Archives d’Auteur: Jacqueline

Atelier gratuit offert ce mardi sur les techniques de lacto-fermentations et déshydratation

Ce mardi soir prochain le 15 septembre à 19h30, Gabrielle Samson coach et enseignant en alimentation vivante et hypotoxique offrira un atelier gratuit pour vous initier à deux techniques de conservation des aliments:
La lacto-fermentation et la déshydratation 
Conservez les récoltes et mangez vivant à l’année grâce à la déshydratation et la lacto-fermentation!
 
Avec la rentrée et la saison des récoltes, le moment est idéal pour vous d’apprendre ou d’élargir vos compétences sur la conservations des aliments. Dans les cours en direct, Gabrielle enseignera deux techniques et recettes fascinantes pour préserver l’essence des fruits et légumes pour le reste de l’année avec les techniques de lacto-fermentations et de déshydratation.


Avec la saison des récoltes qui bat son plein, c’est le meilleur moment pour profiter de l’abondance des fruits et légumes et apprendre à les cuisiner et les conserver de façon à maximiser leurs vertus. 


Saviez-vous que:
  • Les aliments déshydratés à basse température conservent leurs précieuses enzymes, vitamines et minéraux. 
  • Ils occupent peu d’espace et peuvent être conservés dans l’armoire des mois voir des années (libérez votre congélateur!). 
  • Ils font d’excellentes collations santé, riches en fibres, sans gluten et faibles en hydrates de carbone. Ne soyez jamais mal pris! Idéal pour les lunchs ou les randonnées. Occupent peu d’espace et légers. 


Saviez-vous que:


  • Les aliments lacto-fermentés sont une excellente source de vitamines B et C.
  • C’est une façon peu coûteuse de consommer des probiotiques qui équilibrent notre microbiote intestinal: essentiel à notre santé!
  • Facilitent la digestion et l’assimilation des aliments grâce aux prébiotiques et probiotiques qu’ils contiennent. 
  • Des études démontrent que les aliments lacto-fermentés aideraient à réduire l’inflammation chronique, à supporter les fonctions du coeur et du système immunitaire, balancer l’humeur, auraient des propriétés anti-cancer et aideraient à contrôler le taux de sucre dans le sang et le poids. 


En plus, c’est facile à faire et délicieux… on serait fou de s’en passer! 


Profitez de cet événement en direct gratuit pour en apprendre plus et vous familiariser avec ce sujet fascinant! 
 

3 Commentaires

Classé dans Cours de cuisine

Jocelyne : effets positifs de la diète hypotoxique sur la dermatomyosite

Oui, moi, ce régime m’a bcp aidé pour 2 maladies dont j’ai été diagnostiquée soit arthrose et dermatomyosite ( maladie auto-immune) et je vois une amélioration depuis le rég. hypotoxique. Jocelyne

2 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Annick: la diète hypotoxique peut-elle agir sur l’inflammation causée par un implant

Le témoignage et la question très importante d’Annick, suivie des deux témoignages de Gisèle,  de mes commentaires et explications

Bonjour madame Lagacé,
Ayant mal pratiquement 2 jours sur 3 suite à une série de chirurgies, je me suis procuré votre livre et ai débuté la diète hypotoxique avec espoir de calmer le jeu. Cependant, je ne souffre pas d’une des maladies décrites…
Voici: j’ai un implant sous-urétral (en polypropylène) qu’on m’a installé il y a quelques années. suite à diverses complications, on m’en a enlevé quelques bouts mais le reste serait trop risqué à retirer. depuis, mon état s’est détérioré. Moi qui était sportive et jamais souffrante ou malade, je dois maintenant limiter toute activité physique (même marche, jardinage ou ménage) à maximum une heure sous peine de déclencher pendant les deux jours suivants brûlures et douleurs dans toute la région pelvienne et au bas du dos (zone sacro iliaque). J’arrive à doser et adapter mes exercices mais depuis quelques mois, chaque selle ou mouvement du colon déclenche maintenant douleurs vives toutes aussi longues dans la région du coccyx et du rectum. J’en ai des nausées tellement c’est intense. Les médecins consultés me prescrivent des anti-inflammatoires et du metamucil, que je prends de temps en temps quand la crise s’éternise et n’empêche de travailler ou d’être fonctionnelle.
Ma question: est-ce qu’à votre avis je pourrai arriver par mon alimentation à contrôler la situation et calmer la douleur, même si mon implant restera en moi? Je n’ai trouvé nI dans le livre ni dans le blogue de l’information sur de l’inflammation causée « possiblement » par un implant.
Je suis impressionnée des réussites de votre méthode et sachez que je suis très motivée à l’adopter. J’ai 52 ans et encore une vie devant moi 🙂
Je vous remercie énormément pour tout ce travail et pour votre écoute,
Annick

Bonjour Annick,

Merci de me donner l’occasion d’expliquer, à partir des deux témoignages de Gisèle, comment fonctionne la diète hypotoxique pour mettre fin ou au moins diminuer de façon souvent très importante les douleurs causées par de l’inflammation chronique.

Votre question: « est-ce qu’à votre avis je pourrai arriver par mon alimentation à contrôler la situation et calmer la douleur, même si mon implant restera en moi? » est très importante car c’est justement à cette question que répond le témoignage de Gisèle qui a retrouvé une vie sans douleur même si sa scoliose, qui lui provoquait des douleurs insupportables, est toujours présente.

Voici donc les deux témoignages extrêmement émouvants de Gisèle suivis de mes explications.

 Le  Témoignage de Gisèle (scoliose-arthrose sévère) qui met en évidence le mode d’action de la diète hypotoxique (cette partie a été reproduite à partir  de mon dernier livre « Une alimentation ciblée… » p. 45-48.

