibiotique par exemple ait pu favoriser l’expression de gènes prédisposant à la polyarthrite rhumatoïde.

    • Naniluce

      Merci pour votre message porteur d’espoir! Bonne continuation!!!

  10. DOSSE

    Bonjour,

    Je reviens vers vous pour vous tenir informée de mon état. Je vous avais contacté au mois d’août pour vous expliquer l’infla Chronique de la vessie que je connais depuis maintenant 14 ans. Cette inflammation est devenue très régulièrement insupportable et m’empêche de dormir la plupart des nuits. Suite à votre réponse et à ce que je lisais dans vos articles, j’ai pris rendez-vous avec un nouveau médecin traitant qui allait peut-être enfin m’écouter. Le médecin que j’ai rencontré m’a expliqué avoir certains patients avec des symptômes comme les miens (enfin un docteur qui ne m’a pas dit que tout est dans ma tête!). Il m’a expliqué qu’il fallait explorer toutes les pistes jusqu’à ce qu’on trouve l’origine de cette inflammation. J’ai d’abord fait une échographie et un bilan sanguin. Tout était normal. Ensuite il m’a fait passer le test BARBIER pour déceler une éventuelle intolérance ou allergie à un aliment. Ce test a monté une intolérance très élevée à la caséine et au gluten. Je suis tellement soulagée d’avoir enfin une explication. Je mets en place un rééquilibrage alimentaire en suivant votre livre et je revois mon médecin cette semaine pour qu’il m’aiguille et me prescrive des probiotiques. Je me rends bien compte que j’ai une tâche importante pour modifier complètement mon alimentation mais je veux y arriver pour aller mieux. Mille mercis pour votre aide, pour votre gentillesse et pour cette réponse à mon mail en août. Un réponse qui a été comme une main tendue dont j’avais tellement besoin. Vous m’avais aidée à trouver un chemin de guérison que j’espère réussir à parcourir. Mon témoignage est un peu long, je vous prie de bien vouloir m’excuser.
    Bien cordialement,
    Dominique

    • Jacqueline

      Je suis très heureuse d’avoir pu vous aider et qu’un médecin à l’esprit ouvert ait pu vous accompagner avec succès dans votre démarche. La recherche que j’ai effectuée sur le Web ne m’a pas permis de comprendre sur quelle base fonctionne le test Barbier. L’important, c’est que ce test a permis d’identifier une intolérance au gluten et à la caséine. Je vous souhaite la volonté de bien suivre la diète et la mise en rémission de votre problème de santé. J’espère que nous aurons à nouveau de vos nouvelles. Merci de votre témoignage.

  11. Mattis

    Bonjour Mme Lagacé,

    J’ai 30 ans et je suis atteint d’une Spondylarthrite ankylosante depuis l’âge de 13 ans, les débuts de la maladie ont été foudroyants et en 2 ans, j’ai du renoncer à marcher.
    A 15 ans, j’ai reçu un traitement par anti- TNF pour supprimer l’immunité et les effets ont été spectaculaires, j’ai pu à nouveau marcher, faire du sport et une vie normale.
    15 ans plus tard je me vois contraint d’arrêter ce traitement après des atteintes cérébrales et de la moelle épinière à priori dûes au traitement. Cet épisode bien qu’impressionnant s’est résorbé, et je dois maintenant faire face à ma SPA, m’étant préparé à ça j’ai décidé de commencer le régime hypotoxique par étapes mais de façon assez radicale, depuis 4 mois je ne consomme plus de gluten ni de lait, sucre et sel raffinés, et essaie davantage cru comme le poisson et la viande.
    Malgré tous mes efforts, qui étaient encourageants au début, et la maladie qui semblait être freinée, je suis depuis une semaine victime de douleurs dans tout le dos, les hanches, les genoux, ainsi qu’une fièvre constante. J’hésite à prendre des anti inflammatoires (qui m’ont par le passé causé des ulcères), et même à reprendre mon traitement anti TNF malgré le grand risque qu’il y a.
    J’essaie de garder confiance dans ce régime, mais je me sens impuissant. Pensez-vous que je devrais me tourner vers l’allopathie à nouveau ? en complément du régime ? Outre leurs effets secondaires, ne riquent-ils pas de freiner les effets du régime, si celui-ci met simplement du temps à faire effet?

    Merci d’avance pour votre temps !

    • Jacqueline

      Bonjour Mattis, Tout d’abord je veux m’assurer que vous évitez tous les aliments qui contiennent du gluten (lire les étiquettes des aliments préparés par l’industrie) et tous les produits laitiers, pas seulement le lait. En second lieu, si je comprends bien, vous consommez des poissons et de la viande crues. Personnellement, je suis contre cette pratique qui comporte des dangers pour tous et particulièrement pour les personnes qui ont pris des médicaments qui abaissent les réponses immunitaires surtout pendant de longues périodes. Je pense qu’il serait important de vous soumettre à des analyses de laboratoire pour être certain que vous n’êtes pas infecté par des microorganismes pathogènes ou des parasites.

  12. bea

    Bonjour Madame Lagacé!
    Il y a 20 ans l’on m’a diagnostiqué une spondylarthrite ankylosante apparue suite à une intoxication alimentaire (prédisposition génétique HLA B27). J’ai été soignée à l’époque par médications et cela a bien fonctionné. Dix ans plus tard une nouvelle grosse crise mais j’ai décidé de suivre les instructions alimentaires que je venais de découvrir du Dr Kousmine. Depuis je maintiens mon niveau d’inflammation au plus bas grâce à l’alimentation et aux exercices quotidiens 🙂
    Actuellement je suis partie faire un tour du monde backpackers. Tout se passait bien jusqu’à ce que je passe trois mois en Asie Centrale. Il y a eu beaucoup de problèmes digestifs, une nourriture basée sur de la viande très grasse a été très difficile pour moi, Je n’ai vraiment pas pu manger correctement. Résultat j’ai perdu 8 kilos. Depuis deux semaines, je suis en Inde et pour mon plus grande plaisir je déguste d’excellents repas petit à petit pour reprendre du poids. Le problème est que depuis une semaine, je suis en douleur total: tout mon corps entier n’est que douleur, ma peau me fait affreusement mal (hypersensibilité du toucher au point que même un ventilateur est insupportable) et une chaleur intense se dégache de mon corps (sans être fiévreux), des douleurs principalement dans le dos sont très intenses (niveau de douleur 8/10). La nuit je ne dors plus (dès que je bouge je me réveille de douleur). Je me peux presque plus ouvrir une porte par exemple. Je transpire beaucoup aussi la nuit et je ne peux pas me découvrir car j’ai froid sinon (pyjama = habits thermiques et chaussettes en inde!!!)
    Cette crise m’a fait prendre conscience que j’avais négligé pendant six mois de 1) faire régulièrement mes exercices d’assouplissement 2) faire attention à mon alimentation (en voyage parfois il n’est pas aisé de se tenir à un régime alimentaire précis).
    J’ai repris la lecture de votre livre « Comment j’ai vaincu la douleur ».
    C’est la première fois de toute ma vie que je suis dans un état aussi mal et en plus loin de chez moi au milieu de mon périple. D’après vous suis-je dans une crise suite à un encrassage de mon organisme? ou serait-ce autre chose. Je vous remercie par avance mille fois pour votre réponse que j’attends avec impatience. J’ai attendu 25 ans pour faire ce voyage, travailler dur pour l’obtenir et voici qu’aujourd’hui je suis limite à prendre un billet retour après six mois tellement je suis mal. J’aimerais sauver les deux, mon corps et mon voyage 😉
    Bien cordialement et chaleureusement,
    Béa

    • Jacqueline

      Compte tenu de votre état que je considère inquiétant, je retournerais dans mon pays le plus rapidement possible pour obtenir des soins de santé

  13. Carolus

    Bonsoir, j’avais le syndrome du colon irritable depuis longtemps et des douleurs de type arthrose dans les genoux et les hanches assez fréquentes. A la ménopause, je me suis mise à ressentir des douleurs fortes au niveau du bas du dos, au niveau de l’oesophage avec une toux bizarre après le repas du midi et des douleurs articulaires plus fortes. Les médecins n’ont absolument rien trouvé : gastro-entérologue… Des amis m’ont conseillé d’arrêter le gluten et le lactose, ce que j’ai fait et que je continue de faire deux ans après et tout s’est arrêté comme par magie. S’il m’arrive de temps en temps lorsque je suis invitée de manger un peu de gluten ou de lactose, les douleurs articulaires reviennent un peu, mais en dehors de cela, tout va très bien. Je tenais à vous faire part de ce témoignage pour aider toutes les personnes qui sont dans mon cas. Bien cordialement. 🌞

  14. Nadia Nany

    Bonjour Mme Lagacé j’ai été diagnostiqué de polymyosite et polyarthrite depuis 7 ans, j’ai commencé un régime alimentaire hypothoxique depuis 1 mois, les résultats sont spectaculaires, absence d’asthénie, absence de douleurs, peau vivant, je suis malheureusement anxieuse.
    Mille mercis Docteur
    je me sent comme je suis pas atteinte de telles pathologies.

  15. Evelyne Ranguis

    Bonjour. Mon mari est atteint de la madadie des jambes dans repos. Avez vous des commentaires sur cette maladie dont les douleurs provoquent des insomnies.

    • Jacqueline

      Le traitement de ce problème rejoint celui de la neuropathie lequel est discuté dans le premier chapitre de mon livre: « UNe alimentation ciblée.. ».

  16. Louise Durand

    Madame Lagacé

    J’étais à votre conférence hier.
    Merci pour avoir accepté de nous offrir cette conférence,
    qui m’a remotivée.
    Je suis allée sur votre blog,sans trouver de réponse.
    Je suis une grande marcheuse avec des hallux valgus:
    c’est incommodant et je ne veux pas d’opération.
    Un acupuncteur m’a dit que c’était inflammatoire…
    J’aimerais avoir votre avis.
    La diète pourrait-elle ainsi m’aider?

    Louise D.

    • Jacqueline

      La grande efficacité de la diète hypotoxique est son pouvoir anti-inflammatoire. Suivre la diète hypotoxique ne redressera pas votre hallux valgus mais devrait diminuer et peut-être même éliminer l’inflammation et la douleur. Si vous repensez au témoignage de Gisèle atteinte de scoliose dont la diète hypotoxique lui a permis de retrouver une vie sans douleur, la même chose devrait s’appliquer à vous.

  17. Marie-Noëlle Lépine

    Bonjour,
    Je commence à lire au sujet de l’influence de l’alimentation sur la santé en général. Je lis le livre du Dr. David Perlmutter: L’intestin au secours du cerveau. J’aimerais savoir si vous avez eu des témoignages de personnes ayant un diagnostic de dépression ou d’anxiété généralisée qui ont suivi le régime hypotoxique. Je suis sous antidépresseurs depuis bientôt 16 ans, mais mon état a empiré depuis deux mois; je suis sans arrêt anxieuse pour rien, je suis comme une éponge qui absorbe tout. J’ai commencé à retirer les produits laitiers, le gluten, les sucres raffinés et la viande à part le poulet. Je suis assez difficile en plus, pas évident. Merci de votre attention.

    • Jacqueline

      Une alimentation anti-inflammatoire peut avoir des effets très positifs non seulement chez les dépressifs mais également chez des personnes atteintes de troubles mentaux telle la schizophrénie ou autres. J’ai effectivement reçu des témoignages positifs de personnes atteintes de dépression et d’anxiété. En santé mentale on reconnaît de plus en plus le pouvoir d’une alimentation ciblée dans le traitement des maladies mentales. J’ai d,ailleurs été invitée à présenter quelques conférences sur ce sujet entre autres à l’Institut universitaire en santé mentale Douglas.

    • Rémy H.

      Bonjour,
      Un régime hypotoxique ne peut être que bénéfique dans le sens ou ce régime vous apportera plus de vitamines, minéraux, oligo-éléments, acides gras essentiels etc. indispensables à l’équilibre mental. Interessez-vous aussi beaucoup sur les bienfaits du magnésium (supplémentation via des compléments alimentaires de qualité) et aux oméga 3 des poissons gras.

  18. Muriel

    Bonjour Mme Lagacé,
    Je reviens vers vous pour vous donner des nouvelles de mon fils de 4 ans.
    Nous avions vu une allergologue fin février, démarré un régime alimentaire à éviction sans gluten, lait, soja et produits laitiers… parallèlement nous avions arrêté son traitement ( Humira et methotrexat) .
    Il se trouve qu’il est en rémission depuis lors. Les médecins qui le suivent suite à ses symptômes d’arthrite et gastrique, pensent qu’il s’agit d’une firme associée de polyallergie et de Crohn … car pour eux une polyallergie ne peut pas expliquer l’arthrite et la présence d’un granulome suite aux biopsies. Aussi ils nous disent qu’il serait encore sous l’effet des médicaments…
    Cela me peine de les entendre nous dire ça, aussi c’est tellement rare de souffrir de deux problèmes en même temps… en tout cas il va bien!
    Quelle bonheur d’etre tombé sur votre livre!
    Cordialement

Répondre à Rosa Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s