Archives d’Auteur: Jacqueline

Conférence de Rosemary Tiklé à Mont-Tremblant en novembre 2017

Conférence de Rosemary Tiklé à Mont-Tremblant
J’ai le grand privilège de donner une conférence sur l’alimentation hypotoxique pour ‘Palliacco’. Cet organisme dont la mission est de contribuer à l’amélioration de la qualité de vie des personnes atteintes de cancer, des malades en fin de vie, des proches aidants et des endeuillés, en leur offrant des services de soutien, d’accompagnement et de répit à domicile. Je vous encourage fortement à consulter leur site web ainsi que leur page Facebook.
La conférence, qui est ouverte à tous, couvrira les notions de base de la diète hypotoxique et comment l’appliquer dans notre quotidien selon les livres de Dre Jacqueline Lagacé
Date: Dimanche 12 novembre 2017, 15h00 à 17h00
Lieu: Église du Village de Mont-Tremblant
Coût d’un billet: 10$ par personne
Des bouchées seront servies en lien avec la conférence.
Point de vente des billets:
  • Palliacco, 2280, rue Labelle, Mont-Tremblant
  • Librairie Carpe Diem, 814-6, rue de St-Jovite, Mont-Tremblant
  • Restaurant des Monts, 88, rue St-Vincent, Sainte-Agathe-des-Monts
  • Bibliothèque du Lac, 64, rue de la Culture, Saint-Faustin-Lac-Carré

Vous pouvez également acheter vos billets par téléphone au 819 717-9646 ou par courriel à : admin@palliacco.org

Au grand plaisir de vous voir!
À votre santé!
Rosemary💚
Rosemary Tiklé
Biochimiste, conférencière et spécialiste en alimentation hypotoxique
Tél. bureau: (514) 823-4253

Poster un commentaire

Classé dans Conférence

Cours de cuisine en ligne (mijoteuse) de Gabrielle Samson, rabais de 36%

La mijoteuse au service de la santé: cours de cuisine hypotoxique offert par Gabrielle Samson à 36% de rabais: épargnez 53$
Promotion d’automne: offre d’une durée limitée sur mon cours de cuisine hypotoxique la mijoteuse au service de la santé payez 97$ au lieu de 150$
Cliquez-ici pour recevoir une recette gratuite à la mijoteuse et avoir un aperçu du cours!
Rejoignez-moi ce lundi le 16 octobre 20h, heure du Québec, sur ma page Facebook, je réponds à vos questions en direct!

Le temps se refroidit lentement, c’est le temps de faire de bons petits plats mijotés. La cuisson à basse température est importante pour respecter le régime hypotoxique. Bien souvent cet élément est négligé!

Que diriez vous de manger anti-inflammatoire tout en sauvant du temps à préparer les repas?

Ne soyez plus jamais mal pris lorsque vous êtes fatigué et n’avez pas le temps pour cuisiner. Dans mon cours La mijoteuse au service de la santé, je vous enseigne près d’une 20aine de recettes fabuleuses et conformes au régime hypotoxique pour sauver temps et argent.

Les recettes ont été minutieusement élaborées et testées pour être rapides, faciles et plaire à toute la famille!

Au-delà du côté pratique, la cuisson à la mijoteuse offre de nombreux avantages pour la santé en comparaison avec la cuisson traditionnelle. Venez découvrir les multiples raisons pour sortir votre mijoteuse du placard. Où que vous soyez dans le monde, vous pouvez bénéficier de mes enseignements dans le confort de votre foyer. Ce cours clé en main, étapes par étapes, est là pour vous simplifier la vie!

Voici le lien d’un article que j’ai écrit sur le sujet: 10 bonnes raisons de sortir votre mijoteuse du placard

CE COURS COMPREND:

  • Enseignements théoriques filmés en plusieurs modules
  • 14 recettes simples et délicieuses filmées de façon détaillée par un professionnel + 4 recettes bonus
  • Document de cours avec théorie et recettes (21 pages) pour suivre le cours pas à pas
  • Document pdf des diapositives du cours (100 pages)

Vous n’avez pas de mijoteuse? Pas de problème, une mijoteuse de bonne qualité coûte entre 30 et 40$. Voici un lien pour épargner 25% en fin de semaine seulement chez Crock-Pot Canada.

Vous n’êtes pas doué avec les ordinateur? Aucun soucis: le cours est facile à suivre, pas besoin de logiciel spécial, seulement une connection internet.

Dans ce cours, vous allez apprendre :
  • Comment la cuisson à la mijoteuse fonctionne
  • Les précautions à prendre
  • Ce qu’il faut savoir sur la cuisson SANTÉ à la mijoteuse (vous ne trouverez pas des recettes comme les miennes sur internet)
  • Pourquoi la cuisson à basse température est anti-inflammatoire et peut vous aider à mettre en rémission près d’une centaine de maladies d’inflammation chroniques
  • Les secrets des différentes épices pour que ça ne goûte pas toujours pareil et comment ajuster une recette à votre goût
  • Respecter les températures de cuisson et le régime hypotoxique
  • Des recettes sans gluten, sans produits laitiers et sans sucre ajouté
  • Démystifier le régime hypotoxique

Jusqu’au 22 octobre 2017,  inscrivez-vous à mon populaire cours en ligne: La mijoteuse au service de la santé pour 97$ au lieu de 150$: une économie de 53$.  Saisissez votre chance de suivre ce cours très populaire dans le confort de votre foyer!
Ce que les gens en disent:
BRAVO! pour votre excellent cours! Clarté, précision, j’apprécie hautement étant fort occupée. Je suis enchantée d’être inscrite à votre cours. En passant, je suis à ma première expérience avec la mijoteuse et je trouve cela génial! J’avoue que j’avais de petits préjugés à l’égard de cet instrument… mais grâce à vous, c’est une succulente découverte!!
-Jocelyne T.
Je cuisine plusieurs plats à la mijoteuse provenant de ton cours. Chaque fois que je mange mon congee à la collation, mais jeunes élèves me disaient ça sent bon, miam… Mes collègues ont adoré le goût du cari marocain ainsi que la soupe thaï. -Caroline C.
Je viens de faire le cours sur la mijoteuse en accéléré, car c’était trop intéressant. Ta façon de t’exprimer, la simplicité de la présentation des recettes dans les vidéos, ton professionnalisme, j’ai adoré et apprécié beaucoup. -Isabelle B.
À quand le cours de Mijoteuse 2 ?J’adore tes recettes !!!
-Marie-Claude S.
Le cours sur la mijoteuse est vraiment plus que parfait! Tant de saveur, tant d’odeur, tant de couleur! Vraiment, ça goûte le bonheur! C’est pas du Ricardo, oh que non !!! Et que dire du succulent gâteau chocolat à la mijoteuse, ça goûte le Ciel! Bravo encore et encore Gabrielle et merci de nous transmettre cette belle passion!
-Sylvie T
J’apprécie la façon de commenter tes recettes, car tu donnes beaucoup d’explications sur les raisons de choisir tel ingrédient, sur la façon de les préparer, sur les effets sur la santé et sur le choix des meilleurs produits.
-Laurent T.
Merci pour tout le cours. C’est vraiment intéressant!…Et très généreux de ta part pour partager tes connaissances… C’est un beau tournant dans ma vie….Maintenant, j’ai une mijoteuse que je vais ressortir de mon armoire.
-Clémence C.
Je suis plus que satisfaite de l’excellent cours “La mijoteuse au service de la santé”, dans lequel tu offres énormément d’informations théoriques et pratiques, d’idées de recettes faciles et savoureuses. Merci beaucoup! Tu peux me compter parmi ta clientèle de tes prochains cours.
-Hélène M.
Je suis étonnée par tout ce que j’apprends dans ce cours. Les recettes me conviennent parfaitement. Merveilleux. Merci et continuez à nous faire partager votre savoir.
-Ginette P.
C’est tellement génial!!!! : le bouillon de poulet, la ratatouille, les légumes, miam, wow!! chaque fois, j’en reviens pas comme c’est bon Gabrielle! franchement félicitations! et merci merci merci, mille fois! Je suis comblée! ta méthode est vraiment efficace! C’est fou comme tu m’inspires et me donnes le goût de bien manger 😉
-Mélanie L.
Bonne journée et bonne santé!
gabrielle
Coach et enseignante en alimentation vivante et hypotoxique
Collaboratrice au livre Cuisiner pour vaincre la douleur et l’inflammation chronique du Dr Jacqueline Lagacé Ph.D.

 

1 commentaire

Classé dans Cours de cuisine

Journal « Le Monde »: « Monsanto papers », désinformation organisée autour du glyphosate

« Le Monde » montre comment la puissante firme américaine a fait paraître des articles coécrits par ses employés et signés par des scientifiques pour contrer les informations dénonçant la toxicité du glyphosate.
En savoir plus :

http://www.lemonde.fr/planete/article/2017/10/04/monsanto-papers-desinformation-organisee-autour-du-glyphosate_5195771_3244.html

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Nouvelles

Spa Eastman: formation de cuisine tonique en novembre 2017

Le Spa Eastman offrira une formation sur la Cuisine Tonique en novembre, avec notre Chef Jean-Marc Enderlin, conseiller en nutrition, spécialiste en cuisine vive et hypotoxique.

Voici le lien vers notre site Internet : http://www.spa-eastman.com/fr/eastman/forfaits/cuisine-tonique/

Poster un commentaire

Classé dans Cours de cuisine

Est-il vraiment pertinent d’utiliser l’indice glycémique pour le choix de nos aliments?

Remise en cause de la pertinence d’utiliser l’indice glycémique (IG) comme guide pour le choix d’une alimentation santé pour l’ensemble de la population par les principales associations du domaine de la santé telles le WHO, l’EFSA et autres. (mise à jour en 2017)

La remise en question de la pertinence de l’indice glycémique (IG) comme guide pour le choix d’une alimentation santé concerne d’une manière particulière les aliments riches en amidon. On a prétendu que les aliments riches en amidon et/ou dont l’indice glycémique était élevé favorisaient un surplus de poids. De telles affirmations, non fondées pour l’ensemble de la population, ont influencé la rédaction de guides alimentaires inappropriés.  S’appuyant sur l’indice glycémique des aliments, des médecins et des nutritionnistes ont conseillé d’éviter ou de limiter fortement la consommation d’aliments riches en amidon alors que ces derniers possèdent souvent des caractéristiques santé indéniables. C’est d’autant plus regrettable que ces aliments nutritifs sont souvent offerts à des prix abordables. C’est le cas par exemple de la pomme de terre bouillie, riche en fibres solubles, vitamine C, potassium, magnésium et polyphénols ; même ses protéines, bien qu’elles soient peu nombreuses, sont facilement digestibles et de qualité (présence des acides aminés essentiels). Il faut savoir que le concept de l’IG a été développé en 1981, principalement pour les diabétiques (1):   l’indice glycémique des aliments est en relation avec la quantité d’insuline qui est sécrétée dans le sang après l’ingestion d’un aliment particulier, en fonction desglucides à digestion lente ou rapide qu’il contient. Plus la sécrétion d’insuline est rapide, plus l’indice glycémique de l’aliment sera élevé.

Les recommandations des autorités en santé

 Toutes les recommandations récentes émanant des autorités en santé – USDA (2-4) , EFSA (5,6), OMS (7), The World Cancer Research Fund (8) – concluent qu’il n’y a pas suffisamment de preuves pour affirmer que choisir des aliments avec un indice glycémique faible permet de diminuer le risque de développer des maladies chroniques pour l’ensemble de la population.  Le groupe d’experts The Nordic Nutrition Recommandations (NNR) – qui a effectué une revue systématique des travaux scientifiques portant sur la qualité et la quantité des glucides consommés dans le but d’évaluer l’influence de l’indice glycémique sur l’état de santé des populations – est d’avis également que l’ensemble de la population n’a pas à faire ses choix alimentaires en fonction de l’indice glycémique des aliments (9). Récemment, Santé Canada a publié un article indiquant que les valeurs de l’indice glycémique apparaissant sur les étiquettes des aliments pouvaient induire les consommateurs en erreur et n’ajoutaient aucune information valable susceptible d’aider les consommateurs à faire des choix alimentaires plus sains (10). Tous ces groupes reconnaissent que la méthodologie, la validité et l’utilisation de l’indice glycémique des aliments doivent être clarifiées. Les raisons de douter de la pertinence de l’indice glycémique pour choisir ses aliments viennent du fait que l’IG peut être influencé par la nature chimique et physique de l’ensemble des aliments consommés au cours d’un repas, le moment de la journée au cours duquel le repas est pris (le repas du matin assure un meilleur contrôle glycémique que le repas du soir) ainsi que par des facteurs propres à chacun d’entre nous. En fait, tous les éléments suivants influencent l’indice glycémique : le type de fibres alimentaires, la structure des amidons, les types de sucre, de lipides, le contenu en protéines, en eau, la structure cellulaire des aliments, leurs interactions moléculaires, la distribution de la taille des particules, la présence d’inhibiteurs d’amylase ou d’acides organiques, les méthodes de préparation des aliments et le degré de mastication (11-13). Les études qui cherchaient à établir un lien entre le choix des aliments à indice glycémique faible et la prévention des maladies chroniques et/ou des problèmes métaboliques ont échoué pour les raisons suivantes :

1) la présence de différences individuelles considérables dans la réponse au glucose quand différents aliments sont testés ;

2) la disponibilité des glucides dans les aliments, qui peut être surestimée par rapport aux quantités réellement absorbées ;

3) l’utilisation de tables internationales qui ne correspondent pas nécessairement aux différentes productions locales d’aliments ;

4) dans plusieurs essais, les aliments considérés comme ayant un IG faible et les aliments contrôles différaient sur des éléments tels que le contenu en fibres solubles et insolubles, la viscosité des fibres et autres contenus en macronutriments ;

5) les effets de l’heure du repas et l’influence du repas précédent ne sont pas pris en compte, sans oublier que la réponse au glucose dépend de l’ensemble des différents aliments consommés durant un repas, alors qu’avec l’IG on ne tient compte généralement que des glucides ;

6) il n’y a pas toujours de cohérence entre l’IG et la réponse insulinémique ;

7) des tests physiologiques ont montré que les formules utilisées pour évaluer l’indice glycémique des aliments surestiment de façon générale ces indices par des marges de 22 à 50 %.

Une chose est certaine, l’influence de l’indice glycémique quant au choix des aliments santé prête énormément à controverse, particulièrement pour les gens qui ne souffrent pas de diabète ni d’excès de poids.  Une étude récente particulièrement révélatrice a été effectuée sur de jeunes adultes en santé, chez lesquels on a étudié l’influence de l’heure à laquelle un repas à indice glycémique faible et/ou élevé était consommé. Lorsque le repas était consommé le matin, quel que soit l’indice glycémique du repas, on observait un très bon contrôle glycémique. Lorsque le même repas était consommé à la fin de la journée, on observait une dégradation du contrôle glycémique, indépendamment de l’indice glycémique du repas. De plus, la différence était plus marquée dans le cas du repas à faible indice glycémique puisqu’aucun avantage métabolique n’était obtenu suite à ce repas (13).

Ces résultats viennent à mon avis appuyer l’importance du petit déjeuner pour une santé optimale et devraient influencer les diabétiques et les personnes qui souffrent d’embonpoint à considérer ce repas en tant que pivot de leur alimentation. Ils auraient, de plus, avantage à prendre un repas léger au souper.

En 2010, The Dietary Guidelines Advisory Committee on the Dietary Guidelines for Americans (14) conclut que « lorsque l’on sélectionne des aliments glucidiques, il n’est pas nécessaire de tenir compte de leur indice glycémique ni de leur charge glycémique.  Ce qui est important, c’est d’être conscient de leurs calories, de leur densité calorifique et de leur contenu en fibres ». Par contre, les différents rapports américains et européens cités précédemment concernant la consommation de glucides dans l’alimentation humaine concluent : « Il y a des éléments de preuves contradictoires qui indiquent que les aliments ayant un IG élevé pourraient être associés à une augmentation du risque de développer un diabète de type 2 ainsi que des maladies cardiaques, particulièrement chez les gens en surpoids ou obèses. » Ces preuves, selon eux, seraient toutefois insuffisantes pour recommander d’introduire l’indice glycémique dans les recommandations nutritionnelles concernant l’ensemble de la population.

Un article publié en 2014 dans la revue scientifique JAMA (15) avait pour objectif de démontrer que l’indice glycémique des aliments et la quantité totale de glucides alimentaires étaient des facteurs qui pouvaient favoriser le développement des maladies cardiovasculaires et du diabète. L’étude fut réalisée sur 163 adultes de 30 ans et plus qui ne souffraient pas de maladies cardiovasculaires ni de diabète ou de maladies rénales chroniques mais qui présentaient un risque élevé de développer une maladie chronique : 56 % étaient obèses, 26 % souffraient d’hypertension et les autres de pré-hypertension, 56 % présentaient des taux de cholestérol LDL supérieurs à 132 mg par décilitre et 30 % présentaient un taux de glycémie à jeun trop élevé. Les patients ne devaient prendre aucun médicament en lien avec leur problème de santé pour faire partie de l’étude. Les participants avaient la possibilité de suivre quatre diètes santé complètes. Les aliments pour chacune des diètes étaient fournis et contrôlés par le centre de recherche. Chaque diète durait cinq semaines et était suivie par un retour à la diète usuelle des participants pendant deux semaines. Chaque participant a complété au moins deux de ces diètes qui étaient attribuées de façon aléatoire. Deux des diètes glucidiques comportaient un nombre élevé de calories (58 % des calories totales) ; une de ces diètes comportait des aliments à indice glycémique faible (≤ 45) alors que l’autre comportait des aliments à indice glycémique élevé (≥ 65) ; les deux autres diètes étaient moins riches en glucides et leur nombre total représentait un nombre de calories plus faible (40 % des calories totales) ; une de ces diètes comportait des aliments à indice glycémique faible (≤ 45) alors que l’autre comportait des aliments à indice glycémique élevé (≥ 65). Contrairement à ce qui était attendu, les diètes glucidiques à indice glycémique faible, lorsque comparées aux diètes glucidiques à indice glycémique élevé, n’ont pas entraîné une amélioration de la sensibilité à l’insuline, ni une amélioration du niveau de lipides sanguins ou de la pression sanguine systolique. Les auteurs en ont conclu que dans le contexte d’une diète santé (genre diète méditerranéenne riche en grains entiers, légumes et fruits), utiliser l’indice glycémique pour sélectionner les aliments n’améliore pas les facteurs de risques cardiovasculaires et ou la résistance à l’insuline.

Une méta-analyse effectuée à partir de 28 travaux de recherche a montré également que le fait de diminuer l’indice glycémique des aliments n’a pas diminué le taux de  holestérol HDL, de triglycérides, ni de cholestérol LDL sauf dans les cas où le contenu en fibres avait été augmen (16). L’influence favorable marquée de la consommation d’une alimentation riche en fibres alimentaires en améliore significativement la réponse glycémique, entraîne une diminution sérique du cholestérol de faible densité (LDL) ainsi que la réduction du risque de maladies cardiovasculaires chez les adultes et les enfants (17). En fait, augmenter le contenu en fibres de la diète en améliore la qualité, le contenu en antioxydants et a un effet bénéfique sur la santé humaine.

En conclusion, les individus qui ont une diète santé équilibrée, riche en fibres, légumes variés, légumineuses, fruits, grains entiers tout en consommant de façon raisonnable des viandes maigres lorsque désiré, n’ont pas à se préoccuper de l’indice glycémique des aliments, même ceux qui sont en surpoids. En fait, suivre une diète équilibrée semble avoir beaucoup plus d’incidences positives sur la santé que choisir ses aliments en fonction de leur indice glycémique.

Références

  1. Jenkins DJ, Wolever TM, Taylor RH et al. Glycemic index of foods : a physiologicalbasis for carbohydrate exchange. Am J Clin Nutr. 1981 ; 34 : 362-366.
  1. USDA Center for Nutrition Policy and Promotion. Alexandria, VA : 2010. USDA’sNutrition Evidence Library (NEL) http ://www.nutritionevidencelibrary.com [cited16 November 2011].
  1. Dietary Guidelines Advisory Committee. Washington, DC : US Department ofAgriculture, Agriculture Research Service ; 2010. Carbohydrates. Report of the DietaryGuidelines Advisory Committee on the Dietary Guidelines for Americans.
  1. Department of Agriculture DoHaHS. 7th edition. Washington, DC : US GovernmentPrinting Office ; 2010. Dietary guidelines for Americans.
  1. European Food Safety Authority. Scientific opinion on dietary reference values forcarbohydrates and dietary fibre. EFSA Journal. 2010 ; 8 : 1462.
  1. Overby NC, Sonestedt E, Laaksonen DE, et al. Dietary fiber and the glycemicindex : a background paper for the Nordic Nutrition Recommendations 2012. FoodNutr Res. 2013 ;57. doi : 10.3402/fnr.v57i0.20709. Epub 2013 Mar 25.
  1. Mann J, Cummings JH, Englyst HN et al. FAO/WHO scientific update on carbohydratesin human nutrition : conclusions. Eur J Clin Nut. 2007 ; 61(Suppl. 1) :S132–137.
  1. World Cancer Research Fund, American Institute for Cancer Research. Washington,DC : AICR ; 2007. Food, nutrition, physical activity and the prevention of cancer :a global perspective. Washington, DC : AICR.
  1. Nordic Council of Ministers. Nordic Nutrition Recommendations 2004. Integratingnutrition and physical activity. 4th edition. Copenhagen, Denmark : Norden ; 2005.
  1. Aziz A, Dumais L, Barber J. Health Canada’s evaluation of the use of glycemic  index and glycemic load : measurement issues and their effect on diet-disease relationships. Eur J Clin Nutr. 2007 ; 61(Suppl. 1) :S122–131.
  1. Thorsdottir I, Birgisdottir BE. Copenhagen : Nordic Council of Ministers. Tema Nord ; 2005. Tema Nord Report. Glycemic index – from research to nutrition recommendations? p. 589.
  1. Gibbs M, Harrington D, Starkey S, et al. Diurnal postprandial responses to lowand high glycæmic index mixed meals. Clin Nutr. 2014 ; 33 :889-94.
  1. Dietary Guidelines for Americans 2010. 2012. http ://www.cnpp.usda.gov/DGAs2010-DGACReport.htm [cited 16 November 2011]
  1. Sacks FM, Carey VJ, Anderson CA et al. Effects of high vs low glycemic index of dietary carbohydrate on cardiovascular disease risk factors and insulin sensitivity : the OmniCarb randomized clinical trial. JAMA. 2014 ; 312 : 2531-2541.
  1. Goff LM, Cowland DE, Hooper L, et al. Low glycæmic index diets and blood lipids : a systematic review and meta-analysis of randomised controlled trials. NutrMetab Cardiovasc Dis. 2013 ; 23 :1-10. Review.
  1. Maćkowiak K, Torlińska-Walkowiak N, Torlińska B. Dietary fibre as an importantconstituent of the diet. Postepy Hig Med Dosw (Online). 2016 ; 70 :104

7 Commentaires

Classé dans Sujets d’intérêt

Jacqueline répond à Andrée concernant les amidons, suite à une séance d’information offerte par des rhumatologues

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Débats

Message d’Hélène à propos de Caroline Roy, (Cuisine L’Angélique)

Bonjour!
Sachant que nombre de vos lecteurs utilisent avec bonheur les divers produits de Cuisine L’Angélique de Coaticook, j’aimerais attirer votre attention sur la situation que vit actuellement Caroline Roy, l’entrepreneure à la tête de cette compagnie. Sa maison, devenue impropre à l’habitation, nécessite d’importants travaux de rénovation et de décontamination qui ne sont pas couverts par les assurances. Elle n’a pas en main les 170 000 $ requis, elle ne peut réhypothéquer la maison et elle ne veut pas déclarer faillite afin de ne pas mettre en péril sa compagnie. Elle fait donc appel à l’aide et à la solidarité du public pour pouvoir retourner vivre chez elle.

Plus d’informations sur sa situation :
http://www.lapresse.ca/la-tribune/actualites/estrie-et-regions/201709/21/01-5135567-on-a-besoin-daide-pour-retourner-vivre-chez-nous.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_regions_381_section_POS4
Plus d’informations sur la campagne de financement: http://www.sauvonsnotremaison.com.

Hélène

4 Commentaires

Classé dans Messages

Mise au point concernant Marie-France Thivierge « Le régime hypotoxique »suite au commentaire de Nadia

Bonjour, j’ai vu ce commentaire de Marie-France Thivierge (qui a écrit le livre « Le régime hypotoxique » et dans lequel vous êtes citée pour la révision de ses recettes) sur son site internet :
« Il faut absolument enlever TOUTE trace de blé – qui est partout – soit dit en passant (vitamines, chocolat, noix, légumineuses, vinaigrettes, conserves, etc) car le blé demeure dans le sang pendant des semaines. Il faut s’assurer que le sarrazin ne contient aucune trace de blé et certifié Sans Gluten »

Je suis donc encore toute mélangée; je cuisine depuis deux mois avec des aliments sans blé, orge, seigle, lait, bref en suivant les règles du régime. Mais mes farines de riz, sarrazin, millet, quinoa, etc, doivent-elles toutes absolument avoir la certification sans gluten? Même chose pour mes épices? Mes noix (très difficiles à trouver certifiées sans gluten d’ailleurs). Dois-je m’acheter un nouveau grille-pain? Même chose pour ma machine à pâtes, que j’ai nettoyée religieusement, dois-je la donner? Dois-je enlever la pâte à modeler de mes enfants? Et s’il y en a dans nos médicaments de prescription…? Bref, je croyais que le régime était un traitement pour une intolérance, et non une allergie (ex: maladie coeliaque).

Aussi, une de ses recettes contient des Rice Krispies (maïs et orge maltée) et des céréales « Mesa Sunrise » (contiennent du maïs).

Merci de m’éclairer!  Nadia

Réponse de Jacqueline:  Tout d’abord, il est vrai que Marie-France Thivierge m’avait demandé d’écrire la préface de son livre.  J’avais répondu que la rédaction d’une  préface de ma part était  conditionnelle à la lecture et à l’approbation de son manuscrit.  Si je n’ai pas écrit la préface de son livre, c’est qu’il y a eu désaccord quant au contenu de son livre.  Dans une telle situation, il est incorrect d’utiliser mon nom pour laisser entendre que j’ai approuvé ses recettes et/ou son livre.  Je demande donc à Marie-France Thivierge de cesser d’utiliser mon nom sur son site internet ou ailleurs car elle n’a pas obtenu  mon approbation pour ce faire.

Nadia vous avez raison d’affirmer que les personnes qui suivent  la diète hypotoxique parce qu’elles sont intolérantes au gluten, sans être céliaques (maladie autoimmunitaire) et/ou allergiques au blé et/ou au gluten peuvent (sauf de rares exceptions) supporter des traces de gluten.  Dans de telles condition, il n’est pas nécessaire que les aliments soient certifiés « sans gluten »contrairement aux céliaques et aux personnes allergiques (réactions de type 1 mettant en jeux des IgE.  Je confirme de plus que le maïs est interdit dans la diète hypotoxique.

8 Commentaires

Classé dans Messages

Traitement de la fibromyalgie: invitation de Paule Mongeau, psychologue

OCT ou NOV 2017 Traitement de la fibromyalgie :     Les 4 clés vers le soulagement des symptômes

Détente de 5 jours dans les Cantons de l’Est au Spa Eastman : du 23 au 27 octobre 2017 ou à Beauport, Hôtel Ambassadeur : du 4 au 8 novembre 2017

Animatrice : Paule Mongeau, psychologue    http://www.paulemongeau.ca

Collaboratrice :  Francine St-Jean, hypnose, EFT et stretching

Toutes deux coauteures des ouvrages collectifs :

Fibromyalgie quand tu nous tiens ! (2014)

Fibromyalgie Carnets pratiques (2015) et

Pour en finir avec la fibromyalgie (2016)

EPub gratuit, donné au cours en format papier

Un séjour de cinq jours et quatre nuits vous est proposé tout en douceur, ayant l’objectif de saisir les clefs du soulagement selon l’expérience clinique et les recherches scientifiques récentes.

Oui, c’est possible de soulager douleurs et fatigue.

Les participants/es seront en mesure d’identifier les diverses démarches à entreprendre pour libérer leur corps de décennies d’agitation du système nerveux central.

Description des thématiques d’ateliers visant le soulagement de la fibromyalgie animés par des personnes compétentes, en rencontres individuelles et de groupe :
•    Formulation d’objectifs individualisés dès l’arrivée.
•    Présentation des avancées de la recherche scientifique.
•    Présentation des 4 clefs du traitement global vers le soulagement.
•    Facilitateurs de repos et de rétablissement de la sécurité intérieure.
•    Relaxation et outils de détente, autohypnose, cohérence cardiaque.
•    Importance de l’allègement du système digestif.
•    Prise de conscience de l’image de soi par les mots.
•    Délestage de contrats superflus et accommodation de son environnement. •    Rencontre individuelle lors du départ.

Cette vingtaine d’heures d’ateliers de groupe et de rencontres individuelles s’adresse particulièrement à toute personne ayant reçu un diagnostic de fibromyalgie. De nombreux outils de détente seront présentés et approfondis afin d’amorcer un retour vers le mieux-être à plusieurs niveaux. Un cahier de feuilles de notes et un livret seront distribués afin de doter chaque personne de moyens concrets, applicables à domicile.

Réservations et détails   1-800-665-5272 | 450-297-3009      courrier@spa-eastman.com

Ou encore à Québec/Beauport : réservations par info@psychempreinte.com.           

Poster un commentaire

Classé dans Messages

Informations concernant des professionnels de la santé formés en kinésiologie appliquée en France

Voici un lien pour les Français qui désirent avoir recours à un professionnel de la santé formé en kinésiologie appliquée :  https://www.chiropratique.org/annuaire/chiropraticiens/FOURNIER-Florent.html

Le Dr  Florent Fournier, chiropraticien est président du chapitre français de l’ ICAK (branche française du Collège International de kinésiologie appliquée)

1 commentaire

Classé dans Thérapeutes formés en kinésiologie appliquée et recommandés pour leur compétence