Témoignage reçu le 28 janvier 2013

J’ai 59 ans et j’ai une scoliose qui a été diagnostiquée à 12 ans. Je suis atteinte d’arthrose sévère et je souffrais d’inflammation aux tendons et à la bourse du grand trochanter (os de la hanche), d’une petite déchirure à la hanche et d’un glissement  de la vertèbre L4 sur L5.  Quand j’ai commencé le régime hypotoxique à la fin août 2011, je ne pouvais plus bouger lorsque je me couchais le soir dans mon lit. En dernier, même sans bouger, la douleur était atroce. Même si j’ai eu des effets positifs assez rapidement, cela a pris cinq mois avant que je puisse me coucher sur le côté gauche sans douleur, et cela seulement pour quelques secondes. Maintenant après 17 mois, je peux bouger, me tourner de tous les côtés comme toute personne normale sans aucune douleur. J’ai encore quelques petits maux de temps à autre (aux jointures des orteils avec le pied) mais je suis certaine qu’ils vont disparaître à tout jamais avec le temps. Au début du régime je suis devenue ultrasensible au blé et aux substances laitières. J’étais convaincue que je suivais le régime à la lettre et vlan! la douleur insupportable était revenue. Le chiro m’a dit que j’avais certainement triché. Cela m’a vexée, je prenais note de tout ce que je mangeais et je n’avais pas triché. Pourquoi je vous conte cela ? Parce que je suis allée à l’épicerie après ma visite chez le chiro pour acheter des épices. C’est là que j’ai compris que j’avais triché sans le savoir. J’ai toujours acheté les épices les moins dispendieuses en sac. Ma surprise fut très grande de voir que le thym contenait du blé, dans «ingrédients» c’était écrit: «thym, blé ». Il faut vraiment lire toutes les étiquettes, faire ses bouillons soi-même, etc. La meilleure chose à faire est de noter chaque jour ce que l’on mange et nos symptômes. Comme ça on peut déterminer si un élément cause problème.  Gisèle

Le 11 mai 2016, Gisèle m’a envoyé des nouvelles informations: «Après cinq ans de régime hypotoxique, je vais très bien et je vis toujours sans douleur sauf si je triche. Sur une échelle de 1 à 10, 10 étant la douleur ressentie avant le régime, ce n’est jamais plus de 1,5 mais plus souvent 1. Si je ne triche pas c’est 0, zéro douleur. Moi qui ne dormais pas autrefois, je peux maintenant dormir 7 à 8 heures et si jamais je me réveille durant la nuit, je me rendors aussitôt. Et oui, je peux me coucher sur le côté. Tout cela est derrière moi. Je peux même jardiner mais pas plus de deux heures par jour. Grâce à vous je peux bouger et m’étirer dans mon lit, marcher, sauter et danser, et tout cela sans douleur. Je suis actuellement des cours de danse en ligne et je participerai bientôt, grâce à une amie, à un spectacle où je danserai le cancan.

Merci mille fois, Gisèle Proulx

Commentaires et explications de Jacqueline

Le témoignage de Gisèle Proulx permet de démontrer que l’efficacité de la diète hypotoxique repose avant tout sur son pouvoir anti-inflammatoire. La scoliose (une déviation permanente de la colonne vertébrale, liée à une rotation des vertèbres) a favorisé à la longue une arthrose sévère (entre autres, une dégradation du cartilage articulaire) en raison principalement du déséquilibre de la colonne provoqué par la scoliose. Après 17 mois de régime hypotoxique, Gisèle avait presque éliminé la douleur et cinq ans après le début du régime, sa douleur est à zéro lorsqu’elle ne triche pas. Elle participera bientôt à un concours de cancan, n’est-ce pas magnifique ? Pourtant la scoliose de Gisèle est toujours bien présente. Ce qui a changé, c’est que l’inflammation est disparue peu à peu au niveau de chacune des articulations apophysaires des vertèbres, des disques intervertébraux, des tendons, des ligaments et des muscles qui sont rattachés à la colonne vertébrale. À mesure que l’inflammation disparaissait, la douleur disparaissait. Lorsque l’inflammation disparaît, les tissus qui participent aux articulations cessent de se détériorer et peuvent, s’ils n’ont pas été trop endommagés par l’inflammation chronique, se régénérer peu à peu. Aux endroits où il y a encore du cartilage vivant, il peut lentement se reconstituer et devenir moins fibreux et plus souple, ce qui facilite grandement les mouvements articulaires. C’est la même chose pour les tendons et ligaments qui n’ont pas été trop affectés par l’inflammation ainsi que pour les muscles. Tous les tissus qui participent aux articulations, le cartilage, les tendons, les ligaments, les muscles et les os, jouent un rôle important dans les mouvements articulaires; de plus, des muscles bien développés par l’exercice et des os en santé protègent les articulations lors des mouvements. Le fait que Gisèle, en dépit de sa scoliose et d’une arthrose sévère, puisse maintenant mener une vie pratiquement normale et sans douleur démontre bien que la diète hypotoxique agit en mettant fin graduellement aux phénomènes inflammatoires chroniques. Parallèlement, avec la disparition de l’inflammation, une alimentation bien équilibrée et ciblée, qui respecte les caractéristiques personnelles de chacun, va favoriser la régénération des tissus en fonction de leurs caractéristiques propres (certains tissus se renouvellent plus lentement que d’autres) et du degré de destruction que les tissus ont subie en raison de la chronicité de l’inflammation. Une chose est certaine, notre organisme est souvent bien plus intelligent que nous et il fait tout ce qu’il peut pour corriger les conséquences de problèmes physiques et physiologiques particuliers et/ou de nos mauvaises habitudes de vie. Il nous prévient par des messages de douleur que nous devons changer nos comportements inadéquats. Être à l’écoute de son corps et faire de l’exercice sont des moyens complémentaires très efficaces de protéger sa santé ou de la recouvrer.

Donc Annick, je ne peux rien vous promettre mais je vous encourage à suivre avec le plus d’attention et de patience possible la diète hypotoxique qui, oui, je le pense sincèrement, pourrait vous permettre d’améliorer votre qualité de vie et je vous le souhaite de tout mon cœur.

 

6 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Gabrielle Samson: vente éclair de cours de cuisine

Promotion:  rabais de 40%  sur les cours de cuisine et programme de coaching hypotoxique de Gabrielle Samson! Vente éclair sous le thème de la canicule: jusqu’à vendredi toute la journée seulement!

Vous aimeriez suivre le régime hypotoxique, mais vous ne savez pas par où commencer? Vous avez besoin d’idées de recettes. Vous aimeriez comprendre plus en détails comment intégrer le régime hypotoxique dans votre quotidien et éviter les erreurs. Ça tombe bien, Gabrielle Samson coach et enseignante en alimentation vivante et hypotoxique vous a préparé plusieurs cours de cuisine en ligne que vous pouvez faire dans le comfort de votre foyer à votre rythme. Gabrielle a plus de 10 ans d’expérience dans l’enseignement de l’alimentation vivante et hypotoxique et a collaboré au best seller Cuisiner pour vaincre la douleur et l’inflammation chronique de Jacqueline Lagacé Ph.D. Jusqu’à vendredi seulement tous ses cours sont offerts à 40% de rabais! Profitez-en ce genre d’offre qui n’arrive pas souvent! Il n’aura jamais été aussi important de prendre soin de votre santé!

Voici le lien pour avoir plus d’informations:

Poster un commentaire

Classé dans Cours de cuisine

Céline: un rappel douloureux après 10 ans…

Il y a 3 semaines environ pendant 3 jours consécutifs j’ai mangé des petits fruits avec du sirop d’érable et de la crème à 15%. Je me suis réveillée un matin avec le pied et la cheville droite très enflés, de la difficulté à marcher, une grosse crise d’arthrite. Tout de suite j’ai pensé à la crème. J’ai arrêté les produits laitiers depuis environ 10 ans mais de temps en temps j’avais un petit goût de fromage, de pain blanc et là c’était la crème. Depuis 10 mois je ne prends plus de méthotrexate c’est mon alimentation qui soigne l’arthrite. Je n’en mangerai plus de sitôt j’ai été tellement malade heureusement que maintenant je sais ce qui cause les crises d’arthrite. J’ai une grande intolérance aux produits laitiers. Merci Jacqueline de nous avoir mis sur la bonne piste avec tes livres et tes bons conseils. Céline

Réponse de Jacqueline: Merci Céline pour ce rappel important, à savoir qu’après 10 ans d’évitement des produits laitiers, un écart de 3 jours consécutifs peut avoir  des conséquences dévastatrices.

9 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Sabrina : les problèmes de neuropathies, un problème mal compris et mal soigné

Bonjour.
J’ai 46 ans et j’ai la maladie génétique rare Charcot-Marie-Tooth.
Je dois admettre qu’actuellement mon énergie et mon périmètre de marche se réduisent fortement…
Je sais qu’une étude il y a qq années a mis en évidence l’intérêt du régime hypotoxique pour réduire l’inflammation chronique, qui a un impact sur la CMT.
Mais y a t’il des personnes sur ce forum qui ont la CMT et qui ont vu une amélioration réelle avec le régime hypotoxique ?
Suis plutôt costaud mais là je me sens assez découragée.
Merci !
Bonne Journée
Sabrina

Réponse de Jacqueline :

Dans la neuropathie, qu’elle soit héréditaire ou non, l’inflammation chronique joue un grand rôle, alors que la diète hypotoxique est clairement anti-inflammatoire. Je suis confiante que si vous suivez une alimentation ciblée en rapport avec votre neuropathie et vos sensibilités propres (dont probablement vous n’avez pas conscience), vous puissiez améliorer de façon significative votre condition. En ce sens, je vous conseille fortement de lire dans mon dernier livre (<em>Une alimentation ciblée…)</em> p. 19 à 26 (débutant au no 3 sous le titre: « <em>Des intolérances alimentaires responsables de problèmes de neuropathie »</em>). Vous y trouverez des informations qui, si vous en tenez compte, pourraient vraiment vous aider.

Si des lecteurs ont obtenu du succès avec cette approche, vos commentaires pourraient aider Sabrina. Merci à l’avance.

2 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Témoignage: fromage et tendinites chroniques

D’origine auvergnate, je déjeunais tous les matins avec de la fourme d’Ambert (fromage français) et à maintes reprises j’ai consulté mon généraliste pour des tendinites à répétition aux bras, et aux épaules.
Ma femme en lisant une revue biologique m’a indiqué que mes tendinites semblaient provenir du fromage !
J’ai cessé la fourme pendant 3 semaines et j’ai constaté que je n’avais plus de tendinite.
J’ai recommencé avec la fourme et rebelote : tendinites à répétition !
J’ai cessé la fourme et 3 semaines plus tard plus RIEN !!

Jean-Yves

Réponse de Jacqueline :  Merci pour votre témoignage éloquent qui confirme que les tendinites à répétition peuvent être favorisées par un aliment tel que le fromage. Votre témoignage est  intéressant à plus d’un point de vues: 1) en seulement 3 semaines vos tendinites ont disparues, il s’agit ici d’un temps relativement court qui démontre une bonne efficacité de votre système d’élimination, cela d’autant plus que le fromage était consommé quotidiennement; 2) dans la majorité des cas, lorsqu’un personne souffre d’une maladie inflammatoire chronique de quelque nature qu’elle soit, elle doit éliminer de son alimentation au moins le gluten en plus des produits laitiers. Les analyses effectuées à partir des témoignages de mes lecteurs et compilées au chapitre 2 de mon dernier livre (<em>Une alimentation ciblée… </em>) suggèrent fortement que dans certains cas (souvent dans le cas des infections chroniques ORL) 24% des individus obtiennent une mise en rémission de leur problème chronique en éliminant uniquement les produits laitiers de leur alimentation.

10 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Tendinites à répétition : Commentaires + que pertinents entre Léna et Nadège + 5 autres

N.B. : tel que mentionné dernièrement, il m’arrive de vérifier quels sont les articles de mon blogue qui sont les plus revus.  Aujourd’hui, grâce à quelques-uns  de mes lecteurs, j’ai redécouvert les échanges entre Léna et Nadège ainsi que les réponses de cinq autres lecteurs qui font part de leurs expériences personnelles très riches concernant les tendinites à répétition.

Voici les commentaires en question :

Envoyé le 17/07/2014 à 02:26

Bonjour de France!

Je vous écris car comme beaucoup de personnes, après maintes et maintes rendez-vous médicaux, je commence à être perdue et un petit peu désespérée

Voilà, je suis une grande sportive (en salle: course fractionnée, vélo, cours de cardio, renfo musculaire), en tout cas j’ai de la volonté 🙂

J’ai eu une élongation en février que j’ai soigné avec le temps et le kiné.
Puis je suis allée au ski (je n’y vais pas souvent mais comme je vous disais à la base je fais beaucoup de sport) et je me suis faite une tendinite de la pointe de la rotule. Donc arrêt du sport en salle.

Ca arrive. Sauf que diverses tendinites sont arrivées peu de temps après: déjà une tendinite de la pointe de la rotule sur l’autre genoux, une pubalgie qui était déjà apparue quelques années auparavant et qui s’est réintroduite alors que j’avais arrêté tout sport sauf la marche rapide et le gainage. Puis tendinite des muscles d’insertions sur les deux côtés. Certes, je suis d’une volonté « sportive » plus que le raisonnable. Je marchais 8 à 10 km par jour pour compenser mon manque de sport croissant…
Mais j’ai quand même l’impression d’être en fragilité musculaire. J’ai l’impression de ne plus pouvoir faire grand chose au risque d’abîmer davantage mes muscles

En parallèle, des prises de sang ont révélées que j’étais positive concernant la candidose, que mon hémoglobine baissait et remontait et que j’étais en légère hypothyroïdie, ce qui me semble bizarre car je suis plutôt en train de maigrir (je fais généralement 45 à 47 kilos pour 1 m 64). Un médecin endobiogénie m’a conseillé de faire des tests dIGG (lactose, oeufs, gluten etc.) qui se sont avérés négatifs. Mais elle m’a quand même dit de faire le test sans gluten, ni lactose, ni soja etc… ce que je ne trouve pas forcément logique, surtout après des tests à 300 euros!

Au pays de la france, du fromage et du vin rouge, c’est assez difficile de faire un régime sans gluten, surtout quand les tests (chers!) montrent qu’à priori il n’y a pas de soucis de ce côté-là. Pensez-vous qu’il est quand même possible que mes tendinites soient liées à une potentielle intolérance au gluten/lactose ou qu’il s’agit plus d’une coïncidence avec tous ces petits problèmes de santé, étant donné le résultat de prise de sang d’intolérances alimentaires, et que j’ai trop « forcé sur la machine » ?

Votre livre parle plus de maladies chroniques et d’arthrites que de tendinites et je n’ai pas l’impression d’avoir beaucoup de symptômes si ce n’est des ballonnements, tendinites, pbs de digestions de temps à autre

Merci pour vos réponses 🙂 et merci d’être là pour nous aider à voir plus clair!  Léna

Réponse de Jacqueline Les tendinites sont des maladies d’inflammation chronique classées dans les maladies d’encrassage par le Dr Seignalet.  Il est extrêmement important de savoir que la grande majorité des gens qui souffrent de maladies NCGS (sensibilité au gluten sans lien avec la maladie coeliaque) ne développent pas  d’anticorps contre le gluten et les produits laitiers.  Ceci parce que d’après plusieurs chercheurs dans le domaine, les maladies NCGS mettraient en jeu le système immunitaire inné dont les cellules immunitaires ne sont pas capables de secréter des anticorps contrairement au système immunitaire spécifique ou adaptatif.   Il existe une parenté étroite entre les protéines du lait, particulièrement les caséines et la gliadine alpha, la molécule la plus nocive du gluten.   Cela veut dire que les tests de détection des intolérances qui sont basées sur la présence d’anticorps contre le gluten et/ou les produits laitiers sont incapable de détecter la sensibilité au gluten et aux produits laitiers même en présence de la maladie NCGS.  Il serait important que vous alliez lire sur mon blogue dans « Sujets d’intérêt » Tests pour les réactions alimentaires adverses.  Pour le trouver rapidement inscrire « tests » dans la fenêtre Recherche articles.  Si vous respectez bien les règles de l’alimentation hypotoxique, vous avez 88% de chances d’obtenir d’excellents résultats selon le Dr Seignalet. J’ai également reçu des témoignages très positifs à ce sujet.

Nadège : 2015/07/06 à 17:09

Bonjour,
Je voulais témoigner de mon expérience personnelle, qui ressemble à celles de Léna et de Carole. Je suis sportive (course à pied, randonnées, ju-jitsu, escalade), et il y a 2 ans je me suis fait une tendinite à l’épaule, puis au poignet droit le lendemain. Deux mois plus tard, je me suis fait une tendinite au genou gauche, au point que j’avais mal même en marchant. De plus j’avais la sensation d’avoir de la fièvre, bien que le thermomètre n’indiquait pas d’augmentation de température. Après deux mois sans amélioration, j’ai suivi un kiné qui m’a dit d’arrêter tout sport, même la marche. Je n’ai eu aucune amélioration, et j’ai même eu une tendinite à un autre tendon du genou en suivant les exercices du kiné. Ensuite j’ai repris doucement le sport, mais en faisant une rando je me suis fait une autre tendinite, à la cheville droite. Je précise que je bois beaucoup d’eau, et je mange beaucoup de légumes et fruits et peu de viandes. J’ai alors essayé diverses méthodes qui ont un peu amélioré les choses, comme l’alimentation anti-inflammatoire (privilégier les aliments riches en oméga 3, respecter l’équilibre acido-basique), les auto-massages (en suivant la méthode de Christophe Carrio) et la méditation (pour me détendre et décrisper les articulations). Mais à chaque fois que je faisais du sport, même tout doucement, les douleurs articulaires revenaient au bout d’un moment (je ne pouvais pas courir plus de 5 minutes contre 1h30 auparavant). De plus j’avais toujours mal au poignet rien qu’en faisant des gestes du quotidien, et j’ai même commencé à avoir mal à l’autre genou (douleur qui est arrivée progressivement, sans raison). Dans le même temps, je remarquais que j’avais de plus en plus de problèmes digestifs, notamment des ballonnements, et j’étais toujours très fatiguée alors que je dormais 9-10h par jour. Il y a 7 mois j’ai aussi commencé à avoir une sinusite chronique, j’avais du mal à respirer par le nez, et j’avais des maux de tête toute la journée (dès le réveil) ; la méditation et les huiles essentielles calmaient mes maux de tête mais ça revenait tout le temps, surtout quand je marchais ou faisais du sport (impression d’avoir de la fièvre).
Il y a 4 mois, j’ai consulté un ostéopathe qui m’a dit de tester le régime sans gluten pendant 2 semaines (je précise que mes tests d’intolérance au gluten, prise de sang et fibroscopie, sont négatifs). Dès les premiers jours je n’avais plus de gros ballonnements et j’étais moins fatiguée après les repas (j’avais déjà remarqué ça en arrêtant de manger du gluten pendant un ou deux jours mais certains amis me disaient que c’était psychologique). J’avais aussi l’impression d’avoir moins de douleurs articulaires inopinées (qui apparaissaient sans rien faire). Un mois après le début du régime, j’ai essayé de faire une rando alors que j’avais mal au genou au départ, mais, miracle, les douleurs ont diminué au fur et à mesure de la rando au lieu d’augmenter comme d’habitude. De plus, je n’avais pas mal du tout le lendemain, alors que d’habitude je ne pouvais plus marcher pendant une semaine dès que je forçais même très légèrement.
Forte de ces réussites, je me suis documentée sur l’alimentation. J’ai d’abord lu un livre sur l’alimentation paléo (de Julien Venesson), et j’ai remarqué qu’en mangeant beaucoup moins de féculents, légumineuses et oléagineux, et plus d’œufs, de viandes et de poissons, je n’avais plus du tout de ballonnements. J’ai aussi arrêté tous les produits laitiers, même si je n’en mangeais presque pas car je ne digère pas le lactose. J’ai ensuite lu le livre du Dr Seignalet et j’ai combiné le régime hypotoxique au régime paléo.
Au fur et à mesure, les douleurs articulaires ont fortement diminué voire disparues et j’ai constaté des progrès énormes en sport. Ça fait maintenant 4 mois que j’ai changé d’alimentation et je refais du vélo, de l’escalade et de la randonnée sans problème ; j’ai même fait de l’alpinisme « facile » (pic Jocelme – 3457m). Par ailleurs, je n’ai plus du tout de maux de tête, sinusite et nez bouché, ni de sensation de fièvre, je suis toujours en forme et j’ai besoin de très peu de sommeil par rapport à avant (7-8h suffisent). Les rares fois où j’ai testé des restos ne correspondant pas au régime, même en évitant au maximum les aliments contenant du gluten et des produits laitiers, j’ai eu des douleurs intestinales, articulaires et mes maux de tête qui revenaient.
Voilà, je souhaite que mon témoignage puisse encourager à entreprendre le régime hypotoxique!

léna : 2015/07/10 à 05:09

Hello Nadège, je suis super contente pour toi!
En tant que sportive, c’est juste un rêve qui se réalise! (et une solution)
Profites à fond et je crois que dans ces cas-là, il faut se dire: « écoute toi »

De mon côté, c’est toujours pas folklo… ça fait plus d’un an maintenant que j’ai commencé à avoir mes 5 tendinites, et j’ai enchaîné d’autres blessures depuis (tendinites, élongations, contractures).
Pourtant je suis hyper sérieuse:
Depuis un an j’ai arrêté tout produit laitier, je mange très très peu de viande (1 fois par mois et encore), je mange pas de gluten ni de maïs, je me fais des jus vert bio maison et malheureusement je continue à me blesser…
J’ai repris le sport doucement en septembre dernier après environ 6 mois d’inactivité. Je fais principalement de la piscine car je me blesse moins.
Mais depuis septembre, j’ai une contracture à l’omoplate qui ne passe pas, j’ai eu des contractures à l’avant bras, au mollet, à l’adducteur, une élongation EN M’ETIRANT (..) derrière le genou droit et mes 5 tendinites de l’année dernière commencent seulement à partir!! plus d’un an après

Moi qui suis sportive, tu peux t’imaginer le comble que ça représente..
J’ai fais un grand nombre d’examens, vu de nombreux médecins/spécialistes/médecins interne. On pensait à une maladie auto-immune, une sclérose en plaque, une maladie des muscles, polyarthrite rhumatoïde. J’ai tout vérifié, je n’ai pas ça (ce qui est aussi une bonne nouvelle).
Mais alors pourquoi ai-je tant de douleurs? pourquoi ai-je l’impression de ne plus pouvoir faire du sport du tout?
Mon rhumato, après avoir vérifié que je n’avais pas de maladie, m’a dit que j’avais pour lui une fibromyalgie, sans me faire d’examens. Il m’a dit « au bout d’un moment, quand on a vu tous les spécialistes, qu’on a tout essayé, tout vérifié, pour moi c’est une fibromyalgie ». Je ne sais pas quoi pensé car de toutes façons la fibromyalgie est un peu une maladie poubelle: on dit que tu as ça quand on ne trouve pas le pourquoi de tes douleurs. Mais je ne suis pas trop fatigué d’ailleurs. Je mets du temps à m’endormir et je me réveille la nuit mais ça depuis pas mal d’années.

Toi qui a tout essayé, aurais-tu des conseils? je t’avoue que je suis assez désespérée (je n’aime pas ce mot mais bon faut dire ce qui y est). moi qui voulait être triathlète, et j’ai vraiment l’impression que mon corps me dit par les blessures « stop, tu ne peux faire aucun sport »

Nadège : 2015/07/21 à 17:25

Bonjour Léna,
Je suis étonnée et triste pour toi d’apprendre que tu ne peux pas reprendre le sport malgré le régime sans gluten ni laitages. En y réfléchissant, je pense que les autres méthodes que j’ai utilisées avant et pendant le changement de régime ont bien contribué à mon rétablissement, alors je vais te dire celles qui ont fonctionné pour moi, en espérant que cela pourra t’aider !

Concernant l’alimentation :
Dans ton premier témoignage tu as dit que tu avais parfois des ballonnements et problèmes digestifs, est-ce qu’ils ont diminué avec le régime ? En ce qui me concerne, j’avais des ballonnements et une fatigue résiduels après manger même en arrêtant le gluten et les laitages, et j’ai remarqué que cela venait des céréales, légumineuses et oléagineux, qui constituaient la plupart de mon alimentation à l’époque et que je cuisinais souvent à la vapeur douce. En effet, ces aliments contiennent des lectines qui augmentent la perméabilité intestinale (sauf pour le riz blanc car les lectines sont contenues dans l’enveloppe de la graine), ainsi que des inhibiteurs d’enzymes, et des phytates qui sont des anti-nutriments. Le fait de tremper les céréales et légumineuses dans l’eau, de les rincer, puis de les cuire suffisamment longtemps dans de l’eau bouillante permet d’éliminer en grande partie ces substances nocives (le temps de trempage et de cuisson est variable suivant les aliments) ; pour les oléagineux il faut seulement faire tremper puis sécher au soleil. Les pommes de terre sont également à consommer bien cuites. Il faut donc éviter de cuire les céréales et légumineuses à la vapeur douce ou à basse température, ou pire de les manger crus ! (j’ai fait cette erreur un moment avant de comprendre…). Source : « Paléo Nutrition » de Julien Venesson ; le lien suivant donne aussi des explications sur les lectines : http://www.nourriture-sante.com/lectines-inflammation-chronique/
Egalement, une alimentation riche en oméga 3 (huile de colza, de lin ou de noix, maquereau, sardine, foie de morue,… ) est importante pour diminuer l’inflammation, car elle favorise la production de molécules anti-inflammatoires.

Concernant l’entretien physique :
Les auto-massages m’ont beaucoup aidée pour guérir mes douleurs articulaires et musculaires (le lien suivant explique en quoi cela consiste : http://christophe-carrio.com/blog/files/Automassage-exercices-methodes-outils-pour-auto-massage.html#.Vaz-UBDwoXU ), même s’ils n’ont pas suffi puisque je me refaisais mal sans cesse avant d’entreprendre le régime sans gluten (je passais près d’une heure à me masser chaque jour pour que les douleurs s’estompent). Je te conseille le livre « Un corps sans douleur » de Christophe Carrio qui décrit la méthode et traite aussi d’autres points importants à connaître concernant les douleurs musculaires et articulaires. Au début, j’utilisais une balle de tennis et un rouleau à patisserie pour me masser, et quand j’ai vu que cela marchait bien j’ai acheté le bâton et le rouleau de massage qu’il conseille (c’est assez cher mais c’est bien plus efficace et c’est un investissement à long terme). Un élément essentiel de la méthode d’auto-massage est de travailler sur les trigger points, qui sont des sortes de « nœuds » au niveau des tendons ou des muscles (entre autres), comme expliqué dans le lien suivant: http://www.thierrysouccar.com/sport/info/les-trigger-points-quest-ce-que-cest-1049
J’utilise ces techniques quotidiennement, dès que j’ai une douleur quelque part. Le massage à la main des trigger points selon la technique donnée dans le lien ci-dessus peut se faire en toute situation. Il faut cependant être patient et bien respecter le protocole pour ne pas au contraire aggraver les douleurs.
Concernant les étirements, il faut être très prudent, moi aussi je me suis blessée en en faisant. Si tu as des douleurs articulaires, je te conseille de faire des étirements passifs statiques, qui ne sollicitent pas trop les tendons ; ils sont à faire en dehors des activités sportives (quand les muscles sont à froid) et en étant bien détendue. En cas de douleur pendant l’étirement, j’arrête l’étirement et je masse l’endroit douloureux, puis je reprends l’étirement tout doucement quand je sens que le « nœud » est délié.
Pour la rééducation, j’ai utilisé des bandes élastiques notamment pour les épaules et bras, ça a bien marché (j’ai acheté une bande élastique de résistance la plus faible possible pour ne pas me faire mal, et j’ai cherché sur internet des exercices complets). J’ai aussi fait des exercices de gainages, car cela sollicite les muscles sans faire mal aux articulations (en général !). Ensuite, j’ai fait en plus du vélo d’appartement (conseillé par mon médecin du sport), du vélo elliptique et du rameur ; ces exercices sont assez complets et permettent de reprendre doucement le sport.

Concernant le mental :
Même si c’est très difficile, je pense qu’il est essentiel de réussir à être calme et à se débarrasser de ses frustrations intérieures pour permettre la guérison. Le fait que tu veuilles être triathlète et ne peut pas réaliser ton rêve me fait penser au cas évoqué dans le livre du Dr Seignalet, d’une fille qui voulait être danseuse professionnelle et était tellement frustrée de ne pas pouvoir l’être que ça l’empêchait de guérir (il évoque à ce propos le fait que les interférons gamma induits par le stress augmentent la perméabilité intestinale et donc empêchent la guérison) ; dans son cas le fait de changer d’environnement lui a permis de guérir enfin. En ce qui me concerne, j’étais aussi très frustrée de ne plus pouvoir faire de sport et de ne pas comprendre pourquoi je me blessais tout le temps, et à cause de cela je me contractais et m’énervais ou désespérait, et cela empirait mes problèmes. Finalement, je pense que j’ai réussi à retirer cette frustration d’une part en abandonnant l’idée que je pourrais refaire du sport un jour, et en trouvant d’autres hobbies qui ne nécessitent pas d’activité physique, et d’autre part en suivant une méthode de méditation appelée « pleine conscience » qui est facile d’apprentissage (j’ai acheté le livre « Méditer, jour après jour » de Christophe André, avec lequel est fourni un CD audio pour réaliser les exercices). Cela m’a beaucoup aidé à me détendre, à arrêter de ruminer des pensées négatives et à ne plus rien attendre de mon corps en termes de performance physique (j’avoue que le soutien continuel de mon copain m’a aussi beaucoup aidée à rester motivée et à ne pas désespérer !). Je pense enfin qu’il est important voir son corps comme un « ami », d’essayer de comprendre ses besoins et de passer du temps à le guérir, et non pas de le voir comme une machine qui doit répondre à nos ordres même s’il nous signale qu’il y a un problème (je dis ça car c’est ce que je faisais avant).

Voilà, en parallèle je te conseille d’aller sur le forum « Appart des spasmos » qui regroupe des tas de gens qui ont eu des problèmes comme toi (dont la fibromyalgie même si comme tu dis ça n’est pas un vrai diagnostic) et qui ont essayé le régime Seignalet. Ils sont sympa et pourront te donner des conseils !
Je te souhaite beaucoup de courage, et surtout ne te laisses pas aller au désespoir, je suis sûre que tu pourras réussir à guérir ! Nadège

Voici les cinq  autres commentaires très pertinents concernant les tendinites à répétition :

  • Béjat Monique

2014/07/17 à 12:23

L’équilibre acido-basique intervient également dans les tendinites à répétition. Il faut alcaliniser l’organisme. La mesure du pH urinaire permet de contrôler facilement son terrain : le pH urinaire des urines avant le repas de midi et celui du soir doit être supérieur à 6.8. On peut se procurer du papier pH urinaire sur Internet (Alcabase par exemple, en utilisant une demie-languette pour chaque contrôle).

Ajout de Jacqueline: la meilleure façon d’alcaliniser l’organisme est de consommer beaucoup de légumes et particulièrement les légumes verts. Les eaux minérales recommandées sur ce site sont également efficaces.

  • Carole

2014/07/17 à 12:21

Bonjour,

Ma condition ressemblait beaucoup à celle de Léna, c’est qui m’a incitée à vus faire part de mon histoire. En effet, je suis sportive, je joue au tennis, au badminton, je fais du vélo, de la marche et du ski de fond. J’étais toujours courbaturée à chaque fois que je faisais une activité physique un peu plus intense, même si ce sont des sports que je pratique régulièrement. J’avais aussi des ballonnements, mais qui m’incommodaient surtout la nuit. J’ai développé une tendinite à chaque coude et à un talon. Des traitements de physiothérapie et des injections de cortisone m’ont soulagée, mais les tendinites revenaient constamment. J’ai dû cesser la majorité des mes activités physiques. Les tendinites ont duré environ 2 à 3 ans, jusqu’à ce que je commence le régime hypotoxique. J’ai constaté des améliorations notables après seulement 2 semaines de régime et au bout d’environ 2 mois, je n’avais plus aucune tendinites. J’ai donc recommencé à pratiquer tous les sports que j’avais abandonnés à cause des souffrances et ça va très bien. Je dois vous dire que dès que je triche 2 ou 3 fois de suite, je sens immédiatement les douleurs qui reprennent graduellement aux mêmes endroits, soit aux coudes et à un talon. Je vous encourage fortement à essayer, je suis convaincue que vous constaterez une amélioration.

Carole

Karine

2014/07/17 à 11:00

J’ai le même problème de tendinites qui se déclarent partout et ne guérissent plus. J’ai dû être en arrêt de travail pendant des mois. N’hésite pas à essayer le régime hypotoxique. Ça fait peur de changer autant de choses dans notre alimentation, mais ça vaut la peine. Après trois mois, on a intégré tous les principes et ça devient normal. En plus, on constate rapidement plusieurs améliorations à tous les niveaux de notre santé et c’est très encourageant. Bon courage!

Lirzin André

2014/07/17 à 10:40

Si je peux me permettre d’ajouter mon expérience:je suis aussi un grand sportif,maintenant 43 ans,aucune maladie connue mais je suis le régime pour prévenir……je me faisais traiter pour divers petites blessures par physio,chiro.ostéo depuis au moins 2 ans …j’avais des problèmes d’inflammation récurrents aux fessiers et au dos…même en suivant le régime…Un ami m’a simplement parlé de mon hydratation,j’ai constaté que j’étais constamment deshydraté .J’ai donc augmenté ma consommation d’eau à 2.5-3 litres par jour et + pour les journées d’entraînement et de chaleur…Combiné au régime,ça a grandement amélioré mes symptômes !On sous-estime beaucoup l’importance de l’Hydratation, après tout,nous sommes faits de 80 % d’eau ! c peut-être une avenue à explorer…

2014/08/07 à 07:59

Commentaire d’André très intéressant… hydratation contre les tendinites… car pour ma part, je buvais de l’eau presque sans arrêt sans pour autant parvenir à étancher ma soif… jusqu’à ce que j’arrête de consommer les aliments contenant du gluten… et un beau jour, après seulement 3 jours sans gluten, j’ai constaté à ma grande surprise que j’avais passé toute une matinée sans boire d’eau faute de ressentir la soif (habituelle depuis plus de 10 ans!) et que mes bras s’étaient « dégonflés » = assouplis au toucher (moins de rétention d’eau). J’attribue cela à ma sensibilité au gluten, inconnue jusqu’à ce matin d’avril 2013, et que mon corps essayait d’éliminer par mes reins (très sollicités par cet excès d’eau) et mes intestins (beaucoup de mucus dans mes selles à l’époque). Ma vessie m’a remercié également ! Même si je mange beaucoup de légumes, souvent crus en salades mixtes et peu de produits grillés (source de glycotoxines), je constate que depuis avril 2013, mes autres problèmes de santé qui devenaient de plus en plus invalidant (tendinites, fibromyalgie, arthrite,… ) se sont améliorés au point que je peux maintenant bouger ou rester immobile, selon mes envies, sans souffrir ! (même si je consomme une portion de lait par jour et un peu de gluten 2 fois par semaine environ) — merci à Mme Lagacé pour avoir réussi à sensibiliser les gens aux travaux du Dr Seignalet et à rendre accessible au plus grand nombre la compréhension des mécanismes impliqués dans ce phénomène d’intolérance alimentaire. C’est ainsi que j’ai pris connaissance de ce blog qui a changé ma vie de biochimiste (biopharma) à nutrithérapeute ! Joh,

 

2 Commentaires

Classé dans Sujets d’intérêt

Témoignage: nombreux problèmes de santé + neuropathie probable

Bonjour madame Lagacé
J’ai 57 ans et je vis avec diagnostic de collagénose (polyarthrite rhumatoïde, Sjögren et maladie de Raynaud) depuis 20 ans. Et depuis 2 ans des problèmes pulmonaires; des bronchiectasies. J’ai découvert vos livres et suis, à la lettre, le régime hypotoxique depuis 18 mois maintenant. Les résultats ont été spectaculaires dès le début surtout pour le problème pulmonaire. Concernant la polyarthrite, les raideurs du matin ont presque entièrement disparues . J’ai perdu environ 25 livres.
Environ 6 mois après le début du régime j’ai commencé à avoir des douleurs et de l’inflammation au pied droit, plante et orteils immédiatement après le repas. Étrangement car je n’avais plus de douleurs à ces endroits et cela depuis des années…J’ai donc commencé à éliminer le soya, les légumineuses , ensuite les tomates et les solanacées en me fiant à mon journal alimentaire. Un nouveau deuil à chaque fois. Cet état de chose me cause beaucoup de frustration car je ne comprends pas comment des douleurs inexistantes quand je ne suivais pas le régime peuvent surgir maintenant que je le suis??? (Je consommais déjà tous ces aliments avant, j’ai juste éliminé ceux à retirer et changé mes méthodes cuisson).
Les 6 premiers mois du régime je mangeais légumineuses et tomates sans inflammation.
Ce soir, je mange une recette habituelle et voilà douleur et inflammation au pied droit! À chaque fois c’est environ 20 minutes après le repas et durant environ 2 heures.
Avez-vous déjà vu ce genre de problème? J’aimerais bien comprendre ce phénomène pour pouvoir y remédier.
Sachez que je vous serai éternellement reconnaissante, vos livres et votre expertise ont changé ma vie. Merci madame Lagacé.
Sylvie

Réponse de Jacqueline :

D’après votre témoignage, je pense que vos douleurs à votre pied droit, plante et orteils, déclenchés  environ 20 minutes  après le repas est une manifestation de douleurs neuropathiques.  J’en suis d’autant plus convaincue que vos douleurs se rapprochent du problème de neuropathie que j’ai éprouvé également au niveau des pieds pendant plusieurs années avant de découvrir la diète hypotoxique. Pour bien comprendre votre problème et les solutions possibles, je vous conseille fortement de lire et relire attentivement les p 19 à 26 de mon dernier livre <em>Une alimentation ciblée…</em>.

Vous dites « étrangement, je n’avais plus de douleurs à ces endroits et cela depuis des années… ». Selon la littérature scientifique, un stress aurait pu déclencher à nouveau ce genre de douleurs neuropathiques. Les aliments de la famille des Solanacées et tout sucre ajouté (même les meilleurs comme le miel et le sirop d’érable) sont reconnus en tant que déclencheurs potentiels  de neuropathie chez les gens prédisposés. Le fait de prendre connaissance des informations contenues dans les pages suggérées devrait vous permettre de bien saisir les tenants et aboutissants de votre problème et de trouver la solution qui vous convient.

Poster un commentaire

Classé dans Témoignage spécial

Lien vers un petit livret de recettes de desserts santé conformes à la diète hypotoxique

Récemment,  Estelle Chapuliot,  une ingénieure physico-chimiste spécialisée en science des aliments et nutrition, éducatrice de santé naturopathe, formée en cuisine ayurvédique (l’Ayurvéda) et  passionnée de cuisine saine et gourmande m’a envoyé le lien suivant (https://brindesens.com/recettes/ebooks/) . Ce lien donne accès gratuitement à un livret numérique de recettes de desserts santé sans sucre ajouté à base de fruits secs et d’oléagineux. On y trouve également des informations très instructives sur les bénéfices santé des fruits secs, des oléagineux et autres produits alimentaires.

Je la remercie chaudement pour cette collaboration.

1 commentaire

Classé dans Recettes