Archives de Catégorie: Témoignage spécial

Témoignage du père d’une petite fille qui était gravement atteinte d’autisme

Témoignage émouvant auquel j’ai assisté personnellement lors du lancement du dernier livre de Nathalie Champoux, « Santé! Le guide pour toute la famille ».  Ce livre fait suite à son premier livre intitulé  « Être et ne plus être  autiste, ou comment notre famille a vaincu l’autisme…naturellement ».

Un père de famille raconte la métamorphose spectaculaire en 16 mois de sa fille autiste de 6 ans, suite aux changements alimentaires préconisés dans le premier livre de Nathalie Champoux.

Ce court témoignage est tout simplement bouleversant et je peux vous dire que je suis allé rendre témoignage personnellement à ce père courageux.

12 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Témoignage: quand la fiction dépasse la réalité + ajout

Ma généraliste, il y a une dizaine d’années m’avait dit que les produits laitiers produisaient du mucus. En effet, j’avais depuis longtemps d’importantes expectorations matinales très gênantes et je faisais des angines plusieurs fois par année. Quand j’ai commencé le 6 août 2012 le régime que vous recommandez, je le faisais pour régler des douleurs insupportables au dos (une IRM démontrait de l’arthrose facétaire, trois kystes dans la région lombaire, une hernie discale, de l’antélystésis à une vertèbre, j’envisageais une chirurgie…ou la chaise roulante tellement le matin j’avais de la difficulté à marcher et le soir venu également).
Mes douleurs ont disparu en trois semaines (ayant lu votre livre, je pensais que ça prendrait au moins un an, j’étais la première surprise de la rapidité de la disparition des douleurs, mais j’avais aussi fait cinq séances de physiothérapie qui me soulageait, mais temporairement seulement). Pour faire suite au témoignage de Richard, je dirais que ce n’est qu’après un an que j’ai réalisé que j’avais arrêté mes expectorations le matin au lever. Depuis août 2012, je fais très rarement des écarts avec le gluten car des douleurs aux mains ou au cou reviennent en deux ou trois heures seulement après l’ingestion, mais je fais cependant des écarts avec le fromage. L’ayant fait pendant plusieurs mois l’été dernier, j’avais recommencé à recracher bruyamment le matin. Dès que j’arrête le fromage, cela disparaît.
Je dois dire que je ne suis pas scrupuleusement le régime quant au degré de cuisson des aliments, mais je mange quotidiennement beaucoup de fruits et de légumes, j’ai une alimentation à 98% biologique, je mange du chocolat bio aussi et noir tous les jours (entre 30 et 50 gr.) et, à 69 ans, je me porte vraiment bien, je marche tous les jours au moins 30 minutes, mais le plus souvent entre 1h30 30 et 2h., je monte le grand escalier du Mont-Royal conduisant au chalet (258 marches) en 3’2″ ces dernières semaines, à 2,53 l’été, soit moins d’une seconde par marche!
J’ai eu un grave accident il y a trois ans (chute d’un balcon du troisième étage:19 fractures, déchirure musculaire à une épaule où il y avait aussi une fracture de la tête de l’humérus, collapsus pulmonaire, perforation de la vessie, thrombopénie, ma tension était 60/40 à mon arrivée en traumatologie, les ambulanciers étaient chez moi quelques minutes après l’accident). Mais après sept jours (dont certains avec jeûne complet car on devait me faire une chirurgie au bassin (trois fractures) mais, finalement écartée, donc après 7 jours, je ne prenais plus aucun médicament contre la douleur, mon compagnon venait à la maison me préparer mes repas sans gluten et sans produits laitiers, ainsi que plusieurs amiEs qui l’ont épaulé, et, neuf mois plus tard, j’étais en montagne à 3000 mètres d’altitude à faire de la randonnée, et, depuis, tous les ans, j’y retourne et fais, sur deux mois, autour de 15 sorties à ces altitudes, certaines sorties avec un dénivelé de 1500 m. et redescente dans la même journée.
Alors, depuis les résultats fabuleux obtenus avec ce régime et l’énergie que j’y ai gagnée, j’ai offert votre livre à bien des amiEs et ne tarit pas d’éloge à l’égard de cette alimentation. J’ai même un jour parlé à un monsieur qui déambulait avec tellement de difficultés sur le trottoir que je lui ai demandé s’il faisait de l’arthrose. À sa réponse affirmative, je lui ai donné les références de votre site. Certains proches ne veulent pas se résoudre à le suivre malgré les problèmes de santé qu’ils éprouvent, je leur réponds alors qu’il faut moins penser aux aliments auxquels on renonce qu’à ce qu’on gagne du point de vue de la santé et du bien-être général. Chacun choisit en effet ce à quoi il ou elle veut renoncer en fonction de l’idéal de santé visé. J’ajoute que j’ai perdu 12 kilos les premiers six mois….et 8 lors de la chute, j’en ai repris quelques-uns depuis, mais je maintiens un IMC entre 25,6 et 26,6.
J’ai eu bien de la chance lors de ma chute, surtout qu’une erreur médicale (oubli de m’anti-coaguler après la décision de ne pas procéder à la chirurgie du bassin), j’ai eu une thrombose à chacune des deux jambes, à l’aine, les plus dangereuses, obstructive pour une jambe (caillot de 4 cm de diamètre!) et quasi obstructive à l’autre, sans compter le caillot dans la veine cave, heureusement bloqué par un parapluie inséré la nuit de l’accident. Résultat de cette erreur: un avc avec aphasie temporaire (de quelques heures, en fait c’était une ischémie cérébrale transitoire) et une embolie pulmonaire. Mais, coucou, je suis toujours là, et en pleine forme! Je suis sûre que le régime que je suivais depuis plus d’un an au moment de l’accident en plus des exercices quotidiens, m’ont permis de passer à travers cette épreuve sans trop de séquelles, hormis un syndrome Morel-Lavallée qui a nécessité sept ponctions dans les mois qui ont suivi!
Les centres anti-douleurs dans tous les hôpitaux devraient s’inspirer de ce régime pour atténuer les souffrances. Le chirurgien avec qui j’avais en 2012 pris rendez-vous pour une éventuelle chirurgie au dos, m’a demandé les références de votre livre au vu de la disparition de mes douleurs car plusieurs de ses patientEs lui en avaient parlé. Il était curieux d’en savoir plus.
Pour les personnes qui s’inquiètent du calcium dont on nous dit qu’il faut le prendre essentiellement dans les produits laitiers, si je peux les rassurer: je suis suivie pour hypocalcémie, probablement de naissance et, ayant une prescription de trois comprimés de 500 mg. de calcium par jour depuis des années, mon endocrinologue a réduit à 2 par jour depuis, mais je prends aussi de la vitamine D (sur ordonnance médicale) que je ne fabrique pas suffisamment.
Je ne saurais donc, Madame Lagacé, trop vous remercier de m’avoir permis de surmonter les douleurs intolérables que je ne pouvais pas imaginer supporter le reste de mes jours. Mes voisins et amis n’en revenaient pas de me voir à nouveau sur les trottoirs, sans ma canne, quatre mois seulement après ma chute du balcon. J’ai certes eu de la chance dans ma malchance, mais la bonne santé que procure ce régime y est aussi pour beaucoup, j’en demeure persuadée. Longue vie en santé à vous.

