Archives de Catégorie: Divers

Marie-Claude, on aimerait avoir votre recette de pain

Marie-Claude, quelques personnes, moi y compris, apprécierions connaître votre recette de pain à la farine de gourganes; merci de bien vouloir la partager.

Poster un commentaire

Classé dans Divers

Myriam, PR, demande l’aide d’Anne atteinte de la même maladie

Bonsoir Anne .J ai 53 ans et une PR diagnostiqué en mars 2020.Au début j ai refusé tout traitement ,je prenais que des anti inflammatoires a base de plante,jusqu en décembre 2020 ou là,n arrivant plus a marcher ,j ai du m’y contraindre a mon grand regret……Je suis toujours a la recherche d un rhumatologue compréhensif ……Le traitement mit en place ne fonctionne pas tellement…….Ceux qui me fait du bien c est TNC et l’anti gymnastique.J’habite Plœmeur dans le Morbihan a coté du Finistère Sud,me serait il possible d’avoir le nom de la réflexologue que vous avez rencontré.Merci
Et peut être si vous n êtes pas trop loin se rencontrer pour échanger votre expérience.
Bien à vous .
Myriam

Poster un commentaire

Classé dans Divers

Nouvelle vie depuis 7 ans après 50 ans de douleurs

Chère Madame Lagacé,

J’ai l’immense plaisir d’avoir reçu la farine de gourgane commandée auprès de la Boîte à grains, suite à votre suggestion. Le suivi de ma commande et le service était impeccable. Enfin, je vais pouvoir cuisiner les délicieux pains à base de farine de gourgane que j’aime tant.

Je saisis l’occasion pour vous remercier du fonds du cœur pour l’ensemble de votre contribution. En 2014, j’ai débuté le régime après 50 ans de douleurs, sans vraiment y croire. Quatre jours plus tard, ma vie a pris un nouvel envol, qui dure depuis sept ans. De tous vos enseignements, j’ai retenu l’importance de retirer de mon alimentation le gluten et les produits laitiers, mais plus fondamentale encore, vous m’avez convaincue que mon corps est unique et qu’il est essentiel de demeurer alerte à ses besoins et présente à ses conditions de santé.

Avec reconnaissance,

Marie-Claude

Merci Marie-Claude pour ce témoignage fondamental!

Poster un commentaire

Classé dans Divers

Deux témoignages concernant des problèmes variés en lien avec gluten, solanacées, café, thé)

Témoignage de Johanne  11/03/2021 à 22 h 55 min

Depuis que je ne consomme plus de solanacées (tomate, piment, poivron, aubergine, paprika, cerises de terre, pommes de terre), j’ai éliminé arthrite et ulcères buccaux chroniques (aphtes). Les tomates sont à éviter totalement pour les infections des muqueuses buccales.
Espérons que mon commentaire aidera plusieurs personnes!

Témoignage d’Huguette  15/03/2021 à 19 h 05 min

Je fais le régime hypotoxique depuis 2012. Il a réglé complètement mon problème de cholestérol. L’arrêt du gluten m’a permis d’éviter des tendinites dans les bras, les jambes et des douleurs aux pieds qui reviennent dès que j’en mange. L’arrêt du café et du thé en 2014, espérant soulager mes douleurs aux genoux n’a pas atteint son but mais a solutionné un problème de maux d’oreilles qui durait depuis 10 ans et qu’aucun médicament ne soulageait. Par contre je n’ai pas vu d’amélioration concernant l’asthme et les polypes sur les sinus. Je vous suis reconnaissante et vous remercie sincèrement pour vos recherches, livres, articles et votre site. Bonne continuité.

3 Commentaires

Classé dans Divers

François me demande : qu’en est-il du vaccin d’AstraZeneka et de celui de Johnson & Johnson. Ont-ils de l’adjuvant?

Quelles sont les particularités des nouveaux vaccins à ADN développés par AstraZeneka, Johnson & Johnson  et la Russie sous le nom de Sputnik V comparativement aux vaccins à ARN messager?

À titre de comparaison supplémentaire avec les vaccins à ARN voir l’article intitulé « Suzie me demande si nous devrions craindre les nouveaux vaccins ARN Messager ».

Les vaccins à ADN dirigés contre la COVID-19, tout comme ceux à ARN messager ont été développés à l’aide des nouvelles technologies du génie génétique mais comportent des différences importantes :  1) les vaccins à ADN contiennent les instructions génétiques sous forme d’ADN qui serviront à la cellule de l’hôte à construire des protéines des spicules du SARS-Co-2; puisqu’il s’agit d’un vaccin à base d’ADN, il doit pénétrer dans le noyau cellulaire où son transgène (le gène du spicule du virus de la COVID-19) sera exprimé par le même mécanisme que celui que la cellule utilise pour exprimer ses propres gènes cellulaires normaux; 2) En second lieu, alors que les vaccins à ARN messager pénètrent dans les cellules de l’hôte à l’aide de liposomes (particules  nanolipidiques), les vaccins à ADN sont transportés dans les cellules de l’hôte par un vecteur constitué de l’enveloppe d’un  virus inoffensif (la capside) de la famille des adénovirus qui ne comporte pas de danger d’infection chez l’homme. Par contre, comme les adénovirus sont couramment présents chez les humains, il est possible que le système immunitaire des individus puisse reconnaître et intercepter le vaccin avant qu’il n’atteigne sa cible,  ce qui réduirait l’efficacité du vaccin. Pour cette raison, AstraZeneka a utilisé un adenovirus de chimpanzé, Spunik V utilise, pour ses deux doses, deux adénovirus humains différents alors que Johnson & Johnson utilise un adénovirus de type 26 moins fréquent chez les humains et dont le vaccin a été conçu pour ne nécessiter qu’une seule dose et qui peut être conservé dans un simple réfrigérateur.

Les vaccins à ADN sont immunogéniques et ne nécessitent pas d’adjuvant.

Efficacité du vaccin de Johnson & Johnson

(Washington) L’Agence américaine des médicaments (FDA) a confirmé mercredi l’efficacité du vaccin unidose contre la COVID-19 de Johnson & Johnson, dans des documents rendus publics deux jours avant une réunion de son comité consultatif pour examiner son autorisation en urgence aux États-Unis.

Publié le 24 février 2021 à 9h09 Mis à jour à

Agence France-Presse

L’efficacité du vaccin était de 85,9 % contre les formes graves de la maladie aux États-Unis, et il était également efficace contre ces formes graves à 81,7 % en Afrique du Sud et 87,6 % au Brésil, où des variants sont largement répandus.

La FDA a étudié indépendamment les résultats d’essais cliniques conduits sur quelque 40 000 personnes dans plusieurs pays.  

« Les analyses soutiennent un profil de sécurité favorable sans inquiétudes spécifiques de sécurité identifiées qui pourraient empêcher l’émission d’une autorisation d’utilisation en urgence », a-t-elle écrit. Cette autorisation pourrait intervenir dès la fin de la semaine dans le pays.

Toutes régions de l’essai clinique confondues, l’efficacité du vaccin 28 jours après la vaccination était de 85,4 % contre les formes sévères de la maladie.

Elle était de 66,1 % contre les formes modérées de la COVID-19.

Ces données confirment celles précédemment communiquées par l’entreprise pharmaceutique.  

Efficacité du vaccin d’AstraZeneca

https://www.ledevoir.com/societe/science/596392/coronavirus-le-vaccin-d-astrazeneca-plus-efficace-qu-il-n-y-paraissait

Le Danemark, la Norvège et l’Islande suspendent l’usage du vaccin d’AstraZeneca

·  ·  ·  ·  ·  ·  Radio-Canada, 11 mars 2021

5 h 35 | Mis à jour à 12 h 01

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1776462/danemark-suspension-vaccin-astrazeneca-covid

6 Commentaires

Classé dans Divers

Rabais de 35% sur tous les cours de cuisine de Gabrielle Samson

Tous les cours de cuisine hypotoxique de Gabrielle Samson incluant pains et pâtisseries sans gluten, hypotoxique et végétalien ainsi que son programme de coaching anti-inflammatoire hypotoxique sont à 35% de rabais jusqu’à mercredi 3 février 2021.

C’est la plus grosse promotion de l’année. Voici le lien avec la liste des cours: https://www.gabriellesamson.com/cours-de-cuisine-a-la-carte/
Depuis plus de 10 ans, Gabrielle Samson offre des cours de cuisine pour vous aider à démystifier et intégrer l’alimentation vivante et hypotoxique à votre quotidien. Beaucoup de ses clients savent qu’ils veulent ou doivent faire des changements alimentaires, mais une fois rendus à l’épicerie ou à la maison, ils se sentent complètement désemparés. Allez voir le témoignage de Mélanie en cliquant sur le lien. Après son diagnostique de fibromyalgie, elle est allée à l’épicerie et s’est effondrée en larmes: elle ne savait pas par où commencer, elle était très malade, épuisée et découragée!

