Archives d’Auteur: Jacqueline

Un témoignage qui démontre ce qu’est une véritable prise en charge d’un patient par une infirmière praticienne spécialisée

Bonjour Madame Lagacé,
Grâce à votre travail nous sommes de plus en plus nombreux à prendre conscience de notre responsabilité face à notre mieux-être.
Je viens ici vous confirmer l’importance du rôle des infirmières praticiennes spécialisées.
Mon conjoint, depuis quelques années, est suivi depuis des décennies par sa médecin et à ma grande surprise très médicamenté. Tout doucement j’ai analysé ses médicaments et ceux-ci allaient en contradiction les uns avec les autres et en plus je constatait qu’il souffrait des effets secondaire de ceux-ci. Malheureusement il n’avait aucune ouverture à discuter de cette situation avec moi.
Sa médecin, débordée comme tous les médecins, l’a dirigé vers une super infirmière et miracle, depuis dix mois elle suit ses résultats et sa médication. Il est très confiant, car après avoir diminué la dose de ses sept médicaments quotidiens, il ne lui en reste que trois maintenant,
et selon son infirmière et après les résultant de son dernier bilan il se pourrait que lors de sa prochaine visite il n’en aurait plus.
Son bien-être s’est amélioré de 80%. Tout ce processus s’est fait lentement mais je peux aussi confirmer que parfois les médicaments affectent aussi sournoisement le caractère sans que les gens y portent attention. Petit à petit, il s’est encouragé à devenir plus responsable et à modifier complètement toute son alimentation, diminuer son stress et abandonner sa consommation de boisson.
Secrètement j’ai demandé un miracle à la vie, j’ai lâché prise et j’ai eu la sagesse de suivre cette évolution dans l’ombre et de le laisser cheminer tout doucement. Maintenant il me fait confiance car tout ce que je lui disais lui fut confirmé par sa super infirmière. Comme durant ce temps il a aussi vécu les effets de guérison et de nettoyage de son corps, j’ai pu le rassurer et lui dire que c’est normal.
Je suis tellement heureuse pour lui et pour sa renaissance. Merci aux infirmières praticiennes spécialisées et à vous de nous faire participer à promouvoir la Santé intégrative en signant cette pétition.

Jeanne.
Merci Jeanne pour ce témoignage qui rend un témoignage senti envers le travail tellement professionnel des infirmières praticiennes spécialisées, appelées également infirmières cliniciennes. Pour bien démontrer que l’expérience vécue par le conjoint de Jeanne est  courant, il est intéressant de prendre connaissance de tous les prix que la clinique SABSA du vieux Québec a reçus depuis sa création https://www.sabsa.ca/  ; dire que l’ancien gouvernement libéral a tout fait pour fermer cette clinique qui doit sa survie au mouvement que la population de la basse ville de Québec avait déclenché pour la conserver.

Pour signer, cliquer sur l’adresse suivante : https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-7651/index.html

Poster un commentaire

Classé dans Témoignage spécial

Suzanne demande d’expliquer ce qu’est réellement la Santé intégrative pour promouvoir la pétition

Bonjour Madame Lagacé,

J’ai toujours admiré votre travail et je trouve vos recherches et vos écrits des plus éclairés et inspirants. J’ai bien sûr signé et envoyé à l’Assemblée Nationale la pétition concernant la reconnaissance de la médecine intégrative au Québec. Je fais suivre de mon mieux les informations à mes proches pour qu’ils signent cette petition, mais mes connaissances informatiques sont limitées. Il faut donner pour ce dernier mois un coup de barre et alerter l’opinion publique. Vous serait-il possible de nous renvoyer une lettre explicative de cette médecine intégative avec le lien vers la pétition? Merci d’encore prendre le temps…. Suzanne Cliche

Réponse de Jacqueline: merci Suzanne de vous impliquer ainsi et j’espère que votre démarche aura un grand succès.  Vous n’avez qu’à copier et coller le document suivant pour le propager.

