Archives de Catégorie: Messages

La crise de la COVID-19, une occasion de renouveau et de collaboration par J. Lagacé

La crise de la COVID-19, une occasion de renouveau et de collaboration.

Jacqueline Lagacé, Ph.D.

N.B. : à la fin du texte, vous trouverez une annonce pour participer à l’étude clinique du Dr Jean-Claude Tardif,  

Notre monde « moderne » vit actuellement à la vitesse grand V une crise mondiale sans précédent.  La pandémie causée par la COVID-19 a déjà chambardé en quelques   semaines des grands pans de notre système de santé, de notre économie et de nos politiques.

Cette situation n’est pas normale et exige que la Société participe à un effort commun, non seulement pour vaincre la présente pandémie, mais également pour aider à résoudre le défi majeur que représentent les changements climatiques; il faut reconnaître que les changements climatiques ne sont pas étrangers à l’actuelle pandémie.  Nous devons donc reconsidérer nos responsabilités individuelles et collectives afin d’effectuer les changements qui s’imposent.

Dans ce contexte, il est important de réfléchir à certaines anomalies de notre système économique; il aura fallu cette crise mondiale pour prendre la réelle mesure du déséquilibre engendré par notre hyper-dépendance envers plusieurs pays, dont particulièrement la Chine.  Cet état de dépendance extrême constitue une grave menace :  menace pour notre autonomie nationale,  menace sanitaire pour notre population qui ne peut plus compter sur des infrastructures industrielles suffisantes pour satisfaire nos besoins essentiels en cas de catastrophes ou de situations problématiques,  qu’il s’agisse des soins de santé (production de médicaments, de matériels de protection sanitaire, etc), du maintien d’un niveau acceptable d’autosuffisance alimentaire, de produits essentiels à notre sécurité dans le domaine des communications afin de protéger des échanges confidentiels et sécurisés lors des périodes d’instabilité ainsi que  tous les autres produits  essentiels pour lesquels nous dépendons uniquement de puissances étrangères sur lesquelles nous n’avons aucun contrôle.

La crise actuelle nous rappelle l’importance de la cohésion sociale lorsque nous faisons face à des problèmes qui touchent la population dans son ensemble. En ce sens, il est incontestable que la permanence de notre système de santé universel est mise en danger en raison de la croissance continue des maladies chroniques, surtout depuis les années 1980.  De nombreuses études ont démontré que les maladies chroniques sont fortement favorisées par la consommation toujours plus marquée d’aliments ultra-transformés. Il est actuellement démontré que les gens qui sont les plus vulnérables au COVID-19,  sont ceux qui souffrent de maladies chroniques, que ce soit chez les gens âgés de 70 ans et plus en encore chez les adultes de 40-69 ans. Nous avons donc la responsabilité  individuelle, en tant que citoyen, de respecter dans la mesure de nos capacités propres,  notre intégrité physique et mentale en optant pour un mode de vie sain.  Un mode de vie sain est basé au départ sur une alimentation équilibrée, la plus naturelle possible,  adaptée à nos caractéristiques génétiques propres, ce qui exclut les substances néfastes dont les aliments ultra-transformés.  Un mode de vie sain exige également la pratique d’exercices physiques quotidiens qui aident de plus à contrôler les excès de stress, sans oublier les bienfaits générés par le civisme et l’entraide tel que nous le démontre la présente crise.

Quant à nos responsabilités communes face aux changements climatiques, la lecture de  l’excellent livre de Laure Waridel « La transition, c’est maintenant.  Choisir aujourd’hui ce que sera demain » devrait vous inspirer pour la suite des choses.

Permettez-moi de citer les premières phrases en page 4 de la couverture du livre de Laure Waridel : « Alors que les écosystèmes se dégradent à un rythme sans précédent, on réalise que les humains confondent moyens et fins, argent et richesse, croissance économique et bien-être. Comment mettre l’économie au service du bien commun…?  Par où commencer pour transformer un système qui a institutionnalisé la cupidité? »

Pour conclure sur un message d’espoir

J’aimerais rappeler que le développement d’un vaccin contre le SARS-CoV-2, l’agent causal de la COVID-19,  est devenu la priorité no 1 de plusieurs pays, dont le Canada. À cet égard, nos gouvernements, tant de niveau fédéral que provincial, ont  fait des efforts financiers sans précédent pour soutenir et accélérer le travail de nos chercheurs afin de développer des outils, vaccins et autres capables de diminuer l’impact et/ou de mettre fin à la pandémie de la COVID-19.

Dans ce but, des équipes de chercheurs travaillent dans l’urgence 24 heures sur 24 en se relayant à tour de rôle pour atteindre le plus rapidement possible leur but. Il semble probable, selon le témoignage de différents chercheurs, dont certains chercheurs Québécois,  qu’un vaccin puisse être disponible dès septembre prochain…si tout continue à bien aller…on se croise les doigts.  En temps normal, la production d’un tel vaccin nécessite plusieurs années en raison entre autres des lenteurs habituelles d’une telle démarche qui comporte de multiples paliers de décisions. De plus, les nouvelles  technologies génomiques sont en mesure d’accélérer les processus de développement des nouveaux vaccins.

Présentement,  je considère qu’il est primordial de soutenir la recherche clinique initiée à la fin du mois de mars dernier par le Dr Jean-Claude Tardif,  un professeur-chercheur mondialement reconnu pour ses nombreux travaux de recherche. Ce dernier est également  directeur du centre de recherche de l’Institut de cardiologie de Montréal.  Le Dr Tardif  a  lancé cette étude clinique appelée COLCORONA  afin de vérifier l’effet de la colchicine  chez des patients infectés par le SARS-CoV-2, l’agent causal de la COVID-19.

L’intérêt de tester la colchicine sur des patients infectés par le SARS-CoV-2 semble être  une option très prometteuse à court terme pour les raisons suivantes : 

1)  la colchicine possède des propriétés anti-inflammatoires importantes qui ont été vérifiées par de nombreuses études effectuées en laboratoire ainsi que sur des patients affectés de problèmes de santé variés; tous les problèmes de santé qui ont répondu positivement à la colchicine étaient caractérisés par des réactions inflammatoires excessives ou mal contrôlées, qu’il s’agisse de la goutte, de maladies cardio-vasculaires, du syndrome métabolique,  de cas de parodontite (inflammation des tissus qui entourent les dents), de conditions neurochirurgicales, de douleurs inflammatoire chroniques, de problèmes rénaux et de fibrose.

2) Des études ont démontré que la  colchicine a une action anti-inflammatoire sur les globules blancs appelés neutrophiles ainsi qu’une action anti-fibrotique.  Elle agit en inhibant l’adhésion et le recrutement des neutrophiles impliqués dans les réactions inflammatoires, elle réduit différents marqueurs de l’inflammation tels la protéine C-réactive, le taux de sédimentation des globules rouges ainsi que d’autres marqueurs de l’inflammation.  Elle bloquerait également l’inflammation associée au recrutement des  monocytes/macrophages.

3) La colchicine est un vieux médicament qui est utilisée depuis longtemps et qui n’a pas de contre-indications sauf pour les personnes souffrant d’insuffisance rénale et comme c’est le cas pour la plupart des médicaments,  elle n’est pas prescrite aux femmes enceintes et /ou allaitantes.

4) La colchicine est un médicament peu couteux qui peut être produit rapidement en très grande quantité.

5) Selon le Dr Tardif, la colchicine  pourrait potentiellement être utilisée à court terme pour réduire le risque de complications pulmonaires et de décès liés à la COVID-19.  Chez la majorité de patients qui sont contaminés par le virus, l’infection est bénigne, et même souvent asymptomatique. Par contre, chez environ 15-20% des personnes infectées, le virus peut provoquer l’affolement du système immunitaire dont les réactions deviennent  exacerbées et incontrôlables; en fait, c’est cette véritable  tempête inflammatoire incontrôlée qui entraîne les complications  pulmonaires et même possiblement la destruction du tissue pulmonaire et la mort du patient.

Il a été observé que le fait de souffrir d’une maladie chronique (diabète, maladies cardio-vasculaires, maladies auto-immunitaires, etc) est un facteur de risque aggravant qui fragilise les individus face à la COVID-19. Même chez les gens âgés de 70 ans et plus, la grande majorité des décès survient chez ceux qui souffraient d’une ou plusieurs maladies chroniques.

Compte tenu des connaissances accumulées au cours de nombreuses années au sujet du pouvoir anti-inflammatoire de la colchicine et des observations effectuées auprès des  patients atteints de la COVID-19, il y a de fortes probabilités que l’hypothèse du Dr Tardif puisse être démontrée.  Si les études cliniques s’avèrent positives, les cas graves d’infection à la COVID-19 devraient diminuer de façon marquée, ce qui pourrait transformer l’infection en une maladie bénigne.

Comme l’étude du Dr Tardif vise une population de 6,000 personnes infectées actuellement par la  COVID-19, tous ceux qui répondent aux critères suivants : 40 ans et plus,  infection active à la COVID-19 et diagnostic officiel,  pourraient rendre un service  humanitaire majeur  en participant à cette étude. Il est important de mentionner que d’après une information que j’ai entendue à la radio, il semble que votre participation à cette étude ne nécessiterait pas de déplacement de votre part et que le médicament testé vous serait livré chez vous.

 Pour plus d’informations, cliquer sur l’adresse suivante : https://www.colcorona.org/  ou téléphoner au no suivant : 1-877-536-6837. 

Un grand merci à tous ceux qui accepteront de participer à la présente étude.

Poster un commentaire

Classé dans Messages

Mes meilleurs souhaits pour la décennie 2020

À tous,  je  souhaite que la décennie 2020 soit l’occasion pour chacun.e d’entre nous d’actualiser dans nos vies les vraies valeurs humaines, soit l’Amour, l’Empathie et le Sens de la  Justice;  c’est grâce à ces valeurs universelles que les connaissances fabuleuses qui s’accroissent de nos jours de façon exponentielle dans tous les domaines pourront permettre de résoudre les problèmes importants qui menacent notre survie.

Jacqueline Lagacé, Ph.D.

20 Commentaires

Classé dans Messages

Précisions ajoutées: retraite pour les femmes souffrant de douleurs chroniques

Bonjour Mme Lagacé, du 2 au 6 octobre 2019, je participerai à une retraite pour les femmes souffrant de douleurs chroniques. J’ai reçu un diagnostic de fibromyalgie en avril 2016 et vos livres, l’alimentation hypotoxique et un seminaire de 5 jours avec Paule Mongeau, psyhologue, m’ont aidée à transformer mon quotidien. Aussi, lors de cette retraite, je ferai un témoignage sur les bienfaits que m’ont procurés ces changements alimentaires, il y aura aussi une chiro qui parlera de la kinésiologie appliquée ainsi qu’une physiothérapeute et une conseillère en nutrition. J’aimerais savoir si cela serait possible pour vous d’afficher notre retraite sur votre site.

Merci de votre attention !

Voici les informations provenant de Mme Nancy Rouillard au sujet de la retraite pour les femmes souffrant de douleurs chroniques:

Dates : du 2 au 6 octobre 2019

Lieu : Centre de Spiritualité des Ursulines, 20, rue des Dames-Ursulines, Québec (QC) G2B 2V1

Le coût est de 1100$ et cela inclut :

– Hébergement (4 nuits), en chambre individuelle avec lavabo et salles de bains communes à l’étage

– Repas (alimentation anti-inflammatoire) 4 déjeuners, 5 dîners, 4 soupers et collations

– Wifi

– 3 Conférences

– 1 consultation avec notre physiothérapeute

– 1 sortie au Sibéria Spa

– Une formation d’introduction au focusing et à la communication consciente

Les invitées :

Géraldine Carrier-Delisle, physiothérapeute/Kinésiologue  avec une approche ostéopathique et dédiée à une clientèle en douleur chronique.

Dre Raphaëlle Raymond-Saine, Chiropraticienne D.C. DACNB, formation spécifique en neurologie fonctionnelle et kinésiologie appliquée.

Marie-Claude Demers, Réflexologue, Conseillère en nutrition, auteure et conférencière.

Nancy Rouillard, témoignage; touchée par la fibromyalgie, elle a transformé son quotidien à l’aide des approches présentées.

Informations complémentaires et contacts : http://www.espacecroissens.ca; 418-204-3207;  info@espacecroissens.ca

 

9 Commentaires

Classé dans Messages

Notre pétition citoyenne, où en sommes-nous actuellement?

La période de signatures de notre pétition intitulée « Mise en pratique de la démarche de santé intégrative », laquelle pétition nécessite d’amender la loi médicale du Québec, article no 31, a pris fin le 22 mai dernier.  La députée  Marilyne Picard  a déposé officiellement notre pétition le 30 mai à l’Assemblée nationale.  La dite pétition a été signée par 9 176 pétitionnaires désignés par le terme « Citoyens et citoyennes du Québec ».

D’après les informations reçues auprès de l’attachée politique de la députée Marilyne Picard, adjointe parlementaire de la ministre de la santé Danielle McCann,  ce sont des députés membres d’une commission parlementaire  (logiquement :Santé et services sociaux) qui décideront de l’étudier, et ce à partir des informations de différents experts.  Il se peut que madame Picard fasse partie de cette commission, mais on ne le sait pas encore. Une réponse suivra de la part de la ministre Danielle McCann.

On m’a informée de plus que comme l’Assemblée nationale sera en travaux intensifs (pensons aux projets de loi no 21 sur la laïcité de l’État et le projet no 9 sur l’immigration) à partir de la semaine du 3 juin,  le délai de réponse sera prolongé.  Je vous tiendrai au courant des développements ultérieurs.

Pour consulter le texte de notre pétition ainsi que le texte de la loi médicale actuelle du Québec, se rendre sur la page d’accueil, sous le titre  « À propos »

Jacqueline Lagacé, Ph.D.

 

2 Commentaires

Classé dans Messages

Merci aux 9 176 personnes qui ont signé notre pétition citoyenne

Merci également à tous ceux et celles qui ont fait des démarches pour faire connaître notre pétition et convaincre leur entourage  de la nécessité de démocratiser les soins de santé au Québec; une telle démarche démocratique favorisera une meilleure accessibilité ainsi que la qualité et la variété des soins offerts à l’ensemble des Québécois.

Dans environ un mois, nous saurons si notre pétition citoyenne fera l’objet d’une commission parlementaire. Une commission parlementaire est un groupe de travail composé d’un nombre restreint de députés chargés d’examiner toute question relevant de sa compétence ou d’exécuter les mandats que l’Assemblée lui confie;  dans le cas de notre pétition, nos politiciens devront décider de la pertinence de notre demande d’amender la loi régissant les soins de santé au Québec afin  que soit respecté d’une part les choix de traitements des patients et d’autre part  la mise en application d’une véritable collaboration entre  les praticiens formés en médecine conventionnelle et/ou en médecines complémentaires  afin  que le patient puisse bénéficier des soins  les mieux adaptés à sa condition.

En attendant, soyons positifs et confiants dans les gens qui nous représentent.

Jacqueline Lagacé

5 Commentaires

Classé dans Messages

Il ne reste que 3 jours pour signer notre pétition en faveur d’une médecine démocratisée

Jusqu’à ce matin, 8 341 Québécois ont signé la pétition citoyenne demandant que les Québécois puissent bénéficier de l’approche de santé intégrative; cela veut dire intégrer les soins de médecines complémentaires aux soins de la médecine conventionnelle afin de favoriser le traitement de l’individu dans sa globalité. Augmentons la pression en atteignant  l’objectif de 10,000 signatures.

Il est important de rappeler que c’est la députée Marilyne Picard, qui est l’adjointe parlementaire de la ministre de la Santé et des Services sociaux,  Danielle McCann, qui  a accepté  de présenter officiellement notre pétition électronique à l’Assemblée nationale.

Pour signer, cliquer sur l’adresse suivante : https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-7651/index.html

 

1 commentaire

Classé dans Messages

Les Québécois doivent jouir des mêmes droits en santé que les Ontariens!

Il ne reste que 8 jours pour faire un effort supplémentaire afin d’augmenter le nombre de signataires de notre pétition citoyenne en faveur de la démarche de santé intégrative (association de la médecine conventionnelle et des médecines complémentaires).

En date d’aujourd’hui, soit le 14 mai, 7 311 personnes ont signé notre pétition citoyennePouvons-nous faire un effort plus convaincant afin que nous, les Québécois, puissions bénéficier, comme le font déjà les citoyens de d’autres provinces canadiennes, des mêmes droits en santé, à savoir le pouvoir de décider du choix des soins de santé que nous désirons, qu’il s’agisse de soins de médecine conventionnelle et/ou de médecines complémentaires?

Merci de vous occuper de vos affaires!

Pour signer, cliquer sur l’adresse suivante : https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-7651/index.html

Jacqueline Lagacé, Ph.D.

9 Commentaires

Classé dans Messages

Copier-coller-imprimer pour ceux qui désirent afficher notre pétition

Pétition : Mise en pratique de la démarche de santé intégrative

C’est la députée du comté de Soulanges, Marilyne Picard, adjointe parlementaire à la ministre de la Santé et des Services sociaux,  Danielle McCann, qui  a accepté  de présenter officiellement cette pétition électronique à l’Assemblée nationale.

Texte de la pétition

CONSIDÉRANT QUE des enquêtes documentées ont démontré que les approches complémentaires, axées sur la santé globale et la prévention, permettent de traiter plus efficacement la douleur et les maladies chroniques;

CONSIDÉRANT QU’un travail de collaboration interdisciplinaire entre la médecine conventionnelle et les approches alternatives, tel que préconisé en santé intégrative, est fortement recommandé par l’Organisation mondiale de la santé afin d’offrir des soins de santé plus pertinents;

CONSIDÉRANT QU’une majorité de Québécois utilise déjà des approches de santé complémentaires;

CONSIDÉRANT QUE la législation de provinces canadiennes, dont le Medicine Act 1991 de l’Ontario, amendement # 33-11, a permis l’instauration réussie de la démarche de santé intégrative;

Nous, soussignés, demandons au gouvernement du Québec d’amender la loi régissant les soins de santé afin que :

  • soit respectée l’autonomie du patient concernant ses objectifs de soins de santé et  décisions de traitement;
  • les médecins ne puissent pas  être reconnus coupables de faute professionnelle ou d’incompétence parce qu’ils recommandent ou pratiquent une thérapie non conventionnelle ou qui s’écarte de la pratique médicale en vigueur, sauf s’il est démontré que la thérapie complémentaire pose un plus grand risque pour la santé du patient que la pratique de la médecine conventionnelle;
  • les associations de thérapeutes formés de façon rigoureuse en santé intégrative puissent obtenir plus facilement justice pour la reconnaissance d’un statut professionnel qui permettrait ainsi de mieux protéger le public;
  • les soins de première ligne puissent être décentralisés et administrés par d’autres  groupes de praticiens de médecine intégrative formés en ce sens.

Pour signer la pétition, cliquer sur l’adresse suivante : https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-7651/index.html

ou sur Google inscrire : « pétition santé intégrative ».  Vous arriverez alors sur « Pétition : Mise en pratique de la démarche de santé intégrative » et en cliquant sur ce titre vous pourrez signer la pétition.

Merci de bien vouloir signer cette pétition pour améliorer l’accessibilité et la qualité des soins de santé au Québec.

6 Commentaires

Classé dans Messages

Jacqueline répond à vos questions depuis bientôt huit ans et aimerait savoir si…

Si vous pouvez faire davantage auprès de vos connaissances afin que notre pétition citoyenne « Mise en pratique de la démarche de santé intégrative »  (soutenue par la députée Marilyne Picard, adjointe parlementaire de la ministre de la santé Danielle McCann)  obtienne un nombre de signatures vraiment significatif pour que notre gouvernement, tous partis confondus, effectue  les changements qui s’imposent pour qu’une véritable collaboration devienne possible entre les praticiens de médecine conventionnelle et ceux de médecines complémentaires.

Pour signer, cliquer sur l’adresse suivante : https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-7651/index.html

N.B.: Il est important que vous sachiez que lorsque vous signez notre pétition, il s’agit d’un document confidentiel et que seul le nombre de signatures sera transmis à l’Assemblée nationale

La médecine intégrative est prônée par l’Organisation mondiale de la santé; il s’agit d’une approche qui intègre à la fois la médecine conventionnelle et les différentes pratiques anciennement qualifiées de médecines alternatives ou complémentaires. Les forces de la médecine conventionnelle sont évidentes et concernent principalement le diagnostic des pathologies et les problèmes aigues de santé (infectiologie, orthopédie, oncologie, chirurgie, antibiothérapie, pharmacologie, urgences cardiaques).  Alors que les problèmes aigues de santé répondent généralement bien aux approches de la médecine conventionnelle, il en va souvent autrement avec les maladies chroniques qui exigent de traiter le malade dans sa globalité.

La santé intégrative dans son ensemble est une approche qui fait la promotion de la santé globale et holistique axée sur la prévention ainsi que sur la guérison des différentes composantes de l’être humain (physique, émotive, psychologique et énergétique), ce qui montre l’intérêt d’associer les thérapies de la médecine conventionnelle et des médecines complémentaires dans le traitement des patients, comme par exemple les maladies chroniques.  Les traitements retenus en santé intégrative sont centrés sur le patient et leurs effets ont été scientifiquement vérifiés quant à leur sécurité et à leur efficacité (ref. « Posons un geste concret, osons la santé intégrative! » article basé sur 49 publications scientifiques).

Pour que notre système de soins universels puisse offrir aux Québécois des soins de santé axés sur la personne dans sa globalité,  il est nécessaire que l’article no 31 de la loi médicale du Québec soit modifié,  car c’est en s’appuyant sur cet article de loi que le Collège des médecins exerce un pouvoir absolu sur l’administration des soins de santé au détriment de tous les autres praticiens en santé du Québec. Il est de notoriété publique que le « père » de l’assurance maladie, Claude Castonguay, a recommandé à plusieurs reprises de « revoir le monopole des fédérations médicales ».

Si aujourd’hui, je me permets de faire appel à l’engagement de mes lecteurs, c’est que nous disposons encore d’environ 2 mois pour réussir à obtenir l’appui d’un nombre vraiment significatif de signatures (j’ose espérer plus de 100,000 signatures) en faveur de la dite pétition. Ce n’est pas un hasard, si nous avons lancé notre pétition citoyenne en mars 2019;  c’est parce que nous avons maintenant la conviction que notre nouvelle Ministre de la Santé et des Services Sociaux, Mme Danielle McCann,  possède la formation, l’expérience et la volonté clairement exprimée de corriger les grandes faiblesses de notre système de santé universel;  il s’agit des soins de santé primaire ou de première ligne qui font face à des problèmes majeurs d’accessibilité, de continuité et de coordination des soins et des services de santé.

Selon le Plan Legault présenté antérieurement, les services de 1e ligne sont : « Les services sociaux et de santé de base – le premier palier d’accès au système – sont ceux auxquels la population a le plus souvent recours. Ce sont, principalement, les soins infirmiers, les services médicaux généraux, les services d’aide psychologique ou sociaux, les services de réadaptation, les soins et les services d’aide à domicile ainsi que les services d’intervention téléphonique Info-Santé. C’est à ce palier que se règlent 80% de tous les problèmes. Ces services doivent donc être disponibles le plus près possible des personnes ».

Pour prendre connaissance des informations qui motivent notre conviction à savoir que la ministre de la Santé, Mme Danielle McCann possède une  formation, une expérience exceptionnelle et la volonté déclarée de corriger les grandes faiblesses de notre système de santé universel, cliquer sur le document suivant :  Informations concernant la Ministre de la Santé Danielle McCann

Merci d’avoir signé la pétition au profit de l’ensemble des Québécois et particulièrement de ceux qui sont les plus vulnérables. J’exhorte ceux qui n’ont pas encore signé à le faire ou au moins à me faire part des restrictions que vous pourriez avoir envers certains enjeux de la pétition pour pouvoir en discuter avec vous.

Jacqueline Lagacé, Ph.D. au nom de tous ceux et celles qui sont impliqué.e.s dans le projet de pétition.  

 

5 Commentaires

Classé dans Messages

Jacqueline désire apporter des précisions concernant la pétition

Titre officiel de notre pétition : Mise en pratique de la démarche de santé intégrative (Santé intégrative signifie la mise en place d’une collaboration véritable entre la médecine conventionnelle et les médecines complémentaires).

Titre original de notre pétition : « Amender la loi médicale du Québec, article no 31, « Définition de l’exercice de la médecine » afin que soit mise en pratique au Québec une véritable démarche de santé intégrative ».

N.B.: Il est important que vous sachiez que lorsque vous signez notre pétition, il s’agit d’un document confidentiel et que seul le nombre de signatures sera transmis à l’Assemblée nationale

Si vous hésitez à signer notre pétition, répondez aux  4 questions suivantes;  si vos réponses sont « Non »,  vous auriez avantage à cliquer sur le lien suivant pour changer les choses:

https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-7651/index.html

1) Êtes-vous satisfaits de l’accessibilité aux soins de première ligne de notre système de santé?

2) Considérez-vous que pour traiter avec le plus d’efficacité possible l’ensemble des différents problèmes de santé aiguës et chroniques qui affectent notre Société, il est préférable que les médecins concentrent dans leurs seules mains, au détriment des autres praticiens formés de façon pertinente en différents soins de santé, l’ensemble des décisions qui touchent le traitement des maladies de quelque nature qu’elles soient?

3) Est-ce socialement acceptable  que le Collège des médecins utilise toutes les tactiques possibles et impossibles pour empêcher des associations de thérapeutes professionnels, bien formés et compétents,  de constituer un ordre qui leur permettrait  à la fois de s’assurer des bonnes pratiques de leurs membres,  tout en permettant de mieux protéger le public?  Sans oublier le contrôle abusif qu’exerce de façon générale le Collège des médecins.

4) Trouvez-vous rationnel, juste, efficace et rentable  pour notre Société que la loi médicale du Québec, selon l’article no 31, toujours effective en 2019 au Québec,  accorde un droit de pratique  exclusif concernant tous les soins de santé aux seuls médecins, tel que décrit dans le texte de loi présenté ci-dessous :

Selon la Loi médicale, l’exercice de la médecine se définit ainsi :

« 31. L’exercice de la médecine consiste à évaluer et à diagnostiquer toute déficience de la santé de l’être humain, à prévenir et à traiter les maladies dans le but de maintenir la santé ou de la rétablir ».

Dans le cadre de l’exercice de la médecine, les activités réservées au médecin sont les suivantes :

  1. diagnostiquer les maladies;
  2. prescrire les examens diagnostiques;
  3. utiliser les techniques diagnostiques invasives ou présentant des risques de préjudice;
  4. déterminer le traitement médical;
  5. prescrire les médicaments et les autres substances;
  6. prescrire les traitements;
  7. utiliser les techniques ou appliquer les traitements, invasifs ou présentant des risques de préjudice, incluant les interventions esthétiques;
  8. exercer une surveillance clinique de la condition des personnes malades dont l’état de santé présente des risques;
  9. effectuer le suivi de la grossesse et pratiquer les accouchements;
  10. décider de l’utilisation des mesures de contention;
  11. décider de l’utilisation des mesures d’isolement dans le cadre de l’application de la Loi sur les services de santé et les services sociaux et de la Loi sur les services de santé et les services sociaux pour les autochtones cris.

6 Commentaires

Classé dans Messages