C’est pour des gens comme Mélanie que Gabrielle a développé un programme de coaching en ligne que vous pouvez suivre à votre propre rythme, étape par étape avec des recettes faciles et savoureuses qui vont vous faire retomber en amour avec la saine alimentation. Manger sainement ce n’est pas sorcier, malheureusement dans la plupart des cas nous n’avons pas appris à le faire. Heureusement, selon les experts, l’alimentation est le facteur environnemental sur lequel nous avons le plus de pouvoir pour avoir plus d’énergie, vaincre la douleur et être en meilleure santé! Les témoignages de Mélanie atteinte de fibromyalgie et Agnès atteinte d’arthrite rhumatoïde sont très encourageant. Ces deux personnes souffraient terriblement et aujourd’hui grâce à l’alimentation hypotoxique elles sont plus en forme que jamais. Ça c’est du concret et c’est encourageant! Voici le lien pour écouter leurs témoignages: https://www.gabriellesamson.com/formations-en-ligne/programme-en-ligne/#temoignages

Les cours et le coaching de Gabrielle ont été filmés en plusieurs modules par un cameraman professionnel de manière à bien voir les manipulations des recettes. Vous pouvez les suivre quand vous voulez, où vous voulez et y revenir aussi souvent que vous voulez pour approfondir la matière pendant 1 an. Toute la théorie et les recettes ont été compilées dans des documents PDF que vous pouvez télécharger, imprimer et conserver précieusement!
Voici ce que Mélanie dit du programme de coaching de Gabrielle: Ton programme est vraiment très motivant, instructif et facile à comprendre. Tes recettes sont tout simplement sublimes… même l’amoureux capote! Honnêtement, j’ai rarement été aussi motivée :))  J’avais peur de manger cru à cause de mon intestin irritable, mais depuis que j’ai cessé de manger les aliments problématiques, mon corps se sent tellement mieux, plus solide, moins fatigué et finalement ça va! Je m’aperçois que j’ai plein d’options et que ça m’inspire à être plus créative en cuisine, et je dirais même, audacieuse. J’apprends à me faire confiance, je me sens beaucoup moins limitée qu’avant et c’est tellement génial: j’en reviens pas comme c’est bon Gabrielle! Franchement félicitations! et merci merci merci, mille fois! Je suis comblée! Ta méthode est vraiment efficace: c’est fou comme tu m’inspires et me donnes le goût de bien manger!Mélanie Lefebvre
En plus de son programme de coaching, elle offre son très populaire cours de pains et pâtisseries sans gluten qu’elle recommande de prendre en combo avec l’atelier de pain sans gluten au levain, la mijoteuse au service de la santé pour respecter les températures de cuisson des viandes. C’est un cours qui lui a pris une année à développer, car elle voulait vraiment que ses recettes soient exceptionnelles. Au-delà du côté pratique, son cours de mijoteuse est un voyage au pays des saveurs. Introduction à l’alimentation vivante pour ajouter du vivant dans votre assiette, lacto-fermentation non seulement pour la santé du microbiote, mais parce que c’est tellement bon, la déshydratation pour avoir des collations et des alternatives sans gluten au produits du marché et finalement pour les gourmands: chocolat et crème glacée végétaliennes. Tous ses cours sont conformes au régime anti-inflammatoire hypotoxique et sont sans produits laitiers et sans gluten. Aussi, tous ses cours sauf le cours de mijoteuse sont végétaliens.
Voici le lien pour en savoir plus: https://www.gabriellesamson.com/cours-de-cuisine-a-la-carte/

gabrielle samsonSpécialiste, coach et enseignante en alimentation vivante et hypotoxique
gabrielle@gabriellesamson.comwww.gabriellesamson.comfacebook.com/gabriellebsamsonhttps://www.youtube.com/c/GabrielleSamsonCoach
Collaboratrice au livre Cuisiner pour vaincre la douleur et l’inflammation chronique du Dr Jacqueline Lagacé Ph.D. 

1 commentaire

Classé dans Divers

Suzie me demande si nous devrions craindre les nouveaux vaccins ARN Messager.

Le commentaire de Suzie : Bonjour devrions-nous craindre les nouveaux vaccins ARN Messager? J’ai bien lu votre article antérieur sur le sujet des vaccins, fort intéressant. Dans le contexte de l’urgence sanitaire il y a une très grande méfiance, que devrions nous en penser?

Avant de préciser en quoi consiste les vaccins à ARN messager (ARNm) développés par les pharmaceutiques  Pfizer et Moderna, il est important de mentionner que jusqu’à maintenant des dizaines de  millions de doses de ces vaccins contre la COVID-19 ont été administrées dans plusieurs pays. Il y a bien eu quelques rares cas d’allergies qui n’ont pas entrainé la mort ainsi que des effets secondaires faibles ou modérés mais rien de très grave. D’ailleurs,  les études préliminaires menées par ces deux compagnies comportaient quelques dizaines de milliers  de personnes et les doses appropriées du vaccin avaient été déterminées avec précision ainsi que leurs pouvoirs immunogéniques.

Compte tenu des nombreuses controverses face à ces nouveaux vaccins et de l’influence d’activistes anti-vaccins qui disent à peu près n’importe quoi et leur contraire, on peut être assurés que si les nouveaux vaccins à ARNm anti COVID-19 avaient induit des problèmes graves,  ces difficultés auraient été largement publicisées comme ce fut le cas lors des réactions d’allergies, qui d’ailleurs ont été contrôlées.

Il est également important de rappeler que le virus SARS-Cov-2 a déjà infecté en une année plus de 100 millions d’individus et causé la mort de plus de 2 millions d’entre eux.  Le pire, si je puis dire, c’est que les infections causées par ce Corona virus provoquent souvent des complications à moyen et à long terme qui peuvent affecter gravement la qualité de vie des individus sans oublier que de nouveaux variants qui s’avèrent encore plus contagieux que la souche initiale ont été identifiés.

Dans les faits, grâce à des chercheurs universitaires dédiés, dont des Canadiens, qui ont travaillé constamment au cours des dernières années à faire progresser les connaissances fondamentales dans les domaines de la génétique, et autres (ex. liposomes), ces connaissances ont pu être rassemblées et utilisées par des compagnies pharmaceutiques, ce qui leur a permis avec l’argent des gouvernements de développer dans un temps record deux nouveaux vaccins à ARNm contre le virus SARS-Cov-2.  Nous avons la chance de disposer de deux excellents vaccins à ARNm qui sont très efficaces et qui devraient permettre de mettre un terme à la pandémie d’ici quelques mois lorsque la grande majorité des gens auront été vaccinés.

Quelles sont les particularités des nouveaux vaccins à ARN messagers développés par Pfizer et Moderna?

Les vaccins à ARN messager (mARN) comparativement aux vaccins traditionnels comportent de nombreux avantages  en terme d’efficacité immunogéniques, de rapidité de synthèse,  de sécurité, de souplesse d’adaptation (des modifications peuvent être apportées rapidement si nécessaires) et de rapidité de production industrielle.  Mentionnons  l’absence dans ces nouveaux vaccins à mARN  d’adjuvants « archaïques »  encore malheureusement utilisés dans nombre de  vaccins.  

À la base, les deux  vaccins de Moderna et de Pfizer encapsulent une partie de l’ARN messager du virus SARS-CoV-2, il s’agit en fait de parties ARN qui codent pour des peptides  des spicules (les excroissances situées à la surface du virus). Ces ARNm sont fabriqués en grand nombre  in vitro.  Dans le cas des vaccins à ARN messager de Moderna et dePfizer,  ces ARN messagers sont encapsulés dans des liposomes qui fusionnent avec la membrane cellulaire des cellules de l’hôte,  cette fusion permettant aux ARNm de pénétrer dans les cellules de l’hôte; l’ARN messager induit alors la formation d’antigènes vaccinaux à l’image des peptides des spicules  grâce à la machinerie de la cellule hôte. Parce que cette étape de production basée sur l’ARN messager formé in vitro se produit uniquement dans le cytoplasme avec l’aide du réticulum endoplasmique  et que  le noyau cellulaire n’est aucunement impliqué,  il n’y a pas de possibilité d’insertion de mutation génétique. Les peptides ainsi produits constituent les antigènes vaccinaux qui sont des molécules totalement inoffensives. Ces antigènes  étrangers vont alors être exprimés à la surface des cellules en association avec des molécules très importantes du système immunitaire de l’hôte que l’on appelle CMH ou complexe majeurs d’histocompatibilité de la cellule.  Comme l’antigène vaccinal, formé à partir de la formule de l’ARNm viral corresponds à des peptides du spicule et qu’il est associé au CMH, le système immunitaire le reconnaît comme étranger et il envoie un signal qui va activer le système immunitaire de la cellule. Il y a alors production de cellules immunitaires (B et T) afin que ces dernières produisent des armes (cellules productrices d’anticorps, cellules productrices de cytokines, cellules tueuses, etc) dans le but de détruire les cellules infectées par les virus qui portent les spicules en question, ou encore ces mêmes  virus qui circulent à l’état libre dans l’organisme. Le fait que les ARNm aient été développés artificiellement  in vitro a comme conséquence que ces ARN messagers vont  être dégradés rapidement sans causer de toxicité ou d’effets secondaires dans l’organisme.   

Les effets secondaires observés suite à l’administration de ces vaccins seraient dus à la forte activation du système immunitaire par ce genre de vaccin qui ne nécessite pas d’adjuvant.

Pour ceux qui sont intéressés à en savoir davantage sur les vaccins en général et leurs problématiques, la lecture de mon article publiée le 30 avril 2019 en réponse à  « Suzie me demande ce que penser des vaccins? » devrait vous apporter des informations complémentaires

La conclusion de ce premier  article ( Suzy me demande que penser des vaccins?) sur les vaccins se terminait ainsi : « Alors que les progrès scientifiques permettent maintenant des avancées spectaculaires dans tous les domaines, pourquoi acceptons-nous encore que la vaccination, qui est d’une importance cruciale pour la protection de la santé de nos sociétés, repose encore sur des méthodes empiriques désuètes; il existe actuellement, tel que cité précédemment, des outils capables d’améliorer de façon importante l’efficacité et la sécurité des  vaccins-adjuvants.   Ce n’est pas en continuant de nier les faiblesses de nos vaccins désuets qui n’ont pas suivi les avancées scientifiques et en réfutant les nombreux témoignages des victimes de ce laisser-faire, que les choses vont s’améliorer et que les Autorités vont convaincre l’ensemble des parents de faire vacciner leurs enfants. »

8 Commentaires

Classé dans Divers

Une vaste étude Québécoise montre l’efficacité de la colchicine pour traiter la COVID-19

Chez 4159 patients qui présentaient un facteur de risque de complications et dont le diagnostic de COVID-19 avait été validé par un test PCR, la colchicine a entraîné une baisse des hospitalisations de 25 %, une baisse du besoin de ventilation de 50 % et une diminution des décès de 44 % par rapport au groupe témoin. « C’est une percée majeure », déclare le DTardif.

https://www.lapresse.ca/covid-19/2021-01-22/percee-majeure/une-vaste-etude-montre-l-efficacite-de-la-colchicine-pour-traiter-la-covid-19. ou inscrire simplement sur Google: colchicine, dr tardif, la presse, pour avoir accès à cet article de La Presse

La colchicine agit pour prévenir la « tempête inflammatoire majeure » qui affecte les poumons des malades de la COVID-19 et qui risque d’envoyer les patients à l’hôpital, explique le DTardif. « Nous sommes heureux d’offrir le premier médicament oral au monde dont l’utilisation pourrait avoir une incidence importante sur la santé publique et, potentiellement, prévenir les complications de la COVID-19 chez des millions de patients », déclare le Dr Jean-Claude Tardif, directeur du Centre de recherche de l’Institut de Cardiologie de Montréal, professeur de médecine à l’Université de Montréal et chercheur principal de l’étude COLCORONA. Traiter les patients à risque de complications avec la colchicine dès la confirmation du diagnostic de COVID-19 par un test naso-pharyngé (PCR) permet de :

  • réduire leur risque de développer une forme grave de la maladie
  • diminuer le nombre d’hospitalisations

Jacqueline ajoute: le 03 avril 2020, dans un article publié sur le présent blogue, j’ai donné l’information suivante à propos de l’intérêt de la colchicine en relation avec la COVID-19 et la recherche lancée à cette époque par le Dr J.C. Tardif :

L’intérêt de tester la colchicine sur des patients infectés par le SARS-CoV-2 semble être  une option très prometteuse à court terme pour les raisons suivantes : 

1)  la colchicine possède des propriétés anti-inflammatoires importantes qui ont été vérifiées par de nombreuses études effectuées en laboratoire ainsi que sur des patients affectés de problèmes de santé variés; tous les problèmes de santé qui ont répondu positivement à la colchicine étaient caractérisés par des réactions inflammatoires excessives ou mal contrôlées, qu’il s’agisse de la goutte, de maladies cardio-vasculaires, du syndrome métabolique,  de cas de parodontite (inflammation des tissus qui entourent les dents), de conditions neurochirurgicales, de douleurs inflammatoire chroniques, de problèmes rénaux et de fibrose.

2) Des études ont démontré que la  colchicine a une action anti-inflammatoire sur les globules blancs appelés neutrophiles ainsi qu’une action anti-fibrotique.  Elle agit en inhibant l’adhésion et le recrutement des neutrophiles impliqués dans les réactions inflammatoires, elle réduit différents marqueurs de l’inflammation tels la protéine C-réactive, le taux de sédimentation des globules rouges ainsi que d’autres marqueurs de l’inflammation.  Elle bloquerait également l’inflammation associée au recrutement des  monocytes/macrophages.

3) La colchicine est un vieux médicament qui est utilisée depuis longtemps et qui n’a pas de contre-indications sauf pour les personnes souffrant d’insuffisance rénale et comme c’est le cas pour la plupart des médicaments,  elle n’est pas prescrite aux femmes enceintes et /ou allaitantes.

4) La colchicine est un médicament peu couteux qui peut être produit rapidement en très grande quantité.

5) Selon le Dr Tardif, la colchicine  pourrait potentiellement être utilisée à court terme pour réduire le risque de complications pulmonaires et de décès liés à la COVID-19.  Chez la majorité de patients qui sont contaminés par le virus, l’infection est bénigne, et même souvent asymptomatique. Par contre, chez environ 15-20% des personnes infectées, le virus peut provoquer l’affolement du système immunitaire dont les réactions deviennent  exacerbées et incontrôlables; en fait, c’est cette véritable  tempête inflammatoire incontrôlée qui entraîne les complications  pulmonaires et même possiblement la destruction du tissue pulmonaire et la mort du patient.

Il a été observé que le fait de souffrir d’une maladie chronique (diabète, maladies cardio-vasculaires, maladies auto-immunitaires, etc) est un facteur de risque aggravant qui fragilise les individus face à la COVID-19. Même chez les gens âgés de 70 ans et plus, la grande majorité des décès survient chez ceux qui souffraient d’une ou plusieurs maladies chroniques.

Compte tenu des connaissances accumulées au cours de nombreuses années au sujet du pouvoir anti-inflammatoire de la colchicine et des observations effectuées auprès des  patients atteints de la COVID-19, il y a de fortes probabilités que l’hypothèse du Dr Tardif puisse être démontrée.  Si les études cliniques s’avèrent positives, les cas graves d’infection à la COVID-19 devraient diminuer de façon marquée, ce qui pourrait transformer l’infection en une maladie bénigne.

Comme l’étude du Dr Tardif vise une population de 6,000 personnes infectées actuellement par la  COVID-19, tous ceux qui répondent aux critères suivants : 40 ans et plus,  infection active à la COVID-19 et diagnostic officiel,  pourraient rendre un service  humanitaire majeur  en participant à cette étude. Il est important de mentionner que d’après une information que j’ai entendue à la radio, il semble que votre participation à cette étude ne nécessiterait pas de déplacement de votre part et que le médicament testé vous serait livré chez vous.

 Un grand merci à tous ceux qui ont accepté de participer à cette étude qui a comporté 3000 Québécois sur près de 4500 participants..

7 Commentaires

Classé dans Divers

Mathieu : Un témoignage qui m’a donné la chair de poule, à lire et relire

(Merci Mathieu en mon nom et au nom de tous ceux et celles que votre témoignage aidera. Je mentionne « à lire et relire » car ce témoignage donne des informations incontournables tellement pertinentes)

Bonjour et bonne année madame Lagacé!

Je tenais à vous écrire pour vous remercier de votre dévouement et tout le bien que vous généré par vos recherches et écrits.

Ça fait un certain temps que je voulais vous partager mon histoire en lien avec le régime hypotoxique. C’est une 11e chirurgie qui me donne le temps pendant cette convalescence qui, pour une rare fois, n’est pas reliée à la maladie de Crohn… J’ai reçu un diagnostic en 1996 après 2-3 années de résistance à « négocier » avec des problèmes de digestion. Comme c’est sûrement le cas pour plusieurs personnes devant vivre avec cette condition, j’ai reçu un feuillet informatif au sujet des aliments que je devrais consommer par la diététicienne de l’hôpital, suivi d’épisodes d’essais-erreurs de plusieurs médications et d’interventions chirurgicales.

Je vous évite tous les détails, mais le parcours a été très ardu, frustrant et souvent décourageant. Après plus de 20 ans à faire attention en respectant le plus possible la diète suggérée (pas de salade, pelures, de graines, de noix, de friture, de trucs épicés, de fibres, etc.) j’en avais vraiment assez des problèmes de digestion quand je faisais tout correctement (selon les directives médicales traditionnelles). Pourquoi je me prépare un souper qui se passe très bien et que le restant au bureau le lendemain ne fonctionne pas du tout!? C’était incroyablement frustrant et culpabilisant de ne pas comprendre où était le problème : « qu’est-ce que j’ai mangé de pas correct, est-ce que c’était ce matin, hier, est-ce que je suis trop stressé, est-ce que la maladie s’empire?? ». C’est épuisant de toujours s’en faire avec ces questions et de ne pas trouver de réponses.

Le hic d’aller vers autre chose c’est qu’on se fait souvent décourager par les médecins et parfois, ceux qui évoluent en santé naturelle sont trop drastiques. Quand on tente d’aller vers une alternative, on cherche un équilibre, du moins pour ma part. C’est difficile de plonger vers le naturel quand on se fait proposer de cesser toute médication et que du côté des médecins on se fait répondre : « tu ne soigneras pas un problème de la sorte avec des remèdes de grand-mère ». On se sent bien seul car on s’imagine le pire si on cesse une médication et que ça ne fonctionne pas. Comment on va nous traiter (voir juger) par la suite si on a tenter une alternative moins taxant en effets secondaires?

En 2015, on m’a annoncé que j’étais en rémissions complète et j’ai pu cesser de prendre un immunosuppresseur que je prenais sur une base quotidienne depuis 10 ans. Je croyais avoir la paix pour un bout de temps, mais un an et demi plus tard, une investigation digestive n’abordait pas dans ce sens. J’ai reçu votre livre (Une alimentation ciblée…) en cadeau entre-temps. Au départ, je n’avais pas la force et la volonté de faire autant de changement, je n’allais pas bien et je n’avais pas le courage d’essayer une nouvelle méthode pour possiblement en être déçu. Après une longue introspection au début de l’année 2018, j’ai commencé la lecture du livre en question et je me suis fait un plan de match. Puisque je ne voulais pas tout couper d’un seul coup pour éviter d’être démoralisé en faisant ces changements majeurs, j’ai commencé par retirer les produits laitiers au début 2019. Je me demandais bien comment j’allais faire, moi qui buvait du lait comme un veau et qui n’avait jamais vraiment dénoté de problèmes directement liés à la consommation de lait, fromage, etc. Ensuite j’ai coupé le sucre qui a été un peu plus difficile que les produits laitiers, principalement par certains symptômes physiques. Je me disais que c’était possiblement similaire à une désintoxication de drogue et que le corps émet des signes de carences ou de manque. Puisque j’avais un voyage de prévu à la fin du printemps et que je me disais qu’il serait difficile de respecter les grandes lignes du régime, j’ai coupé le gluten à mon retour.

Comme pour plusieurs personnes dont les témoignages se sont retrouvés dans votre livre, le premier effet secondaire constaté fut la perte de poids (environ 45 livres). Par la suite j’ai trouvé la démarche vraiment satisfaisante parce que je pouvais enfin mettre le doigt sur certaines choses qui ne fonctionnaient pas du tout pour moi. Par exemple, l’utilisation du micro-ondes. Je n’ai jamais cuisiner avec ce type de four, mais naturellement je m’en servais pour réchauffer des plats. Eurêka! Le souper qui passait la veille, c’est le micro-ondes qui venait jouer les trouble-fêtes en chauffant trop rapidement et intensément mes restants. Autre exemple, il m’arrivait parfois de me préparer des tacos. Je n’ai jamais acheté les sachets ou préparations qui m’envoyaient automatiquement à la salle de bain lors de repas que je ne contrôlais pas. Donc toute la préparation de ce qui allait dans les tacos étaient en règle avec le régime hypotoxique, donc pourquoi ça ne fonctionnait pas alors que j’achetais des coquilles sans gluten concoctées de seulement 3 ingrédients??? Réponse : la farine de maïs! En consultant la liste des aliments proscrits, j’avais réalisé mon erreur. C’est tellement encourageant de pouvoir mettre le doigt sur le bobo, de comprendre ce qui n’a pas fonctionné.

Aujourd’hui, un an et demi après avoir adopter le régime hypotoxique et de m’y conformer, je me sens comme une « personne normale » ! Plus d’histoires d’aller 3, 4, 5 fois à la salle de bain par jour. Quel bonheur de pouvoir ajouter de la verdure dans des plats; manger une pomme sans la peler; préparer des sauces et desserts avec des noix, ce sont des petites victoires chaque fois! Je n’allais pratiquement plus au restaurant tellement c’était compliqué avec ma condition, mes allergies et intolérances alimentaire. Maintenant, je n’y vais plus, mais j’ai des adresses à essayer quand la pandémie nous donnera un peu plus de liberté. Ah et pour ceux qui aiment ridiculiser la chose en disant : pas de lait, pas de gluten, pas de sucre, pas de fun et pas d’amis – justement ça sépare les vrais des imposteurs. Si ça cause problème de valider ce qu’il a au menu et d’apporter mes aliments pour bien me sentir quand c’est nécessaire, j’ai pas besoin de payer le prix de ma santé pour faire plaisir à qui que ce soit. Je me sens tellement bien physiquement et psychologiquement. Comme vous le mentionnez dans le livre, le lien bidirectionnel intestin-cerveau est indéniable. Si je peux vulgariser, je considère l’intestin comme le cerveau honnête, celui qui réagit. L’autre, il réfléchit, parfois trop, mais ça c’est une autre histoire ;¬)

Je conclurai en ajoutant que dans mes démarches, étant allergique au sarrasin, j’ai rencontré un allergologue pour vérifier si j’avais des réactions aux nouvelles farines que j’allais consommer et pour éviter de chercher de midi à 14h si jamais j’aurais eu des réactions indésirables. J’ai coupé le câble car ma facture d’épicerie a augmenté en consommant le plus d’aliments bio possible, mais je le regrette aucunement. Le gaz qu’on consomme pour notre corps devrait être notre priorité et la différence se voit, se ressent. Cette année on m’a offert un four vapeur en cadeau et c’est une révolution pour contrôler la cuisson des aliments. Suite à une rencontre avec une naturopathe, j’ai également ajouté du magnésium liquide, de la curcumine, du complexe B et des pro-biotiques dans mon alimentation et j’ai remarqué des gains supplémentaires pour certains aspects physiques. Finalement, en discutant de ma démarche avec mon spécialiste, il était content de constater que ça fonctionnait pour moi et il m’a partagé que quelqu’un avait un projet de recherche sur ce régime et m’a demandé si j’étais ouvert à partager mon expérience éventuellement. Avec plaisir que j’ai répondu en réalisant qu’il y a des signes d’évolution à ce niveau là également.

Désolé pour ce mini roman, mais j’ai trouvé la lecture de témoignages réconfortante et sécurisante à l’époque, donc si ça peut aider une personne à faire le saut et ainsi, retrouver la santé ou trouver une façon de soulager certains maux, eh bien ça sera mission accomplie! Encore une fois, je suis très reconnaissant d’avoir suivi vos conseils et je vous souhaite à vous et tous vos lecteurs de rester en santé ou de retrouver un équilibre avec cette dernière.

Cordialement,

Mathieu

14 Commentaires

Classé dans Divers

Mes souhaits pour la Nouvelle Année!

Mes chers lecteurs et lectrices,

Que la nouvelle année 2021 vous apporte le meilleur concernant bien sûr votre santé ainsi que les autres aspects importants de votre vie. De plus,  je nous souhaite à tous que les expériences difficiles vécues au cours de l’année 2020 nous aient rendus plus conscients de la nécessité de construire un monde plus juste pour tous et de faire ce qu’il faut pour que nos enfants et petits-enfants héritent d’une terre où ils pourront continuer à bien vivre.  

Il est important de ne jamais oublier l’horreur que les résidents des CHSLD ont vécue en raison de la négligence inqualifiable de la part de nos gouvernements successifs, négligences qui ont abouti à la mort dans des conditions souvent abjectes de milliers d’entre eux.  Ce malheur extrême mérite réparation et il est devenu incontournable de transformer les CHSLD en de véritables milieux de vie pour nos ainés.

Malgré tout, c’est avec optimisme que j’aborde la nouvelle année qui devrait nous permettre de retrouver peu à peu une vie plus normale grâce en grande partie aux vaccins  contre le SARS-cov-2 et à une conscientisation de l’importance d’être solidaires. On a pu observer de multiples preuves de bonté, de solidarité et de courage face à la pandémie;  que l’on pense aux travailleurs de la santé, aux enseignants, aux travailleurs sociaux, aux bénévoles, aux proches-aidants, au public en général qui fait son possible pour respecter les mesures sanitaires, aux scientifiques qui ont travaillé sans relâche à tenter de développer les meilleurs vaccins possibles,  à nos dirigeants qui ont fait montre de leadership et de générosité envers les citoyens en difficulté financière. En fait, toutes ces personnes ont travaillé sans relâche depuis le mois de mars à résoudre chaque jour d’innombrables problèmes pour maintenir l’espoir d’un retour à une vie normale et éviter le pire.

Il est maintenant possible de prévoir qu’à partir de l’été 2021, les deux vaccins déjà autorisés officiellement et d’autres qui le deviendront probablement d’ici peu (plus d’une centaine sont en développement) pourront permettre d’améliorer de façon sensible la qualité de nos vies tout en permettant d’envisager la fin à la pandémie COVID-19 dans un avenir prévisible; la vigilance restera toutefois de mise face au virus SARS-cov-2 tant que sa disparition ne sera pas établie.

Selon le dicton « À quelque chose malheur est bon », la pandémie ne fait pas exception à cette règle puisqu’elle a enfin incité nos deux paliers de gouvernements à prendre davantage en considération le problème des changements climatiques, lequel n’est pas étranger à la présente pandémie. Il faudra cependant que « les bottines suivent les babines ».

Jacqueline Lagacé, Ph.D.

18 Commentaires

Classé dans Divers