Mettre en pratique la démarche de la santé intégrative au Québec veut dire nécessairement de :

1) mettre le patient au centre des soins de santé et respecter ses choix de traitements

2) promouvoir une véritable collaboration entre les différents groupes de praticiens formés en médecine conventionnelle (Médecins, infirmières, psychologues, nutritionnistes, pharmaciens, etc) ainsi qu’avec et entre les praticiens formés en santé complémentaires (acupuncteurs, kinésiologues,  hypnothérapeutes, massothérapeutes, naturopathes, ostéopathes, praticiens en médecine chinoise, méditation, yoga, sages-femmes, spécialistes en alimentation fonctionnelle, etc).

3) reconnaître les forces évidentes de la médecine conventionnelle pour traiter les problèmes aiguës de santé (infectiologie, orthopédie, oncologie, chirurgie, antibiothérapie, pharmacologie, urgences cardiaques) ainsi que le rôle crucial des médecines complémentaires axées sur la promotion de la santé globale et holistique de l’individu,  ce qui implique la prévention et le traitement des différentes composantes de l’être humain : physique, émotive, psychologique et énergétique.

4) modifier la loi médicale du Québec qui accorde le pouvoir législatif absolu d’administrer les soins de santé, de quelques natures qu’ils soient, aux seuls médecins; cette loi abusive, inéquitable et désuète  est appliquée avec un zèle impitoyable par le Collège des médecins au détriment de la santé des Québécois et à l’encontre de tous les autres groupes de professionnels de la santé,  y compris des médecins qui souhaitent ce genre de collaboration.

Remarque concernant notre pétition

Notre pétition « Mise en pratique de la démarche de santé intégrative » a été lancée en mars dernier parce que nous voyons une opportunité en la personne de la nouvelle ministre de la santé, Mme Danielle McCann, tant en raison de sa formation (assistance sociale, MBA), de sa large expertise de gestion en milieux hospitaliers et de sa volonté exprimée et déjà démontrée de permettre un élargissement de l’administration des soins de santé à d’autre groupes que les médecins.  Par exemple, la ministre a déjà réussi à élargir le rôle des infirmières praticiennes spécialisées, qui malgré la qualité et la pertinence de leur formation, ne pouvaient accomplir des fonctions pour lesquelles elles avaient été formées.

Pour signer, cliquer sur l’adresse suivante : https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-7651/index.html

N.B.: Il est important que vous sachiez que lorsque vous signez notre pétition, il s’agit d’un document confidentiel et que seul le nombre de signatures sera transmis à l’Assemblée nationale.

 

5 Commentaires

Classé dans Débats

Une ancienne employée questionne les errances du réseau québécois de santé

Effectivement , c’est une personne réservée, calme et avec un grand potentiel, mais ou je bogue, c’est le pouquoi …?et le but…? de la création des CSSS au départ . ???
Dans ma tête, c’était de réduire le coût de la bureaucraties (moins d’administrateurs, augmenter leurs charges et de diriger l’ argent vers les soins.
Est-ce qu’on a réussi..?
Je ne pense pas. On s’est plutôt perdu et on a compliqué les choses.  Je travaillais en soins de santé à Verdun.  Gilberte

Réponse de Jacqueline: Le 04 octobre 2018, Claude Doyon a publié dans le Journal « Le Devoir » un article intitulé « Des défis pour le prochain ministre de la Santé ».

Cet article a été écrit par Claude Doyon, retraité du réseau de la santé et des services sociaux et commençait comme suit: « Tout au long de ma carrière de 32 ans dans le réseau de la santé (dont 15 à titre de gestionnaire), j’aurai assisté à bon nombre de réformes et de réorganisations qui auront modifié les structures sans vraiment s’attaquer au problème de fond du réseau.

Cet article qui discutait en profondeur des échecs inhérents à notre système de santé et mentionnait les défis du prochain ministre de la Santé m’a tellement impressionné que je l’ai conservé;  il m’est revenu à la mémoire lorsque j’ai lu la question et le diagnostic de Gilberte.  Je vous recommande fortement la lecture de cet article dont voici le lien: https://www.ledevoir.com/opinion/idees/538286/des-defis-pour-le-prochain-ministre-de-la-sante

 

1 commentaire

Classé dans Débats, Divers

Un ancien Directeur général d’un CLSC témoigne à propos de notre pétition

Le témoignage suivant m’ a été envoyé à mon adresse courriel  par un ami d’un ami (avec sa permission),  lequel est un ancien directeur général d’un CLSC  qui s’est senti interpelé par notre pétition citoyenne:

« J’ai signé votre pétition parce que l’esprit de cette pétition me semble tout-à-fait  pertinent.  Ma longue expérience de près de vingt ans en tant qu’initiateur et DG d’un CLSC m’a donné l’opportunité de comprendre que le principal problème de notre système de santé est causé par  le corporatisme médical. C’est le pouvoir monopolisant exercé par le corporatisme de la profession médicale, qui entraîne depuis longtemps des effets paralysants et délétères sur l’ensemble des soins de santé au Québec, ce qui affecte la santé de la population.

Malheureusement, jusqu’à maintenant, ce corporatisme a été soutenu par ceux qui auraient les moyens de changer les choses et de faire en sorte que les québécois et les québécoises n’aient plus à devoir composer avec un système de santé dont l’accessibilité est particulièrement difficile et la diversité limitée.  Les Québécois, avec tout l’argent qu’ils y investissent, méritent d’avoir un meilleur accès aux services de santé qu’ils soient prodigués par des médecins ou par d’autres corps professionnels qualifiés. Il serait très bénéfique pour la santé des québécois et des québécoise d’être libéré de la tutelle médicale. Espérons que nos dirigeants actuels auront la volonté et le courage de poser les gestes qui s’imposent afin de corriger les iniquités et les anomalies qui caractérisent le système de santé actuel du Québec ».

Guy, un retraité qui malgré tout espère…

4 Commentaires

Classé dans Débats

Jacqueline répond à la question embarrassante de Diane

07/03/2019

Bonjour madame Lagacé J’ai reçu une volée de bois vert après avoir publié un tweet accompagné de cet article. Je n’ai pas vu l’épisode qui portait sur le régime hypotoxique, mais je comprends que cette approche a été contestée dans l’émission et présentée comme une mode qui a eu son heure de gloire.

Avez-vous envisagé de faire valoir votre point de vue sur Twitter et de communiquer les résultat de vos recherches? Il me semble impensable qu’on ne puisse faire reconnaître les bienfaits que tant de personnes accablées de maladies chroniques ont tiré de l’approche hypotoxique. Personnellement je ne me sens pas outillée ni compétente pour le faire. Bonne chance

Diane Beauchamp

Réponse de Jacqueline : Merci Diane pour votre question qui m’a confrontée…

Je pense que le temps est le meilleur juge pour évaluer la valeur d’une diète santé.  Ce n’est pas sans raison que de nombreuses diètes plus récentes et qui ont eu beaucoup plus d’adeptes que la diète hypotoxique développée et testée par le Dr Jean Seignalet à partir de 1985, n’ont plus aucun adepte.  D’autre part, ce n’est pas un hasard si 34 ans après la création de la diète hypotoxique, et ce malgré le décès de son inventeur,  des dizaines de milliers d’individus continuent  d’adopter la diète hypotoxique et d’en parler autour d’eux, en témoignant des bienfaits exceptionnels que cette diète leur a apporté tant au niveau de la douleur que de leur qualité de vie.

Savez-vous qu’avant que je prenne connaissance de  la puissance de la diète hypotoxique,  de nombreux praticien.ne.s québécois.e.s en naturopathie recommandaient déjà la diète hypotoxique à leurs clients (chose que j’ignorais avant 2012)?  Compte tenu des restrictions injustes qu’impose actuellement la loi médicale du Québec aux praticiens de médecines complémentaires, on peut comprendre la discrétion qui caractérise la pratique des naturopathes et autres.

Les gens qui bénéficient de la diète hypotoxique et qui en parlent autour d’eux continuent de la faire même si nos médias, qui malheureusement dépendent financièrement  en grande partie de la publicité payée par l’industrie alimentaire (ref. céréales (gluten), produits laitiers, aliments transformés, etc), évitent le plus possible d’en parler.

Ma façon de favoriser une plus large pénétration de cette diète dans la population est de faire en sorte que tous les médecins qui découvrent l’intérêt médical de la diète hypotoxique, grâce à leurs patients ou autrement,  puissent collaborer avec des praticiens de médecines complémentaires, sans avoir peur d’être menacés et même de perdre leur droit de pratique (ref. collège des médecins).  Cette conviction me vient des témoignages que m’ont faits de nombreux médecins confrontés à ce genre de dilemme dans leur pratique.

Je sais depuis que j’ai pris connaissance du Medicine Act, 1991, policy statement #3-11, de l’Ontario, approuvé en novembre 1997,  revu et remis à jour en 2000 et 2011, que les Québécois  doivent faire le nécessaire pour changer leur loi médicale  anachronique qui bloque  une véritable pratique de la démarche de santé intégrative au Québec (Santé intégrative signifie la mise en place d’une collaboration véritable entre la médecine conventionnelle et les médecines complémentaires).

Pour signer, cliquer sur l’adresse suivante : https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-7651/index.html

N.B.: Il est important que vous sachiez que lorsque vous signez notre pétition, il s’agit d’un document confidentiel et que seul le nombre de signatures sera transmis à l’Assemblée nationale

 

 

2 Commentaires

Classé dans Débats

Copier-coller-imprimer pour ceux qui désirent afficher notre pétition

Pétition : Mise en pratique de la démarche de santé intégrative

C’est la députée du comté de Soulanges, Marilyne Picard, adjointe parlementaire à la ministre de la Santé et des Services sociaux,  Danielle McCann, qui  a accepté  de présenter officiellement cette pétition électronique à l’Assemblée nationale.

Texte de la pétition

CONSIDÉRANT QUE des enquêtes documentées ont démontré que les approches complémentaires, axées sur la santé globale et la prévention, permettent de traiter plus efficacement la douleur et les maladies chroniques;

CONSIDÉRANT QU’un travail de collaboration interdisciplinaire entre la médecine conventionnelle et les approches alternatives, tel que préconisé en santé intégrative, est fortement recommandé par l’Organisation mondiale de la santé afin d’offrir des soins de santé plus pertinents;

CONSIDÉRANT QU’une majorité de Québécois utilise déjà des approches de santé complémentaires;

CONSIDÉRANT QUE la législation de provinces canadiennes, dont le Medicine Act 1991 de l’Ontario, amendement # 33-11, a permis l’instauration réussie de la démarche de santé intégrative;

Nous, soussignés, demandons au gouvernement du Québec d’amender la loi régissant les soins de santé afin que :

  • soit respectée l’autonomie du patient concernant ses objectifs de soins de santé et  décisions de traitement;
  • les médecins ne puissent pas  être reconnus coupables de faute professionnelle ou d’incompétence parce qu’ils recommandent ou pratiquent une thérapie non conventionnelle ou qui s’écarte de la pratique médicale en vigueur, sauf s’il est démontré que la thérapie complémentaire pose un plus grand risque pour la santé du patient que la pratique de la médecine conventionnelle;
  • les associations de thérapeutes formés de façon rigoureuse en santé intégrative puissent obtenir plus facilement justice pour la reconnaissance d’un statut professionnel qui permettrait ainsi de mieux protéger le public;
  • les soins de première ligne puissent être décentralisés et administrés par d’autres  groupes de praticiens de médecine intégrative formés en ce sens.

Pour signer la pétition, cliquer sur l’adresse suivante : https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-7651/index.html

ou sur Google inscrire : « pétition santé intégrative ».  Vous arriverez alors sur « Pétition : Mise en pratique de la démarche de santé intégrative » et en cliquant sur ce titre vous pourrez signer la pétition.

Merci de bien vouloir signer cette pétition pour améliorer l’accessibilité et la qualité des soins de santé au Québec.

6 Commentaires

Classé dans Messages

Témoignage de Philippe qui a écouté avec attention le Pharmachien

Je ne suis ni scientifique ni travaillant dans le domaine médical ou para-médical, mais je déteste cordialement ce personnage.
Par contre, je détiens un bon niveau de formation (plusieurs diplômes de 2e cycle) et je pense avoir un bon sens critique.
Je l’ai donc écouté, je l’ai lu en mettant de côté tout biais (cognitif, affectif ou autre), surtout au début.
Plus ça allait, plus je le trouvais prétentieux, arrogant, suffisant. Jusqu’au jour où je l’ai entendu déblatérer ses inepties au sujet des OGM et de l’agriculture biologique…
C’en était trop…
Je me suis dit, soit c’est un « vendu » hypocrite, soit son arrogance l’aveugle totalement. Depuis, je m’en méfie comme de la peste et je ne le lis plus et ne l’écoute plus.

6 Commentaires

Classé dans Débats

Jacqueline répond à vos questions depuis bientôt huit ans et aimerait savoir si…

Si vous pouvez faire davantage auprès de vos connaissances afin que notre pétition citoyenne « Mise en pratique de la démarche de santé intégrative »  (soutenue par la députée Marilyne Picard, adjointe parlementaire de la ministre de la santé Danielle McCann)  obtienne un nombre de signatures vraiment significatif pour que notre gouvernement, tous partis confondus, effectue  les changements qui s’imposent pour qu’une véritable collaboration devienne possible entre les praticiens de médecine conventionnelle et ceux de médecines complémentaires.

Pour signer, cliquer sur l’adresse suivante : https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-7651/index.html

N.B.: Il est important que vous sachiez que lorsque vous signez notre pétition, il s’agit d’un document confidentiel et que seul le nombre de signatures sera transmis à l’Assemblée nationale

La médecine intégrative est prônée par l’Organisation mondiale de la santé; il s’agit d’une approche qui intègre à la fois la médecine conventionnelle et les différentes pratiques anciennement qualifiées de médecines alternatives ou complémentaires. Les forces de la médecine conventionnelle sont évidentes et concernent principalement le diagnostic des pathologies et les problèmes aigues de santé (infectiologie, orthopédie, oncologie, chirurgie, antibiothérapie, pharmacologie, urgences cardiaques).  Alors que les problèmes aigues de santé répondent généralement bien aux approches de la médecine conventionnelle, il en va souvent autrement avec les maladies chroniques qui exigent de traiter le malade dans sa globalité.

La santé intégrative dans son ensemble est une approche qui fait la promotion de la santé globale et holistique axée sur la prévention ainsi que sur la guérison des différentes composantes de l’être humain (physique, émotive, psychologique et énergétique), ce qui montre l’intérêt d’associer les thérapies de la médecine conventionnelle et des médecines complémentaires dans le traitement des patients, comme par exemple les maladies chroniques.  Les traitements retenus en santé intégrative sont centrés sur le patient et leurs effets ont été scientifiquement vérifiés quant à leur sécurité et à leur efficacité (ref. « Posons un geste concret, osons la santé intégrative! » article basé sur 49 publications scientifiques).

Pour que notre système de soins universels puisse offrir aux Québécois des soins de santé axés sur la personne dans sa globalité,  il est nécessaire que l’article no 31 de la loi médicale du Québec soit modifié,  car c’est en s’appuyant sur cet article de loi que le Collège des médecins exerce un pouvoir absolu sur l’administration des soins de santé au détriment de tous les autres praticiens en santé du Québec. Il est de notoriété publique que le « père » de l’assurance maladie, Claude Castonguay, a recommandé à plusieurs reprises de « revoir le monopole des fédérations médicales ».

Si aujourd’hui, je me permets de faire appel à l’engagement de mes lecteurs, c’est que nous disposons encore d’environ 2 mois pour réussir à obtenir l’appui d’un nombre vraiment significatif de signatures (j’ose espérer plus de 100,000 signatures) en faveur de la dite pétition. Ce n’est pas un hasard, si nous avons lancé notre pétition citoyenne en mars 2019;  c’est parce que nous avons maintenant la conviction que notre nouvelle Ministre de la Santé et des Services Sociaux, Mme Danielle McCann,  possède la formation, l’expérience et la volonté clairement exprimée de corriger les grandes faiblesses de notre système de santé universel;  il s’agit des soins de santé primaire ou de première ligne qui font face à des problèmes majeurs d’accessibilité, de continuité et de coordination des soins et des services de santé.

Selon le Plan Legault présenté antérieurement, les services de 1e ligne sont : « Les services sociaux et de santé de base – le premier palier d’accès au système – sont ceux auxquels la population a le plus souvent recours. Ce sont, principalement, les soins infirmiers, les services médicaux généraux, les services d’aide psychologique ou sociaux, les services de réadaptation, les soins et les services d’aide à domicile ainsi que les services d’intervention téléphonique Info-Santé. C’est à ce palier que se règlent 80% de tous les problèmes. Ces services doivent donc être disponibles le plus près possible des personnes ».

Pour prendre connaissance des informations qui motivent notre conviction à savoir que la ministre de la Santé, Mme Danielle McCann possède une  formation, une expérience exceptionnelle et la volonté déclarée de corriger les grandes faiblesses de notre système de santé universel, cliquer sur le document suivant :  Informations concernant la Ministre de la Santé Danielle McCann

Merci d’avoir signé la pétition au profit de l’ensemble des Québécois et particulièrement de ceux qui sont les plus vulnérables. J’exhorte ceux qui n’ont pas encore signé à le faire ou au moins à me faire part des restrictions que vous pourriez avoir envers certains enjeux de la pétition pour pouvoir en discuter avec vous.

Jacqueline Lagacé, Ph.D. au nom de tous ceux et celles qui sont impliqué.e.s dans le projet de pétition.  

 

5 Commentaires

Classé dans Messages

Informations concernant la Ministre de la Santé Danielle McCann

La nomination comme ministre de la santé et des services sociaux de Mme Danielle McCann, une travailleuse sociale de formation, détentrice d’un baccalauréat universitaire en sciences de l’éducation et d’une maîtrise en administration des affaires (HEC Montréal), en plus de compter une  expérience hors du commun dans la mise en place et l’administration de centres de santé et de services sociaux ( CLSC, CHSLD, de CSSS) constitue une nomination des plus appropriée et prometteuse.

Les rapports concernant le type de gouvernance de la ministre McCann durant son long mandat (2004-2012) comme directrice du Centre de santé et des services sociaux du Sud-Ouest-Verdun,  démontrent que cette dernière a priorisé et appuyé la collaboration entre les médecins et les autres professionnels de la santé à l’Hôpital de Verdun, favorisant ainsi l’implantation courante de l’interdisciplinarité dans le groupe de médecine familiale (GMF) de cet Hôpital. Mme McCann a également encouragé  la création d’une unité médicale intensive à domicile incluant une équipe interdisciplinaire pour offrir des soins palliatifs à domicile partout dans l’arrondissement de Verdun.

Par la suite, Mme McCann a pris la tête de l’Agence de santé et de services sociaux de Montréal à titre de présidente-directrice-générale au cours de laquelle  elle sera responsable d’un budget de plus de 6 milliards de dollars et de la coordination des services impliquant plus de 60 établissements incluant 12 Centres de santé et de services sociaux et 7 hôpitaux universitaires. Faisant preuve de leadership, de rigueur et de détermination, elle contribuera au renforcement des services de première ligne avec notamment la mise sur pied de cliniques-réseaux.

Ceux qui la connaissent pour avoir travaillé avec elle la décrivent comme une gestionnaire discrète, calme et peu portée aux grands affrontements et comme une leader capable de rallier ses troupes. On dit que sa vaste expérience, sa connaissance approfondie des différentes missions du réseau de la santé et des services sociaux et du réseau universitaire, sa capacité de mobiliser des équipes et son expertise en gestion financière font de Danielle McCann une personne capable de faire une grande différence dans son milieu.

Références

CV de Danielle McCann

https://fr.wikipedia.org/wiki/Danielle_McCann

https://coalitionavenirquebec.org/fr/blog/equipe/danielle-mccann/

La recette de Danielle McCann : https://www.msn.com/fr-ca/actualites/quebec-canada/sant%c3%a9-la-recette-de-la-ministre-danielle-mccann/ar-BBV7HOx

https://www.lesoleil.com/actualite/politique/la-ministre-mccann-invite-le-personnel-du-reseau-de-la-sante-a-parler-dc2a32a344d98fa858ddddf1a82e7a20?utm_content=bufferf5acd&utm_medium=social&utm_source=facebook.com&utm_campaign=buffer

1 commentaire

Classé dans Divers

Linda a guéri sa cystite interstitielle: des travaux scientifiques donnent des arguments qui peuvent expliquer ce succès.

Bonjour,

J’ai guéri ma cystite interstitielle (CI) grâce au probiotique fem-dophilus, 1 capsule le matin et 1 capsule D-manose 500 mg le soir.
Fini les douleurs coup de poignard et l’inconfort. Je peux maintenant consommer du café, des tomates, des épices etc.  Linda

Réponse de Jacqueline:  les probiotiques utilisés par Linda comportent la formule suivante:

Fem-Dophilus® contient deux souches probiotiques brevetées et cliniquement documentées, Lactobacillus rhamnosus, GR-1® et Lactobacillus reuteri, RC-14®, découvertes et développées par les Dr Gregor Reid et Andrew Bruce, d’Urex Biotech. Plus de 25 années de recherche soutiennent l’utilisation orale de GR-1® et de RC-14® pour coloniser et favoriser la santé des voies urinaires et vaginales. * Un procédé de fabrication spécial protège les souches probiotiques inFem-Dophilus® de l’acide gastrique et améliore la survie des bactéries probiotiques dans le gros intestin.  Vingt neuf  articles scientifiques positifs ont été publiés par le Dr G. Reid en relation avec ce travail entre les années 2000 et et 200

Depuis, de nombreux autres articles publiés par des groupes de chercheurs indépendants ont aussi démontré  les effets anti-fongiques et anti-bactériens de ces deux souches : Lactobacillus rhamnosus, GR-1 et Lactobacillus reuteri, RC-14 contre les infections génito-urinaires chez les humains et chez les vaches.  Ces travaux ont aussi  permis de mettre en évidence certains modes d’action de ces probiotiques.  N.B.: aucune approche thérapeutique ne peut à elle seule être efficace chez 100% des individus.  Dans l’étude randomisée et controlée par placebo du Dr Reid, 37% des femmes traitées avec ces deux probiotiques avaient retrouvé une microflore normale comparativement à 13% dans le groupe placebo.   Cette approche sera ajoutée à celles que j’ai présentées dans mon article intitulé: « Tout ce que vous voulez savoir sur la cystite récidivante (interstitielle) ».

18 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial