Archives de Catégorie: Divers

Article très intéressant sur l’acidose chronique et ses effets sur la santé

Equilibre acide-base tiré du site  de Thierry Souccar Éditions

Acidose chronique : qui est concerné et quels effets sur la santé ?

Dans Potassium, mode d’emploi, le Dr Philippe Veroli explique comment le potassium est un élément important de la défense de l’organisme contre l’acidose chronique. Mais comment l’acidose chronique apparaît-elle ? Quelles sont ses conséquences sur notre santé ? Explications du Dr Veroli.

Le régime alimentaire occidental est classiquement pauvre en potassium et bicarbonates du fait de la place réduite des végétaux, et il est au contraire riche en sel, en produits céréaliers, en viandes et laitages, en additifs phosphatés. Ce type d’alimentation est acidifiant : il apporte 75 à 100 mEq d’acide par jour.

En effet, le chlorure du sel favorise la production d’acide chlorhydrique, acidifiante. C’est aussi le cas des viandes et des fromages qui apportent du phosphore – tout comme les additifs au phosphate – et contribuent donc à la production endogène d’acide phosphorique. Les céréales en quantité favorisent la production d’acide sulfurique du fait de leur richesse en acides aminés soufrés.

A l’inverse les végétaux, fruits, légumes, tubercules, sont alcalinisants du fait de leur teneur en bicarbonates et potassium.

Un déséquilibre entre les sources d’acides et les sources de bases contribue à une acidification de l’organisme. Il existe des systèmes tampons efficaces pour rétablir l’équilibre, mais avec l’âge, ils le sont de moins en moins, notamment parce que la fonction rénale diminue.

Si aucune correction n’est faite dans le mode de vie, notamment diminution des sources d’acides, augmentation des végétaux, prise éventuelle de compléments de citrate ou de bicarbonate de potassium, alors une acidose chronique finit par s’installer. Ses conséquences :

  • Au niveau intestinal : baisse de l’activité enzymatique et perturbation de la flore intestinale peuvent entraîner lourdeurs, flatulences, ballonnements, ulcères.
  • Au niveau de la peau : sueur acide, odeurs corporelles, mycoses.
  • Au niveau des reins : insuffisance rénale, risque de calculs et d’infections urinaires.
  • Au niveau cardiovasculaire : hypertension artérielle, artériosclérose (durcissement et épaississement des artères).
  • Au niveau osseux : déminéralisation et ostéoporose.
  • Au niveau musculaire : fonte musculaire.
  • Altération des réponses hormonales et insulinorésistance.
  • Fatigue persistante.
  • Prise de poids par ralentissement du métabolisme

De manière générale, l’acidification de l’organisme favorise l’inflammation et entraîne un vieillissement prématuré.

Ces effets délétères surviennent généralement sur le long terme (après des années ou des décennies de déséquilibre) et peuvent être prévenus efficacement par des mesures nutritionnelles.

Lire aussi : Comment évaluer l’acidité de l’organisme ? par le Dr Philippe Veroli

 

2 Commentaires

Classé dans Capsules santé, Divers

Témoignage de Jacqueline qui vient d’apprendre que son ménisque s’est régénéré

J’ai relaté dans mon dernier livre (« Une alimentation ciblé… », p. 27-28),  l’opération subie à un ménisque, soit l’ablation du tiers du ménisque interne du genou gauche en 2012.

Au début du mois de mai dernier (soit 5 ans après l’ablation du tiers du ménisque interne de mon genou gauche),  je suis tombée très brusquement et avec force,  en raison de la présence d’un obstacle que je n’avais pas vu,  sur un plancher de ciment alors que  je me déplaçais rapidement. J’ai eu très mal, mais je n’avais pas d’indices d’une fracture.   Un mois plus tard, soit au début du mois de juin,  j’avais toujours de la douleur lorsque je marchais plus d’une dizaine de minutes.  Cela me rappelait mon problème de ménisque et j’étais très inquiète de revivre la même situation.

Je suis donc allée consulter le médecin qui m’avait diagnostiqué en 2012 la déchirure  de mon ménisque à l’aide d’une échographie, laquelle avait été confirmée par une résonance magnétique. J’avais apporté la photo de l’arthromensicectomie (photo qui montrait l’ablation du tiers du ménisque interne de mon genou gauche).

À la grande surprise du médecin, l’examen par échographie, à partir de différentes orientations,  a montré que le ménisque interne de mon genou gauche s’était complètement régénéré.  La douleur durant une marche prolongée était simplement due à une inflammation présente juste derrière la rotule, laquelle a disparue deux semaines plus tard.

Le médecin en question est continuellement en formation et constate tous les jours auprès de ses patients l’importance d’une alimentation qui respecte les caractéristiques  génétiques des individus ainsi que l’importance de l’exercice physique.  Il est d’accord avec moi que c’est  à la fois la diète hypotoxique et mes exercices quotidiens (vélo stationnaire et tapis roulant) qui ont permis la régénération de mon ménisque sans oublier tous les autres bienfaits que m’apportent ces deux éléments sur ma santé.

9 Commentaires

Classé dans Divers, Témoignage spécial

Témoignage: en 3 mois de diète hypotoxique, un problème « irréversible » aux genoux, vieux de 25 ans, et autres sont réglés

Bonjour!
Je suis un homme de 43 ans avec des problèmes au genoux droit depuis 25 ans. Une visite chez le chirurgien à l’automne 2016 m’apprend que je fais de l’arthrose aux 2 genoux et aux hanches. Je suis incapable de courir et certains jours je marche en boitant bas. Je dois ajouter qu’à l’été 2016 j’ai couru un semi marathon, autant dire que mon état s’est dégradé rapidement et la réponse du médecin ne m’a pas du tout plus. Je dois arrêter la course pour limiter ma douleur. Méchant choc. Maintenant le positif: j’ai changé mon alimentation en décembre 2016 et comme ma vie sportive en dépendait j’ai été très strict. J’ai recommencé à courir en mars, dimanche dernier j’ai couru 16 kms et je suis inscrit à un marathon en octobre, c’est miraculeux je n’ai pas d’autre mot….Alors études médicales bla bla bla médicaments bla bla bla infiltrations bla bla bla état irréversible ben ok je laisse ça à la médecine je n’ai rien contre les médecins sauf que les pharmaceutiques sont un peu trop sur leur dos et beaucoup trop éloignées du serment d’Hippocrate! Évidement à tout cela on peut ajouter perte de poids, plus beau teint, pas de sinusite ni de grippe de l’hiver ce qui était coutumier pour moi. La famille en bénéficie aussi pas de bronchite pour mon garçon de 9 ans! Essayez ça vaut le cout !!! Merci énormément!!!

Gérard

11 Commentaires

Classé dans Divers

Des nouvelles de Rosemary Tiklé: activités et rencontres

 💚Belles nouvelles sur l’alimentation anti-inflammatoire hypotoxique / Rencontre avec le Ministre de Santé, M. Gaetan Barrette💚

Lire la suite

2 Commentaires

Classé dans Conférence, Cours de cuisine, Divers

Le nouveau livre de Jacqueline sera en librairie le 12 octobre. Description du contenu

une alimentation ciblée - santé intestinale

Mon livre fait la démonstration irréfutable qu’on ne peut plus affirmer en 2016 qu’il n’existe pas de preuves scientifiques de la nocivité de certains aliments pro-inflammatoires tel le gluten chez un pourcentage significatif d’individus. 

Suite à la publication de Comment j’ai vaincu la douleur et l’inflammation chronique par l’alimentation, l’écriture d’un second livre de vulgarisation scientifique mettant en jeux les relations entre les aliments et les maladies chroniques s’est imposée à l’auteure en raison des progrès exceptionnellement rapides de la recherche scientifique dans ce domaine au cours des dernières années. Un autre incitatif, fut de constater que des milliers d’individus affectés de maladies chroniques ont retrouvé une qualité de vie souvent remarquable grâce à la diète  hypotoxique. Certains témoignages qui permettent de mieux comprendre les effets de la diète hypotoxique ont été reproduits dans ce livre avec la permission de leurs auteurs.  Plusieurs des témoignants ont été encouragés à commencer et/ou à poursuivre la diète hypotoxique par des  professionnels de la santé dont des médecins qui ont constaté les bienfaits de cette alimentation sur leurs patients; certains m’ont manifesté leur intérêt à en apprendre davantage sur le sujet.

Le présent ouvrage a pour but de vulgariser et de diffuser les connaissances scientifiques récentes qui concernant les liens entre les aliments que nous consommons et les maladies inflammatoires chroniques. Le public cible de l’auteure est aussi bien le grand public que les professionnels de la santé qui n’ont pas l’opportunité et/ou le temps de fouiller la littérature scientifique. On dit que le nerf de la guerre repose sur une information pertinente.  Mieux connaître les dernières données de la science concernant les maladies inflammatoires chroniques devrait permettre de mettre un terme à des affirmations telles que : 1)  le gluten n’est pas nocif, sauf pour le 1% de la population atteinte de la maladie coeliaque; 2) consommer des produits laitiers est nécessairement bon pour la santé et indispensable pour conserver des os en santé; 3)  les médicaments représentent la seule alternative efficace pour traiter les maladies chroniques; 4) les aliments que nous consommons ne jouent aucun rôle dans le déclenchement des maladies inflammatoires chroniques; 5) éliminer le gluten et les produits laitiers est dangereux pour la santé et leur restriction  n’a aucun  pouvoir de mise en rémission des maladies inflammatoires chroniques.

C’est en grande partie grâce au développement de nouvelles techniques d’analyse génétique sophistiquée et extrêmement rapides que la preuve a été faite que nous sommes des êtres hybrides indissociables des bactéries que nous abritons sur nous et en nous.  Plus précisément, il est maintenant démontré que l’activité des bactéries commensales (amies) qui vivent dans notre intestin est indispensable au maintien de notre santé et même de notre survie. Cette interdépendance est illustrée par la démonstration que 99% de tout l’ADN (les éléments de base des gènes) qui se trouve dans notre organisme est d’origine bactérienne alors que seulement 1% est d’origine humaine; ceci a comme corollaire que les bactéries commensales produisent pour nous de nombreuses molécules indispensables au bon fonctionnement de notre organisme.  De plus, il est maintenant établi que les facteurs environnementaux, dont au premier chef les aliments que nous consommons 3 fois par  jour, 365 jours par année,  influencent la composition et l’activité du  microbiome intestinal (la flore intestinale + le milieu écologique de l’intestin avec ses différentes cellules).  C’est en découvrant l’importance de l’axe bidirectionnel microbiotes- intestin-cerveau en tant que réseau de communication et d’exécution, que nous avons pu comprendre comment et pourquoi le microbiome intestinal conditionne l’ensemble du fonctionnement de notre organisme y compris celui de notre comportement.  De plus, grâce à la science de l’épigénétique qui permet d’étudier l’influence de l’environnement sur l’expression des gènes et cela sans qu’il y ait modification de la structure de base de l’ADN, on a pu comprendre que des facteurs environnementaux (tels l’alimentation, la pollution, et autres) ainsi que le mode de vie (exercice physiques, le fait de fumer, de prendre des antibiotiques, etc) sont susceptibles de modifier de façon positive et/ou négative, l’expression de nos gènes.  L’épidémie actuelle de maladies inflammatoires chroniques (la centaine de maladies arthritiques, les maladies qui affectent l’intestin, le diabète de type 2, les maladies cardio-vasculaires, le cancer, les maladies neuro-dégénératives) illustre bien la réalité des modifications épigénétiques chez les individus affectés de telles maladies à mesure que les conditions de notre environnement se détériorent (alimentation inappropriée, manque d’exercice, pollution, etc).

Le présent ouvrage met aussi l’accent sur comment et pourquoi nos choix alimentaires sont en très grande partie responsables de l’équilibre et/ou du déséquilibre fonctionnel de l’intestin et de là, de notre santé globale. Pour démontrer l’impact de la diète hypotoxique sur les maladies chroniques, l’auteure s’appuie sur sa propre expérience de la diète hypotoxique d’une durée, à ce jour de neuf ans, ainsi que sur les milliers de commentaires/témoignages qu’elle a reçus sur son blogue et en personne durant les cinq dernières années.  L’ensemble des commentaires/témoignages démontre que malgré les particularités génétiques personnelles des individus, des caractéristiques propres aux différentes maladies chroniques, du fait que la diète ne soit pas toujours suivie dans sa globalité, des améliorations importantes de la qualité de vie et même la mise en rémission de la maladie sont observées chez la  majorité des gens qui continuent la diète même s’il leur arrive de faire des écarts.

Dans le but d’aider ses lecteurs à mieux saisir les subtilités de la diète hypotoxique, l’auteure a  tenté de répondre avec le plus de précision possible aux 1001 questions qui lui ont été posées depuis la publication de son premier livre sans oublier de traiter de sujets controversés tels la prise de suppléments de calcium, de vitamine D, d’oméga-3, de la fiabilité des tests de détection des intolérances alimentaires et autres sujets pertinents.

D’autres chapitres traitent : 1) des mécanismes qui permettent à l’intestin de tolérer la présence des bactéries commensales tout en combattant les microbes pathogènes; 2) des conséquences d’un microbiome déséquilibré dans le développement des maladies chroniques; 3) des maladies chroniques qui affectent l’intestin et initient de multiples autres problèmes de santé; 4) des nouveaux tests de diagnostic présentement en développement; 5) des antigènes alimentaires, autres que ceux ciblés par la diète hypotoxique, qui pourraient déclencher le développement de maladies chroniques; 6) de l’ensemble des traitements non médicamenteux disponibles et/ou en développement pour traiter les maladies inflammatoires chroniques.

Finalement, dans le dernier chapitre, l’auteure s’est intéressée à des sujets qui généralement sont peu controversés, mais qui à la suite d’un examen plus approfondi, suscitent certaines interrogations et même dans certains cas, une remise en question.  Il s’agit de : 1) l’importance des fibres alimentaires dans le maintien d’un bon équilibre intestinal; 2)  la valeur réelle de l’indice glycémique dans le choix des aliments; 3)  les avantages et les inconvénients des aliments crus et cuits.

Pour conclure, l’auteure souhaite que les lecteurs trouvent dans ce livre les réponses à leurs questions concernant l’alimentation, les maladies inflammatoires chroniques,  leurs processus de développement et de guérison.  L’élément fondamental pour conserver ou retrouver la santé  consiste à être attentif aux messages que nous envoie notre corps et d’en tenir compte. Un mode de vie qui respecte nos caractéristiques génétiques est le meilleur moyen de conserver ou retrouver la santé de l’intestin, le fer de lance de la santé globale.

Bonne lecture!  Jacqueline Lagacé, Ph.D.

29 Commentaires

Classé dans Divers, Livre, Nouvelles

Le témoignage d’une battante: cystite interstitielle

Lire la suite

8 Commentaires

Classé dans Divers

Gabrielle Samson vous invite à répondre à un questionnaire sur votre santé

Gabrielle Samson apprécierait si vous pouviez répondre au questionnaire en cliquant sur le lien ci-dessous car cela lui  l’aidera à  mieux connaître sa clientèle et ses  besoins!

Cliquez ici pour accéder au questionnaire : http://goo.gl/forms/LyrFzYSrPHF3xkWy1

 

5 Commentaires

Classé dans Divers

Jacqueline demande votre aide pour l’aider à finaliser son manuscrit

Le problème est le suivant: de nombreux individus ont consulté les commentaires suivants:1) Message encourageant pour ceux qui souffrent de cystite interstitielle (plus de 43,000 clics)

2) Réponse aux gens qui souffrent de neuropathie et jambes sans repos (plus de 40,000 clics). Le problème est que malgré ce nombre impressionnant de clics sur ces deux sujets, je n’ai reçu que de rares témoignages: quelques positifs dans le cas de la cystite interstitielle et quelques très rares témoignages positifs et négatifs dans le cas du syndrome des jambes sans repos. La plupart des gens qui ont émis des commentaires au sujet de ces deux problèmes de santé demandaient seulement si la diète hypotoxique pouvait les aider.  J’aurais vraiment besoin de savoir parmi les gens qui ont vraiment suivi la diète hypotoxique  pendant au moins 3 mois, s’il ont connu une rémission, ou simplement obtenu une amélioration de leur condition ou si ce fut un échec.

En passant, je compter terminer avant l’été  l’écriture de mon prochain livre.

Merci à l’avance de votre collaboration.

Jacqueline Lagacé

 

 

28 Commentaires

Classé dans Divers

Chantal démarre une chaîne d’entraide pour partager de l’information.

Bonjour Madame Lagace, tout comme Josée, ça fait aussi 3 ans que je suis en rémission. Je voulais vous demander encore votre aide pour que des personnes qui suivent le régime puisse s’aider les unes les autres en partageant ou elles achètent leurs produits pas facile à trouver. J,aimerais donc que vous nous permettiez d’afficher notre prénom avec notre ville et notre email pour que l’on puisse ensuite s’échanger nos informations si précieuses. J’espère que vous considérerez ma demande. Merci encore !

Réponse de Jacqueline:

Oui, j’accepte de publier votre demande. Dans ce but, j’indique votre courriel (chantalbarrette1@hotmail.com). Ainsi les gens qui veulent participer à votre initiative pourront communiquer directement avec vous.
Par la suite, je publierai sur mon blogue les informations que vous aurez assemblées.

Merci pour votre initiative.  Jacqueline Lagacé

2 Commentaires

Classé dans Aliments, Divers, Messages

Conférence présentée par Christian Drouin et Rosemary Tiklé à St-Jérôme

Christian Drouin  et Rosemary Tiklé présenteront une conférence intitulée: « APPRENDRE À VAINCRE CERTAINES MALADIES PAR L’ALIMENTATION »

Cette conférence sera présentée mardi, le 10 novembre 2015 à 11 h 30 à  La Légion royale canadienne, 940, rue du Souvenir, Saint-Jérôme.

La conférence sera gratuite pour les membres de l’AQRP, leur conjoint et leurs connaissances concernées par les maladies inflammatoires chroniques. Pour ces personnes, le coût du buffet sera de 10$

Pour les autres personnes du grand public, le coût de la conférence sera de 22$ et leur donnera accès au  buffet.

N.B.:  un maximum de 90 personnes peuvent s’inscrire

Pour vous inscrire: 
.
Envoyez votre chèque, libellé au nom de l’AQRP, avant le 30 octobre 2015, à:
Noëlla Jean,
549, 20e avenue, Deux-Montagnes, J7R 0A7.

Pour information : Noëlla Jean (450 413-2427 ou jeannoella4@gmail.com)
ou Louise Vermette (450 530-7323 ou loulouv1941@yahoo.ca

Poster un commentaire

Classé dans Conférence, Divers