Archives de Catégorie: Divers

Message de Monique à propos du film « The Food Cure » présenté au cinéma Guzzo de Ste-Thérèse

Pour ceux et celles qui habitent la rive nord de Montréal, ce film (The Food Cure) sera présenté le lundi 17 septembre 2018 à 19h30 au Cinéma Guzzo de Ste-Thérèse (si l’objectif de 99 billets vendus est atteint avant le 7 septembre). Si cela vous intéresse, faites vite et achetez vos billets en vous rendant à l’adresse suivante: https://fan-force.com/screenings/the-food-cure-cinema-sainte-therese-8/

7 Commentaires

Classé dans Divers, Nouvelles

Témoignage de Nathalie, après 29 ans d’erreurs de diagnostic, une peau enfin normale.

Ayant souffert de dermatite herpétiforme durant 29 ans, et ayant découvert ceci à la suite de la lecture de votre livre, je suis maintenant l’heureuse personne dont la peau ne souffre plus. Depuis 2 ans, fini le gluten, et ce, pour toujours!!! Les dermatos m’ont diagnostiqué eczéma et dermatite atomique et psoriasis, toujours traité avec des crèmes à la cortisone. Ça m’a pris 29 ans de recherches alimentaires et autres pour, enfin, découvrir la vraie cause. MERCI de tout coeur pour vos recherches. Il faut souffrir assez pour enfin changer quelque chose. Merci encore.

4 Commentaires

Classé dans Divers

Diète cétogène: 10 ans d’expérience de gestion de soins pour sa fille épileptique

J’ai plusieurs années d’expérience de gestion de la diète cétogène pour ma fille épileptique. Elle est sur cette diète depuis 12 ans déjà. Elle serait le cas le plus long de la diète cétogène pour épilepsie à travers le monde (durée habituelle de la diète pour gestion épilepsie – entre 2 à 3 ans). Je n’en fait pas un trophée car j’aimerais bien dans mon cœur de parent qu’elle se retrouve pour d’autres raisons dans le livre des records Guinness…..mais bon elle est ma réalité avec ses records à elle.

Malgré tous les désagréments de la diète cétogène, c’est ce qui a probablement sauvé ma fille nous en sommes convaincus car convulser entre 30 à 40 fois par jour, pas clair que le cœur peut le prendre longtemps. Depuis ce temps, elle est aussi sans aucun médicament car certains médicaments pour l’épilepsie augmentaient les risques d’acidose métaboligue donc s’aditionnaient à ceux de la diète. Nous l’avons appris à la dure… Mais contrairement au cas expliqué, la réduction des crises d’épilepsie chez notre fille n’a pas eu un effet aussi important sur son développement intellectuel et moteur comme l’enfant dont il est ici question. En d’autres mots, je crois qu’il est important de garder en tête que nous sommes tous différents et que les effets des traitements (bons ou mauvais) peuvent varier d’une personne à une autre. Toutefois, on ne peut pas savoir avant d’en faire l’expérience d’où l’importance d’oser. Dans le cas de notre enfant, nous n’avons aucun diagnostic seulement des symptômes (épilepsie sévère, retard global de développement, aucune malformation même pas de lésions au cerveau, etc.) et malgré les effets limités de la diète sur son développement global, la réduction des convulsions représente pour nous un succès de la diète.

Dans notre situation, nous avons vécu probablement tous les effets secondaires possibles et imaginables en lien avec la diète (hypoglycémie, acidose métabolique – plusieurs fois et très importante- géré avec du bicarbonate, ralentissement du développement physique, pierre au rein – traité avec succès avec un PSN, etc.) Toutefois, dans notre situation, nous avons dû évaluer les risques et les bénéfices  » 40 crises par jour ou les effets secondaires traitables ». La réponse dans notre situation était que les effets secondaires traitables nous semblaient moins pires que les risques associés à la fréquence des convulsions.

Il est possible aussi que les effets secondaires documentés dans les études soient en partie attribuables au fait que la grande majorité des enfants avec ce type d’épilepsie ont souvent un retard de développement important incluant la déficience physique. À titre d’exemple, le fait de ne pas marcher ou de ne pas mettre de poids sur leurs jambes, favorise inévitablement le développement de l’ostéoporose qui pourrait expliquer, en partie, que l’ostéoporose est souvent documenté dans les études comme l’un des effets secondaires de la diète cétogène. Bref, les effets de la diète s’ajoute aux possibles complications en lien avec la réalité de l’enfant (déficience physique). D’autres effets secondaires, comme les problème au foie, serait aussi en lien avec la pathologie associée ou malformation chez les enfants qui font de l’épilepsie sévère ce que nous avons déjà lu dans la littérature. En d’autres mots, les études actuelles dont nous disposons pour mesurer les effets de la diète cétogène portent essentiellement sur des enfants qui ont des pathologies ou des réalités (avec ou sans diagnostic) particulières et l’épilepsie est un symptôme associé à ces pathologies ou réalité non-diagnostiquée. Ce qui ne fait pas de la diète cétogène un traitement facile à gérer et sans risque. Il faut toujours mesurer les risques et les bénéfices. Dans le cas de notre fille, nous avons toujours été confronté à cette réflexion. Et même avec les médicaments, nous étions dans  »essai-erreur » tout le temps.

Je crois aussi que les gens qui utilisent la diète cétogène pour d’autres raisons que l’épilepsie mélangent actuellement la diète cétogène avec la Atkins modifié. À ma compréhension de plusieurs échanges sur le WEB et la lecture de quelques livres sur le sujet, la diète qu’ils suivent s’apparentent davantage à la Atkins modifié qu’à la cétogène. La cétogène réelle, oblige la mesure de tous les aliments, les restrictions caloriques importantes en fonction du poids et de la taille de la personne, les restrictions aussi au niveau des protéines en plus des glucides, etc. Ce qui suppose aussi la mesure des liquides pris dans la journée. Au départ, nous devions mesurer ce qu’elle buvait en terme de liquide par jour incluant, l’eau qu’elle pouvait boire par erreur en prenant son bain que nous devions ensuite réduire de la quantité de liquide possible par jour en fonction de la quantité d’eau bu par erreur. À cela s’ajoute l’élimination de plusieurs fruits et légumes qui sont trop élevés en glucide comme plusieurs produits de toilettes (savons, baume à lèvre, crème solaire, pâte à dent, shampoing, etc.).

La cétogène qui circule actuellement ne tient pas compte de toutes les restrictions comparativement à celle pour le traitement de l’épilepsie d’où l’idée qu’il s’agirait plus de la Atkins modifié. Vous pouvez en prendre connaissance sur le site de l’Hôpital Jon Hopkins, le chef de file de la diète cétogène à travers le monde ou les deux traitements y sont présentés https://www.hopkinsmedicine.org/neurology_neurosurgery/centers_clinics/epilepsy/pediatric_epilepsy/ketogenic_diet.html

Il est possible aussi que les effets secondaires de la Atkins modifié soit beaucoup moins intenses et importants que la cétogène. Le ratio de la Atkins est normalement du 2:1 ou 1:1 et très peu d’effets secondaires. Notre fille est actuellement au ratio 2:1 et les effets secondaires sont beaucoup moins élevés. Mais encore là, les études qui se sont intéressées à la Atkins modifié, portent encore essentiellement sur des populations présentant d’autres problèmes importants (pathologie, etc).

Je crois au traitement métabolique de plusieurs problèmes de santé. Il serait probablement plus juste de parler de traitement métabolique ou de la Atkins modifié que de la diète cétogène étant donné les grandes nuances entre ces régimes alimentaires et surtout de l’application diamétralement différente entre le traitement de l’épilepsie et les autres affections. À ce jour, les résultats observés reposent davantage sur des populations épileptiques pour lesquelles d’autres problèmes et affections peuvent parfois influencer les résultats. Des études sur d’autres populations seraient pertinentes pour observer les résultats du traitement métabolique sur d’autres individus qui n’ont pas la même réalité que les enfants qui souffrent d’épilepsie sévère chez lesquels, d’autres pathologies peuvent influencer les résultats. Bonne chance à tous ceux et celles qui souhaitent expérimenter les traitements métaboliques car il s’agit d’une façon pertinente de prendre soin de sa santé.

Les parents d’une jeune fille épileptique

1 commentaire

Classé dans Divers, Témoignage spécial

Témoignages de Christelle et de Lise qui démontrent la nécessité de prendre sa santé en main et d’être respectés dans nos choix de santé

Témoignages de Christelle et de Lise qui démontrent la nécessité de prendre sa santé en main et d’être respectés dans nos choix de santé

Dr Gagnon,

Merci pour votre témoignage, merci pour votre respect, merci pour ma vie et tout ce qui la côtoie, merci pour mon corps, mon coeur et mon âme , merci pour oser dire que l’histoire individuelle a un sens et que la personne dans sa globalité doit être prise en compte, pas entendue mais écoutée!
J’ai témoigné quelquefois déjà sur ce site et suis ravie si cela à aidé à voir plus clair dans ce brouillard de la peur . J’ai une SEP (sclérose en plaques) depuis 20 ans , et après 17 années de tranquillité modérée, j’ai accepté des traitements, j’ai vécu la descente aux enfers, la douleur physique et mental car je n’ai jamais été considérée comme une personne dans sa globalité mais comme une « sepienne sans histoire , sans famille, sans lieu de vie, sans conscient et sans inconscient » . Grace à mon mari et avec lui, j’ai , contre l’avis de mon neurologue, arrêté mes traitements inutiles et destructeurs. J’ai repris le sport , débuté un régime cétogène depuis un an , et retrouvé mon mental et surtout beaucoup d’énergie! j’étais condamnée , presque enterrée, et après un an d’études me voilà bientôt thérapeute …c’est le comble! Je marche difficilement, je nage comme une sirène, mais j’avance sur MON chemin avec le respect du peu de personnes qui m’entourent et me soutiennent désormais. J’ai cherché un médecin pour qu’il accepte de m’aider dans ma globalité et mes choix alimentaires anti-inflammatoires…j’en ai trouvé un seul, mais il m’a bien fait comprendre qu’il approuvait totalement ma démarche alimentaire m’encourageant à poursuivre ainsi, et mon choix de vie, sous entendu qu’il est bientôt à la retraite et ne risque plus rien ! Je n’ai rien contre le monde médical, mais il est tellement cloisonné qu’il en devient inefficace, gouverné par les laboratoires et la peur.
J’ai choisi de me libérer de cette peur et ma vie devient magique. Je ne suis plus un numéros mais une personne avec une écologie propre, une histoire, une famille, et un amour de la vie retrouvée!

Christelle

Témoignage de Lise

Merci pour ce témoignage libre et éclairé. Les tendances concernant la pratique médicale, influencée fortement par l’industrie du médicament, sont très inquiétantes à mon avis. Revenons à l’essentiel: le gros bon sens, le vrai, le respect des personnes soignées et la prévention des problèmes de santé physique et mentale, merci!

Merci pour ces commentaires si pertinents.  Jacqueline Lagacé

 

3 Commentaires

Classé dans Divers, Témoignage spécial

Un témoignage incroyable en faveur de la médecine intégrative (cystite interstitielle et cancer de la vessie)

Remarque de Jacqueline: merci infiniment Carmel pour ce témoignage vraiment exceptionnel et d’une grande générosité pour nous tous.

Témoignage de Carmel reçu le 17/05/2018

Très informatif, je suis encouragée de voir les dernières avancées qui se font au sujet de cette condition débilitante.
Actuellement, je me considère « guérie » de cette condition.

Il y a quatre ans, on m’a diagnostiquée comme ayant à la fois, une cystite interstitielle (SVD) et un cancer agressif de la vessie (c’est plutôt rare, selon l’urologue, d’être atteinte des deux). La fréquence, l’urgence d’uriner et la douleur étaient quotidiennes. De plus, les traitements pour le cancer, instillation vésicale du BCG, exacerbaient les symptômes de cystite interstitielle au point où souvent j’étais incapable de me tenir debout, étant donné les spasmes douloureux au niveau du bas ventre et du plancher pelvien. La panoplie de médicaments n’arrivaient pas à soulager les symptômes et la douleur. Lorsque je parlais de mes symptômes à l’urologue, la solution proposée afin d’arriver à un soulagement à long terme était l’ablation de la vessie. Je sentais l’impuissance et la méconnaissance à me proposer d’autres options.

Depuis le début de cette aventure, j’étais très ouverte et parallèlement, je me suis dirigée vers les médecines complémentaires/alternatives où je mes suis sentie écoutée et prise en charge de façon globale. J’ai consulté acupunctrice, docteur en naturopathie, ostéopathe, psychologue, massothérapeute. Je suivais déjà les conseils du régime hypotoxique avant l’apparition des symptômes, j’ai poursuivi ceux-ci en y ajoutant des jus verts à tous les jours.
Aussi, dans ma quête de guérison, j’ai découvert par hasard sur internet, des vidéos d’une dame que je me permets de nommer, Nassrine Reza. Ces paroles sages et réconfortantes, m’ont permis de me délester de cette quête de «me guérir » et d’accueillir ce qui est.

Je ne peux affirmer ce qui a fonctionné, possiblement la synergie de toutes les approches, mais je suis sans douleur reliée à la cystite interstitielle depuis deux ans. Aussi, il n’y a plus de trace de cancer, alors arrêt des traitements, et à la dernière cystoscopie de contrôle, l’urologue était très surprise de constater l’amélioration de l’apparence de ma vessie.

Chaque personne est unique et répondra selon son unicité aux traitements offerts. Je prône comme vous, madame Lagacé, une approche intégrative, où la médecine conventionnelle et les médecines alternatives s’uniront pour aborder la personne dans sa globalité. J’ai été stupéfaite d’apprendre dans votre texte que le Collège des médecins du Québec puisse sévir contre les médecins qui recommandent les médecines alternatives. À mon avis, c’est inconcevable et inacceptable!

Mon témoignage se veut un hommage à tous les thérapeutes des médecines alternatives qui m’ont soutenue et aidée pendant cette période très pénible physiquement et psychologiquement. Et à vous tous, thérapeutes, qui doivent œuvrer dans un système de santé qui ne reconnaît pas votre apport indispensable. Aussi, puisse ce témoignage apporter espoir et courage à toutes les personnes affligées par cette maladie encore trop méconnue qu’est la cystite interstitielle (SVD).

Merci à vous, madame Lagacé, pour l’immense travail d’information et de sensibilisation que vous faites.

Carmel

8 Commentaires

Classé dans Divers, Témoignage spécial

Jacqueline vous invite au premier congrès DÉFI VÉGÉBIO LE 26 MAI, 8h30 à 17h00

defisvegebio

SVP: Prenez la peine de prendre connaissance de l’intérêt des sujets traités et du contenu des intermèdes, ce congrès vous emballera

N.B.: vous pourrez me rencontrer personnellement durant les intermèdes et à la fin du congrès pour discussion

L’Association Manger Santé Bio organise une journée éducative et inspirante rassemblant des scientifiques, des personnes-ressources dans le domaine de la santé naturelle et des citoyens engagés pour faire le point sur les grandes tendances en alimentation et en mode de vie!

Le billet au coût exceptionnel de 55$ donne accès à huit conférences + un dîner tout végétal du Resto Végo + rencontres avec les conférencières + intermèdes ressourçants à propos de sujets fort intéressants dont les aliments lacto-fermentés et le yoga sur chaise.

Liste des conférencières et vidéo-message d’Hubert Reeves

• 9h00-9h30 France Gravel (Ecocert) et Pascale Tremblay (CARTV) nous informeront sur la fiabilité du système de certification biologique au Québec.
9h30h Intermède: présentation d’aliments lacto-fermentés
• 9h45-10h30 Jacqueline Lagacé Ph.D. nous y présentera les dernières découvertes concernant le microbiome.
• 10h30 Intermède: Présentation de l’Association et « respirons »
• 10h45-11h15 Louise Vandelac nous entretiendra des dangers des pesticides en utilisation au Québec.
• 11h15 Intermède: Lumière sur le miel et sirop d’érable BIO
• 11h30-12h00 Julie Taillefer fera le point sur la diète cétogène.
• 12h00-13h30 Dîner végétal et sans gluten inclus dans le prix du billet
• 13h45-14h30 Anne-Mariwe Roy et Hélène Baribeau Mise au point sur le soya
• 14h30: intermède
• 14h45: exercice de méditation
• 15h00-15h30 Élise Desaulnier. Le véganisme au Québec: sommes-nous à la croisée des chemins?
• 15h30 Intermède: yoga sur chaise
• 15h45-16h15 Lise Guénette abordera plusieurs mythes et réalités de l’alimentation végétale.
• 16h15: Hubert Reeves nous livrera un message motivant et empreint d’espoir via une vidéo exclusive pour clore le Congrès.
17h00 Clôture du Congrès et possibilité de rencontrer des conférencières.

Voici le lien vers le site du congrès pour vous inscrire:   Lien vers Congrès DÉFI VÉGÉBIO

8 Commentaires

Classé dans Conférence, Divers

Il y a 5,500 ans, des études montrent que l’acupuncture était déjà pratiquée pour de l’arthrose

Pour lire l’article de Nicolas Paquin, acupuncteur de Piedmont,  cliquer sur:  https://www.nicolas-paquin.com/single-post/2017/10/05/ORIGINES-DE-LACUPUNCTUREpaléontologie

Poster un commentaire

Classé dans Divers

Hélène: pourquoi l’Association de la SEP ne reconnaît pas les bienfaits de la diète hypotoxique, réponse à Diane

En réponse à Diane L..

Pourquoi l’association de la SEP ne reconnaît pas les bienfaits de la diète hypotoxique ? Je me suis déjà posé la question après avoir essuyé un refus quand je leur ai demandé d’en parler pour que tous les malades puissent au moins le savoir.

Dans mon cas, j’ai l’ai appris en lisant une revue ACTUALITÉ à l’été 2013. Ça faisait déjà 3 ans que j’étais diagnostiquée et je voyais mon état se détériorer. Ce régime a heureusement été efficace et je suis contente de partager ce succès.

Je pense sincèrement que si j’avais su trois ans plus tôt qu’un régime alimentaire pouvait m’aider, je l’aurais au moins essayé.

L’association de la SEP ne veut pas parler du régime hypotoxique sous prétexte que ça peut heurter des sensibilités. La sensibilité de qui? Des gens qui souffrent? NON!

La sensibilité des pharmaceutiques qui doivent sûrement les financer pour la publication de leur petit mensuel censuré.

Vous savez combien je coûte par mois de médicaments pour la SP? 1500$ minimum, si je ne fais pas de poussée.

Ils font tellement d’argent avec moi qu’ils me paient ma franchise mensuelle pour que je reste avec leur compagnie de médicaments.

C’est sûr que c’est pas dans leur intérêt que l’organisme qu’ils commanditent parlent de la diète hypotoxique si c’est pour leur faire perdre des clients.
. Cette année mon neurologue n’a pas voulu que je cesse mes injections. Il m’a fait peur en me disant de ne pas niaiser avec ça.
Je vais tellement bien que je vais diminuer graduellement mes doses et on verra bien…

Je vous tiens au courant, Hélène

Remarque de Jacqueline: merci pour votre courage de dénoncer la fermeture d’esprit de cette association qui devrait tenir compte avant tout de la qualité de vie des gens atteints de la SEP.  Il est de leur devoir de s’informer avec ouverture d’esprit  des  thérapies de médecine intégrative qui pourraient aider les gens qu’ils affirment vouloir aider et de les informer correctement.

9 Commentaires

Classé dans Divers

Nathalie: du jamais vu en 38 ans de diabète de type 1

Bonjour,

Permettez-moi, cette fois, de vous faire part d’une petite tranche de vie pleine d’espoir pour vous signifier toute ma reconnaissance par rapport à vos livres et à votre grande disponibilité auprès des personnes qui, comme moi, souffrent d’une ou de plusieurs maladies inflammatoires. Je suis diabétique insulino-dépendant (type 1) depuis de nombreuses années et je souffre également d’arthrose dans les doigts, le cou et les pieds. Au départ, mon intérêt pour cette approche concernait uniquement ce dernier point jusqu’à aujourd’hui.

Je m’explique. Récemment, la nutritionniste qui assure mon suivi alimentaire pour le diabète de type 1 avec pompe à insuline_et qui travaille conjointement avec toute une équipe médicale formidable_ m’a fortement recommandé de poursuivre le régime hypotoxique que j’ai entrepris suite à la lecture de vos livres. Non seulement il est favorable à la diminution de mes douleurs reliées à l’arthrose, dit-elle avec article scientifique en main, mais, à la lecture de mon carnet de glycémies, il convient également et visiblement à merveille pour en optimiser le contrôle et ainsi obtenir une nette amélioration de mon hémoglobine glyquée. En effet, le changement est assez spectaculaire pour moi de ce côté. Du jamais vu en 38 ans de diabète insulino-dépendant !!!

Vive l’ouverture d’esprit de cette superbe équipe soignante mais surtout, longue vie à votre blogue et aux principes que vous défendez si bien avec rigueur et conviction !

Madame Lagacé, merci pour tout…

Remarque de Jacqueline: merci pour ce témoignage très important pour tous les diabétiques qu’ils soient de type 1 ou 2.  Votre témoignage est d’autant plus important que c’est une nutritionniste qui travaille au sein d’une équipe médicale qui vous a conseillé de suivre la diète hypotoxique et qui a pu vérifier le bien-fondé de son intervention;  un changement de paradigme  serait-il amorcé?

16 Commentaires

Classé dans Divers

Article très intéressant sur l’acidose chronique et ses effets sur la santé

Equilibre acide-base tiré du site  de Thierry Souccar Éditions

Acidose chronique : qui est concerné et quels effets sur la santé ?

Dans Potassium, mode d’emploi, le Dr Philippe Veroli explique comment le potassium est un élément important de la défense de l’organisme contre l’acidose chronique. Mais comment l’acidose chronique apparaît-elle ? Quelles sont ses conséquences sur notre santé ? Explications du Dr Veroli.

Le régime alimentaire occidental est classiquement pauvre en potassium et bicarbonates du fait de la place réduite des végétaux, et il est au contraire riche en sel, en produits céréaliers, en viandes et laitages, en additifs phosphatés. Ce type d’alimentation est acidifiant : il apporte 75 à 100 mEq d’acide par jour.

En effet, le chlorure du sel favorise la production d’acide chlorhydrique, acidifiante. C’est aussi le cas des viandes et des fromages qui apportent du phosphore – tout comme les additifs au phosphate – et contribuent donc à la production endogène d’acide phosphorique. Les céréales en quantité favorisent la production d’acide sulfurique du fait de leur richesse en acides aminés soufrés.

A l’inverse les végétaux, fruits, légumes, tubercules, sont alcalinisants du fait de leur teneur en bicarbonates et potassium.

Un déséquilibre entre les sources d’acides et les sources de bases contribue à une acidification de l’organisme. Il existe des systèmes tampons efficaces pour rétablir l’équilibre, mais avec l’âge, ils le sont de moins en moins, notamment parce que la fonction rénale diminue.

Si aucune correction n’est faite dans le mode de vie, notamment diminution des sources d’acides, augmentation des végétaux, prise éventuelle de compléments de citrate ou de bicarbonate de potassium, alors une acidose chronique finit par s’installer. Ses conséquences :

  • Au niveau intestinal : baisse de l’activité enzymatique et perturbation de la flore intestinale peuvent entraîner lourdeurs, flatulences, ballonnements, ulcères.
  • Au niveau de la peau : sueur acide, odeurs corporelles, mycoses.
  • Au niveau des reins : insuffisance rénale, risque de calculs et d’infections urinaires.
  • Au niveau cardiovasculaire : hypertension artérielle, artériosclérose (durcissement et épaississement des artères).
  • Au niveau osseux : déminéralisation et ostéoporose.
  • Au niveau musculaire : fonte musculaire.
  • Altération des réponses hormonales et insulinorésistance.
  • Fatigue persistante.
  • Prise de poids par ralentissement du métabolisme

De manière générale, l’acidification de l’organisme favorise l’inflammation et entraîne un vieillissement prématuré.

Ces effets délétères surviennent généralement sur le long terme (après des années ou des décennies de déséquilibre) et peuvent être prévenus efficacement par des mesures nutritionnelles.

Lire aussi : Comment évaluer l’acidité de l’organisme ? par le Dr Philippe Veroli

 

2 Commentaires

Classé dans Capsules santé, Divers