Irène

Merci Irène pour ce témoignage extrême.

Ajout envoyé par Irène après la publication de la première partie:

J’ai oublié de d’écrire que, même les nombreux médecins qui me suivent, n’en reviennent pas. Car, après l’avc et l’embolie pulmonaire, trois semaines après la chute du balcon, un cardiologue m’a mis un dispositif au coeur (amplatzer) pour éviter d’autres avc en raison du foramen oval perméable que j’avais (c’est un passage entre les oreillettes qui permet à la maman d’irriguer son fœtus pendant la grossesse, passage qui se referme spontanément à la naissance, sauf pour 20-25% de la population). En général, on le referme par la veine fémorale droite qui permet de voir si le dispositif est bien installé dans le coeur, mais en raison du gros caillot pas encore dissous que j’avais à cet endroit, il n’était pas question de procéder ainsi. Aussi, le cardiologue est passé par la jugulaire, plus compliqué, ça ne s’était jamais fait au Canada et très rarement ailleurs. Intervention réussie qui m’oblige seulement à une échographie cardiaque annuelle pour s’assurer qu’il n’y a pas d’érosion autour du dispositif. Et, malgré les grosses thromboses, aucune trace dans les veines des jambes, aucune séquelle sur les valves souvent « maganées » après des thromboses veineuses. Et un médecin de médecine vasculaire vient de me dire cette semaine que je n’ai plus besoin de porter des bas de compression que je trouvais très chauds l’été….bien que moins chauds que dans un cercueil où j’ai conscience que j’aurais facilement pu me retrouver! Comme quoi, être en santé peut s’avérer vital lors d’un accident. Merci encore Madame Lagacé. Ah oui! Garder aussi le sens de l’humour…sinon, autant se jeter en bas de son balcon! Comme je disais à mes amis depuis l’hôpital.

9 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Le témoignage pour le moins surprenant d’un athlète en santé concernant la diète hypotoxique

 N.B.: j’ai reçu ce témoignage dans un courriel personnel et j’ai obtenu la permission de le publier.  Merci Richard au nom de tous ceux qui vont en profiter.
Bonjour Jacqueline,
Lorsque je me suis présenté à l’entrée du pavillon Sherbrooke le 18 janvier dernier, on  m’a posé une question qui m’est apparue surprenante, « que fais-tu ici toi, tu n’es pas malade ?». J’ai répondu que j’ai toujours eu un intérêt pour l’alimentation et pour la santé en général.
En fait, je m’entraine assidument depuis au moins 40 ans et j’ai toujours maintenu le même poids qu’à mon entrée à l’université au département d’éducation physique.  L’alimentation a toujours été une préoccupation importante pour moi, entre autres choses, pour m’assurer de performer en compétition.
Je prends quelques minutes de votre temps pour vous dire ce qu’un gars en santé a pu tirer de la diète hypotoxique. D’ailleurs dans mes échanges à ce sujet, j’utilise instinctivement le terme « alimentation hypotoxique » parce que je trouve que le terme « diète » est tellement péjoratif.
J’ai été particulièrement interpelé le 18 janvier dernier lorsque vous avez  parlé des bénéfices de la diète hypotoxique pour certaines affections dont les sinusites. J’ai fait des sinusites régulièrement depuis 20 ans. L’été dernier, j’ai pris des antibiotiques pendant un mois. J’avais donc les intestins en piteux état. Je réussissais à contrôler partiellement une surproduction de mucus en rinçant mes sinus avec de l’eau salée depuis les années 90. Je comprends maintenant mieux le problème d’élimination que j’ai vécu et un peu la cause de ce problème.
Aussi, j’avais un souci avec un début de tendinite de golfeur au coude gauche. J’arrivais à contrôler aussi cela avec l’application de glace après chaque entrainement et l’utilisation localisée de Traumacare. Pour moi, c’était un gros souci.
Le lendemain de la conférence, j’ai commencé à mettre œuvre les apprentissages de la veille avec les conseils de  ma voisine Lyette.
Pour un gars en santé, les effets de l’alimentation hypotoxique ont été spectaculaires.
1) Je me suis vite rendu compte que j’arrivais, de façon surprenante, à respirer par le nez la nuit. Ça ne m’était pas arrivé depuis très, très longtemps. Par conséquent, je dors beaucoup mieux, ma conjointe aussi et je suis plus reposé le matin.
2) J’ai réglé mon problème de début de tendinite au coude gauche. J’avais une douleur à cet endroit, de façon discontinue, depuis un an.
3) Mes selles sont redevenues normales. Je vous fais grâce de détails, mais depuis la prise d’antibiotique, j’avais un microbiote que je qualifierais de pauvres.
4) J’avais souvent l’impression de gonflement et de digestion difficile après le repas. Je me demandais s’il n’y avait pas là un signe de stress ou d’anxiété. Je me demandais si je faisais un peu de reflux gastrique. Le genre de chose parfaitement normale pour la plupart des gens. Je pensais en parler à mon médecin lors de mon rendez-vous annuel. Ces symptômes sont complètement disparus.
5) Enfin, chose très surprenante et inattendue, j’ai gagné en flexibilité et mon élan de golf s’en porte beaucoup mieux. Il est maintenant beaucoup plus facile pour moi de tourner mes épaules et tout mon corps dans mon élan arrière entre autres. Il en résulte une diminution de la tension et des efforts nuisibles pour mon élan et donc un gain d’efficacité et possiblement de distance. Je vérifierai cela dès le printemps. Je pense, de façon peut-être simpliste,   que mes articulations sont moins engorgées.
J’ai toujours cru qu’il valait mieux agir de façon préventive plutôt que curative en matière de santé. Je vois mon médecin annuellement, je fais faire des bilans sanguins annuellement que je conserve d’ailleurs pour y faire référence, je vois mon chiro préventivement depuis 30 ans. Mon médecin me disait que je ne pouvais rien faire de plus. J’ai déjà comparé mon corps à une formule 1 et je pensais qu’il méritait toujours un entretien « fine tuning ».
Avec l’alimentation hypotoxique, j’ai trouvé le moyen de faire encore mieux. Je suis un débutant en cette matière mais j’en tire déjà de grands bénéfices.
Merci beaucoup de m’avoir invité à cette conférence.
Richard

11 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Suite à son premier témoignage (fibromyalgie), Danielle répond aux multiples questions qui lui ont été posées

Introduction de Jacqueline:  j’ai reçu de nombreuses questions suite au témoignage de Danielle.  Je lui ai donc envoyé vos questions et Danielle a répondu avec précision et très rapidement à toutes les questions qui lui avaient été adressées.  Je tiens à la remercier chaleureusement d’avoir pris le temps une deuxième fois d’apporter de l’aide à mes lecteurs qui vont certainement bénéficier de ses initiatives et de sa large  expérience.

Bonjour Madame LAGACE

Voici mon témoignage sur ma fibromyalgie et les suites.

J’ai été diagnostiquée fibromyalgique en 2001, alors que je souffrais depuis déjà une dizaine d’années et était en arrêt de travail pour « dépression » !

A l’époque, il était difficile de trouver un médecin qui croyait en cette maladie et c’est au Centre anti-douleurs du CHD de la Roche sur Yon en France, qu’un rhumatologue m’a fait le test « des 18 points », tous sensibles pour moi, hélas.

Je souffrais de partout, mon mari ne pouvait me toucher que difficilement, je ne dormais plus, je traînais une fatigue indescriptible, j’attrapais toutes sortes de maladies, rhumes, bronchites, angines, otites, dermatites.  J’étais allergique au Pollen et aux acariens, certains de mes membres (mains, épaules, genoux), gonflaient parfois, mes jambes me lâchaient, j’avais des sensations de brûlures un peu partout et des fourmillements des extrémités, les jambes sans repos et la constipation me minait et m’avait amenée une fois aux urgences.

J’ai eu droit aux anti inflammatoires, aux anti histaminiques et antibiotiques de circonstance.

Je crois avoir tout essayé au Centre anti-douleur : TENS, médicaments anti douleur, anti-dépresseurs, perfusions de Kétamine, kinésithérapie (insoutenable), et j’en passe.

J’avais pris 18 kilos, j’étais suicidaire et avais l’impression de traîner en permanence des boulets à chaque pieds…

J’ai commencé alors, devant l’incapacité des médecins à me soulager, à lire, lire, lire des témoignages de malades comme moi et un jour à la bibliothèque je suis tombée sur le livre du Docteur Seignalet : « l ‘alimentation ou la 3è médecine »
Ce livre à fait un « petit tilt » dans ma tête sans plus, mais le sujet de l’alimentation par contre m’a intéressée et je me suis mise à chercher, sur internet, des réponses à mes questions. Hélas, plus je me renseignais, plus les questions étaient
nombreuses, chacun croyant détenir « la » vérité sur une bonne alimentation ! J’était totalement démoralisée…

Et un jour j’ai entendu parler de votre livre Madame LAGACE, le premier… Cela fait maintenant presque 3 ans, et j’ai décidé de commencer le régime hypotoxique. Je ne l’ai jamais arrêté depuis et j’ai dû chercher « ce qui ne marchait pas pour moi »
au bout de deux ans car l’amélioration attendue tardait. J’ai découvert que le chocolat me donnait des migraines et que quand j’arrêtais le pain et ce qui contenait de la farine et/ou de la levure, je me sentais mieux au point de vue digestif et douloureux.
J’ai ainsi éliminé plusieurs aliments de mon alimentation et bien diminué le sucre, même non raffiné.

Mais comme la constipation persistait, et que l’on commençait à parler de notre « deuxième cerveau, l’intestin », même à la télé, j’ai cherché ce qui pouvait rendre le mien malade et ce qu’il pouvait bien avoir…

Je suis alors tombée sur un site : http://www.cfaitmaison.com/culinaire/conserve-lacto.html
puis unième, un 3ème… qui parlaient de la lacto fermentation (Voir sur internet il y en a énormément), et je me suis alors acheté deux livres sur le sujet :
– « Aliments fermentés, aliments santé: Méthodes, conseils et recettes » (Marie-Claire Frédéric & Guillaume Stutin) Ed. Alternatives

– « Ces ferments qui nous veulent du bien » (Claudia Lorenz-Ladener) Ed. Rouergue

Dans la foulée j’ai fait la connaissance de Cécile Ellert, connue sur le web. pour soigner avec les huiles essentielles. J’ai écouté plusieurs de ses web conférences et ai lu son livre « L’Equilibre de l’Immunité », qui est une vraie mine d’or. J’ai suivi un traitement
(synergie de plusieurs huiles essentielles) pour me débarrasser des candidas albicans

Son site : https://clubequilibrenaturel.com/

Contrairement à ce que l’on peut entendre par « lacto fermentation », celle-ci ne se fait pas avec du lait pour les légumes, mais avec du sel et sur internet il y a plein de sites et plein de recettes, notamment de ce délicieux Kimchi dont ne nourrissent les Coréens et qui fait tant de
bien à la santé. Il suffit de demander sur Google et vous avec une pleine page de recettes et d’explications.

Idem pour le bouillon d’os, par exemple là >>> http://www.remedes-de-grand-mere.com/17-vertus-du-bouillon-dos-et-comment-le-preparer/#axzz4YTTB6QuQ

Par contre, sur internet, ils n’insistent pas pour dire d’utiliser des légumes BIOS, ça c’est impératif et, pour le bouillon d’os, des os de bétail ou de volailles BIOS également !

En ce qui concerne les boissons anti-inflammatoires, elles sont un complément indispensable quand on soigne son intestin et vous trouverez aisément, encore sur internet, la recette du lait d’or (curcuma) et d’autres avec le gingembre. Moi je fais une infusion de Lapacho (dans les boutiques bios) que je mélanges à une infusion de gingembre et j’en bois une ou 2 tasses par jours.

C’est bien la diète hypotoxique qui a mis ma maladie en rémission, mais soigner mon intestin a guéri ma constipation et la venue fréquente d’une vieille douleur arthosique des cervicales qui m’ennuyait encore trop souvent. Il m’a fallu également trouver les aliments auxquels j’étais intolérante.

Je souligne également l’importance de l’environnement familial et amical et de l’exercice qui entretient moralement et physiquement. Personnellement, je fais un peu de marche, du chant, du yoga et de la méditation. Enfin je me sens vivante, enfin je peux vivre normalement sans que l’on ne me prenne en charge, j’ai repris mon poids de forme et la forme !!!

C’est moi qui vous remercie car, en terme de générosité, la vôtre est immense

Je souhaite une meilleure santé à toutes et tous et que votre blog continue à remuer à la fois le monde médical et les malades

Bien amicalement

Danielle

7 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Le témoignage de Danielle et ses initiatives sont vraiment inspirants (fibromyalgie)

Bonjour madame Lagacé !

Je voudrais vous remercier du fond du cœur pour tout ce que vous faites pour nous tous, l’énergie que vous dépensez, l’empathie que vous manifestez et l’engagement profond dont vous faites preuve pour que la vérité scientifique de la diète hypotoxique soit reconnue.
J’en suis une heureuse bénéficiaire et, à 69 ans, je ne souffre plus de ma fibromyalgie. Il m’a fallu 2 ans et demi pour y arriver et beaucoup de tâtonnements, mais le résultat est là. Il ne me restait plus qu’une constipation chronique à soigner et je suis parvenue à m’en débarrasser en consommant des aliments lacto-fermentés. Je fais régulièrement plusieurs bocaux de légumes que j’aime, et du Kimchi coréen et c’est vraiment efficace si l’on en consomme un peu tous les jours (La valeur nutritionnelle finale est immense, comme la valeur enzymatique et la valeur pré biotique, car le processus de la fermentation multiplie énormément la quantité de nutriments, d’enzymes et de pro biotiques. Les légumes lactofermentés fournissent des milliards de bactéries bénéfiques en une quantité aussi petite qu’une cuillerée à soupe. On y trouve aussi de la vitamine C, des vitamines B dont la B12, de la provitamine A et des vitamines K. Ajoutez à cela des minéraux, des oligo-éléments et l’on peut dire que peu d’aliments peuvent rivaliser avec ces légumes lactofermentés).
Je consomme également du bouillon d’os (os de boucherie bio impérativement), carcasses de poulet avec les pattes, os de divers animaux, etc. Le bouillon d’os contient certains nutriments comme le collagène et certains acides aminés qui sont beaucoup plus performants s’ils sont d’origine animale. Le bouillon d’os peut réellement réduire l’inflammation intestinale et donc l’hyperméabilité de l’intestin, son efficacité est scientifiquement prouvée.
Il y a renforcement du système immunitaire, apport exceptionnel en minéraux, amélioration de la digestion, réparation de la muqueuse, que demander de mieux ?
Finalement, je n’ai pas eu besoin de prendre des gélules de pro biotiques comme mon médecin me le conseillait et je ne prends plus aucun traitement ni complément alimentaire, sauf de la vitamine D, sur recommandation de mon naturopathe.
Il existe aussi divers suppléments naturels pour venir à bout de l’inflammation, comme le curcuma, le gingembre, le Lapacho, et j’en passe!

Je souhaite à tous de retrouver une qualité de vie confortable, et encore merci à vous !

Bien amicalement

Danielle

16 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Réponses de Sabine et Élisabeth à Ludmilaw à propos de leurs jeunes filles atteintes de la maladie de Crohn

Je vous remercie toute deux de la générosité avec laquelle vous avez répondu à Ludmilaw.  Jacqueline Lagacé

En réponse à ludmilaw.

Bonjour Ludmilaw,
Ma fille Juliette va bien, elle a bientôt 17 ans, a beaucoup grandi, et vit comme n’importe quelle ado ; elle a beaucoup d’activités, des passions, suit ses cours au lycée sans problème… Elle a juste un régime alimentaire spécial, dont elle a bien l’habitude, et il me semble qu’elle ne se sent pas du tout malade. Les analyses de janvier 2015 ont révélé une très grande amélioration de son intestin, sans aucun médicament, alors qu’elle avait de l’avis des gastro-entérologues « une forme grave de la maladie ». Elle va voir le magnétiseur tous les 6 mois pour l’aider à cicatriser et suit le régime hypotoxique le plus strictement possible. Nous lui donnons des probiotiques, du curcuma, des vitamines en complément et de la vitamine D en dose journalière.
Je ne regrette pas du tout les choix que nous avons faits, même si c’est parfois angoissant d’agir contre l’avis des « spécialistes », et que nous savons qu’il faut rester vigilants. On ne doit pas oublier que la médecine traditionnelle ne sait pas soigner cette maladie …
J’espère que vous trouverez des solutions pour votre fils, le régime hypotoxique est un peu délicat à mettre en pratique quand on n’a pas l’habitude. Si je peux vous aider, n’hésitez pas !
Bonne année 2017 à vous aussi !
Sabine

 

Bonjour!
Ma fille a déclenché la maladie de Crohn associée à une polyarthrite à l’âge de 11 ans et demi. Elle a aujourd’hui 32 ans, cela fait donc plus de 20 ans qu’elle est malade. Je ne connaissais pas à cette époque le régime hypotoxique. Si j’en avais eu connaissance, j’aurais très vite essayé de l’appliquer à fond sans hésitation. Ma fille a été soignée à hautes doses de cortisone pour calmer l ‘inflammation (avec tous les dégâts que cela a provoqués ) ensuite on lui a administré l’immuno- suppresseur de cette époque, l’immurel (nom français) cela a légèrement calmé les symptômes mais cela n’a plus suffi et il a fallu passer au Remicade qu’elle n’a pas supporté.Elle a dû en même temps être opérée de la hanche (prothèse à 22 ans car l ‘articulation était détruite et par la cortisone et par l’inflammation) Elle est depuis plusieurs années sous Humira et Methrotexate . J’essaye de ne pas penser aux effets secondaires de ces médicaments. Elle ne peut pas rester plus de 10 jours sans ses piqûres et est toujours fatiguée, a souvent des poussées et des douleurs articulaires ce qui lui pose des problèmes dans sa vie professionnelle.
Je vous dis tout ceci pour que vous compreniez que l immuno suppresseur n’est pas LA solution miracle que vous pensez; Ces médicaments sont très très lourds et ne guérissent pas . Une jeune femme de mon entourage a déclenché un Crohn consécutif à un gros stress: on lui administre en milieu hospitalier le dernier arrivé de la panoplie (en France Antivyo) sans effet durable et avec des effets secondaires très lourds.
Appliquez à la lettre le régime avec tous les détails (je le pratique moi-même pour l ‘arthrose);.Pensez aussi aux séances de sophrologie, de yoga, à la psychothérapie (le Crohn arrive souvent à la suite du stress et le stress accentue les poussées) à toutes les alternatives
Ce qu’il faut savoir aussi c’est que pour les malades de Crohn, beaucoup d’ aliments même autorisés par le régime sont contre-indiqués.
Je vous conseille le site français associé au site du docteur Seignalet http://www.l‘appart-des- spasmos.fr où les membres partagent leurs expériences et leurs recettes (bons renseignements pour les aliments bien ou mal tolérés pour les Crohniens)
Sur ce même blog une maman avait raconté l’histoire de sa fille et comment le régime a fonctionné . vous pouvez peut-être retrouver son témoignage : Mme Barbara Centorami, nous avions échangé des mails à ce moment là où j’essayais de convaincre ma fille de se mettre au régime . ce qu’elle refuse à mon grand désespoir.
Je vous souhaite bon courage
Elisabeth (Lille -France)

6 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Ludmilaw demande l’aide de Sabine dont l’adolescente est atteinte de la maladie de Crohn

En réponse à Sabine.

Bonjour Sabine,
Votre témoignage est très très encourageant! Si possible, je voudrais avoir des nouvelles de votre fille depuis!
Je suis maman d’un garçon de 15 ans chez qui on a diagnostiqué la maladie de Crohn il y a plus d’un mois environ et nous essayons de le soigner comme vous! Depuis 40 jours, il est au régime sans gluten ni lactose strict, pas d’agrumes non plus, il n’a plus de douleurs au ventre mais malheureusement il est toujours très faible et pâle et l’inflammation a l’air de revenir régulièrement (fièvre), toutes les 2 ou 3 semaines.
On attend encore un IRM et probablement on va le mettre sous traitement immunosupresseur. Au départ j’étais partie pour le refuser également mais je ne vois pas trop que nos soins avancent…
Voilà, je cherche donc un témoignage qui va nous confirmer qu’autre choix que traitement d’hôpital est possible.
Je vous souhaite une bonne année 2017!

Ludmilaw

Réponse de Jacqueline :  Tout d’abord, lorsque vous dites lactose strict, il y a un malentendu car le lactose est le sucre contenu dans le lait alors que ce sont les protéines du lait animal appelées caséines qui sont pro-inflammatoires chez les gens affectés de maladies chroniques. C’est la raison pour laquelle il faut éviter tous les produits alimentaires qui contiennent du lait d’origine animale.  J’ose espérer toutefois, que dans les faits vous aviez éliminé tous les produits laitiers animaux dans l’alimentation de votre enfant.  Je veux également m’assurer que toutes les protéines animales que consomme votre fils sont cuites à moins de 110°C et que ce dernier ne consomme pas de sucre raffiné et d’aliments préparés industriellement.

En second lieu, la maladie de Crohn est une maladie grave et la diète hypotoxique ne peut pas mettre cette maladie complètement en rémission en quelques semaines.  Il faut laisser du temps à la diète hypotoxique pour que le microbiome intestinal puisse se rééquilibrer avec une alimentation anti-inflammatoire.  Vous dites que l’inflammation a l’air de revenir toutes les 2 ou 3 semaines. Il serait important que vous teniez avec votre fils un journal pour noter tous les aliments et épices que consomme votre fils quotidiennement et son état de santé en réponse à ce qu’il mange.  Cela vous servira à identifier des aliments qui pourraient lui faire du tort même si ces derniers ne font pas partie de ceux que la diète hypotoxique demande d’éviter, car ce n’est pas rare qu’un individu ait d’autres intolérances alimentaires.

C’est une bonne idée de demander conseil à d’autres mères qui ont fait face à un problème similaire au vôtre.  Je vais donc publier votre demande dans un article.

3 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Le témoignage de Pâquerette qui complète bien celui de Vincent

Bonjour Mme Lagacé

Lire la suite

12 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Histoire difficile de Vincent (maladie de Crohn), amélioration importante et problème de CRPs

Lire la suite

11 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Témoignage émouvant de Nina (polyarthrite juvénile) appuyé par sa mère Yasmina

Lire la suite

4 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial