Archives de Tag: indice glycémique des aliments

Réponse à Suzie qui est découragée concernant l’indice glycémique et autres exigences « santé »

Jai épluché tout ce que vous avez publié sur le microbiome intestinal avec beaucoup d’intérêt, et j’essaie de le soigner avec la diete hypotoxique que je pratique depuis 2011. A en croire les propos de Marion Kaplan, toutes les céréales sont un poisons vue quelles augmente l’indice glycémique, les seules viandes devrait etre irréprochable, et les légumes devraient être principalement de saison. A ce regime, on mange plus rien. Ce nest certainement pas réalisable pour tout le monde , cest tres decouragant.  Suzie

Réponse de Jacqueline:

Pour bien comprendre que l’indice glycémique des aliments n’est pas une religion, je vous conseille de lire mon article très bien documenté sur ce sujet et intitulé: « Est-il vraiment pertinent d’utiliser l’indice glycémique pour le choix de nos aliments? ». Pour le trouver, aller sur la page d’accueil et inscrire le titre de l’article dans la fenêtre située juste au-dessus de « Recherche article ».  Je suis certaine que cet article vous réconfortera.  Je tiens toutefois à préciser qu’il est toujours possible que vous soyez obligé d’éviter un aliment glucidique ou non parce que vous ne le tolérez pas en raison d’une sensibilité particulière tout simplement.

Il est certain que dans un monde idéal, il est préférable de consommer autant que possible des aliments biologiques.  Toutefois, si vous respectez bien les consignes de la diète hypotoxique, même si vous ne pouvez pas vous offrir du bio, vous profiterez grandement de cette diète.  D’ailleurs le Dr Seignalet affirmait que suivre la  diète hypotoxique permettait aux organes de mieux fonctionner et par le fait même d’éliminer avec plus d’efficacité les pesticides et autres toxines, c’est logique.  Quant  à la viande, ce qui est vraiment nocif, c’est la cuisson à plus de 110°C qui favorise avec l’élévation de la température la formation de glycotoxines,  des molécules très néfastes pour l’organisme.  L’important c’est de consommer une grande quantité et variété de légumes de toutes les couleurs comme base première de notre alimentation, quelques fruits, des petits poissons cuits à basse température, un peu de protéines animales,  des oléagineux selon nos sensibilités et des céréales complètes sans gluten et d’éviter les produits laitiers animaux particulièrement lorsque l’on est affecté par une maladie inflammatoire chronique.  <strong> »Le mieux est le mortel ennemi du bien »; ce dicton signifie à l’évidence que la recherche de la perfection est un vice majeur en toute chose, nuisible au but que l’on poursuit.</strong>

2 Commentaires

Classé dans Débats