Archives de Catégorie: Débats

Reprise d’un message très pertinent à propos de nos soins de santé

Marie Louise Roy

J’ai fait récemment des statistiques sur les coûts de la santé et je crois que tout le monde sait que la moitié du budget provincial est dépensé pour faire rouler le système de santé. Toujours selon les statistiques la moitié des malades sont malades de maladies chroniques, c’est donc l’individu qui par ses habitudes de vies et ses dépendances alimentaires crée sa propre maladie. Évidemment, la pub aidant, personne n’est intéressé à faire un virage à moins d’y être obligé. Presque à l’article de la mort… les gens se réveillent tout à coup et la plupart se tournent vers « Big Pharma » pour régler leur problème sans se poser de question. Big Pharma est un lobbyiste très futé auprès des gouvernements. La santé ou plutôt l’industrie de la maladie est devenue payante sur les marchés financiers. Des profits allant quelques fois jusqu’à 50%. Alors peu importe votre « voix » (et j’inclus la mienne également) ou votre « voie » d’entrée (stratégie) au parlement pour être écoutée et entendue, elle devra considérer cette dynamique pernicieuse autant du gouvernement que du citoyen québécois qui préfère une solution rapide sans efforts à son problème de santé. Beaucoup de gens sont devenus accro de la pilule qui guérit tout. La question que je me pose c’est combien de personnes (pourcentage de la population) non répertoriées (car ils ne passent pas par le système traditionnel pour se guérir) gèrent leur santé dans les approches alternatives. La connaissance de ces chiffres pourrait bien être le déclencheur de réflexion surtout quand leur approche permet le retour à la santé. Si le Québec traitait les maladies chroniques par l’approche des médecines douces, presque le quart du budget provincial pourrait être fortement diminué et les argent s ainsi économisés pourrait être réinvesti dans d’autres priorités. Au peuple de décider.

  • Jacqueline

    Selon le dernier rapport de 2017 de l’Institut Fraser, 79% de la population canadienne disent avoir utilisé des approches complémentaires en plus de l’offre de soins conventionnels. Dans les provinces où les lois et l’encadrement ont été modifiées pour permettre la considération accrue des approches complémentaires parmi les possibilités thérapeutiques, le pourcentage est de 89% en Colombie Britannique, de 84% en Alberta et de 81% en Ontario comparativement à un pourcentage de 69% au Québec, malgré les difficultés rencontrées.

Poster un commentaire

Classé dans Débats

Pétition-traitement-vitamine C : Jacqueline appuie cette pétition sur la base de plusieurs articles scientifiques récents

Par Jacqueline Lagacé

J’ignorais que circulait au Québec la pétition suivante « Traitement par perfusion de vitamine C au Québec » jusqu’à ce que des lecteurs de mon blogue réactualisent mon article intitulé « Le Pharmachien : pour comprendre ses tactiques » et que des médias rapportent les  graves menaces qu’Olivier Bernard a reçues, suite à la polémique qu’il avait lancée pour  discréditer la dite pétition.

Dans un premier temps,  je tiens à préciser que je désapprouve totalement le fait de proférer des menaces à l’encontre de qui que ce soit sous prétexte d’opinions divergentes, même si les opinions de cette personne sont critiquables et/ou erronées.

En second lieu, avant d’accorder crédit aux analyses du Pharmachien et d’affirmer que nous avons absolument besoin de cet individu pour informer de façon objective et éclairée les Québécois quant à ce qu’il considère comme des « fausses croyances »,  il serait impératif que les journalistes vérifient la crédibilité des affirmations de ce pharmacien auprès de sources sûres, soit des scientifiques  formés dans un domaine relié au sujet traité et qui sont au fait de la littérature scientifique récente.  Les Québécois ont droit de la part de leurs médias à une information scientifique juste et pertinente (ex. Découverte de  Radio-Canada) qui évite les biais et le burlesque, sans nécessairement être dépourvue d’humour; que dire d’un pharmacien qui s’attaque aux jus verts mais qui évite des sujets chauds dont il serait important de discuter tels les statines…

Les procédés du Pharmachien, suite à son émission sur les OGM, ont été analysés par la professeure chercheuse  Elisabeth Abergel, spécialisée en génie génétique et en études environnementales;  les conclusions de cette dernière se lisent comme suit: «Si le but du Pharmachien était de démystifier ce qu’est un OGM afin que le public soit plus au courant, je pense que c’est un échec total. Il a même à de nombreuses reprises repris les « mythes » véhiculés par l’industrie qui ne tiennent plus la route après 20 ans de commercialisation……  En fait, on se demande à qui s’adresse cette émission sur les OGM? Si son but était de fournir des informations utiles aux consommateurs québécois concernant leur alimentation, je pense que ceci n’a pas vraiment marché. Sous couvert d’objectivité scientifique, il est clair que les choix d’arguments et les biais véhiculés dans cette émission n’avaient pour but que de minimiser les incertitudes scientifiques/sociales/écologiques/politiques etc. entourant les OGM. https://www.vigilanceogm.org/articles/analyse-de-lepisode-ogm-du-pharmachien

Un lecteur vient tout juste de me poser la question suivante: Pourquoi est-ce permis (perfusion de vitamine C) dans d’autres provinces et pas au Québec? Tenons-nous à ce point à être une société distincte? Ou bien est-ce que le Collège des Médecins qui est si puissant?

La réponse c’est que le Collège des médecins contrôle totalement l’application de soins de santé au Québec grâce à l’article no 31 de la loi médicale.  Notre groupe  a justement présenté sur le site de l’Assemblée Nationale une pétition: Mise en pratique de la démarche de santé intégrative (Santé intégrative signifie la mise en place d’une collaboration véritable entre la médecine conventionnelle et les médecines complémentaires)  depuis le 25 février 2019.  Comme la solution proposée répond à nos problèmes communs et que l’union fait la force, plus nous serons nombreux à demander à nos gouvernants de modifier la loi médicale rétrograde et injuste du Québec, plus nous aurons de chances de réussir.  Pour prendre connaissance de cette pétition et la signer, cliquer sur: https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-7651/index.html

Si vous voulez avoir accès au dossier complet concernant cette pétition, cliquer sur :https://www.jacquelinelagace.net , vous arrivez ainsi sur la page d’accueil et sous le titre À propos, se trouve le document complet.

Résultats de la recherche que j’ai effectuée suite à la controverse créée par le Pharmachien au sujet de la pétition « Traitement par perfusion de vitamine C au Québec ».  

Au départ, c’est  par simple curiosité que je suis allée consulter les articles scientifiques les plus récents au sujet de la pétition-perfusion de la vitamine C, soit ceux publiés uniquement entre les années 2017 et 2019.  Les articles que j’ai retenus traitaient de  la vitamine C à hautes doses en  relation avec la chimiothérapie, différentes formes de cancers,  le système immunitaire et même un article sur l’effet antidépresseur possible de ce traitement.

Je dois dire que la littérature sur le sujet s’est avérée généreuse et que j’ai dû limiter mes choix.   Comme la vitamine C ne peut pas être brevetée, les articles ont été  apparemment écrits par des chercheurs indépendants qui visaient avant tout à trouver de meilleurs traitements pour les patients.

La pétition ayant été signée par près de 120,000 individus, il m’est apparu approprié de rendre accessibles  les 10 résumés qui m’ont semblé les plus pertinents à propos des bienfaits potentiels de la perfusion à hautes doses de vitamine C dans le contexte du cancer.  J’ai traduit en français (en graphie italique) certaines parties plus facilement compréhensibles et pertinentes pour le public visé.  Vitamine C = Acide ascorbique = ascorbate

Je tiens à préciser que les phénomènes positifs décrits dans les résumés d’articles très récents recensés ci-après ne sont plus seulement du domaine de l’hypothèse.  Il s’agit d’observations répétées et dont les mécanismes sont maintenant partiellement expliqués. Raison de plus pour accélérer la recherche dans ce domaine.

Conséquemment, il n’est plus acceptable d’affirmer que les bienfaits ressentis par les personnes qui ont reçu ce genre de traitement est le fruit de leur imagination.  Naturellement, comme aucun traitement, quel que soit sa nature, n’est jamais efficace chez tous les individus compte tenu de multiples facteurs : génétiques, modes de vie, infections, etc, il est normal et courant qu’un certain pourcentage d’individus ne réponde pas au traitement.  Ce n’est pas une raison pour qualifier de placébo ce type de traitement chez ceux et celles qui affirment éprouver une amélioration de leur condition de santé lorsqu’ils le reçoivent. C’est une question de respect et de justice.

Jacqueline Lagacé, Ph.D.     

 Résumés de 10 articles

1) Molecules. 2019 Jan 28;24(3). pii: E453. doi: 10.3390/molecules24030453.

Vitamin C as a Modulator of the Response to Cancer Therapy.

Blaszczak W1, Barczak W2,3, Masternak J4, Kopczyński P5, Zhitkovich A6, Rubiś B7.

Abstract

Ascorbic acid (vitamin C) has been gaining attention as a potential treatment for human malignancies. Various experimental studies have shown the ability of pharmacological doses of vitamin C alone or in combinations with clinically used drugs to exert beneficial effects in various models of human cancers. (L’acide ascorbique (vitamine C) attire de plus en plus l’attention en tant que traitement potentiel des tumeurs malignes chez l’homme. Diverses études expérimentales ont montré l’aptitude de doses pharmacologiques de vitamine C, seules ou en association avec des médicaments utilisés en clinique, à exercer des effets bénéfiques sur différents modèles de cancers chez l’homme.)

Cytotoxicity of high doses of vitamin C in cancer cells appears to be related to excessive reactive oxygen species generation and the resulting suppression of the energy production via glycolysis. A hallmark of cancer cells is a strongly upregulated aerobic glycolysis, which elevates its relative importance as a source of ATP (Adenosine 5′-triphosphate). Aerobic glycolysis is maintained by a highly increased uptake of glucose, which is made possible by the upregulated expression of its transporters, such as GLUT-1, GLUT-3, and GLUT-4. These proteins can also transport the oxidized form of vitamin C, dehydroascorbate, permitting its preferential uptake by cancer cells with the subsequent depletion of critical cellular reducers as a result of ascorbate formation. Ascorbate also has a potential to affect other aspects of cancer cell metabolism due to its ability to promote reduction of iron(III) to iron(II) in numerous cellular metalloenzymes. Among iron-dependent dioxygenases, important targets for stimulation by vitamin C in cancer include prolyl hydroxylases targeting the hypoxia-inducible factors HIF-1/HIF-2 and histone and DNA demethylases. Altered metabolism of cancer cells by vitamin C can be beneficial by itself and promote activity of specific drugs. (La modification du métabolisme des cellules cancéreuses par la vitamine C peut être bénéfique en soi et favoriser l’activité de médicaments spécifiques).

2) Front Physiol. 2018 Jul 3;9:809. doi: 10.3389/fphys.2018.00809. eCollection 2018.

Potential Mechanisms of Action for Vitamin C in Cancer: Reviewing the Evidence.

Vissers MCM, Das AB

Abstract

Whether vitamin C (ascorbate) has a role to play as an anti-cancer agent has been debated for decades. Ascorbate has been used by cancer patients in an unregulated environment, either as a dietary supplement or in pharmacological doses administered by infusion, with numerous reports of clinical benefit, but in the absence of rigorous clinical trial data. The design of appropriate clinical trials has been hindered by a lack of understanding of the mechanism(s) of action that would inform the choice of effective dose, timing of administration and likely responsive cancer models. More recently, expanded understanding of the biological activities of ascorbate has led to a number of plausible hypotheses for mechanisms of anti-cancer activity. (Plus récemment, une compréhension accrue des activités biologiques de l’ascorbate a conduit à un certain nombre d’hypothèses plausibles sur les mécanismes de l’activité anticancéreuse).  Prominent among these are the generation of significant quantities of hydrogen peroxide by the autoxidation of supra-physiological concentrations of ascorbate (la production de quantités importantes de peroxyde d’hydrogène par des concentrations supra-physiologiques d’ascorbate…, la production de peroxyde d’hydrogène étant  supposée générer un stress oxydatif qui cible de préférence les cellules cancéreuses) and stimulation of the 2-oxoglutarate-dependent dioxygenase family of enzymes (2-OGDDs) that have a cofactor requirement for ascorbate. Hydrogen peroxide generation is postulated to generate oxidative stress that preferentially targets cancer cells. The 2-OGDDs include the hydroxylases that regulate the hypoxic response, a major driver of tumor survival, angiogenesis, stem cell phenotype and metastasis, and the epigenetic histone and DNA demethylases. The latter are of particular interest, with recent studies suggesting a promising role for ascorbate in the regulation of the ten-eleven translocase (TET) DNA demethylases in hematological cancers. Support for these proposed mechanisms has come from many in vitro studies, and xenograft animal models have consistently shown an anti-cancer effect of ascorbate administration. (Des études récentes suggèrent un rôle prometteur pour l’ascorbate dans la régulation des ADN déméthylases de la translocase (TET) 10-11 dans les cancers hématologiques. De nombreuses études in vitro ont soutenu ces mécanismes proposés, et des modèles animaux utilisant de la xénogreffe ont démontré de manière constante un effet anticancéreux de l’administration d’ascorbate).   However, decisive evidence for any particular mechanism(s) of action is not yet available from an in vivo setting. With a number of early phase clinical trials currently underway, evidence for potential mechanism(s) of action is required to inform the most appropriate study design and choice of cancer model. Hopefully such information will result in sound clinical data that will avert adding any further controversy to this already contentious debate.

3) Blood Cells Mol Dis. 2018 Mar;69:57-64. doi: 10.1016/j.bcmd.2017.09.005. Epub 2017 Sep 21.

Mechanisms of anti-cancer effects of ascorbate: Cytotoxic activity and epigenetic modulation.

Mastrangelo D1, Pelosi E2, Castelli G2, Lo-Coco F3, Testa U4.

Abstract

Vitamin C (Vit C or Ascorbate) is essential for many fundamental biochemical processes. Vit C is an essential nutrient with redox functions at normal physiologic concentrations. The main physiologic function of this vitamin is related to its capacity to act as a co-factor for a large family of enzymes, (La fonction physiologique principale de la vitamine C est liée à sa capacité à agir comme cofacteur pour une grande famille d’enzymes)  collectively known as Fe and 2-oxoglutarate-dependent dioxygenases. It also modulates epigenetic gene expression through the control of TET enzymes activity. Vit C also has several biological properties allowing to restore the deregulated epigenetic response observed in many tumors. High-dose Vit C has been investigated as a treatment for cancer patients since the 1969. Pharmacologic ascorbate acts as a pro-drug for hydrogen peroxide formation (H2O2) and, through this mechanism, kills cancer cells. To achieve high in vivo concentrations, Ascorbate must be injected by i.v. route. (L’association de l’enzyme et de la vitamine C  module également l’expression des gènes épigénétiques via le contrôle de l’activité des enzymes TET. La Vit C possède également plusieurs propriétés biologiques permettant de restaurer la réponse épigénétique dérégulée observée dans de nombreuses tumeurs. La vitamine C à forte dose a été étudiée en tant que traitement pour les patients cancéreux depuis 1969. L’ascorbate pharmacologique agit comme un précurseur du médicament pour la formation de peroxyde d’hydrogène (H2O2) et tue les cellules cancéreuses par ce mécanisme. Pour atteindre des concentrations in vivo élevées, l’ascorbate doit être injecté par voie intraveineuse).          Initial clinical studies of Ascorbate cancer treatment have provided encouraging results, not confirmed in subsequent studies. Recent clinical studies using i.v. injection of high-dose Ascorbate have renewed the interest in the field, showing that significant anti-tumor activity. Pre-clinical studies have led to identify tumors sensitive to Ascorbate that could potentially benefit from this treatment either through an epigenetic modulator effect or through tumor killing by oxidative stress. (Les premières études cliniques sur le traitement du cancer à l’ascorbate ont donné des résultats encourageants, non confirmés par les études ultérieures. Des études cliniques récentes utilisant i.v. l’injection d’ascorbate à forte dose ont renouvelé l’intérêt pour le terrain, montrant cette activité antitumorale importante. Des études précliniques ont permis d’identifier des tumeurs sensibles à l’ascorbate qui pourraient potentiellement bénéficier de ce traitement, soit par effet modulateur épigénétique, soit par destruction de la tumeur par le stress oxydatif).

4) Biochem Soc Trans. 2018 Oct 19;46(5):1147-1159. doi: 10.1042/BST20180169. Epub 2018 Oct 8.

Vitamin C and immune cell function in inflammation and cancer.

Ang A1, Pullar JM2, Currie MJ1, Vissers MCM3

Abstract

Vitamin C (ascorbate) is maintained at high levels in most immune cells and can affect many aspects of the immune response. Intracellular levels generally respond to variations in plasma ascorbate availability, and a combination of inadequate intake and increased turnover during severe stress can result in low plasma ascorbate status. Intracellular ascorbate supports essential functions and, in particular, acts as an enzyme cofactor for Fe- or Cu-containing oxygenases. Newly discovered enzymes in this family regulate cell metabolism and epigenetics, and dysregulation of their activity can affect cell phenotype, growth and survival pathways, and stem cell phenotype. (L’ascorbate intracellulaire soutient les fonctions essentielles et, en particulier, agit comme un cofacteur enzymatique pour les oxygénases contenant du Fe ou du Cu. Les enzymes récemment découvertes dans cette famille régulent le métabolisme cellulaire et l’épigénétique, et une dysrégulation de leur activité peut affecter le phénotype cellulaire, les voies de croissance et de survie et le phénotype de cellules souches).

This brief overview details some of the recent advances in our understanding of how ascorbate availability can affect the hydroxylases controlling the hypoxic response and the DNA and histone demethylases. These processes play important roles in the regulation of the immune system, altering cell survival pathways, metabolism and functions. (Ces processus jouent un rôle important dans la régulation du système immunitaire, modifiant les voies de survie, le métabolisme et les fonctions des cellules).

5) EBioMedicine. 2017 Apr;18:41-49. doi: 10.1016/j.ebiom.2017.02.011. Epub 2017 Feb 16.

Multiple Myeloma Tumor Cells are Selectively Killed by Pharmacologically-dosed Ascorbic Acid.

Xia J1, Xu H2, Zhang X3, Allamargot C4, Coleman KL2, Nessler R4, Frech I2, Tricot G5, Zhan F6.

Abstract

High-dose chemotherapies to treat multiple myeloma (MM) can be life-threatening due to toxicities to normal cells and there is a need to target only tumor cells and/or lower standard drug dosage without losing efficacy. We show that pharmacologically-dosed ascorbic acid (PAA), in the presence of iron, leads to the formation of highly reactive oxygen species (ROS) resulting in cell death. PAA selectively kills CD138+ MM tumor cells derived from MM and smoldering MM (SMM) but not from monoclonal gammopathy undetermined significance (MGUS) patients. PAA (acide ascorbique) alone or in combination with melphalan inhibits tumor formation in MM xenograft mice. This study shows PAA efficacy on primary cancer cells and cell lines in vitro and in vivo. (L’acide ascorbique (PAA) seule ou en association avec le melphalan inhibe la formation de tumeurs chez les souris atteintes de xénogreffe MM. Cette étude montre l’efficacité du PAA sur les cellules cancéreuses primaires et les lignées cellulaires in vitro et in vivo)

6) Int J Mol Sci. 2018 Sep 13;19(9). pii: E2752. doi: 10.3390/ijms19092752.

Ascorbic Acid in Colon Cancer: From the Basic to the Clinical Applications.

El Halabi I1, Bejjany R2, Nasr R3, Mukherji D4, Temraz S5, Nassar FJ6, El Darsa H7, Shamseddine A8.

Abstract

Given the safety and potential benefits of intravenous ascorbic acid (AA) administration in cancer patients, there is merit in further exploring this therapeutic concept. In this review, we discuss the potential benefits of intravenous AA administration on colorectal cancer and we specifically focus on its effect on glycolysis in mutant and wild type RAS. We perform a PubMed and Ovid MEDLINE search using ascorbic acid, intravenous vitamin C, KRAS mutation, BRAF mutation and colorectal cancer (CRC) as keywords. At the cellular level, colorectal cancer cells undergo a metabolic shift called the Warburg effect to allow for more glucose absorption and utilization of glycolysis. This shift also allows AA to enter which leads to a disruption in the Warburg effect and a shutdown of the downstream KRAS pathway in mutated KRAS colon cancer cells. At the clinical level, AA is associated with tumour regression in advanced disease and improved tolerability and side effects of standard therapy. Based on these findings, we conclude that further clinical trials are needed on a larger scale to examine the therapeutic benefits of AA in colon cancer.( Au niveau clinique, (les AA) l’administration intraveineuse de la vitamine C est  associée  à la régression tumorale dans les maladies avancées et à une tolérance améliorée et aux effets secondaires du traitement standard. Sur la base de ces résultats, nous concluons que d’autres essais cliniques sont nécessaires à plus grande échelle pour examiner les avantages thérapeutiques des AA dans le cancer du côlon).

7) Nutrients. 2017 Nov 3;9(11). pii: E1211. doi: 10.3390/nu9111211.

Vitamin C and Immune Function.

Carr AC1, Maggini S2.

Abstract

Vitamin C is an essential micronutrient for humans, with pleiotropic functions related to its ability to donate electrons. It is a potent antioxidant and a cofactor for a family of biosynthetic and gene regulatory enzymes. Vitamin C contributes to immune defense by supporting various cellular functions of both the innate and adaptive immune system. (La vitamine C contribue à la défense immunitaire en soutenant diverses fonctions cellulaires du système immunitaire inné et adaptatif).  Vitamin C supports epithelial barrier function against pathogens and promotes the oxidant scavenging activity of the skin, thereby potentially protecting against environmental oxidative stress. Vitamin C accumulates in phagocytic cells, such as neutrophils, and can enhance chemotaxis, phagocytosis, generation of reactive oxygen species, and ultimately microbial killing. It is also needed for apoptosis (La vitamine C s’accumule dans les cellules phagocytaires, telles que les neutrophiles, et peut améliorer la chimiotaxie, la phagocytose, la génération d’espèces réactives de l’oxygène et, à terme, la destruction microbienne. Il est également nécessaire pour l’apoptose) and clearance of the spent neutrophils from sites of infection by macrophages, thereby decreasing necrosis/NETosis and potential tissue damage. The role of vitamin C in lymphocytes is less clear, but it has been shown to enhance differentiation and proliferation of B- and T-cells, likely due to its gene regulating effects. Vitamin C deficiency results in impaired immunity and higher susceptibility to infections. In turn, infections significantly impact on vitamin C levels due to enhanced inflammation and metabolic requirements. Furthermore, supplementation with vitamin C appears to be able to both prevent and treat respiratory and systemic infections.  (Une carence en vitamine C entraîne une déficience de l’immunité et une susceptibilité accrue aux infections. À leur tour, les infections ont un impact significatif sur les niveaux de vitamine C en raison d’une inflammation accrue et de besoins métaboliques plus importants. En outre, une supplémentation en vitamine C semble pouvoir à la fois prévenir et traiter les infections respiratoires et systémiques).  Prophylactic prevention of infection requires dietary vitamin C intakes that provide at least adequate, if not saturating plasma levels (i.e., 100-200 mg/day), which optimize cell and tissue levels. In contrast, treatment of established infections requires significantly higher (gram) doses of the vitamin to compensate for the increased inflammatory response and metabolic demand. (le traitement d’infections établies nécessite des doses nettement plus élevées (en grammes) de la vitamine pour compenser l’augmentation de la réponse inflammatoire et de la demande métabolique).

8) J Biochem Mol Toxicol. 2018 Sep;32(9):e22176. doi: 10.1002/jbt.22176. Epub 2018 Jul 10.

Juglone-ascorbic acid synergy inhibits metastasis and induces apoptotic cell death in poorly differentiated thyroid carcinoma by perturbing SOD and catalase activities. (La synergie acide juglone-ascorbique inhibe les métastases et induit la mort cellulaire apoptotique dans les carcinomes thyroïdiens peu différenciés en perturbant les activités de la SOD et de la catalase).

Gaikwad S1,2, Chakraborty A1,2, Salwe S3, Patel V3, Kulkarni S1,2, Banerjee S1,2.

Abstract

Anaplastic thyroid carcinoma (ATC) requires more innovative approaches as the current regimes for therapy are inadequate, also most anticancer drugs cause general suppression of physiological functions. (la plupart des médicaments anticancéreux entraînent une suppression générale des fonctions physiologiques).  However, therapy with limited nontarget tissue damage is desirable. In the present study, we show prooxidant ability of ascorbic acid, which enhances cytotoxicity induced by juglone. We decipher that juglone-ascorbate combination induces reactive oxygen species-mediated apoptosis leading to cell death in ARO cell line originated from ATC. (Nous décodons que la combinaison juglone-ascorbate induit une apoptose induite par les espèces d’oxygène réactives conduisant à la mort cellulaire dans la lignée ARO issue de l’ATC).  This combination also affects enzyme activity of catalase, glutathione reductase, and superoxide dismutase destabilizing redox balance in cell and thereby making juglone effective at a lower dose. We also show that juglone-ascorbate combination suppresses cell migration, invasion, and expression of tumor-promoting, and angiogenic genes in ARO cell line,  (Nous montrons également que la combinaison juglone-ascorbate supprime la migration cellulaire, l’invasion et l’expression de gènes promoteurs de tumeurs et angiogéniques dans la lignée cellulaire ARO) thereby disrupting epithelial-mesenchymal transition ability of the cells. Overall, we show that ascorbic acid increases cytotoxic potency of juglone through redox cycling when used in synergy.

9) Front Oncol. 2018 Nov 30;8:574. doi: 10.3389/fonc.2018.00574. eCollection 2018.

The Association Between Ascorbate and the Hypoxia-Inducible Factors in Human Renal Cell Carcinoma Requires a Functional Von Hippel-Lindau Protein.

Wohlrab C1, Vissers MCM2, Phillips E1, Morrin H1,3, Robinson BA1,4, Dachs GU1.

Abstract

Hypoxia-inducible transcription factors (HIFs) drive angiogenesis and cancer cell growth, contributing to an aggressive tumor phenotype. HIF-α protein levels and activity are controlled at the post-translational level by HIF hydroxylases. Hydroxylated HIF-α is recognized by the von Hippel Lindau (VHL) tumor suppressor and targeted for degradation. The HIF hydroxylases are members of the iron and 2-oxoglutarate-dependent dioxygenases, which require ascorbate as cofactor for activity. Clear cell renal cell carcinomas (ccRCC) harbor mutations in the VHL gene, whereas papillary RCC (pRCC) have a functional VHL. These natural occurring VHL variants in RCC enable the testing, in clinical samples, of the hypothesis that ascorbate modulates HIF-α levels through its role as a cofactor for the HIF hydroxylases. We measured ascorbate, HIF-1α, and HIF-2α protein and HIF downstream targets BNIP3, CA9, cyclin D1, GLUT1, and VEGF (combined to generate the HIF pathway score) in VHL-defective ccRCC (n = 73) and VHL-proficient pRCC human tumor tissue (n = 41). HIF and ascorbate levels were increased in ccRCC and pRCC tumors compared to matched renal cortex. HIF-1 and total HIF pathway activation scores were decreased with higher ascorbate in pRCC tumors (Spearman r = -0.38, p < 0.05 and r = -0.35, p < 0.05). This was not evident for ccRCC tumors. In mechanistic studies in vitro, ascorbate influenced HIF-1 activity in VHL-proficient, but not VHL-defective ccRCC cells. Our results indicate that ccRCC, which lacks a functional VHL, does not respond to ascorbate-mediated modulation of the HIF response. This contrasts with the demonstrated association between ascorbate content and the HIF pathway observed in pRCC and other tumors with a functional VHL. The results support a role for ascorbate as a modulator of HIF activity and tumor aggression in cancer types with a functional hypoxic response. (Les résultats confirment le rôle de l’ascorbate en tant que modulateur de l’activité HIF (facteurs induisant l’hypoxie) et de l’agression tumorale dans les types de cancer à réponse hypoxique fonctionnelle).

10)  Naunyn Schmiedebergs Arch Pharmacol. 2018 Feb;391(2):169-176. doi: 10.1007/s00210-017-1446-4. Epub 2017 Dec 8.

Evidence for the involvement of opioid system in the antidepressant-like effect of ascorbic acid.

Moretti M1, Ribeiro CM2, Neis VB2, Bettio LEB2, Rosa PB2, Rodrigues ALS2.

Abstract

Considering the involvement of the opioid system in major depressive disorder (MDD), mainly concerning refractory MDD, and the evidence that ascorbic acid may exert a beneficial effect for the treatment of this disorder, this study investigated the involvement of the opioid system in the antidepressant-like effect of ascorbic acid (Compte tenu de l’implication du système opioïde dans le trouble dépressif majeur (DMD), principalement en ce qui concerne le MDD réfractaire, et de la preuve que l’acide ascorbique peut avoir un effet bénéfique sur le traitement de ce trouble, cette étude a examiné l’implication du système opioïde dans l’effet antidépresseur de l’acide ascorbique) in the tail suspension test (TST). Treatment of Swiss mice with the non-selective opioid receptor antagonist naloxone (1 mg/kg, i.p.) prevented the reduced immobility time caused by ascorbic acid (1 mg/kg, p.o.) in the TST. Additionally, administration of the selective μ1-opioid receptor antagonist, naloxonazine (10 mg/kg, i.p.), also abolished the antidepressant-like action of the same dose of ascorbic acid in the TST. We also investigated the possible relationship between the opioid system and NMDA receptors in the mechanism of action of ascorbic acid or ketamine (0.1 mg/kg, i.p.) in the TST. Treatment of mice with naloxone (1 mg/kg, i.p.) blocked the synergistic antidepressant-like effect of ascorbic acid (0.1 mg/kg. p.o.) and MK-801 (0.001 mg/kg, p.o., a non-competitive NMDA receptor antagonist) in the TST. Combined administration of ketamine and MK-801 induced a synergistic antidepressant-like action, and naloxone partially abolished this effect. Our results indicate that the antidepressant-like effect of ascorbic acid in the TST appears to be dependent on the activation of the opioid system, (Nos résultats indiquent que l’effet antidépresseur de l’acide ascorbique dans le TCT semble dépendre de l’activation du système opioïde),  especially μ1-opioid receptors, which might be an indirect consequence of NMDA receptor inhibition elicited by ascorbic acid administration)

21 Commentaires

Classé dans Débats

Analyse de la professeure Elisabeth Abergel de l’émission du Pharmachien sur les OGM

https://www.vigilanceogm.org/articles/analyse-de-lepisode-ogm-du-pharmachien

9 Commentaires

Classé dans Débats

Réponse au Dre Péluchon déconcertée par les études sur les oméga-3 et la vitamine D

Bonjour que pensez vous de cette étude?
Merci
Vitamine D et oméga-3 : des suppléments qui n’apportent rien de plus ? La prise de compléments alimentaires est devenue une habitude très répandue. Aux États-Unis, le nombre de personnes prenant des compléments à base d’huiles de poisson a été multiplié par 10 au
cours de la dernière décennie et celui des personnes prenant de la vitamine D par 4. L’objectif est une amélioration de la santé. L’origine de ces comportements vient de quelques publications suggérant les bienfaits de ces supplémentations. Les travaux concernant l’intérêt des huiles de poissons sont toutefois contradictoires et limités à la prévention secondaire. Quant à ceux, très nombreux, concernant les bienfaits de la vitamine D sur le risque de cancer, s’ils suggèrent qu’un taux faible de vitamine D est associé à un risque élevé de cancer, ils laissent planer le doute sur l’efficacité de la supplémentation.

Deux nouvelles publications apportent leur contribution au débat. Elles concernent un essai randomisé contrôlé contre placebo, impliquant 25 871 personnes. Les hommes sont âgés de plus de 50 ans et les femmes de plus de 55 ans. Ils ont reçu de la vitamine D, à la dose quotidienne de 2 000 UI, et des oméga-3, à la dose quotidienne de 1g. Le suivi médian est de 5,3 ans. Il s’agit donc sans doute de l’étude la plus vaste et la plus longue sur le sujet. Pas d’effet sur le risque d’événements cardiovasculaires ni de cancer.

Les résultats vont décevoir un certain nombre de personnes convaincues d’améliorer leur santé par ces compléments alimentaires. Car il n’apparaît pas que la supplémentation en oméga-3 apporte un bénéfice vis-à-vis du risque de survenue d’un ensemble d’évènements cardiovasculaires (infarctus myocardique, accident vasculaire cérébral et décès de cause cardio-vasculaire : Hazard Ratio HR 0,92 ; intervalle de confiance à 95 % IC 0,80 à 1,06). Il est constaté toutefois une réduction du risque d’infarctus du myocarde
(0,72 ; IC 0,59 à 0,90), mais ceci est à considérer avec prudence étant donné l’absence d’ajustement pour les facteurs confondants. La supplémentation en vitamine D n’apporte pas non plus d’avantage en matière de décès par cancers (HR 0,96 ; IC 0,88 à 1,06). L’analyse par type de cancer n’est pas plus encourageante, puisqu’il n’apparaît pas de réduction du risque de cancer du sein, de la prostate ou encore du côlon.

L’éditorialiste du New England Journal of Medicine remarque que cette étude incluait un grand nombre de participants, représentant assez fidèlement la composition de la société américaine. Il note aussi qu’un certain nombre de participants avaient, au démarrage de l’étude, un taux bas de 25 OH-vitamine D (moins de 20 ng/ml) et que, même pour ces derniers la supplémentation n’a pas eu d’impact sur le nombre de cancers invasifs, de quelque type que ce soit.

Dr Roseline Péluchon
RÉFÉRENCES
Manson JE et coll. : Vitamin D Supplements and Prevention of Cancer and Cardiovascular Disease – N Engl J Med 2019; 380:33-44
Manson JE et coll. : Marine n−3 Fatty Acids and Prevention of Cardiovascular Disease and Cancer- N Engl J Med 2019; 380:23-32

______________________________________________________

Réponse de Jacqueline: Merci Dre Péluchon de votre intervention qui me permet de revenir sur la recherche approfondie que j’avais effectuée concernant  la prise de compléments d’oméga-3 contenus dans les huiles de poissons ainsi qu’au sujet  de la controverse à propos de la vitamine D.  Les résultats de ma recherche sur ces 2 sujets sont détaillés  dans mon dernier livre intitulé  « Une alimentation ciblée pour préserver  ou  retrouver la santé de l’intestin ».

Voici donc quelques informations et extraits, qui je l’espère vous inciteront à prendre connaissance du travail approfondi auquel  je m’étais astreinte  pour tenter d’apporter quelques lumières sur ces sujets très complexes et souvent dissonants

Chapitre 5, no 4 : Différences entre les effets de la consommation de suppléments d’huile de poisson (EPA/DHA) et celle de poissons frais.  Extraits p. 157

…..« Il est déroutant toutefois de constater que les études scientifiques  bien contrôlées incluant les méta-analyses qui tentent de  démontrer que les suppléments d’oméga-3 sous forme d’huile de poissons sont associés à une baisse des maladies cardio-vasculaires, neurologiques et autres, donnent généralement des résultats inconsistants11,12 ;http://www.medscape.com/viewarticle/803823).  À l’inverse,  les études sur la consommation de poissons (environ deux fois par semaine) sont nombreuses à démontrer que ces aliments ont un effet préventif sur les risques de maladies coronariennes 13, certaines formes de cancers14 le syndrome métabolique 15, 16 les maladies neuro dégénératives 2, etc.  Comme on admet de façon générale que les oméga-3 jouent un rôle important dans le maintien de la santé neurologique et la prévention des maladies chroniques, comment expliquer que les études scientifiques donnent généralement des résultats plus probants lorsqu’il y a consommation de poissons plutôt que celle de suppléments d’huile de poissons contenant des quantités précises d’oméga-3? »

Lire p. 158, 159, 160, …… À partir de plusieurs études scientifiques indépendantes, j’ai discuté des différentes hypothèses qui peuvent expliquer ce paradoxe. À mon avis, l’explication  la plus probable repose sur l’observation qu’en raison de leur forte réactivité (présence de plusieurs doubles liaisons), les huiles de poissons oméga-3, qui ont été obtenus et purifiés à partir de poissons, seraient oxydées pendant ces processus avec les conséquences négatives que l’oxydation des oméga-3 comporte, ce qui peut facilement expliquer les résultats dissonants en fonction des degrés d’oxydation.

Extrait p 160-16

No. 5.  Les doses recommandées de suppléments d’huile de poisson (EPA/DHA préformés) par les fabricants sont-elles conformes à nos réels besoins ?

….. « Si  l’évolution a  fait en sorte que la  conversion de l’ALA en EPA/DHA soit si lente chez l’humain, cela  suggère qu’il est probablement irrationnel  de consommer de fortes quantités d’oméga-3 préformés sous la forme de suppléments de concentrés d’huile de poisson. À l’appui de cette thèse,  des études de radioactivité et de tomographie basées sur l’incorporation de DHA circulant dans le cerveau humain montrent que la consommation quotidienne de DHA, chez 95% des sujets, n’excède pas  0.4 mg à 7.2 mg 25. Les personnes normales en santé seraient capables de métaboliser des quantités adéquates de DHA à partir des omega-3 ALA parents 26. D’autres  expériences suggèrent qu’un excès de transformation des ALA en oméga-3 est non seulement du  gaspillage mais contreproductif et possiblement néfaste  parce que le corps ne peut éliminer facilement les overdoses de ces oméga-3 complexes et très réactifs 2,3,5,27. Il semble que les gens en santé seraient  capables à partir de la consommation d’acide α-linolénique (ALA), qui est un acide gras essentiel précurseurs des oméga-3 plus complexes contenant 5 et/ou 6 doubles liaisons,  de métaboliser des quantités adéquates de DHA et d’EPA qui correspondraient apparemment à la consommation de 7 mg/jour d’oméga-3 végétal, soit une quantité facilement atteignable par la population générale 26. Ainsi, une mauvaise compréhension des besoins en EPA/DHA préformés entraîne des recommandations de la part des fabricants qui pourraient  mener potentiellement à des overdoses par des facteurs de 20 à 500 fois,  dépendamment des suppléments et des doses prescrites qui atteignent souvent 1000 mg d’EPA/DHA/jour. »No. 6.  L’importance de l’oxydation des acides gras préformés dans les suppléments d’huile de poisson (p. 162-163).

No 6. Existe-t-il un lien entre le phénomène d’oxydation lipidique et l’athérosclérose ? (p. 163-164)

…. »Les travaux de deux éminents professeurs de chimie organique , spécialisés dans le domaine des processus de peroxydation des lipides et de leurs implications dans le développement des maladies inflammatoires apportent des informations qui semblent particulièrement pertinentes  en regard des causes des maladies inflammatoires chroniques.  Selon ces derniers, on n’a pas pris suffisamment en compte les expériences qui démontrent  que l’athéroslérose peut être la conséquence d’une lésion cellulaire plutôt que d’un niveau élevé de cholestérol ou de la consommation d’acide gras saturés 3, 3-39Ils rappellent également que l’on ne tient pas suffisamment compte que la consommation des gras, suite à leur cuisson à température élevée, va entraîner, en raison de la réaction de Maillard, une augmentation sérique (dans le sang) dramatique de la péroxydation lipidique (LPO) »……

_______________________________________________________

La controverse au sujet de la vitamine D (p. 122-133)

Introduction

« Lorsqu’on se nourrit de façon équilibrée,  les suppléments de vitamines et minéraux ne sont pas nécessaires pour de multiples raisons décrites précédemment1 (p. 140-146).  Toutefois, le cas de la vitamine D est particulier pour plusieurs raisons et c’est pourquoi ce sujet est développé en profondeur dans le présent chapitre ».

– Les différentes formes de vitamine d et leurs dosages (p. 123-126)

– Différents facteurs sont susceptibles d’influencer les niveaux de la vitamine D sérique (p. 126-127)

– La santé osseuse : la relation vitamine D et calcium n’est pas simple (p. 127-129)

– L’action de la vitamine D ne serait pas limitée à la santé osseuse (p. 129)

– Recommandations de différentes autorités médicales concernant la vitamine D (p. 129-130)

– Conférence sous l’égide du NIH (National Institutes of Health) : questions-réponses  se rapportant à la vitamine D en pratique médicale (p. 130-131)

-Les risques associés à la supplémentation de vitamine D (p. 131-133)

…… Dernier énoncé de cette partie : « En définitive,  le statut normal de la vitamine D sérique chez l’humain n’a pas encore été clairement défini. Toutefois, tel que mentionné précédemment, le niveau sérique de 20 ng/ml de vitamine D 25, hydroxy(OH) est considéré comme adéquat et sécuritaire par le comité de l’IOM alors que selon ce comité, le risque de préjudice s’élèverait avec une concentration sérique supérieure à 50 ng/ml. En fait, les études les plus récentes s’opposent aux recommandations qui proposent d’augmenter les doses de vitamine D au-dessus des apports nutritionnels de 600-800 IU/jour chez les individus en santé.  Il est de plus conseillé de superviser avec attention la prise de suppléments particulièrement chez certains sous-groupes de patients et en particuliers chez ceux  âgés et vulnérables ».

 

7 Commentaires

Classé dans Débats

Posons un geste concret, osons la santé intégrative!

Titre : Posons un geste concret pour améliorer notre système de santé…osons la santé intégrative! (Jacqueline Lagacé & collaborateurs)

1) Lancement d’un mouvement citoyen, sous forme d’une pétition officielle auprès de l’Assemblée nationale  pour atteindre les objectifs suivants:

  • Mettre l’accent sur la prévention et l’amélioration du traitement des maladies, particulièrement les maladies chroniques, qui sont souvent soignées de façon insatisfaisante.
  • Favoriser une meilleure collaboration entre la médecine conventionnelle et les médecines complémentaires, laquelle démarche thérapeutique est qualifiée par le terme « Médecine Intégrative ou Santé Intégrative ».
  • Protéger le droit des patients à décider de la nature des traitements qu’ils désirent que ce soit en médecine conventionnelle ou en médecines complémentaires.
  • Mettre fin aux menaces et pressions inopportunes exercées par le Collège des médecins à l’encontre de la collaboration entre la médecine conventionnelle et les médecines complémentaires. Dans le milieu médical québécois, ce n’est pas un secret que de nombreux médecins craignent de discuter des thérapies de médecines complémentaires avec leurs patients et évitent de recommander ces traitements par crainte de représailles de la part du Collège des médecins; même le simple fait de prescrire un changement alimentaire plutôt que la prescription de médicaments peut leur causer des problèmes.

 2) Que signifie le terme « santé intégrative/ médecine intégrative »?

La santé intégrative est une approche qui intègre à la fois la médecine conventionnelle et les différentes pratiques anciennement qualifiées de médecines alternatives ou complémentaires. Les forces de la médecine conventionnelle sont évidentes et concernent principalement le diagnostic des pathologies et les problèmes aiguës de santé (infectiologie, orthopédie, oncologie, chirurgie, antibiothérapie, pharmacologie, urgences cardiaques).  Alors que les problèmes aiguës répondent généralement bien aux approches de la médecine conventionnelle, il en va souvent autrement avec les maladies chroniques qui exigent de traiter le malade dans sa globalité. D’autre part, la santé intégrative est une approche qui fait la promotion de la santé globale et holistique axée sur la prévention ainsi que sur la guérison des différentes composantes de l’être humain (physique, émotive, psychologique et énergétique), ce qui montre l’intérêt d’associer ces deux types de thérapies dans le traitement des patients.  Les traitements retenus en santé intégrative sont centrés sur le patient et leurs effets ont été scientifiquement vérifiés quant à leur sécurité et à leur efficacité.  Un travail de collaboration interdisciplinaire autour du patient est fortement prôné dans une démarche intégrative de santé afin d’apporter au patient tous les soins nécessaires à sa guérison et à son bien-être, qu’ils soient issus de la médecine conventionnelle ou complémentaire (1).

3) Les principaux praticiens en santé intégrative sont, outre les médecins,  les  acupuncteurs, les chiropraticiens, les infirmiers(ères) praticiens(nes) spécialisés(es), les infirmiers (ères), les nutritionnistes, les physiothérapeutes, les psychologues, les psychothérapeutes,  les sages-femmes ;  ce premier groupe comporte des professionnels dont la pratique est  déjà régie par un ordre professionnel;  Le second groupe de professionnels est représenté par  les herboristes, les hypnothérapeutes, les kinésiologues, les massothérapeutes, les naturopathes, les spécialistes en alimentation fonctionnelle, les ostéopathes, les praticiens en médecine chinoise, en méditation, en yoga et autres techniques apparentées.  Plusieurs de ces groupes travaillent intensément et consciencieusement depuis des dizaines d’années pour la reconnaissance de leur profession malgré une opposition souvent acharnée du  Collège des médecins.  Il va sans dire que les actions du gouvernement devraient favoriser une valorisation en même temps qu’un meilleur contrôle de la qualité des intervenants en santé intégrative qui ne sont pas régis par un ordre professionnel.

 

 4) Pourquoi entreprendre actuellement une telle démarche?

Parce qu’il est de plus en plus évident que les Québécois sont insatisfaits du mode de fonctionnement de notre système de santé et qu’ils semblent prêts à poser des gestes pour changer les choses. De plus, alors qu’il existe au Québec un intérêt et une demande importante pour différentes pratiques de médecines complémentaires, les praticiens en santé intégrative, y compris de nombreux médecins qui les recommandent ou souhaiteraient le faire, font face à une opposition rigide et à des menaces de la part des autorités médicales. Cette situation est inacceptable et doit être corrigée, c’est une question de respect de la volonté des citoyens, d’humanité face à la souffrance, d’efficacité de notre système de santé et de réalisme économique.  Notre système universel de soins de santé est en danger parce que débordé par un nombre sans cesse croissant de malades chroniques. La science a démontré que les maladies chroniques sont principalement dues au mode de vie et que les médicaments, souvent très couteux utilisés en médecine conventionnelle, s’avèrent généralement incapables de mettre en rémission ces maladies, sans oublier leurs effets secondaires à moyen et à long terme.

L’élection récente du parti politique La Coalition avenir Québec, un parti qui gouverne le Québec  pour la première fois, constitue pour les Québécois une opportunité de profiter du remaniement de l’Assemblée Nationale afin de modifier  les us et coutumes en santé au Québec  pour le plus grand bien des Québécois et Québécoises. Il est plus que temps de remédier aux problèmes récurrents les plus criants de notre système de santé, soit le manque flagrant des mesures de prévention des maladies, la difficulté d’avoir accès rapidement aux soins de premières lignes et le traitement souvent inapproprié des maladies chroniques.

5)  Actions attendues du gouvernement pour améliorer notre système de santé.

Pour rendre plus efficace notre système de santé, le gouvernement du Québec doit utiliser son pouvoir législatif afin de favoriser une collaboration interdisciplinaire autour du patient et une plus grande ouverture face à la variété des soins, qu’il s’agisse de traitements issus de la médecine conventionnelle ou des médecines complémentaires.

Ce type de démarche a déjà été effectué avec succès au Canada, entre autres en Ontario, en Alberta et en Colombie Britannique.  Conséquemment, nous n’avons pas à réinventer la roue et nous pouvons nous inspirer de l’amendement législatif (Medicine Act, 1991) effectif en Ontario depuis 1997, lequel a été revu et actualisé en 2000 et 2011 par l’ajout de la déclaration de politique # 33-11 du Medicine Act, 1991.  Ce document  associé au  Guide de la pratique médicale (College of Physicians and Surgeons of Ontario), reconnaît  le droit des patients de décider des soins de santé correspondant à leurs préférences, incluant les médecines alternatives/complémentaires;  on y stipule également que les médecins ne peuvent être reconnus coupables de faute professionnelle ou d’incompétence uniquement parce qu’ils recommandent ou pratiquent une thérapie non traditionnelle ou qui s’écarte de la pratique médicale en vigueur, à moins qu’il n’y ait des preuves  que la thérapie pose un plus grand risque pour la santé du patient que la pratique traditionnelle ou dominante.

Les amendements législatifs en vigueur en Ontario mettent en lumière le retard considérable du système de santé québécois à mettre de l’avant les thérapies diversifiées découlant des pratiques en santé intégrative. Ce n’est pas un hasard si de nombreux  Québécois tentent de se faire soigner en Ontario. Depuis le début des années 2000,  l’enseignement et la pratique de la démarche en médecine intégrative est en progression dans les universités et dans plusieurs états américains, laquelle pratique est également fortement recommandée par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

6)  Liste des amendements que nous avons l’intention de proposer dans la pétition officielle qui sera présentée à l’ensemble de la population du Québec suite à la mise en place du nouveau gouvernement québécois:

  Reconnaitre la liberté de choix thérapeutique des utilisateurs de notre système de santé universel, qu’il s’agisse de thérapies de médecine conventionnelle ou de médecines complémentaires/alternatives.

  • Ouvrir et protéger la pratique des médecins qui désirent faire connaître, prescrire et/ou offrir à leurs patients une gamme plus variée de soins principalement lorsque les traitements offerts par la médecine conventionnelle s’avèrent inefficaces à aider véritablement leurs patients.
  • Permettre aux associations de thérapeutes formés de façon rigoureuse en santé intégrative d’obtenir plus facilement justice pour la reconnaissance d’un statut professionnel reconnu, qui permettrait à la fois de faire cesser le harcèlement et de mieux protéger le public.
  • S’assurer que les praticiens en médecine complémentaire soient réellement intégrés dans les programmes de soins,  ce qui implique que leur participation aux rencontres interdisciplinaires devienne une pratique établie.
  • Protéger la survie de notre système de santé universel par l’utilisation en première ligne de procédés plus naturels et moins couteux, particulièrement en ce qui concerne le traitement des maladies chroniques.  Ceci implique de décentraliser la profession médicale en recourant aux autres professions en première intention ex.:  cliniques d’infirmières praticiennes et  spécialistes du système musculo-squelettique, etc., avec références aux médecins en deuxième intention si nécessaire.

7)  Quelles sont les preuves que les traitements alternatifs/complémentaires peuvent vraiment améliorer la qualité des soins offerts aux patients atteints de maladies chroniques ou  autres,  et souvent à moindre coût?

D’après les enquêtes largement documentées par l’organisme américain « Integrative Healthcare Policy Consortium » (Consortium de politiques de santé intégratives) (www.ihpc.org) publiées dans la brochure intitulée « Integrative Health and Medicine: Today’s Answer to Affordable Healthcare” Health Creation Economics » (3),  les patients soignés en santé intégrative ont une meilleure santé, présentent des coûts de santé inférieurs et manifestent un niveau de satisfaction très élevé (4-6).   Ceci est bien démontré par plusieurs études contrôlées chez des patients atteints de maladies chroniques qui montrent une amélioration supérieure de leur état de santé en comparaison avec les traitements usuels utilisés en médecine conventionnelle (7-17).

Un élément important des procédures de santé intégrative est l’incorporation de thérapies qui augmentent le mieux-être du corps, de l’esprit et des émotions, favorisant ainsi la guérison, la santé et l’intégrité de l’organisme.  Ces procédures reposent sur l’emploi de l’imagerie, de la visualisation, de la relaxation, des techniques de respiration profonde, de contrôle du stress, de l’aromathérapie et de thérapies énergétiques (18-21).

Les patients qui souffrent de maux de dos coûtent très cher aux systèmes de santé en raison de leur nombre et des soins chirurgicaux dispendieux et souvent inefficaces auxquels ils sont soumis (11). Par contre, les maux de dos traités avec les procédures complémentaires de santé (chiropractie, acupuncture, ostéopathie, naturopathie, massothérapie) sont moins invasifs, moins coûteux, beaucoup moins risqués que les chirurgies et l’usage de narcotiques, tout en donnant des résultats souvent impressionnants (22-31).

La prise en charge des malades chroniques par les praticiennes infirmières spécialisées et les sages-femmes, comporte de multiples avantages. Une méta-analyse démontre que ces dernières obtiennent un niveau d’approbation plus élevé de la part de leurs patients qui se disent plus satisfaits de la résolution de leurs conditions pathologiques par comparaison aux pratiques de la médecine conventionnelle (32).  De plus, ces infirmières tout en donnant des soins de meilleure qualité à coût plus bas (33-36), favorisent l’accès d’entrée aux soins de première ligne à plus d’individus qui ne veulent pas ou sont incapables d’accéder au système de santé conventionnel (37).

On reconnaît maintenant que la majorité des maladies chroniques peuvent être évitées, atténuées et même renversées par des modifications du mode de vie qui impliquent une alimentation de qualité et adaptée à la condition de la personne, la pratique courante d’activités physiques, le fait de ne pas fumer, une consommation minimale d’alcool et un poids santé. Les études montrent que la grande majorité des nord-américains ne respectent pas la plupart des règles qui sont à la base d’un mode de vie sain et que la mise en place d’un mode de vie sain requiert plus que de bonnes intentions (38).  Comme les praticiens en santé intégrative préconisent à la base un mode de vie sain pour traiter leurs patients, ils encouragent ainsi les changements de mode de vie et la prévention des maladies chroniques, alors que la médecine conventionnelle met le focus sur la gestion de la maladie suite à son apparition (39-43).  Donc, si on facilite l’accès aux praticiens de santé intégrative, on favorisera une augmentation du pourcentage d’individus qui réussiront à changer positivement leur mode de vie (44-47).

Aux États-Unis, selon une étude qui date de 2007, les coûts pour le suivi d’une grossesse et la naissance d’un nouveau-né par voie vaginale était de 18,329$ comparativement à 3,939$, lorsque le travail était effectué par une sage-femme professionnelle certifiée dans un centre de naissance (48).  Une autre étude vient de plus appuyer la qualité du travail des sages-femmes en démontrant que le suivi de la future mère par une sage-femme a permis de diminuer le nombre d’accouchements prématurés et même la perte du bébé avant 24 semaines, les mères se disaient plus satisfaites des soins reçus que celles qui avaient été suivies en médecine conventionnelle (49).

8)  Conclusion

Les Québécois ont le droit de bénéficier de l’ensemble des meilleures pratiques de soins de santé, qu’il s’agisse des pratiques de la médecine conventionnelle ou celles qualifiées de médecines complémentaires ou alternatives.  La mise en place de procédures législatives aptes à la fois à protéger le public (aussi bien les patients que les praticiens en santé) et à favoriser le libre choix des Québécois à recourir aux différentes pratiques reconnues en Santé intégrative, est une condition essentielle à une véritable intégration de la médecine conventionnelle et des médecines complémentaires/alternatives (Santé intégrative).  La pratique conjuguée de ces deux grands axes de soins au sein du système de santé québécois constitue une évolution nécessaire à la pratique d’une médecine efficace de qualité, qui respecte, responsabilise et traite l’individu dans sa globalité tout en protégeant la survie de notre système de soins universel.

9)  Références

1) Levesque, C, Blain S. La santé intégrative en bref, 2017.

2) Collège of Physicians and Surgeons of Ontario (Policy Statement #3-11. Complementary/Alternative Medicine; Legislative Reference: Health Care Consent Act, 1996, S.O. 1996, c.2, Sched. A; Medicine Act, 1991, S.O.1991, c.30; O. Reg. 114/94 General, O. Reg. 856/93 Professional Misconduct, O.Reg. 865/93, Registration, enacted under the Medicine Act, 1991, S.O. 1991, c30.

3) Erica Oberg, ND, MPH | Mimi Guarneri, MD, FACC, ABIHM Patricia Herman, ND, MPH, PhD | Taylor Walsh | Alyssa Wostrel, MBA.  “Integrative Health and Medicine:  Today’s Answer to Affordable Healthcare” Health Creation Economics. Published by the Integrative Healthcare Policy Consortium, 2016?

4) The effect of mandating complementary and alternative medicine services on insurance benefits in Washington State. J Altern Complement Med. 2004 Dec;10(6):1001-8.

5) Phase I Final Report: Alternative Healthcare Project: King County Medical Blue Shield; 1995

6) A naturopathic approach to the prevention of cardiovascular disease: cost-effectiveness analysis of a pragmatic multi-worksite randomized clinical trial. J Occup Environ Med. 2014 Feb;56(2):171-6.

7) Shorter Lives, Poorer Health. Institute of Medicine of the National Academies, 2013 Jan; http://www.iom.edu/Reports/2013/US-Health-in-International-Perspective-Shorter-Lives-Poorer-Health/Report-Brief010913.aspx. Accessed December 14, 2014

8)  An Unhealthy America: Economic Burden of Chronic Disease. Milken Institute 2007

9)  Use of complementary and alternative medicine and self-rated health status: Results from a national survey. J Gen Intern Med. 2011;26:399-404. doi:10.1007/s11606-010-1542-3.

10)  Colon cancer survival with herbal medicine and vitamins combined with standard therapy in a whole-systems approach: ten-year follow-up data analyzed with marginal structural models and propensity score methods. Integr Cancer Ther. 2011 Sep;10(3):240-59. doi: 10.1177/1534735411406539. Epub 2011 Sep 30.

11)  Estimates and patterns of direct health care expenditures among individuals with back pain in the United States. Spine (Phila Pa 1976). 2004;29(1):79-86.

12)  http://www.cdc.gov/winnablebattles/

13)  Naturopathic medicine for the prevention of cardiovascular disease: a randomized clinical trial. CMAJ. 2013 Jun 11;185(9):E409-16. doi: 10.1503/cmaj.120567. Epub 2013 Apr 29

14) Patient-Reported Experiences with First-Time Naturopathic Care for Type 2 Diabetes. PLoS ONE 2012; 7(11): e48549. doi:10.1371/journal.pone.0048549

15)  A Hierarchy of Healing: The Therapeutic Order. A Unifying Theory of Naturopathic Medicine. Page 25. In J.E. Pizzorno & M. Murray (3rd Ed.), Textbook of Natural Medicine. 2012. Elsevier. Churchill Livingston

16) Colon cancer survival with herbal medicine and vitamins combined with standard therapy in a whole-systems approach: ten-year follow-up data analyzed with marginal structural models and propensity score methods. Integr Cancer Ther. 2011 Sep;10(3):240-59.

17)  Your Voice Matters: Patient Experience with Primary Care Providers in the Puget Sound Region. Seattle, WA: Puget Sound Health Alliance, 2012.

18) Mind-body medicine. Ehrlich, S. D. (2012). University of Maryland Medical Center. Retrieved from http://www.umm.edu/altmed/articles/mind-body-000355.htm

19) Review of studies of healing touch. Wardell, D W. (2004). Journal of Nursing Scholarship, 36(2), 147–154.

20) The effects of therapeutic touch on pain. Monroe, C. M. (2009). Journal of Holistic Nursing, 27(2), 85–92.

21) Effects of therapeutic touch on anxiety, vital signs, and cardiac dysrhythmia in a sample of Iranian women undergoing cardiac catheterization. Zolfagharis, M., Eypoosh, S., & Hazrati, M. (2012). Journal of Holistic Nursing, 30(4), 225–234.

22)  American Pain Society; American College of Physicians. Nonpharmacologic therapies for acute and chronic low back pain: a review of the evidence for an American Pain Society/American College of Physicians clinical practice guideline. Ann Intern Med. 2007 Oct 2;147(7):492-504. Review. Erratum in: Ann Intern Med. 2008 Feb 5;148(3):247-8

23)  Cost-effectiveness of guideline-endorsed treatments for low back pain. Eur Spine J 2011; 20:1024-1038 88

24)  A Meta-Analysis of Massage Therapy Research. Psychological Bulletin 2004, Vol. 130, No. 1, 3–18

25)  Relieving Pain in America: A Blueprint for Transforming Prevention, Care, Education, and Research. Washington D.C.; 2011:260. Available at: http://books.nap.edu/openbook.php?record_id=13172&page=260Title.

26) The Path to Change in the US Healthcare System : Chiropractic Cost-Effectiveness Supplement. 2012.

27) 52 Comparative analysis of individuals with and without chiropractic coverage: patient characteristics, utilization, and costs. Arch Intern Med. 2004;164(18):1985-1992. doi:10.1001/archinte.164.18.1985.

28)  Utilization, Cost, and Effects Of Chiropractic Care On Medicare Program Costs. Muse and Associates. Report for American Chiropractic Association 2001

29)  Technical Report: Comparison of the Management Costs for Complicated and Uncomplicated Low Back Pain Among Different Provider Types: Doctors of Chiropractic, Medical Doctors, and Physical Therapists. Department of Public Health Services, John A. Burns School of Medicine, University of Hawaii, Manoa. Dec 2011.

30)  German Acupuncture Trials (GERAC) for chronic low back pain: randomized, multicenter, blinded, parallel-group trial with 3 groups. Arch Intern Med. 2007;167(17):1892-8

31) Inpatient Surgery: National Hospital Discharge Survey; 2010. Atlanta, GA; 2010. Available at: http://www.cdc.gov/nchs/fastats/inpatient-surgery.htm.

32) A meta-analysis of nurse practitioners and nurse midwives in primary care. Nursing Research, 1995; 44(6), 332-9

33) Costs of Care Provided by APRNs, Robert Wood Johnson Foundation Nursing Research Network Evidence Brief, May, 2011. http://thefutureofnursing.org/sites/default/files/Cost%20of%20Care%20Provided%20by%20Advanced%20Practice%20 Registered%20Nurses.pdf

34) “Advanced practice nurse outcomes 1990-2008: a systematic review.” Nursing Economics 29.5 (2011): 1-21.

35 “Addressing the Texas Health Care Crisis: Effective Use of Advanced Practice Registered Nurses.” The Journal for Nurse Practitioners 9.2 (2013): 116-121.

36) Patient satisfaction with primary care: Does type of practitioner matter? Medical Care, 2004. 42(6), 606-623.

37)  Potential role of complementary and alternative health care providers in chronic disease prevention and health promotion: An analysis of National Health Interview Survey data, Prev Med. 2012 Jan;54(1):18-22

38) Meeting recommendations for multiple healthy lifestyle factors. Prevalence, clustering, and predictors among adolescent, adult, and senior health plan members. American Journal of Preventive Medicine, 27(2 Suppl), 25–33.

39) Description of clinical risk factor changes during naturopathic care for type 2 diabetes. J Altern Complement Med. 2009;15:633-638.

40) Are Patients Receiving Health Promotion Advice in the Chiropractic Teaching Clinic Setting? An Impact Assessment of a Brief Intervention to Increase Advising Rates and Goal Setting. J Chiropr Educ. 2011;25:132-141.

41) The potential of complementary and alternative medicine in promoting well-being and critical health literacy: a prospective, observational study of shiatsu. BMC Complement Altern Med. 2009;9:19. doi:10.1186/1472-6882-9-19.

42)  Diet and physical activity counseling during ambulatory care visits in the United States. Prev Med (Baltim). 2004;39:815-822. doi:10.1016/j.ypmed.2004.03.006.

43)  One minute for prevention: the power of leveraging to fulfill the promise of health behavior counseling. Am J Prev Med. 2002 May;22(4):320-3.

44)  Complementary/alternative medicine in chronic illness as informed self-care decision making. Int J Nurs Stud. 2002;39:671-683. doi:10.1016/S0020-7489(02)00005-6.

45)  “Wellness lifestyles I: A theoretical framework linking wellness, health lifestyles, and complementary and alternative medicine.” J Altern Complement Med 2004 10(2): 349-56.

46) Use of complementary and alternative medicine and self-rated health status: Results from a national survey. J Gen Intern Med. 2011;26:399-404.

47) Agents of change: how do complementary and alternative medicine providers play a role in health behavior change? Altern Ther Health Med. 2011 Jan-Feb;17(1):22-30

48) Costs of Complementary and Alternative Medicine (CAM) and Frequency of Visits to CAM Practitioners: United States, 2007.

49) Wiley. “Women who receive midwife care throughout their pregnancy and birth have better outcomes.” ScienceDaily. ScienceDaily, 21 August 2013. <www.sciencedaily.com/releases/2013/08/130821085118.htm>.

 

66 Commentaires

Classé dans Débats

Caroline s’interroge sur la nécessité des restrictions sévères de diètes à la mode

N.B.: j’ai reçu de Caroline ce courriel personnel le 20 juillet dernier et par la suite cette dernière m’a autorisée à le publier.  Je tiens à la remercier car il s’agit d’informations particulièrement pertinentes.
Bonjour Mme Lagacé,
Nous nous sommes déjà contactées il y a plusieurs mois. Je voulais vous récrire, car j’ai découvert avec joie que le lien entre diète et hydradénite suppurée (HS) commence à se faire connaître!
J’ai découvert un TEDTalk à ce sujet, ainsi qu’une page Facebook américaine. (https://www.youtube.com/watch?v=NGEYEFBZPa8) (https://www.facebook.com/groups/hsandglutenfree/?fref=nf). Ces gens se basent beaucoup sur le livre Hidden Plague, dans lequel une femme raconte comment le paléo a soigné la HS dans son cas. (https://www.amazon.com/Hidden-Plague-Tara-Grant-ebook/dp/B00H2V9ZLU)
Le « problème » selon moi est que les diètes sur lesquelles tout le monde se rue sont le paléo et le kétogène et le protocole AIP. Or, ces diètes sont TELLEMENT restrictives.
J’essaie de faire connaître un peu la diète hypotoxique et je parle de votre livre, traduit en anglais et donc accessible pour ces personnes.
Je comprends que certaines personnes doivent couper plus d’aliments que moi pour éloigner la HS (il y a des cas TELLEMENT lourds, ça frôle l’invalidité), mais je me dis que si certaines personnes pouvaient manger hypotoxique et être guéries, ce serait tellement plus facile pour elles et vivable à long terme! Aussi, les gens comprendraient pourquoi tel aliment les affecte et pas d’autres. (Exemple: une personne a dit sur FB avoir eu un abcès après une pointe de pizza sans fromage, et elle pensait que le pepperoni contenait peut-être des produits laitiers. Je lui ai suggéré que c’était peut-être le gluten de la croûte aussi…).
Mais en tout cas, les choses avancent. Mon rêve est encore que des scientifiques fassent des études contrôlées pour expliquer le phénomène!
Bon été,
Caroline
Remarque de Jacqueline: j’ajouterais à la liste de Caroline la diète FODMAP pour les raisons que j’ai présentées p. 220-226 dns mon livre intitulé: « Une alimentation ciblée pour préserver ou retrouver la santé de l’intestin ».

10 Commentaires

Classé dans Débats

Les réflexions de Lucie concernant les conflits d’intérêts: facultés de médecine et industries pharmaceutiques

Les relations entre les facultés de médecine et l’industrie pharmaceutique nuisent grandement à une approche médicale moins médicamentée. Malheureusement le mariage des deux se porte très bien au dépend des patients . Je souffre de sclérodermie (diagnostiqué il y a 2 ans et du syndrome de Ménière depuis 18 ans) Le rhumatologue spécialiste de la sclérodermie lève les yeux aux ciels lorsque je lui dis que je suis les principes du régime hypotoxique. Il ne veut même pas en discuter. J’applique les principes du régime depuis 2 ans maintenant avec des hauts et des bas. Je sais pertinemment lorsque je déroge du régime car j’en ressens les effets. J’ai surtout de la difficulté avec la cuisson des aliments, la cuisson lente et à basse température demande de la préparation bien avant l’heure du repas. Aussi les sorties au restaurant sont problématiques. Mais je crois fermement au principe du Dr Seignalet.Lorsque je suis le régime à la lettre j’en ressens les bienfaits et cela sans effet secondaire…. Il est plus simple pour un médecin de prescrire des médicaments à son patient soufrant d’inflammation, que de lui conseiller d’éviter les produits laitiers. On ne crache pas dans la main qui nous nourrit. Voir article qui date de 2013, mais qui est encore et de plus en plus en vigueur: https://www.ledevoir.com/opinion/idees/385653/l-education-plus-efficace-que-la-reglementation.

Lucie

4 Commentaires

Classé dans Débats

Chantal, une citoyenne engagée (Le Pharmachien)

Remarque de Jacqueline: je publie en tant qu’article  le commentaire de Chantal en raison de la reconnaissance qu’elle a reçu de la part de différents lecteurs.

Merci Jacqueline d’aider à rendre public la démagogie de certaines personnes comme le Pharmachien. Je me permet de parler de démagogie car plusieurs de ses propos peuvent s’inverser par la science comme l’a bien démontré d’ailleurs la chercheure de l’UQAM. Ces propos ridiculisent aussi la majorité des QuébécoisES utilisateurs d’approches complémentaires. Et oui ! selon le rapport de l’Institut Fraser, l’utilisation des approches complémentaires ou traitements non-pharmaceutiques est la réalité de la très grande majorité des citoyensNES du Québec en complémentarité ou non avec les médicaments et autres traitements biomédicaux. D’ailleurs les approches complémentaires sont une solution à la réduction des surdoses et de la dépendance d’opioïdes dans le cas du traitement de la douleur. Les médecins des États-Unis l’ont compris et en on fait un nouveau guide de pratique…d’abord traiter la douleur avec les approches complémentaires grâce à l’efficacité démontrée de ce type de traitements et par souci de réduire les risques de surdoses et de dépendance.

Je ne peux pas croire que la majorité de la population soit des personnes incapables de prendre des décisions quant aux types de traitements qu’ils souhaitent utiliser. Les pharmaciens n’ont-ils pas un devoir de conseiller et non de ridiculiser les individus. Où est la compréhension du patient comme partenaire de ses soins ? Pourquoi acceptons-nous d’être ridiculisé de cette manière ? N’est-ce pas plutôt le retard du Québec sur les autres provinces canadiennes qui est à dénoncer ou ridiculiser et non pas les individus utilisateurs d’approches complémentaires. Je trouve dommage que son ordre professionnel ne lui donne pas un avis sérieux car c’est aussi à la profession qu’il fait de l’ombre par son discours. Il faut aussi remettre en question notre confiance à l’égard des médias qui véhiculent ses propos avec une assurance déconcertante et toute la sympathie qu’il obtient des journalistes et des chroniqueurs. Une chose est certaine, il a du talent pour les communications. Dommage que le message soit si peu soutenu par la science et les faits scientifiques malgré ce qu’il laisse croire.

3 Commentaires

Classé dans Débats

Chantal : la démagogie du Pharmachien, le silence de son ordre et les applaudissements des médias

Merci Jacqueline d’aider à rendre public la démagogie de certaines personnes comme le Pharmachien. Je me permet de parler de démagogie car plusieurs de ses propos peuvent s’inverser par la science comme l’a bien démontré d’ailleurs la chercheure de l’UQAM. Ces propos ridiculisent aussi la majorité des QuébécoisES utilisateurs d’approches complémentaires. Et oui ! selon le rapport de l’Institut Fraser, l’utilisation des approches complémentaires ou traitements non-pharmaceutiques est la réalité de la très grande majorité des citoyensNES du Québec en complémentarité ou non avec les médicaments et autres traitements biomédicaux. D’ailleurs les approches complémentaires sont une solution à la réduction des surdoses et de la dépendance d’opioïdes dans le cas du traitement de la douleur. Les médecins des États-Unis l’ont compris et en on fait un nouveau guide de pratique…d’abord traiter la douleur avec les approches complémentaires grâce à l’efficacité démontrée de ce type de traitements et par souci de réduire les risques de surdoses et de dépendance.

Je ne peux pas croire que la majorité de la population soit des personnes incapables de prendre des décisions quant aux types de traitements qu’ils souhaitent utiliser. Les pharmaciens n’ont-ils pas un devoir de conseiller et non de ridiculiser les individus. Où est la compréhension du patient comme partenaire de ses soins ? Pourquoi acceptons-nous d’être ridiculisé de cette manière ? N’est-ce pas plutôt le retard du Québec sur les autres provinces canadiennes qui est à dénoncer ou ridiculiser et non pas les individus utilisateurs d’approches complémentaires. Je trouve dommage que son ordre professionnel ne lui donne pas un avis sérieux car c’est aussi à la profession qu’il fait de l’ombre par son discours. Il faut aussi remettre en question notre confiance à l’égard des médias qui véhiculent ses propos avec une assurance déconcertante et toute la sympathie qu’il obtient des journalistes et des chroniqueurs. Une chose est certaine, il a du talent pour les communications. Dommage que le message soit si peu soutenu par la science et les faits scientifiques malgré ce qu’il laisse croire.

Remarque de Jacqueline: Le premier devoir de nos médias et plus particulièrement de notre télévision d’État est d’informer le public avec rigueur et justesse. La situation que vous dénoncez est triste à pleurer.

14 Commentaires

Classé dans Débats

Analyse détaillée du mode d’opération du Pharmachien dans le cas des OGMs

Vigilance OGM vient de publier un article de la professeure Elisabeth Abergel concernant l’émission  « Le Pharmachien »  du vendredi 8 décembre 2017, produite  par Radio-Canada sur les OGM.

https://www.vigilanceogm.org/articles/analyse-de-lepisode-ogm-du-pharmachien

Je pense que tous ceux qui sont intéressés à connaître les  technique opérationnelles  du pharmachien,  auraient intérêt à lire l’article concernant son émission du vendredi 8 décembre 2017 sur les OGM.  L’article a été écrit par la scientifique  Élisabeth Abergel, dont les conclusions et le parcours scientifique sont présentés ci-dessous.  Je la remercie chaleureusement d’avoir eu la patience  d’écouter cette émission et d’expliquer pourquoi et comment le pharmachien fait simplement de la désinformation au profit de l’industrie.

Quelles sont les conclusions d’Elisabeth Abergel sur cette émission spéciale OGM ?

Si le but du Pharmachien était de démystifier ce qu’est un OGM afin que le public soit plus au courant, je pense que c’est un échec total. Il a même à de nombreuses reprises repris les « mythes » véhiculés par l’industrie qui ne tiennent plus la route après 20 ans de commercialisation. Il a aussi minimisé, le manque de consensus scientifique sur la dangerosité des OGM sur la santé, l’environnement et les pesticides. Il n’a pas vraiment donné une bonne représentation du secteur scientifique des OGM. Un point qui me parait important aussi ce sont les ‘’Monsanto papers’’, documents internes de la compagnie Monsanto qui révèlent leur stratégie pour attaquer la science et semer le doute sur leurs produits. Une stratégie empruntée au lobby du tabac pour continuer à vendre des produits dangereux pour la santé. Heureusement, il y a d’autres très bonnes émissions de vulgarisation scientifique comme « La semaine verte » ou « Découverte » qui n’ont pas sacrifié la rigueur nécessaire au détriment du divertissement. En fait, on se demande à qui s’adresse cette émission sur les OGM? Si son but était de fournir des informations utiles aux consommateurs québécois concernant leur alimentation, je pense que ceci n’a pas vraiment marché. Sous couvert d’objectivité scientifique, il est clair que les choix d’arguments et les biais véhiculés dans cette émission n’avaient pour but que de minimiser les incertitudes scientifiques/sociales/écologiques/politiques etc. entourant les OGM.

⇒ Qui est Elisabeth Abergel, l'auteure de cet article ? 

Elisabeth Abergel est professeure au département de sociologie de l’UQAM, elle se spécialise en sociologie des sciences et des technologies
 et en sociologie de l’environnement.  Ses intérêts de recherche concernent la géopolitique et l’environnement, l’interdisciplinarité dans l’étude
 des problèmes environnementaux, l’évolution des technologies du vivant sur les systèmes de production agricole et alimentaire et les enjeux de
 santé environnementale et humaine. De manière générale, elle étudie la relation entre les transformations technoscientifiques dans le domaine du
 vivant et les systèmes de domination sociale et politique. Elle possède un baccalauréat en génie génétique, une maîtrise en biologie moléculaire
 végétale et un doctorat en études environnementales. Elle a ensuite travaillé pour plusieurs start-ups en biotechnologie ainsi que dans
 l’industrie pharmaceutique comme chercheure. Elle bénéficie donc une expérience pratique dans le développement de nouvelles variétés végétale
et de vaccins utilisant le génie génétique.

9 Commentaires

Classé dans Débats