Archives de Catégorie: Témoignage spécial

Jocelyne : effets positifs de la diète hypotoxique sur la dermatomyosite

Oui, moi, ce régime m’a bcp aidé pour 2 maladies dont j’ai été diagnostiquée soit arthrose et dermatomyosite ( maladie auto-immune) et je vois une amélioration depuis le rég. hypotoxique. Jocelyne

2 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Annick: la diète hypotoxique peut-elle agir sur l’inflammation causée par un implant

Le témoignage et la question très importante d’Annick, suivie des deux témoignages de Gisèle,  de mes commentaires et explications

Bonjour madame Lagacé,
Ayant mal pratiquement 2 jours sur 3 suite à une série de chirurgies, je me suis procuré votre livre et ai débuté la diète hypotoxique avec espoir de calmer le jeu. Cependant, je ne souffre pas d’une des maladies décrites…
Voici: j’ai un implant sous-urétral (en polypropylène) qu’on m’a installé il y a quelques années. suite à diverses complications, on m’en a enlevé quelques bouts mais le reste serait trop risqué à retirer. depuis, mon état s’est détérioré. Moi qui était sportive et jamais souffrante ou malade, je dois maintenant limiter toute activité physique (même marche, jardinage ou ménage) à maximum une heure sous peine de déclencher pendant les deux jours suivants brûlures et douleurs dans toute la région pelvienne et au bas du dos (zone sacro iliaque). J’arrive à doser et adapter mes exercices mais depuis quelques mois, chaque selle ou mouvement du colon déclenche maintenant douleurs vives toutes aussi longues dans la région du coccyx et du rectum. J’en ai des nausées tellement c’est intense. Les médecins consultés me prescrivent des anti-inflammatoires et du metamucil, que je prends de temps en temps quand la crise s’éternise et n’empêche de travailler ou d’être fonctionnelle.
Ma question: est-ce qu’à votre avis je pourrai arriver par mon alimentation à contrôler la situation et calmer la douleur, même si mon implant restera en moi? Je n’ai trouvé nI dans le livre ni dans le blogue de l’information sur de l’inflammation causée « possiblement » par un implant.
Je suis impressionnée des réussites de votre méthode et sachez que je suis très motivée à l’adopter. J’ai 52 ans et encore une vie devant moi 🙂
Je vous remercie énormément pour tout ce travail et pour votre écoute,
Annick

Bonjour Annick,

Merci de me donner l’occasion d’expliquer, à partir des deux témoignages de Gisèle, comment fonctionne la diète hypotoxique pour mettre fin ou au moins diminuer de façon souvent très importante les douleurs causées par de l’inflammation chronique.

Votre question: « est-ce qu’à votre avis je pourrai arriver par mon alimentation à contrôler la situation et calmer la douleur, même si mon implant restera en moi? » est très importante car c’est justement à cette question que répond le témoignage de Gisèle qui a retrouvé une vie sans douleur même si sa scoliose, qui lui provoquait des douleurs insupportables, est toujours présente.

Voici donc les deux témoignages extrêmement émouvants de Gisèle suivis de mes explications.

 Le  Témoignage de Gisèle (scoliose-arthrose sévère) qui met en évidence le mode d’action de la diète hypotoxique (cette partie a été reproduite à partir  de mon dernier livre « Une alimentation ciblée… » p. 45-48.

Témoignage reçu le 28 janvier 2013

J’ai 59 ans et j’ai une scoliose qui a été diagnostiquée à 12 ans. Je suis atteinte d’arthrose sévère et je souffrais d’inflammation aux tendons et à la bourse du grand trochanter (os de la hanche), d’une petite déchirure à la hanche et d’un glissement  de la vertèbre L4 sur L5.  Quand j’ai commencé le régime hypotoxique à la fin août 2011, je ne pouvais plus bouger lorsque je me couchais le soir dans mon lit. En dernier, même sans bouger, la douleur était atroce. Même si j’ai eu des effets positifs assez rapidement, cela a pris cinq mois avant que je puisse me coucher sur le côté gauche sans douleur, et cela seulement pour quelques secondes. Maintenant après 17 mois, je peux bouger, me tourner de tous les côtés comme toute personne normale sans aucune douleur. J’ai encore quelques petits maux de temps à autre (aux jointures des orteils avec le pied) mais je suis certaine qu’ils vont disparaître à tout jamais avec le temps. Au début du régime je suis devenue ultrasensible au blé et aux substances laitières. J’étais convaincue que je suivais le régime à la lettre et vlan! la douleur insupportable était revenue. Le chiro m’a dit que j’avais certainement triché. Cela m’a vexée, je prenais note de tout ce que je mangeais et je n’avais pas triché. Pourquoi je vous conte cela ? Parce que je suis allée à l’épicerie après ma visite chez le chiro pour acheter des épices. C’est là que j’ai compris que j’avais triché sans le savoir. J’ai toujours acheté les épices les moins dispendieuses en sac. Ma surprise fut très grande de voir que le thym contenait du blé, dans «ingrédients» c’était écrit: «thym, blé ». Il faut vraiment lire toutes les étiquettes, faire ses bouillons soi-même, etc. La meilleure chose à faire est de noter chaque jour ce que l’on mange et nos symptômes. Comme ça on peut déterminer si un élément cause problème.  Gisèle

Le 11 mai 2016, Gisèle m’a envoyé des nouvelles informations: «Après cinq ans de régime hypotoxique, je vais très bien et je vis toujours sans douleur sauf si je triche. Sur une échelle de 1 à 10, 10 étant la douleur ressentie avant le régime, ce n’est jamais plus de 1,5 mais plus souvent 1. Si je ne triche pas c’est 0, zéro douleur. Moi qui ne dormais pas autrefois, je peux maintenant dormir 7 à 8 heures et si jamais je me réveille durant la nuit, je me rendors aussitôt. Et oui, je peux me coucher sur le côté. Tout cela est derrière moi. Je peux même jardiner mais pas plus de deux heures par jour. Grâce à vous je peux bouger et m’étirer dans mon lit, marcher, sauter et danser, et tout cela sans douleur. Je suis actuellement des cours de danse en ligne et je participerai bientôt, grâce à une amie, à un spectacle où je danserai le cancan.

Merci mille fois, Gisèle Proulx

Commentaires et explications de Jacqueline

Le témoignage de Gisèle Proulx permet de démontrer que l’efficacité de la diète hypotoxique repose avant tout sur son pouvoir anti-inflammatoire. La scoliose (une déviation permanente de la colonne vertébrale, liée à une rotation des vertèbres) a favorisé à la longue une arthrose sévère (entre autres, une dégradation du cartilage articulaire) en raison principalement du déséquilibre de la colonne provoqué par la scoliose. Après 17 mois de régime hypotoxique, Gisèle avait presque éliminé la douleur et cinq ans après le début du régime, sa douleur est à zéro lorsqu’elle ne triche pas. Elle participera bientôt à un concours de cancan, n’est-ce pas magnifique ? Pourtant la scoliose de Gisèle est toujours bien présente. Ce qui a changé, c’est que l’inflammation est disparue peu à peu au niveau de chacune des articulations apophysaires des vertèbres, des disques intervertébraux, des tendons, des ligaments et des muscles qui sont rattachés à la colonne vertébrale. À mesure que l’inflammation disparaissait, la douleur disparaissait. Lorsque l’inflammation disparaît, les tissus qui participent aux articulations cessent de se détériorer et peuvent, s’ils n’ont pas été trop endommagés par l’inflammation chronique, se régénérer peu à peu. Aux endroits où il y a encore du cartilage vivant, il peut lentement se reconstituer et devenir moins fibreux et plus souple, ce qui facilite grandement les mouvements articulaires. C’est la même chose pour les tendons et ligaments qui n’ont pas été trop affectés par l’inflammation ainsi que pour les muscles. Tous les tissus qui participent aux articulations, le cartilage, les tendons, les ligaments, les muscles et les os, jouent un rôle important dans les mouvements articulaires; de plus, des muscles bien développés par l’exercice et des os en santé protègent les articulations lors des mouvements. Le fait que Gisèle, en dépit de sa scoliose et d’une arthrose sévère, puisse maintenant mener une vie pratiquement normale et sans douleur démontre bien que la diète hypotoxique agit en mettant fin graduellement aux phénomènes inflammatoires chroniques. Parallèlement, avec la disparition de l’inflammation, une alimentation bien équilibrée et ciblée, qui respecte les caractéristiques personnelles de chacun, va favoriser la régénération des tissus en fonction de leurs caractéristiques propres (certains tissus se renouvellent plus lentement que d’autres) et du degré de destruction que les tissus ont subie en raison de la chronicité de l’inflammation. Une chose est certaine, notre organisme est souvent bien plus intelligent que nous et il fait tout ce qu’il peut pour corriger les conséquences de problèmes physiques et physiologiques particuliers et/ou de nos mauvaises habitudes de vie. Il nous prévient par des messages de douleur que nous devons changer nos comportements inadéquats. Être à l’écoute de son corps et faire de l’exercice sont des moyens complémentaires très efficaces de protéger sa santé ou de la recouvrer.

Donc Annick, je ne peux rien vous promettre mais je vous encourage à suivre avec le plus d’attention et de patience possible la diète hypotoxique qui, oui, je le pense sincèrement, pourrait vous permettre d’améliorer votre qualité de vie et je vous le souhaite de tout mon cœur.

 

6 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Céline: un rappel douloureux après 10 ans…

Il y a 3 semaines environ pendant 3 jours consécutifs j’ai mangé des petits fruits avec du sirop d’érable et de la crème à 15%. Je me suis réveillée un matin avec le pied et la cheville droite très enflés, de la difficulté à marcher, une grosse crise d’arthrite. Tout de suite j’ai pensé à la crème. J’ai arrêté les produits laitiers depuis environ 10 ans mais de temps en temps j’avais un petit goût de fromage, de pain blanc et là c’était la crème. Depuis 10 mois je ne prends plus de méthotrexate c’est mon alimentation qui soigne l’arthrite. Je n’en mangerai plus de sitôt j’ai été tellement malade heureusement que maintenant je sais ce qui cause les crises d’arthrite. J’ai une grande intolérance aux produits laitiers. Merci Jacqueline de nous avoir mis sur la bonne piste avec tes livres et tes bons conseils. Céline

Réponse de Jacqueline: Merci Céline pour ce rappel important, à savoir qu’après 10 ans d’évitement des produits laitiers, un écart de 3 jours consécutifs peut avoir  des conséquences dévastatrices.

9 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Sabrina : les problèmes de neuropathies, un problème mal compris et mal soigné

Bonjour.
J’ai 46 ans et j’ai la maladie génétique rare Charcot-Marie-Tooth.
Je dois admettre qu’actuellement mon énergie et mon périmètre de marche se réduisent fortement…
Je sais qu’une étude il y a qq années a mis en évidence l’intérêt du régime hypotoxique pour réduire l’inflammation chronique, qui a un impact sur la CMT.
Mais y a t’il des personnes sur ce forum qui ont la CMT et qui ont vu une amélioration réelle avec le régime hypotoxique ?
Suis plutôt costaud mais là je me sens assez découragée.
Merci !
Bonne Journée
Sabrina

Réponse de Jacqueline :

Dans la neuropathie, qu’elle soit héréditaire ou non, l’inflammation chronique joue un grand rôle, alors que la diète hypotoxique est clairement anti-inflammatoire. Je suis confiante que si vous suivez une alimentation ciblée en rapport avec votre neuropathie et vos sensibilités propres (dont probablement vous n’avez pas conscience), vous puissiez améliorer de façon significative votre condition. En ce sens, je vous conseille fortement de lire dans mon dernier livre (<em>Une alimentation ciblée…)</em> p. 19 à 26 (débutant au no 3 sous le titre: « <em>Des intolérances alimentaires responsables de problèmes de neuropathie »</em>). Vous y trouverez des informations qui, si vous en tenez compte, pourraient vraiment vous aider.

Si des lecteurs ont obtenu du succès avec cette approche, vos commentaires pourraient aider Sabrina. Merci à l’avance.

2 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Témoignage: fromage et tendinites chroniques

D’origine auvergnate, je déjeunais tous les matins avec de la fourme d’Ambert (fromage français) et à maintes reprises j’ai consulté mon généraliste pour des tendinites à répétition aux bras, et aux épaules.
Ma femme en lisant une revue biologique m’a indiqué que mes tendinites semblaient provenir du fromage !
J’ai cessé la fourme pendant 3 semaines et j’ai constaté que je n’avais plus de tendinite.
J’ai recommencé avec la fourme et rebelote : tendinites à répétition !
J’ai cessé la fourme et 3 semaines plus tard plus RIEN !!

Jean-Yves

Réponse de Jacqueline :  Merci pour votre témoignage éloquent qui confirme que les tendinites à répétition peuvent être favorisées par un aliment tel que le fromage. Votre témoignage est  intéressant à plus d’un point de vues: 1) en seulement 3 semaines vos tendinites ont disparues, il s’agit ici d’un temps relativement court qui démontre une bonne efficacité de votre système d’élimination, cela d’autant plus que le fromage était consommé quotidiennement; 2) dans la majorité des cas, lorsqu’un personne souffre d’une maladie inflammatoire chronique de quelque nature qu’elle soit, elle doit éliminer de son alimentation au moins le gluten en plus des produits laitiers. Les analyses effectuées à partir des témoignages de mes lecteurs et compilées au chapitre 2 de mon dernier livre (<em>Une alimentation ciblée… </em>) suggèrent fortement que dans certains cas (souvent dans le cas des infections chroniques ORL) 24% des individus obtiennent une mise en rémission de leur problème chronique en éliminant uniquement les produits laitiers de leur alimentation.

10 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Témoignage: nombreux problèmes de santé + neuropathie probable

Bonjour madame Lagacé
J’ai 57 ans et je vis avec diagnostic de collagénose (polyarthrite rhumatoïde, Sjögren et maladie de Raynaud) depuis 20 ans. Et depuis 2 ans des problèmes pulmonaires; des bronchiectasies. J’ai découvert vos livres et suis, à la lettre, le régime hypotoxique depuis 18 mois maintenant. Les résultats ont été spectaculaires dès le début surtout pour le problème pulmonaire. Concernant la polyarthrite, les raideurs du matin ont presque entièrement disparues . J’ai perdu environ 25 livres.
Environ 6 mois après le début du régime j’ai commencé à avoir des douleurs et de l’inflammation au pied droit, plante et orteils immédiatement après le repas. Étrangement car je n’avais plus de douleurs à ces endroits et cela depuis des années…J’ai donc commencé à éliminer le soya, les légumineuses , ensuite les tomates et les solanacées en me fiant à mon journal alimentaire. Un nouveau deuil à chaque fois. Cet état de chose me cause beaucoup de frustration car je ne comprends pas comment des douleurs inexistantes quand je ne suivais pas le régime peuvent surgir maintenant que je le suis??? (Je consommais déjà tous ces aliments avant, j’ai juste éliminé ceux à retirer et changé mes méthodes cuisson).
Les 6 premiers mois du régime je mangeais légumineuses et tomates sans inflammation.
Ce soir, je mange une recette habituelle et voilà douleur et inflammation au pied droit! À chaque fois c’est environ 20 minutes après le repas et durant environ 2 heures.
Avez-vous déjà vu ce genre de problème? J’aimerais bien comprendre ce phénomène pour pouvoir y remédier.
Sachez que je vous serai éternellement reconnaissante, vos livres et votre expertise ont changé ma vie. Merci madame Lagacé.
Sylvie

Réponse de Jacqueline :

D’après votre témoignage, je pense que vos douleurs à votre pied droit, plante et orteils, déclenchés  environ 20 minutes  après le repas est une manifestation de douleurs neuropathiques.  J’en suis d’autant plus convaincue que vos douleurs se rapprochent du problème de neuropathie que j’ai éprouvé également au niveau des pieds pendant plusieurs années avant de découvrir la diète hypotoxique. Pour bien comprendre votre problème et les solutions possibles, je vous conseille fortement de lire et relire attentivement les p 19 à 26 de mon dernier livre <em>Une alimentation ciblée…</em>.

Vous dites « étrangement, je n’avais plus de douleurs à ces endroits et cela depuis des années… ». Selon la littérature scientifique, un stress aurait pu déclencher à nouveau ce genre de douleurs neuropathiques. Les aliments de la famille des Solanacées et tout sucre ajouté (même les meilleurs comme le miel et le sirop d’érable) sont reconnus en tant que déclencheurs potentiels  de neuropathie chez les gens prédisposés. Le fait de prendre connaissance des informations contenues dans les pages suggérées devrait vous permettre de bien saisir les tenants et aboutissants de votre problème et de trouver la solution qui vous convient.

Poster un commentaire

Classé dans Témoignage spécial

La réimpression du témoignage exemplaire de Priscilla, une battante (cystite interstitielle)

Je regarde régulièrement, quels sont les articles consultés par mes lecteurs parmi plus de 1 000 publications;  il arrive qu’un article qui présente à mon avis  un intérêt exceptionnel, ressorte rarement et j’en profite alors pour le publier à nouveau afin d’en faire bénéficier ceux qui n’ont pas eu l’opportunité de le lire auparavant.

Le témoignage suivant m’avait été envoyé par courriel (26 mai 2016) et commençait ainsi:

Que ta nourriture soit ton médicament et que ton médicament soit dans ta nourriture » Hippocrate

Je m’appelle Priscilla, j’ai 35 ans et je souhaite livrer ici un témoignage en faveur de l’alimentation hypotoxique, qui fait partie de ma vie depuis février 2015. Pourquoi? Parce que j’ai enfin réussi à soigner et à contrôler en partie les douleurs engendrées par la maladie handicapante dont je souffre depuis l’adolescence : la cystite interstitielle. J’ai aussi réussi à diminuer quantité de petits soucis de santé autres : allergies, migraines, rosacée, démangeaisons du cuir chevelu. J’ose espérer que mes propos vous convaincront qu’il est possible de changer le cours de sa vie, de diminuer, voire de soulager complètement ses souffrances, et d’augmenter sa qualité de vie lorsque l’on souffre de certains problèmes de santé pour lesquels la médecine traditionnelle ne semble à ce jour offrir aucun remède miracle. J’ose espérer que je réussirai à allumer la flamme de l’espoir et que vous aurez aussi le goût et le courage de vous nourrir sainement et différemment. Je vous confie donc brièvement ma petite histoire, qui s’apparente à un long pèlerinage.

J’ai souffert de ce qui s’apparentait à des infections urinaires à répétition durant toute mon enfance et mon adolescence. J’ai donc pris à outrance de grandes quantités d’antibiotiques, mais jamais mon problème ne rencontrait de solution viable. J’ai erré d’une salle d’attente médicale à une autre, de médecin en médecin, de test d’urine en culture plus approfondie, de plus petits malaises en douleurs très intenses, sans jamais trouver que pouvait bien être mon réel problème! Il en fut ainsi durant plus de 10 ans.

En 2003, je suis tombée sur un médecin de famille très douce, soucieuse de ses patients et consciencieuse. C’est grâce à cette dame que j’ai enfin pu mettre un nom sur mes maux. Après le début de mes études universitaires et après avoir investigué le problème de façon plus approfondie auprès d’un urologue, le diagnostic est tombé : maladie rare, incurable, encore très, très méconnue par la science et pouvant être très handicapante. J’ai eu la sensation que ma vie venait de s’arrêter là, dans un cabinet de médecin. Les années qui suivirent furent difficiles physiquement, émotionnellement et psychologiquement : les effets secondaires liés à la prise de médicament ont été considérables, j’ai réussi (par miracle!) à terminer mes études en enseignement, j’ai survécu au milieu de l’éducation quelques années seulement avant de me retrouver en arrêt de travail, j’ai eu un épisode de dépression mineure et de troubles du sommeil aigus, j’ai

vécu un divorce, et c’est sans parler de tous ces maux de ventre, de douleurs vésicales et d’envies urgentes et fréquentes d’aller uriner qui me pourrissaient l’existence. De nature positive et optimiste, je me suis retrouvée déprimée et déprimante. J’ai perdu des amis, vécu l’incompréhension de mes proches et j’ai eu toutes sortes de difficultés au travail. J’ai décidé de ne plus voir de médecin urologue puisque leurs propos et leurs actions étaient toujours vides de sens, lourds et déprimants.

En 2014, après un évènement particulièrement stressant, j’ai vécu un épisode extrêmement douloureux de cystite interstitielle qui m’a amenée aux urgences, où l’on m’a administré de la morphine pour calmer mon mal. C’était la seule solution, selon les médecins. En plus, on a découvert deux kystes sur mes ovaires. Je me voyais déjà en invalidée prolongée, incapable de poursuivre le moindre rêve,  de réaliser mes projets de vie. Je paniquais, j’angoissais et j’ai prié pour qu’il survienne quelque chose, n’importe quoi, une solution, une pilule magique. J’ai été exaucée : durant mon arrêt de travail, une amie qui souffre de colite ulcéreuse m’a prêté des ouvrages. Elle m’a notamment recommandé de lire l’ouvrage de Jacqueline Lagacé, Comment j’ai vaincu la douleur et l’inflammation chronique par l’alimentation. Puis, elle m’a parlé de son cheminement et des bienfaits de la diète hypotoxique. Il n’en fallait pas plus pour me convaincre, car cette amie a un bon sens du jugement et je sais qu’elle avait beaucoup souffert par le passé à cause de la maladie.

Les semaines qui ont suivi, j’ai lu religieusement l’ouvrage de Mme Lagacé. J’ai d’abord pris la décision d’essayer de suivre la diète modérément et de voir les résultats par la suite. Puis, j’ai fait le ménage de mon garde-manger et de mon frigo et, graduellement, j’ai modifié TOUTES mes habitudes alimentaires. Plus je lisais, plus j’étais convaincue et plus je me sentais interpellée par cette solution naturelle qui s’offrait à moi. Mon alimentation me semblait dorénavant toxique, chimique, néfaste. J’ai acheté trois livres de recettes gourmandes,[1] j’ai convaincu mon conjoint de me soutenir dans cette aventure – c’était ça ou je redémarrais ma vie toute seule! – et j’ai eu l’esprit très curieux et ouvert pour entamer ce long processus qui est de modifier son alimentation. J’ai consulté des blogues culinaires pour avoir accès à davantage de ressources et j’ai même parfois adapté des recettes. Je voulais aussi en finir avec la médication, qui coûtait cher et qui entraînait plusieurs effets secondaires, en plus de ne pas me soigner véritablement. Je suis aussi allée consulter une nutritionniste qui m’a conseillée afin que mon organisme ne manque de rien.

J’ai fait les choses lentement, mais sûrement, si bien qu’après quelques semaines, je me sentais déjà mieux. J’ai tenu un journal alimentaire de façon rigoureuse au début afin d’identifier les aliments qui me causaient de l’inflammation aux parois vésicales (l’alcool, le café, le thé et certains fruits et noix, par exemple, ne me conviennent simplement pas). Bref, j’ai d’abord assimilé les grands principes de l’alimentation hypotoxique – nourriture saine, naturelle, sans gluten, sans produits laitiers, sans sucres raffinés et sans produits transformés –  pour graduellement parvenir à respecter les modes et températures de cuisson suggérés. Le défi était de taille et ce ne

fut pas du tout aisé : j’ai rencontré des déceptions, des proches me trouvaient même un peu folle et certains amis ne m’invitaient carrément plus jamais à manger chez eux! Après environ 6 mois de belles et de moins belles périodes, mes efforts furent récompensés : je connaissais enfin une rémission, une vraie! Je me suis alors permis de tricher de temps en temps, histoire de valider si ça valait le coup de poursuivre dans la même voie. Et hop, les douleurs sont revenues en force! Il en est ainsi dès que je triche d’ailleurs. Je dois avouer que je me permets quelques écarts à l’occasion, mais plus souvent qu’autrement, je réussis à me débrouiller. Ma plus grande difficulté est de respecter les modes et températures de cuisson, alors mon prochain défi est de travailler cet aspect.

Aujourd’hui, je suis fière de déclarer que j’ai adopté un mode de vie sain et santé qui me permet de mener une belle vie et de me soigner de façon naturelle. J’ai découvert des aliments qui nourrissent véritablement mon corps sans l’engorger de substances et additifs chimiques, je ne prends plus aucune médication depuis plusieurs mois et je peux enfin songer à avoir un enfant. Je ne souffre plus en permanence, je contrôle les symptômes de la cystite interstitielle à 80% et je ne retournerais en arrière pour rien au monde.

[1] Parmi ces ouvrages, notons ceux de Jacynthe René et de Jacqueline Lagacé.

8 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Témoignage de Margot, 76 ans, « système immunitaire très renforcé »

Article passionnant ! A partager!
Moi aussi je voue une immense gratitude a Madame Lagacé qui m’a délivrée de mes douleurs dues a l’inflammation liée à l’arthrose, ceci depuis 6 ans , de plus j’ai retrouvé une très bonne forme physique , un système immunitaire très renforcé, et une joie de vivre profonde, j’ai bientôt 76 ans ,
Merci du fond du cœur Madame Lagacé !
Merci aussi à votre équipe !
Margot

Réponse de Jacqueline: ce témoignage d’une dame de 76 ans confirme que notre mode de vie est plus important que l’âge et que notre génétique pour jouir de la santé et de la joie de vivre… Merci Margot pour ce témoignage vivifiant qui met en lumière qu’avancer en âge n’est pas obligatoirement synonyme de catastrophe…

4 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Témoignage: particularités positives après 10-12 jours et 4 mois de diète hypotoxique

Mme Lagacé,bonjour: d’avoir connu votre livre et les éloges sur votre compte par le site « santé nature innovation » au début de juillet 2019 et d’avoir aussitôt commandé ce livre en librairie , d’avoir appliqué illico vos principes et recommandations, alors que je subissais une crise articulaire depuis quelques semaines, je peux dire que j’ai « revécu » au bout de peu de temps et je vous dois beaucoup; il m’étais impossible par ex d’empoigner un stylo, une fourchette ou un outil ; au bout d’une douzaine de jours il y a eu un mieux…puis petit à petit cela s’est amélioré et après env 4 mois j’ai recouvré une vie presque normale mais je continue le régime car il a grande valeur à présent pour moi ! grand merci à vous de France

Réponse de Jacqueline: merci pour ce témoignage qui démontre une fois de plus qu’une amélioration ciblée rapide de certaines articulations peut apparaître en quelques jours alors que le retour à une qualité de vie globale nécessite généralement quelques mois. Je précise de plus qu’une grande partie de l’intérêt de ce blogue repose principalement sur vos témoignages qui sont beaucoup plus stimulants pour la majorité de mes lecteurs que les explications scientifiques des principes de base de la diète hypotoxique.

Poster un commentaire

Classé dans Témoignage spécial

Témoignage et information importante à propos de l’autisme

Message de Jacqueline: je vous encourage à prendre connaissance de ce site destiné à aider les parents d’enfants autistes.

https://www.approcheglobaleautisme.org/
Bonjour voici un site d’informations sur l’autisme et ses troubles médicaux associés. Ma fille avait une dysbiose et un candida albican. Terminé. Son comportement, immunité et son système digestif ne pose plus de problèmes.  Corinne

7 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial