Archives de Tag: sclérose en plaques

Caractéristiques et thérapeutique de la diète cétogène : obésité, diabète de type 2, et sclérose en plaques.

Mode d’action de la diète cétogène

La diète cétogène,  force l’organisme à brûler des gras plutôt que des glucides pour  procurer à l’organisme  l’énergie dont il a besoin pour fonctionner; le foie convertit les acides gras en corps cétoniques qui remplacent le glucose comme source première d’énergie à la condition que la consommation de glucides soit réduite de façon drastique.  L’influence bénéfique  possible des corps cétoniques sur les maladies neurodégénératives repose sur l’observation que le cerveau,  utilise d’une part les corps cétoniques seulement lorsqu’il est privé de glucose alors qu’il semble que cette source d’énergie alternative soit capable d’atténuer l’excitotoxicité cellulaire,  un processus pathologique d’altération et de destruction neuronale, une conséquence de l’hyperactivation des neurotransmetteurs. D’autre part, l’efficacité de la diète cétogène dans le cas de perte de poids chez les obèses et de la mise en rémission du diabète de type 2, serait basée sur sa capacité à maintenir un taux sanguin d’insuline bas, ce qui prévient et/ou corrige la résistance à l’insuline.  Il apparaît de plus que la diète cétogène favorise davantage la perte de gras que les autres diètes d’amaigrissement tout en préservant  de façon générale la masse musculaire bien que dans certains cas, des suppléments en acides aminés et en protéines puissent être nécessaires.

Conditions d’application de la diète

Des études chez les animaux et l’humain supportent l’efficacité thérapeutique possible de la diète cétogène pour traiter différents désordres de santé.  Toutefois, il est recommandé que des examens préalables soient effectués avant d’appliquer la diète cétogène : historique de la maladie, tests spécifiques de laboratoire, diète habituelle du patient.  Certains désordres métaboliques spécifiques (calculs rénaux, dyslipidémie sévère, maladie du foie, retard de croissance, reflux gastro-œsophagien sévère, alimentation orale difficile, cardiomyopathie, acidose métabolique chronique) constituent des contre-indications à l’application de la diète cétogène.  Les patients doivent recevoir des multi vitamines contenant des doses adéquates de minéraux essentiels avant même d’initier la diète cétogène pour prévenir des déficiences nutritionnelles durant la diète.

La diète cétogène doit limiter la prise de glucides à  25 g/jour (maximum 50 g/jour), contrôler la quantité de protéines, augmenter la consommation de gras et d’huile. Les nutriments suivants sont nécessaires : calcium avec vitamine D, sélénium, magnésium, zinc et phosphore. L’évaluation de la diète doit être effectuée périodiquement pour documenter les effets bénéfiques et les risques associés.   Il est important de quantifier à tous les 3 mois à partir du sérum,  les corps cétoniques, le glucose sérique, l’albumine, les protéines totales, le cholestérol total, les triglycérides et la créatinine sérique pour s’assurer que la diète est suivie correctement.  Une fois l’an, on recommande les tests suivants : échographie rénale, densité osseuse, carnitine, niveau de sélénium et électrocardiogramme pour prévenir à long terme les effets secondaires suivants : calculs rénaux, ostéoporose, hyperlipidémie, déficience en carnitine et cardiomyopathie.

Caractéristiques particulières

Cette diète ne peut être arrêtée brusquement, l’arrêt doit se faire graduellement sur une période de 2 à 3 mois.

Chez les obèses, la diète cétogène montre une perte de poids plus importante qu’avec les autres diètes balancées.

Il a été démontré que la diète cétogène peut être bénéfique contre le syndrome des ovaires polykystiques chez les patients obèses et  atteints de diabète de type 2.

Bonne nouvelle dans le cas de la sclérose en plaques

L’analyse du microbiome intestinal des patients SEP démontre que la  concentration totale ainsi que la diversité de leurs microbiotes sont réduites de façon substantielle  comparativement aux contrôles normaux.  Des observations cliniques ont montré que  les effets de la diète cétogène  se présenteraient en deux phases : dans un premier temps, la concentration et la diversité des microbiotes intestinaux seraient encore plus réduites ; par contre à partir de la douzième semaine de diète cétogène, la situation en tant que nombre et  diversité des microbiotes s’améliore de façon significative et après 23-24 semaines de diète, la composition des  microbiotes serait alors meilleure qu’avant le début de la diète.  Ceci ne signifie pas que le microbiome a atteint un équilibre idéal, ce qui nécessiterait certainement un apport en fibres beaucoup plus élevé que le permet la diète cétogène. Toutefois, ce résultat est encourageant.

Effets secondaires

Effets secondaires courants : maux de tête, constipation, diarrhée, insomnie, maux de dos, inconfort gastro-intestinal, crampes abdominales, vomissements ;

Effets secondaires modérés : dyslipidemie, déficiences en minéraux, acidose métabolique, risque accru de pierres rénales, augmentation des triglycérides à l’intérieur d’une période de 6 mois, hypoproteinémie.

Effets secondaires sévères : élévation trop importante des corps cétoniques qui peuvent induire des complications avec risques de morbidité et de mortalité chez les patients diabétiques.  Si la concentration des corps cétoniques ne dépasse jamais 8 mmol / L, ces risques sont virtuellement non existants chez les sujets dont la fonction insulinique est normale.

Chez les souris , la diète cétogène à long terme induit une intolérance au glucose  qui a des conséquences graves sur les cellules endocrines du pancréas.

Conclusion

Des études cliniques supportent l’intérêt de la diète cétogène pour le diabète, l’obésité et  certains autres désordres mais cette diète doit être suivie sous une supervision médicale stricte avec l’aide de diététiciens formés en ce sens.  De plus, cette diète doit être adaptée à chaque patient.  Des études sont requises pour mieux comprendre à long terme les impacts cliniques de la diète, son efficacité, son niveau de sécurité, la tolérance des patients,  la durée du traitement et le pronostic après l’arrêt de la diète.

Compte tenu des problèmes et effets secondaires possibles inhérents à la diète cétogène, je pense personnellement que les individus qui répondent positivement à la diète hypotoxique n’ont pas intérêt à changer leur alimentation au profit de la diète cétogène.  Par contre, j’encourage ceux qui souffrent d’une maladie chronique qui pourrait bénéficier de la diète cétogène lorsque leur qualité de vie est insatisfaisante malgré le suivi de la diète hypotoxique,  à essayer la  diète cétogène sous la supervision médicale de thérapeutes expérimentés  dans ce domaine.

C’est avec gratitude que je remercie Christelle,  atteinte gravement de sclérose en plaques, d’avoir eu le courage et la générosité de témoigner de son expérience de la diète cétogène.  Le fait d’avoir pris sa santé en main, d’avoir écouté son intuition et d’avoir testé la diète cétogène, tout en continuant à profiter des acquis de la diète hypotoxique (élimination des aliments auxquels elle est sensible, cuisson à basse température des aliments qui la préserve des glycotoxines, aliments biologique) lui a permis de retrouver  le goût de vivre, une meilleure qualité de vie sans oublier les retombées sur sa famille et sur tous  les individus qu’elle encouragera par son témoignage à  prendre  leur santé en main.  Cette histoire souligne encore une fois l’importance des témoignages de la part des lecteurs de mon blogue qui nous forcent à aller plus loin dans notre réflexion.

Références

Augustin K, Khabbush A, William S, et al.,  Mechanisms of action for the medium-chain triglyceride ketogenic diet in neurological and metabolic disorders. Lancet Neurol. 2018 Jan;17(1):84-93. doi: 10.1016/S1474-4422(17)30408-8.

Evans M, Cogan KE,  Egan B. Metabolism of ketone bodies during exercise and training: physiological basis for exogenous supplementation. J Physiol. 2017 May 1;595(9):2857-2871. doi: 10.1113/JP273185

Gupta L, Khandelwal D, Kalra S, Gupta P, Dutta D, Aggarwal S. Ketogenic diet in endocrine disorders: Current perspectives.  J Postgrad Med. 2017 Oct-Dec;63(4):242-251. Review.

Katsu-Jiménez Y, Alves RMP, Giménez-Cassina A. Food for thought: Impact of metabolism on neuronal excitability. Exp Cell Res. 2017 Nov 1;360(1):41-46.

Puchalska P, Crawford PA. Multi-dimensional Roles of Ketone Bodies in Fuel Metabolism, Signaling, and Therapeutics. Cell Metab. 2017 Feb 7;25(2):262-284. doi: 10.1016/j.cmet.2016.12.022. Review.

Swidsinski A, Dörffel Y, Loening-Baucke V et al., Reduced Mass and Diversity of the Colonic Microbiome in Patients with Multiple Sclerosis and Their Improvement with Ketogenic Diet. Front Microbiol. 2017 Jun 28;8:1141. doi: 10.3389/fmicb.2017.01141. eCollection 2017.

 

4 Commentaires

Classé dans Capsules santé

Christelle revit (SEP) grâce à la diète cétogène, tout en conservant les règles de la diète hypotoxique

N.B. : Pour accompagner ce témoignage, j’ai écrit  un article sur ce  blogue intitulé  « Caractéristiques et  thérapeutique de  la diète cétogène : obésité, diabète de type 2 et sclérose en plaques ».

À la fin des témoignages de Christelle, j’ai regroupé les témoignages de lecteurs qui ont ajouté un commentaire ou une question.

Les derniers échanges de lecteurs concernant la sclérose en plaques ont débuté avec le témoignage suivant d’Hélène « En rémission de la sclérose en plaques depuis 2013 suite à l’application du régime hypotoxique, mon neurologue a fini par admettre que cette diète y était probablement pour quelque chose. Lui qui ne préconisait seulement que le régime alimentaire canadien il y a 4 ans.  Oui je crois que les mentalités évoluent ».  Hélène

Suite à l’intervention d’Hélène, j’ai reçu entre autres  3 commentaires-témoignages de Christelle (dont  un de sa mère selon un message de Christelle adressé à Mireille).  Avant de présenter les témoignages en question,  je veux rappeler que de nombreux témoignages confirment d’une part la mise en rémission ou l’amélioration de la sclérose en plaques (SEP) grâce à la diète hypotoxique ( taux de succès de 78% à partir de 41 témoignages parus sur mon blogue avant la rédaction de mon dernier livre « Une alimentation ciblée », p. 36, sans oublier  le taux de succès  de 98% dans le cas de la SEP, obtenus par le Dr Seignalet à l’aide de sa diète hypotoxique,  à partir de 46 patients tel que relaté dans son livre « L’alimentation ou la troisième médecine » paru en 2004.

L’évolution de  Christelle 47 ans, comporte des éléments importants : 1) atteinte de SEP depuis 2001, elle était devenue dépendante de ses cannes et de sa chaise roulante depuis environ 3 ans;  2) elle a repris  sa santé en main avec beaucoup de courage en mai 2017 en  intégrant la diète cétogène à sa diète hypotoxique, en plus de manger tout bio; 3) elle a intégré l’exercice physique à sa nouvelle vie, même si c’est lent et difficile, en pratiquant  la marche sur tapis roulant  (partie de 200 mètres en janvier 2017, elle franchissait 500 mètres en juillet dernier) et en nageant à nouveau même si c’est avec d’énormes difficultés, le tout complété par des étirements; 4) elle contrôle rigoureusement son alimentation, prend des compléments alimentaires spécifiques, tient un journal de bord et se soumet à des analyses médicales pour vérifier qu’elle ne souffre d’aucune carence; 5) développe son optimisme, fait des séances d’hypnose et son protocole alimentaire et physique est appuyé par un protocole psychologique.

Témoignage no 1 de Christelle

Je me nomme christelle Venzin Noirjean, j’ai 47 ans et 20 années de SEP. Toutes ces années à chercher des solutions alimentaires peu efficaces, je me retrouve en cannes et fauteuil roulant. Avec l’aval de médecin j’ai progressivement (sur un an, et ce depuis nov 2016) arrêté tous mes traitements (fond et symptomatique), progressivement pour le lerika et d’un coup pour la copaxonne . En janvier 2017 plus aucun traitement , j’ai démarré le sport en salle.

Je ne consomme plus de gluten depuis 17 ans et j’ai arreté les laits depuis 1 an 1/2 .J’ai entrepris un régime pseudopaléo ( arret du riz) depuis janvier 2017 puis un régime cétogène strict depuis mai 2017 et en 2 mois des résultats presque magiques.  Et bien , pour ma part , les résultats sont incroyables. La sclérose en plaques me grignottait depuis 20 ans, lourdement depuis 3 ans , ……..et depuis le régime , c’est un miracle car je retrouve de l’énergie, la fatigue m’a quitté , et le comble c’est que même si je ne marche presque plus (je me déplace avec cannes et fauteuil à la salle de sport), ma marche actuelle est plus fluide, je vais à la salle de sport 4 fois semaine pendant 1 heure et à la piscine tous les dimanche !!! Je reconduis ! J’ai une fille de 5 ans dont je m’occupe beaucoup mieux désormais (aller la chercher à l’école, repas…). Je resouris à la vie. J’ai des projets, mon cerveau n’est plus en mode « brouillard ».

J’ai la sensation d’avoir inversé la balance. La sep est à mes cotés, et elle y restera à vie, mais elle s’est calmée (elle n’a plus rien à manger!!) car ce régime ne permet plus aucune inflammation chronique.  Je compte continuer le régime strict et peut être ne jamais m’arrêter! Je continue à consommer 25g de glucide max par jour. Je calcul tout, pèse tout , et ne m’autorise aucun écart! J’achète tout bio et cela me revient moins cher qu’avant car le choix est restreint, la viande provient d’un éleveur scrupuleux qui élève c’est animaux à l’herbe, je mange beaucoup d’abats et lard, oeuf et poulet bio chez une voisine.  C’est contraignant, difficile mais possible à mettre en place. Je consomme des produits bio et des compléments alimentaires adaptés à la sep . Je tiens un journal de bord, fais des séances d’hypnoses, et suis certaine que cela va marcher , je marche d’ailleurs un peu mieux! Je pratique du tapis de marche le plus souvent. Je suis partis de 200 m en janvier 2017 et suis à 500 en juillet dernier! c’est miraculeux. Mes progrès sont faibles, long à se voir, mais je le sens. Mon énergie revient et le morale aussi.

On est tous différents, tous adaptables en fonction de ce que nous choisissons mais ce qui est certain c’est que cette maladie est sournoise, alors j’essaye de l’être autant qu’elle mais sur le plan « je m’oblige à pratiquer du sport ». Cela ravigote mes muscles endormis et non contrôlables mais ils se réveillent doucement. Apres 2 mois 1/2 de régime cétogène, je renageai ! c’est compliqué et douloureux mais je nage. Je pratique aussi beaucoup d’étirements seule en plus de mon kiné.  Pour moi, ce régime est un miracle.
A savoir, le régime cétogène est suivi par un homme de la Nasa, les grands sportifs, les diabétiques et certainement d’autres . …

A l’heure d’aujourd’hui, 8 mois après le début de ce régime cetogène (hypotoxique ) mon état inflammatoire a disparu mais je vais le certifier avec un irm en mai 2018!!!

Merci d’avoir pris le temps de me lire

Christelle Venzin Noirjean

Témoignage no 2 de Christelle

Bonjour,

Diagnostiquée SEP depuis 2001, sans gluten depuis, sans lait depuis 2016, j’ai volontairement arrêté mes traitements (lyrika, capaxone, fampyra) en janvier 2017 . Mon neurologue n’étant pas satisfait de mes décisions, m’a fait peur et invité à changer de traitement parce que je passais en SEP progressive!!! J’ai refusé. J’ai démarré un programme sportif intense puis ajouté la piscine ! J’ai commencé une diète hypotoxique (que j’appellerai plutôt cétogène) depuis 10 mois et suis en rémission depuis. Ma fatigue a totalement disparu, mes jambes reviennent lentement…le moral aussi!

J’ai pour projet de faire une conférence aidée de mon asso , accompagné d’un médecin qui est totalement convaincu du bien fondé de cette diète. Je ne laisserai plus le monde médical décider pour moi, me faire peur! Je le respecte mais lui ne m’écoute pas. Alors je continue mon chemin et n’arrêterai jamais mon alimentation . C’est MON corps, Ma vie, pas ceux des neurologues , ni des labo pharmaceutiques. Ma souffrance a cessé, c’est pas grâce à eux !
Je n’ai que 47 ans, une fille de 5 ans et un mari avec qui j’ai débuté cette hygiène alimentaire et c’est à lui que je dois tout! J’ai trouvé la force grâce à lui, mon Amour Aidant, pas mon neurologue! Christelle

Suite à la réception de ce témoignage, j’ai demandé à Christelle de m’expliquer avec plus de précision en quoi consistait son alimentation hypotoxique-cétogène.  Voici sa réponse :

Jacqueline,

Je suis à la lettre le régime nommé « paléo plus » de Wahls ,  décrit précisément dans l’ouvrage du Dr Terry Wahls « sclérose en plaques, ma rémission grâce au régime paléo », et ce, depuis plus de 9 mois . Je n’ai trouvé personne d’autre du monde médical français qui me fournisse des informations alimentaires sérieuses, alors je suis allée chercher ailleurs! J’ai trouvé aux États-Unis ce Dr Wahls et un Dr Allemand à Berlin.  Vous expliquer tous les détails serait fastidieux, mais je vais tenter de résumer. Je nourris au mieux toutes les cellules de mon corps afin qu’elles fournissent du carburant énergétique (ATP), en grande et bonne qualité. Pour ce faire mon organisme est passé sur le mode « production de corps cétogènes ».

Je mange totalement bio, aucun sucre (certains fruits et certains légumes interdits), beaucoup de légume à feuille verte (choux beaucoup), viande (animaux élevés à l’herbe), oeufs, huile de foie de morue, huile de coco, eau minérale naturelle, je cuisine à la vapeur (sans acrylamide). Je prends des compléments alimentaires spécifiques.  Aucune carence (résultats médicaux), de plus en plus d’énergie, clarté d’esprit. Je revis et marche mieux et de mieux en mieux (en cannes et bientôt mon fauteuil roulant sera un souvenir).

Ce protocole alimentaire doit être suivi par un protocole physique (sport depuis 1 an en salle et piscine depuis l’été dernier) et psychique.

Sachez que les All Black et les cosmonautes de la Nasa mangent cétogène aussi!! S’il y avait un quelconque risque, ce serait déjà connu!  Christelle Venzin Noirjean

Remarque de Jacqueline : il n’y a aucun doute que les All Black (équipe de  rudby) ainsi que les sportifs d’élite qui suivent la diète cétogène ainsi que les cosmonautes de la NASA sont suivis médicalement de façon très rigoureuse tel que décrit dans mon article intitulé « Caractéristiques et  thérapeutique de  la diète cétogène : obésité, diabète de type 2, et sclérose en plaques »

Questions-commentaires-réponses suite aux témoignages de Christelle :

1) Christelle ajoutait dans un commentaire adressé à Daniel et à Mireille : Les résultats sont incroyables. Ce régime cétogène est 100% hypotoxique, car il est sans produit laitier, sans gluten, sans sucre et sans excès de viande…avec une majorité de « bon gras »! alimentation bio et vapeur de préférence.

2) Bonjour,
Ce régime alimentaire est-il efficace pour toutes les formes de SEP, notamment la secondaire progressive? En vous remerciant.
Charlotte

Réponse à de Christelle à Charlotte :  oui, cette diète est valable pour la sep progressive puisque j’ai été diagnostiquée SEP progressive en fin 2016 , avec cannes et fauteuil, désormais après ce régime démarré en mai 2017, que j’appellerai plutôt régime cétogène je commence à remarcher mieux…plus aucune fatigue (je n’ai plus la tête dans le brouillard) …plein de projets.  La Vie revient. J’encourage tous ceux et celles vers cette diète céto , avec beaucoup de courage pour s’y tenir…mais le résultat est tellement merveilleux.

3) Témoignage de Linda :  Moi j’ai été diagnostiqué 18 ans passée et lors de mes premières visites avec mon neurologue il m’a dit que si je ne prenais pas de médicament,  qu’après 10 ans je marcherais avec une canne et après 15 ans je serais en fauteuil roulant. Aujourd’hui je ne prends pas de médicament, je mange un régime hypotoxique anti-inflammatoire et je m’entraîne pour mon 18ième marathon. Je pense sincèrement que les aliments anti-inflammatoires et l’exercice sont nos meilleures médicaments. Bon cheminement à tous! Linda

4) Réponse de Martine à  Linda!  Je suis complètement d’accord avec toi. Mon neurologue avait une vision et moi j’ai toujours misé sur l’exercice et l’alimentation. Ça fait 11 ans que j’ai la sclérose en plaques. Je n’ai jamais pris de médicament. Je suis en rémission depuis 5 ans et j’ai eu deux enfants. Je suis capable de les suivre, de vivre ma vie pleinement. L’alimentation, c’est mon médicament!  Martine

5) Bonjour, c’est très concernée que je me permet d’intervenir car également diagnostiquée SEP. Si vous voulez lire le livre de Kousmine sur le sujet on le trouve en pdf uniquement car il n’est plus édité : la SEP est guérissable , on le trouve sur le site kousmine, c’est une base, après chacun son libre arbitre
Chantal

Remarque de Jacqueline : comme on peut le constater, différentes diètes alimentaires peuvent être efficaces pour traiter les maladies chroniques et dans certains cas, des associations de diètes peuvent être la solution pour certaines personnes.  Nous sommes tous différents et nous devons chercher ce qui convient le mieux à chacun d’entre nous.

 

 

 

2 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Témoignage de Linda diagnostiquée de la SEP il y a 18 ans

Je suis complètement d’accord avec toi Jacqueline que l’association, qui a la mission d’aider avant tout le client atteint de la SEP, devrait garder un esprit ouvert envers les thérapies de médecine intégrative. C’est tellement dommage que l’association concentre seulement sur les produits pharmaceutiques. Les cliniques spécialisée en SEP (en Ontario MS Clinics) sont pareils. Moi j’ai été diagnostiqué 18 ans passée et lors de mes premières visites avec mon neurologue il m’a dit que si je ne prenais pas de médicament qu’après 10 ans je marcherais avec une canne et après 15 ans je serais en fauteuil roulant. Aujourd’hui je ne prend pas de médicament, je mange un régime hypotoxique anti-inflammatoire et je m’entraîne pour mon 18ième marathon. Je pense sincèrement que les aliments anti-inflammatoires et l’exercise sont nos meilleures médicaments. Bon cheminement à tous! Linda

Remarque de Jacqueline: merci pour ce témoignage des plus éloquent.

9 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Hélène réponds aux questions concernant sa rémission (sclérose en plaques)

06/02/2018 à 10 h 09 min

Concernant ma rémission, je dois dire que ça s’est fait de manière graduelle. Dès la première semaine où j’ai coupé les produits laitiers et le gluten, j’ai constaté une nette diminution de douleurs articulaires qui, en plus de la SP, me faisaient souffrir depuis la quarantaine. C’était en 2013, j’avais 54 ans. C’était très stimulant. La douleur s’estompait, je me sentais plus forte mais pas assez à mon goût. Il m’arrivait parfois de tomber après avoir oublié que j’avais une jambe moins forte que l’autre. Au bout de six mois, j’ai intégré la natation graduellement trois à quatre fois semaine pour renforcer mon côté droit sans avoir de risques de chutes.

Ça m’a bien pris un autre 6 mois pour me renforcer et retrouver l’usage sécuritaire de ma jambe droite. J’ai recommencé à travailler à temps partiel. Moi qui croyais devoir prendre une retraite prématurée, j’ai vécu une véritable renaissance physique et professionnelle.

Pour moi, le travail est une source de stimulation. Mais je ne veux plus travailler à temps plein , sauf en cas de rush, car je tiens mordicus à mes trois séances se piscine par semaine qui, avec le régime hypotoxique, maintiennent mon corps en santé .

Depuis janvier, j’ai retenu les services d’une kinésithérapeute pour développer encore plus ma force et mon équilibre. J’en ressens déjà les résultats.

Merci la vie
Hélène

Suite : 06/02/2018 à 10 h 46 min

Je voudrais ajouter que je suis très stricte dans le choix de mes aliments mais je ne suis pas une sainte. Il m’arrive de manger du chocolat noir sucré, du vrai beurre, de goûter une bouchée ou deux à certains aliments interdits juste pour me faire plaisir et de boire un peu d’alcool à l’occasion. Je ne dépasse jamais le .8 et je n’ai pas de problème. Je fais très attention à mes écarts et j’évite  les répétitions dans un court laps de temps.

Je dois quand même préciser que je déroge seulement depuis que je vais mieux.

Bonne santé à tous
Hélène

Remarque de Jacqueline:  Merci Hélène de votre générosité, vos réponses seront très appréciées.

9 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Amélie aimerait recevoir des témoignages de personnes atteintes de Sclérose en plaques qui ont stabilisé leur état avec le régime hypotoxique

Lire la suite

12 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Témoignage d’Amélie: sclérose en plaques

Bonjour,
je suis atteinte d’une sclérose en plaques depuis 6 ans et je suis le régime hypotoxique depuis 2 ans. J’ai arrêté mes traitements (copaxone, puis avonex) 6 mois après avoir commencé ce régime car avec ce regime je ne ressentais plus cette fatigue qui m’empêcher de vivre normalement. Ensuite j’ai récupéré la sensibilité de ma main droite que j’avais perdu partiellement suite à une poussée. Les résultats de ma dernière irm montrent une amélioration au niveau 2 plaques sur ma moelle épinière que l’on ne voit pratiquement plus. Je n’arreterai pour rien ce régime. Merci pour vos témoignages et vos encouragements et bon courage aux personnes confrontées à la maladie.
Amélie

8 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Un témoignage encourageant concernant la sclérose en plaques.

Réponse à Suzanne Fontaine, Bonjour, oui je fais toujours le régime. Depuis environ 18 mois. C’est un régime à vie pour moi et pour tout ceux qui souffre de douleur inflammatoire. Le régime est si efficace que je ne prends plus du tout de médicament pour la douleur. Je suis en pleine forme. Il m’arrive de triché mais seulement quand je n’ai pas le choix ou que je veux vraiment me faire plaisir. Mais ce plaisir est de courte durée car je sents la douleur soit instantanément ou les jours suivants. Je n”aime donc pas triché!! Pour répondre à votre seconde question j’ai la sclérose en plaques depuis 10 ans.  Josée

13 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Une lésion cérébrale de Nora (sclérose en plaques) a diminuée + bons conseils de Nora

bonjour à tous et bonne année,
voila deux jours que j’ai eu mon RDV avec ma neurologue et elle m’a appris que l’une des lésions de mon cerveaux a diminué et elle a ajouté que finalement, elle n’est même plus sure que j’ai la SEP. En tout cas, moi je sais que j’avais la SEP et que je l’ai probablement encore car j’ai eu tous les symptômes au début. Tout cela pour vous dire que je suis en rémission grâce au régime hypotoxique et que si j’y arrive, vous y arriverez aussi. Je voudrai ajouter une dernière chose, en effet, c’est important d’écarter le gluten et les produits laitiers mais il y’a souvent d’autres aliments qui nous nuisent sans s’en rendre compte. Pour mon cas, j’ai identifier le fructose,les pommes de terres, le maïs, haricots verts et certains légumes sec. Finalement, il suffit tout simplement d’écouter son corps et ne pas le contrarier.
Bonne continuation à tous.
Nora

11 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Gaëtane diagnostic de sclérose en plaques depuis vingt ans.

Lire la suite

3 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Témoignage de Nora qui est en rémission de la sclérose en plaques.

Lire la suite

17 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial