Archives d’Auteur: Jacqueline

Témoignage: nombreux problèmes de santé + neuropathie probable

Bonjour madame Lagacé
J’ai 57 ans et je vis avec diagnostic de collagénose (polyarthrite rhumatoïde, Sjögren et maladie de Raynaud) depuis 20 ans. Et depuis 2 ans des problèmes pulmonaires; des bronchiectasies. J’ai découvert vos livres et suis, à la lettre, le régime hypotoxique depuis 18 mois maintenant. Les résultats ont été spectaculaires dès le début surtout pour le problème pulmonaire. Concernant la polyarthrite, les raideurs du matin ont presque entièrement disparues . J’ai perdu environ 25 livres.
Environ 6 mois après le début du régime j’ai commencé à avoir des douleurs et de l’inflammation au pied droit, plante et orteils immédiatement après le repas. Étrangement car je n’avais plus de douleurs à ces endroits et cela depuis des années…J’ai donc commencé à éliminer le soya, les légumineuses , ensuite les tomates et les solanacées en me fiant à mon journal alimentaire. Un nouveau deuil à chaque fois. Cet état de chose me cause beaucoup de frustration car je ne comprends pas comment des douleurs inexistantes quand je ne suivais pas le régime peuvent surgir maintenant que je le suis??? (Je consommais déjà tous ces aliments avant, j’ai juste éliminé ceux à retirer et changé mes méthodes cuisson).
Les 6 premiers mois du régime je mangeais légumineuses et tomates sans inflammation.
Ce soir, je mange une recette habituelle et voilà douleur et inflammation au pied droit! À chaque fois c’est environ 20 minutes après le repas et durant environ 2 heures.
Avez-vous déjà vu ce genre de problème? J’aimerais bien comprendre ce phénomène pour pouvoir y remédier.
Sachez que je vous serai éternellement reconnaissante, vos livres et votre expertise ont changé ma vie. Merci madame Lagacé.
Sylvie

Réponse de Jacqueline :

D’après votre témoignage, je pense que vos douleurs à votre pied droit, plante et orteils, déclenchés  environ 20 minutes  après le repas est une manifestation de douleurs neuropathiques.  J’en suis d’autant plus convaincue que vos douleurs se rapprochent du problème de neuropathie que j’ai éprouvé également au niveau des pieds pendant plusieurs années avant de découvrir la diète hypotoxique. Pour bien comprendre votre problème et les solutions possibles, je vous conseille fortement de lire et relire attentivement les p 19 à 26 de mon dernier livre <em>Une alimentation ciblée…</em>.

Vous dites « étrangement, je n’avais plus de douleurs à ces endroits et cela depuis des années… ». Selon la littérature scientifique, un stress aurait pu déclencher à nouveau ce genre de douleurs neuropathiques. Les aliments de la famille des Solanacées et tout sucre ajouté (même les meilleurs comme le miel et le sirop d’érable) sont reconnus en tant que déclencheurs potentiels  de neuropathie chez les gens prédisposés. Le fait de prendre connaissance des informations contenues dans les pages suggérées devrait vous permettre de bien saisir les tenants et aboutissants de votre problème et de trouver la solution qui vous convient.

Poster un commentaire

Classé dans Témoignage spécial

Lien vers un petit livret de recettes de desserts santé conformes à la diète hypotoxique

Récemment,  Estelle Chapuliot,  une ingénieure physico-chimiste spécialisée en science des aliments et nutrition, éducatrice de santé naturopathe, formée en cuisine ayurvédique (l’Ayurvéda) et  passionnée de cuisine saine et gourmande m’a envoyé le lien suivant (https://brindesens.com/recettes/ebooks/) . Ce lien donne accès gratuitement à un livret numérique de recettes de desserts santé sans sucre ajouté à base de fruits secs et d’oléagineux. On y trouve également des informations très instructives sur les bénéfices santé des fruits secs, des oléagineux et autres produits alimentaires.

Je la remercie chaudement pour cette collaboration.

1 commentaire

Classé dans Recettes

La réimpression du témoignage exemplaire de Priscilla, une battante (cystite interstitielle)

Je regarde régulièrement, quels sont les articles consultés par mes lecteurs parmi plus de 1 000 publications;  il arrive qu’un article qui présente à mon avis  un intérêt exceptionnel, ressorte rarement et j’en profite alors pour le publier à nouveau afin d’en faire bénéficier ceux qui n’ont pas eu l’opportunité de le lire auparavant.

Le témoignage suivant m’avait été envoyé par courriel (26 mai 2016) et commençait ainsi:

Que ta nourriture soit ton médicament et que ton médicament soit dans ta nourriture » Hippocrate

Je m’appelle Priscilla, j’ai 35 ans et je souhaite livrer ici un témoignage en faveur de l’alimentation hypotoxique, qui fait partie de ma vie depuis février 2015. Pourquoi? Parce que j’ai enfin réussi à soigner et à contrôler en partie les douleurs engendrées par la maladie handicapante dont je souffre depuis l’adolescence : la cystite interstitielle. J’ai aussi réussi à diminuer quantité de petits soucis de santé autres : allergies, migraines, rosacée, démangeaisons du cuir chevelu. J’ose espérer que mes propos vous convaincront qu’il est possible de changer le cours de sa vie, de diminuer, voire de soulager complètement ses souffrances, et d’augmenter sa qualité de vie lorsque l’on souffre de certains problèmes de santé pour lesquels la médecine traditionnelle ne semble à ce jour offrir aucun remède miracle. J’ose espérer que je réussirai à allumer la flamme de l’espoir et que vous aurez aussi le goût et le courage de vous nourrir sainement et différemment. Je vous confie donc brièvement ma petite histoire, qui s’apparente à un long pèlerinage.

J’ai souffert de ce qui s’apparentait à des infections urinaires à répétition durant toute mon enfance et mon adolescence. J’ai donc pris à outrance de grandes quantités d’antibiotiques, mais jamais mon problème ne rencontrait de solution viable. J’ai erré d’une salle d’attente médicale à une autre, de médecin en médecin, de test d’urine en culture plus approfondie, de plus petits malaises en douleurs très intenses, sans jamais trouver que pouvait bien être mon réel problème! Il en fut ainsi durant plus de 10 ans.

En 2003, je suis tombée sur un médecin de famille très douce, soucieuse de ses patients et consciencieuse. C’est grâce à cette dame que j’ai enfin pu mettre un nom sur mes maux. Après le début de mes études universitaires et après avoir investigué le problème de façon plus approfondie auprès d’un urologue, le diagnostic est tombé : maladie rare, incurable, encore très, très méconnue par la science et pouvant être très handicapante. J’ai eu la sensation que ma vie venait de s’arrêter là, dans un cabinet de médecin. Les années qui suivirent furent difficiles physiquement, émotionnellement et psychologiquement : les effets secondaires liés à la prise de médicament ont été considérables, j’ai réussi (par miracle!) à terminer mes études en enseignement, j’ai survécu au milieu de l’éducation quelques années seulement avant de me retrouver en arrêt de travail, j’ai eu un épisode de dépression mineure et de troubles du sommeil aigus, j’ai

vécu un divorce, et c’est sans parler de tous ces maux de ventre, de douleurs vésicales et d’envies urgentes et fréquentes d’aller uriner qui me pourrissaient l’existence. De nature positive et optimiste, je me suis retrouvée déprimée et déprimante. J’ai perdu des amis, vécu l’incompréhension de mes proches et j’ai eu toutes sortes de difficultés au travail. J’ai décidé de ne plus voir de médecin urologue puisque leurs propos et leurs actions étaient toujours vides de sens, lourds et déprimants.

En 2014, après un évènement particulièrement stressant, j’ai vécu un épisode extrêmement douloureux de cystite interstitielle qui m’a amenée aux urgences, où l’on m’a administré de la morphine pour calmer mon mal. C’était la seule solution, selon les médecins. En plus, on a découvert deux kystes sur mes ovaires. Je me voyais déjà en invalidée prolongée, incapable de poursuivre le moindre rêve,  de réaliser mes projets de vie. Je paniquais, j’angoissais et j’ai prié pour qu’il survienne quelque chose, n’importe quoi, une solution, une pilule magique. J’ai été exaucée : durant mon arrêt de travail, une amie qui souffre de colite ulcéreuse m’a prêté des ouvrages. Elle m’a notamment recommandé de lire l’ouvrage de Jacqueline Lagacé, Comment j’ai vaincu la douleur et l’inflammation chronique par l’alimentation. Puis, elle m’a parlé de son cheminement et des bienfaits de la diète hypotoxique. Il n’en fallait pas plus pour me convaincre, car cette amie a un bon sens du jugement et je sais qu’elle avait beaucoup souffert par le passé à cause de la maladie.

Les semaines qui ont suivi, j’ai lu religieusement l’ouvrage de Mme Lagacé. J’ai d’abord pris la décision d’essayer de suivre la diète modérément et de voir les résultats par la suite. Puis, j’ai fait le ménage de mon garde-manger et de mon frigo et, graduellement, j’ai modifié TOUTES mes habitudes alimentaires. Plus je lisais, plus j’étais convaincue et plus je me sentais interpellée par cette solution naturelle qui s’offrait à moi. Mon alimentation me semblait dorénavant toxique, chimique, néfaste. J’ai acheté trois livres de recettes gourmandes,[1] j’ai convaincu mon conjoint de me soutenir dans cette aventure – c’était ça ou je redémarrais ma vie toute seule! – et j’ai eu l’esprit très curieux et ouvert pour entamer ce long processus qui est de modifier son alimentation. J’ai consulté des blogues culinaires pour avoir accès à davantage de ressources et j’ai même parfois adapté des recettes. Je voulais aussi en finir avec la médication, qui coûtait cher et qui entraînait plusieurs effets secondaires, en plus de ne pas me soigner véritablement. Je suis aussi allée consulter une nutritionniste qui m’a conseillée afin que mon organisme ne manque de rien.

J’ai fait les choses lentement, mais sûrement, si bien qu’après quelques semaines, je me sentais déjà mieux. J’ai tenu un journal alimentaire de façon rigoureuse au début afin d’identifier les aliments qui me causaient de l’inflammation aux parois vésicales (l’alcool, le café, le thé et certains fruits et noix, par exemple, ne me conviennent simplement pas). Bref, j’ai d’abord assimilé les grands principes de l’alimentation hypotoxique – nourriture saine, naturelle, sans gluten, sans produits laitiers, sans sucres raffinés et sans produits transformés –  pour graduellement parvenir à respecter les modes et températures de cuisson suggérés. Le défi était de taille et ce ne

fut pas du tout aisé : j’ai rencontré des déceptions, des proches me trouvaient même un peu folle et certains amis ne m’invitaient carrément plus jamais à manger chez eux! Après environ 6 mois de belles et de moins belles périodes, mes efforts furent récompensés : je connaissais enfin une rémission, une vraie! Je me suis alors permis de tricher de temps en temps, histoire de valider si ça valait le coup de poursuivre dans la même voie. Et hop, les douleurs sont revenues en force! Il en est ainsi dès que je triche d’ailleurs. Je dois avouer que je me permets quelques écarts à l’occasion, mais plus souvent qu’autrement, je réussis à me débrouiller. Ma plus grande difficulté est de respecter les modes et températures de cuisson, alors mon prochain défi est de travailler cet aspect.

Aujourd’hui, je suis fière de déclarer que j’ai adopté un mode de vie sain et santé qui me permet de mener une belle vie et de me soigner de façon naturelle. J’ai découvert des aliments qui nourrissent véritablement mon corps sans l’engorger de substances et additifs chimiques, je ne prends plus aucune médication depuis plusieurs mois et je peux enfin songer à avoir un enfant. Je ne souffre plus en permanence, je contrôle les symptômes de la cystite interstitielle à 80% et je ne retournerais en arrière pour rien au monde.

[1] Parmi ces ouvrages, notons ceux de Jacynthe René et de Jacqueline Lagacé.

7 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Articles essentiels à propos des gens âgés

1) L’art de vieillir selon F. Dansereau: un texte réaliste et lumineux

https://www.ledevoir.com/opinion/idees/579529/sortie-de-crise-sortie-de-crise-l-art-de-vieillir

2) «Traiter collectivement les personnes âgées en dépendants vulnérables, sans égard à leur autonomie réelle et au besoin que les autres générations ont d’elles, est une forme de dépréciation sociale inacceptable», selon Pierre Cliche, professeur associé à l’ENAP et auteur de l’article  « J’ai 72 ans et suis en bonne santé. Est-ce un tort? »   https://www.ledevoir.com/opinion/libre-opinion/579836/j-ai-72-ans-et-suis-en-bonne-sante-est-ce-un-tort

3 Commentaires

Classé dans Sujets d’intérêt

De Lucie: informations à propos de l’électroSensibilité

Références :

Radio 98,5 Émission de Paul Arcand – Entrevue avec Dr Paul Héroux, PhD Physique – Les effets sur la santé du 5G

https://cdn.cogecolive.com/prod-20190430/2019_04_30_pqfsl_arcand_entrevue_dr_paul_heroux_1556632420024261.mp3

Ce qu’il faut savoir au sujet de la 5G

https://maisonsaine.ca/?s=5g

…« Cela augmenterait considérablement la politique actuelle d’irradiation obligatoire du public sans étude adéquate préalable des conséquences potentielles sur la santé, ainsi que sans assurance d’innocuité. Cela irradierait tout le monde, incluant les plus vulnérables aux dangers des rayonnements de radio-fréquences — les femmes enceintes, les enfants à naître, les jeunes enfants, les adolescents, les hommes d’âge reproductif, les gens âgés, les invalides et les gens chroniquement malades. »…

Effets sur la santé des ondes électromagnétiques -Conférence

https://www.youtube.com/watch?v=NfEDtSW-d2M

Conférence du 16 février 2020 sur les rayonnements électromagnétiques et la G5 présentée par Dr Paul Héroux, Ph.D. Physique, Directeur du programme de santé au travail, Département d’épidémiologie, biostatistiques et santé au travail, médecine, Université McGill, Montréal.

L’Actualité des médecins spécialistes

https://www.lespecialiste.be/fr/debats/champs-et-rayonnements-electromagnetiques-un-collectif-de-medecins-demande-l-rsquo-application-du-principe-de-precaution.html

Champs et rayonnements électromagnétiques : un collectif de médecins demande l’application du principe de précaution

Qu’est-ce que l’électro-hypersensibilité?

https://electrosensibilitequebec.com/quest-ce-que-lelectro-hypersensibilite/

Reconnaître les symptômes de l’électrosensibilité

Former President of Microsoft Canada Frank Clegg – 5G Wireless Safety

https://www.youtube.com/watch?v=h4TdY344Now

Lésions de l’ADN, cancers du cerveau : 434 médecins et 900 professionnels de la santé belges sonnent l’alerte sur la 5G

https://www.lalibre.be/debats/opinions/lesions-de-l-adn-cancers-du-cerveau-414-professionnels-de-la-sante-belges-sonnent-l-alerte-sur-la-5g-5ea976577b50a67d2ee98738?fbclid=IwAR2-5lQwOJuJHPPRa4vIUP2Dqm2ExjNswwFSjoyxeM7UOsG4DxucusdJomQ

2 Commentaires

Classé dans Sujets d’intérêt

Ma réponse à E. Chapuliot à propos des glycotoxines

Comme plusieurs de mes lecteurs sont également préoccupés par les glycotoxines, j’ai pensé que ma réponse à Mme Chapuliot pourrait intéresser plusieurs d’entre-vous. Pour lire les questions  de Mme Chapuliot, voir les commentaires du 10/05/2020 (Estellechapuliot)

Bonjour Madame Chapuliot,

Vous devriez pouvoir trouver des réponses satisfaisantes à vos questions dans les neuf articles scientifiques très récents énumérés ci-dessous ainsi que dans mon premier livre (Comment j’ai vaincu la douleur et l’inflammation chronique….)  aux pages 98-114, 152-156 . De plus, lire ou relire mon article « Est-il vraiment pertinent d’utiliser l’indice glycémique pour le choix de nos aliments? » devrait vous aider car  il s’appuie sur plusieurs articles scientifiques pour le moins pertinents.  Pour faire la part des choses, il est important de saisir les limitations de l’indice glycémique des aliments qui est influencé par de multiples facteurs dont on néglige souvent de tenir compte; par exemple, il est incontestable que tous les sucres ne sont pas égaux et  que de plus le contexte de leur ingestion peut faire une énorme différence. Par exemple, j’ai cité dans mon premier livre des études qui démontrent clairement que le fructose consommé à même le fruit est positif pour la santé alors que consommé sous forme de sirop de maïs (transformé par l’industrie et utilisé comme tel dans de nombreux aliments), il peut avoir des effets délétères importants sur la santé même à brève échéance.  Malheureusement, dans les faits, on utilise généralement l’indice glycémique de façon arbitraire sans tenir compte des nombreuses restrictions inhérentes à cet indice.

J’aimerais insister sur le fait que le mode de vie est beaucoup plus important que nos gènes dans le développement des maladies chroniques; ceci est démontré par de nombreuses études scientifiques. Vous vous demandez comment savoir s’il y a un problème avec glycémie en relation avec notre alimentation et la production d’AGEs  dans notre corps.  Une alimentation déséquilibrée qui favorise la résistance à l’insuline peut nous envoyer des alertes sous les formes suivantes :

  • Prise de poids au niveau de l’abdomen
  • Soif excessive
  • Augmentation de l’appétit
  • Mictions fréquentes
  • Fatigue
  • Vision trouble
  • Infections fréquentes
  • Picotements et/ou engourdissements dans les mains et les pieds
  • Dysfonctionnement sexuel

7 signes de déshydratation qui peuvent aller de pair avec ces symptômes :

https://www.selection.ca/sante/vivre-sainement/deshydratation-symptomes-deshydrate/

https://www.news-medical.net/health/Insulin-Resistance-Symptoms-(French).aspx

En ce qui vous concerne, je me pose les questions suivantes : avez-vous suivi la diète hypotoxique en suivant correctement (donc avec très peu d’écarts) l’ensemble de ses règles pendant au moins 6 mois sans remarquer une amélioration au moins tangible?  Si c’est le cas, il est possible de vous soyez sensible à des aliments qui sont normalement compatibles avec la diète hypotoxique, comme par exemple certaines ou même l’ensemble des légumineuses ou encore n’importe lequel autre aliment.  Il faut savoir que tout aliment quel qu’il soit, peut déclencher des intolérances et que la tenue d’un journal quotidien peut nous en apprendre beaucoup à ce chapitre.

Une étude italienne que m’avait interpelée cherchait à démontrer quel était l’organe dont le  fonctionnement inadéquat était le plus susceptible de compromettre la longévité des individus avait donné comme résultat les reins.  Ceci semble être en corrélation avec certains des articles cités ci-dessous montrant la relation entre l’axe AGE-RAGE et la néphropathie.

Voici donc les 8 articles que je vous propose de lire;  je pense que vos formations et votre expérience vous permettront de trouver des réponses à vos questions. À propos du chocolat noir, il me semble que le chocolat cru soit idéal, par contre, la consommation raisonnable de chocolat noir présenterait  des avantages certains bien que tous ne peuvent pas nécessairement le tolérer (aucun aliment quel que soit sa qualité ne convient à tous).

Bonne lecture! (Pour lire les résumés, cliquer sur les titres des articles)

1) The Modern Western Diet Rich in Advanced Glycation End-Products (AGEs): An Overview of Its Impact on Obesity and Early Progression of Renal Pathology. Bettiga A, Fiorio F, Di Marco F, Trevisani F, Romani A, Porrini E, Salonia A, Montorsi F, Vago R. Nutrients. 2019 Jul 30;11(8). pii: E1748. doi: 10.3390/nu11081748. Review.

2) Implication of advanced glycation end products (Ages) and their receptor (Rage) on myocardial contractile and mitochondrial functions.

Neviere R, Yu Y, Wang L, Tessier F, Boulanger E. Glycoconj J. 2016 Aug;33(4):607-17. doi: 10.1007/s10719-016-9679-x. Epub 2016 Jun 8. Review.

3) AGE-RAGE axis blockade in diabetic nephropathy: Current status and future directions. Sanajou D, Ghorbani Haghjo A, Argani H, Aslani S. Eur J Pharmacol. 2018 Aug 15;833:158-164. doi: 10.1016/j.ejphar.2018.06.001. Epub 2018 Jun 5. Review.

4) Activation of the receptor for advanced glycation end products and consequences on health. Wautier MP, Guillausseau PJ, Wautier JL. Diabetes Metab Syndr. 2017 Oct – Dec;11(4):305-309. doi: 10.1016/j.dsx.2016.09.009. Epub 2016 Sep 4. Review.

5) Redox Signaling and Advanced Glycation Endproducts (AGEs) in Diet-Related Diseases.

Cepas V, Collino M, Mayo JC, Sainz RM.

Antioxidants (Basel). 2020 Feb 6;9(2). pii: E142. doi: 10.3390/antiox9020142. Review.

6) Association between habitual dietary and lifestyle behaviours and skin autofluorescence (SAF), a marker of tissue accumulation of advanced glycation endproducts (AGEs), in healthy adults. Kellow NJ, Coughlan MT, Reid CM. Eur J Nutr. 2018 Sep;57(6):2209-2216. doi: 10.1007/s00394-017-1495-y. Epub 2017 Jun 27.

7) Comparison of Free and Bound Advanced Glycation End Products in Food: A Review on the Possible Influence on Human Health. Zhao D, Sheng B, Wu Y, Li H, Xu D, Nian Y, Mao S, Li C, Xu X, Zhou G. J Agric Food Chem. 2019 Dec 26;67(51):14007-14018. doi: 10.1021/acs.jafc.9b05891. Epub 2019 Dec 12. Review.

8) Randomized study of the effects of cocoa-rich chocolate on the ventricle-arterial coupling and vascular function of young, healthy adults. Pereira T, Bergqvist J, Vieira C, Grüner Sveälv B, Castanheira J, Conde J. Nutrition. 2019 Jul – Aug;63-64:175-183. doi: 10.1016/j.nut.2019.02.017. Epub 2019 Feb 27.

Poster un commentaire

Classé dans Sujets d’intérêt

Immunité naturelle : le choc de la science et de la politique, qui a raison?

Qui a raison ? Le François Legault qui aborde l’importance de l’immunité naturelle jeudi, ou le François Legault qui n’en fait pas mention le lundi suivant en annonçant le retour des enfants à l’école ? Les deux, explique Alec Castonguay, l’auteur de cet article paru dans L’actualité (29 avril 2020). https://lactualite.com/auteur/alecc/

N.B. : pendant la présente crise, L’actualité propose gratuitement tous ses contenus pour informer le plus grand nombre.

Message de Jacqueline : si vous voulez comprendre les tenants et aboutissants de l’immunité naturelle,  lisez cet article jusqu’au bout, vous y trouverez de nombreuses réponses à vos questionnements sur le problème très complexe de la COVID-19. Bonne lecture!

3 Commentaires

Classé dans Sujets d’intérêt

Un article incontournable: « L’échec des méga-établissements en santé »

Louise Harel, ex-ministre et députée du Parti québécois, 25 avril 2020

https://www.ledevoir.com/opinion/idees/577689/l-echec-des-mega-etablissements

Lire l’article de Louise Harel permet de bien comprendre pourquoi on en est rendu là :

1) La logique hospitalière : de 2003 à aujourd’hui

Des solutions possibles pour résoudre ce méga-problème :

2) Que faire maintenant ?

Poster un commentaire

Classé dans Sujets d’intérêt

Hélène présente une hypothèse concernant les maux de J.F. Laterreur

Courriel envoyé sur mon blogue par  J.F.Laterreur  le 10/08/2019.

Salut Jacqueline, Cela fait environ 2 mois que j’ai commencé votre régime.J’ai des migraines et des maux de tête depuis une quinzaine d’années.Je crois que votre régime fonctionne pour moi car quand je mange de la viande et autre aliment proscrit par le régime j’ai mal à la tête alors qu’avant je n’avait pas mal. Mais le problème c’est que plus j’avance dans le régime plus tous les aliment me donne mal à la tête, les fruits, les légumes, eau gazeuse, les noix, peut être que ça un lien avec la désintoxication mais je ne sait quoi en penser. Alors je vous écrit pour savoir si n’auriez pas une piste pour moi.
Merci d’avance

Courriel d’Hélène

Bonsoir Mme Lagacé,

La question de Jean-Francois Laterreur qui demande si les maux de tête qu’il éprouve en suivant le régime hypotoxique ne seraient pas la résultante d’un processus de détoxification de son organisme m’incite a vous faire part de mon expérience personnelle. Il y a une quinzaine d’années j’ai consultée un dentiste holistique pour faire retirer mes amalgames dentaires gris. Avant de les retirer, celui-ci m’a référé a un naturopathe spécialisé en détoxification. Ce naturopathe a identifié que j’étais intoxiqué au mercure et m’a fait suivre une grande cure de détoxification. Les métaux lourds se logent malheureusement beaucoup dans le cerveau et lorsque celui-ci se détoxifie, il enfle et créée une pression supplémentaire dans la boite crânienne cela je l’ai beaucoup ressenti. Il y a plusieurs solutions naturelles pour soulager cette pression (Bains d’argile aux herbes dans lequel on s’immerge ,sauna a infra-rouge, etc,). Et meme aujourd’hui a chaque début d’été ,quand je mange BEAUCOUP de légumes verts de mon jardin durant l’été, au début je ressens de la pression dans ma tète et un peu de maux de cœur puis tout s’estompe.

Hélène

Poster un commentaire

Classé dans Messages

Un appui important pour l’essai clinique sur la COVID-19 du Dr Tardif

Message reçu de la Fondation Institut de cardiologie de montréal

Bonjour,

Nous sommes très fiers de vous annoncer que l‘École de médecine de l’Université de New York a choisi Le Centre de recherche de l’Institut de Cardiologie de Montréal pour participer à notre étude clinique sur la COVID-19, COLCORONA.

L’équipe de Dr Tardif travaille maintenant en partenariat avec la Faculté de médecine de l’Université de New York sous la direction de la Dre Binita Shah, directrice de la recherche du programme de résidence en médecine interne pour offrir immédiatement cette étude aux patients de New York. À ce jour, l’état de New York compte de milliers personnes diagnostiquées positives à la COVID-19.

Rappelons que COLCORONA est coordonnée par le Centre de Coordination des Essais Cliniques de Montréal (MHICC), financée par le Gouvernement du Québec, et appuyée par Pharmascience et CGI.

Alain Gignac
Président-directeur général


Pour en lire plus

Pour en savoir plus sur l’étude clinique COLCORONA, rendez-vous au www.colcorona.org.

4 Commentaires

Classé dans Nouvelles