Archives de Catégorie: Témoignage spécial

Message d’une lectrice de 78 ans contre le découragement pour Chantal et Francine

Pour Chantal :Française, gourmande et aimant cuisiner, j’avoue avoir eu un moment très passager de découragement mais j’avais tellement mal que j’ai décidé de jouer le jeu. J »ai essayé en les adaptant à mon goût les recettes de J.Lagacé( Recettes gourmandes). Puis j’ai regardé sur Internet, il y en a une multitude qu’il faut parfois modifier pour qu’elles soient bien savoureuses. Et avec le temps, on adapte presqu’automatiquement. Les bénéfices sont tellement positifs que ça vaut vraiment le coup. Je continue mon régime, je fais mon jardin, je marche 5 à 6km : je suis ravie.
Pour Francine, j’espère que le régime va vous aider, persévérez et n’écoutez pas les commentaires du style « effet placebo » ou » à ton âge, c’est trop tard ». Il n’est jamais trop tard! J’arrive à mes 78 ans toujours aussi motivée!

Jacqueline: merci pour ce rayon de soleil durant une période où il y en a si peu.

7 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Message très motivant de Nicole pour Gina, pertinent pour tous

En réponse à Gina Di massimo.

Moi, je fais de la polyarthrite. Ça m’a pris 5-6 mois avant de commencer à voir une amélioration. L’arthrite ou l’arthrose ou tout problème d’inflammation, ça n’arrive pas du jour au lendemain. Ça prend des années pour créer le problème … donc ça peut prendre plusieurs mois pour corriger la situation. Ne lâchez-pas, surtout! Pour les repas, ce qui est bon pour vous est bon pour le reste de la famille. Au début, moi aussi, je faisais un repas pour moi et un autre pour mon mari. Maintenant, mon mari mange comme moi et il ne s’en porte que mieux. On a changé toutes les épices sèches pour des épices sans gluten et j’essaie de prendre des fines herbes nature.

De Jacqueline: Merci Nicole pour ce très motivant  témoignage

14 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Témoignage colon irritable, arthrose, oesophagite, exacerbés à la ménopause

Bonsoir, j’avais le syndrome du colon irritable depuis longtemps et des douleurs de type arthrose dans les genoux et les hanches assez fréquentes. A la ménopause, je me suis mise à ressentir des douleurs fortes au niveau du bas du dos, au niveau de l’oesophage avec une toux bizarre après le repas du midi et des douleurs articulaires plus fortes. Les médecins n’ont absolument rien trouvé : gastro-entérologue… Des amis m’ont conseillé d’arrêter le gluten et le lactose, ce que j’ai fait et que je continue de faire deux ans après et tout s’est arrêté comme par magie. S’il m’arrive de temps en temps lorsque je suis invitée de manger un peu de gluten ou de lactose, les douleurs articulaires reviennent un peu, mais en dehors de cela, tout va très bien. Je tenais à vous faire part de ce témoignage pour aider toutes les personnes qui sont dans mon cas. Bien cordialement, Carolus

Merci pour ce témoignage qui devrait effectivement encourager, particulièrement lors de la ménopause.

13 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Un témoignage éloquent en faveur de la santé intégrative.

Nous s’a a changé nos vie! On a reçu un bien meilleur traitement en santé intégrative en partenaire avec un medecin américain hors système (voté ainsi par le sénat dans 15 états). D’une mort lente et douleureuse à une vie potable qui ne fait que s’améliorer chaque jour! Il faut reconnaître les formations authentiques et de qualité tel qu’en Ontario et au BC!  Dominique

Merci pour ce témoignage.  Avec la participation de vous tous qui souhaitez améliorer la disponibilité et la qualité des soins de santé au Québec, nous pourrons, n’en doutons pas, avec l’appui du plus grand nombre, rejoindre l’Ontario et la Colombie Britannique quant à la qualité de louverture de leur médecine.

1 commentaire

Classé dans Témoignage spécial

Grâce à Chantal, je redécouvre le témoignage très éloquent de Cattie (réticences des maris…)

Cattie

2012/04/02 à 18:52 Modifier

J’ai commencé ce régime pour aider ma mère avec qui je vis a moitié (bi-génération). Depuis janvier, on cuisine ensemble, on fait nos menus, on teste a deux différents produits, on magasine ensemble aux produits naturels. Bref, on fait ce régime a deux, c’est plus facile.
Ma mère souffre beaucoup d’arthrite, moi j’ai suivi le régime pour l’encourager, en me disant que ca m’aiderait a peut-être à ne pas en faire un jour.

Mais surprise… moi qui croyais que ca aiderait ma mère… pas moi… voila que je remarque que ma pression est stable, voir normale. Puis,.. où sont mes migraines ? Je n’ai plus mal dans le cou.. ? Ca fait bizarre, ma tête me semble super légère !.

Pour ma mère, ses douleurs sont encore présentes, moins fortes toutefois et…. ses doigts qui étaient bossés redeviennent normaux ! Il ne lui reste qu’un seul doigt avec des bosses !

J’ai besoin de vous dire que nos maris (le mien et pire le sien) nous disaient que c’était des niaiseries, qu’un moyen de dépenser plus d’argent, ect… Mais du fait que je cuisine « ancestrale », je cuisine la même chose pour mon mari, voila qu’il me dit qu’il n’a presque plus de problème de digestion…. que ca fait 3 semaines qu’il n’a pas pris d’imodium (il en prenait pratiquement chaque jour !) et cela, malgré le fait qu’il continue de manger des pizzas chaque semaine (en fait, il a cesser depuis 1 semaine car il se rend compte que c’est dans ce temps la qu’il a mal au ventre)
Même mon père s’est mis de la partie depuis 2 semaines suite a nos résultats.

Alors ceux qui me disent que ca ne fonctionne pas…tant pis pour eux.
Ceux qui me disent que c’est placébo, je dis tant mieux pour nous, ca dure et on continue le placébo.
Je me dis que si quelqu’un devient végétarien pour raison « moral » il est moins critiqué que nous qui nous soignons… c’est bizarre tout de même le monde, non ?

Ce n’est pas un régime facile a suivre, et effectivement, au début, avec tout les tests et achat pour compenser et refaire ses armoires, c’est plus cher d’épicerie, mais bien vite, ca s’équilibre. Je mange mieux, pour le même prix. Et moins de pilules a payer…

 

8 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Intéressant message de Lucie qui complète bien celui de Caroline concernant les diètes restrictives

Très intéressant. Ma mère, maintenant décédée, souffrait d’hydradénite suppurée, mon frère en souffre, ainsi que le fils de ma soeur. Comme j’ai deux gènes pour la maladie coeliaque, un venant de ma mère et un autre de mon père, il y a plus de risques que d’autres personnes soient coeliaques dans ma famille. Mais aucun d’entre eux n’est intéressé à changer son alimentation, car les « bobos » dont ils souffrent ne sont pas assez gros, même s’ils les incommodent.

Il est également tellement regrettable que les tests traditionnels pour la maladie coeliaque ne sont pas fiables lorsque le système immunitaire est défaillant, ce qui est souvent le cas lorsque le gluten a fait des dommages pendant des années. Les patients et médecins ne savent pas que les tests ne sont pas fiables et un résultat négatif peut laisser croire qu’il ne faut pas considérer cette piste. Cela, sans compter le fait que la sensibilité au gluten sans maladie coeliaque a souvent les mêmes effets que la MC.

Il peut sembler plus facile de prendre des pilules ou subir une intervention, que changer son alimentation. Du moins parce qu’on pense que c’est davantage exigeant que cela l’est en réalité. .

Les gens qui ont le courage, la volonté et la persévérance de changer leur diète sont habituellement très souffrants depuis des années. Puisque la façon de s’alimenter entraîne des engrammes puissants dont il est difficile de se défaire, je crois que malheureusement, il faut être très malade pour accepter de faire des efforts pour ensuite aller mieux, en mangeant hypotoxique..

Dans notre culture occidentale, on pense que la façon de régler des problèmes de santé est de prendre des médicaments, ou encore subir des interventions chirurgicales et les médecins pensent ainsi car leur formation les a ainsi « formatés ». Difficile de mettre de côté toutes ces années d’études où on vous a enseigné à diagnostiquer des maladies et à prescrire les médicaments pour en atténuer les symptômes, plutôt que chercher les causes pour agir sur celles-ci. Espérons que les plus jeunes médecins auront plus de clairvoyance et que les nombreux témoignages auprès d’eux, de personnes qui suivent vos conseils, Dr Lagacé, finiront par leur ouvrir les yeux.

Lucie

5 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Les arguments irrationnels de médecins qui refusent d’accepter le pouvoir thérapeutique d’une alimentation restrictive anti-inflammatoire

Bonjour Mme Lagacé,
Je reviens vers vous pour vous donner des nouvelles de mon fils de 4 ans.
Nous avions vu une allergologue fin février, démarré un régime alimentaire à éviction sans gluten, lait, soja et produits laitiers… parallèlement nous avions arrêté son traitement ( Humira et methotrexat) .
Il se trouve qu’il est en rémission depuis lors. Les médecins qui le suivent suite à ses symptômes d’arthrite et gastrique, pensent qu’il s’agit d’une firme associée de polyallergie et de Crohn … car pour eux une polyallergie ne peut pas expliquer l’arthrite et la présence d’un granulome suite aux biopsies. Aussi ils nous disent qu’il serait encore sous l’effet des médicaments…
Cela me peine de les entendre nous dire ça, aussi c’est tellement rare de souffrir de deux problèmes en même temps… en tout cas il va bien!
Quelle bonheur d’etre tombé sur votre livre!
Cordialement, Muriel

Réponse de Jacqueline:  tenter d’expliquer la mise en rémission de votre fils par des médicaments qui s’avéraient inefficaces et qui seraient la cause d’une rémission 5 mois après leur arrêt  parallèlement au suivi d’une diète hypotoxique  est pour le moins fantaisiste pour ne pas dire plus…

6 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Lucette: après 6 ans de diète hypotoxique réussie + traitement pour métaux lourds et EBV amélioration de fonctions cardiaques

Fin août 2018 cela fera 6 ans que je connais et suis l’approche de Mme.Lagacé. Donc 0 douleur quand je m’alimente correctement. En 2017 je découvre aussi les effets nocifs des MÉTAUX LOURDS et du VIRUS D’EPSTEIN BARR. Merveilleuse découvertes qui m’ont permis de diminuer et même presque cesser: palpitations cardiaques, arythmie et bradycardie. Ainsi que de retrouver la faculté de DIGESTION.
Quel plaisir de pouvoir, à l’occasion profiter d’un bon repas chez des amis ( es).

Lucette, j’apprécierais que vous précisiez au profit de mes lecteurs quels sont les traitements que vous avez suivis pour contrer les effets nocifs des métaux lourds et du virus Epstein Barr. Je vous remercie pour ce beau témoignage et pour votre réponse à venir. Jacqueline

 

13 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Claudette, à 77 ans, après 1 an et demi de diète hypotoxique, n’a plus aucune douleur ni de problème de peau

Il n’est jamais trop tard pour commencer ce régime!J’ai 77 ans, je suis le régime hypotoxique depuis un an et demi: j’ai perdu 5kgs sans problème, les douleurs d’arthrose violentes aux cervicales, lombaires, aux genoux ont disparu; si je fais des entorses au régime elles reviennent. mes problèmes de peau – dermite et eczéma- ont disparu ainsi que les maux d’estomac et les colites dont je souffrais. Plus aucun médicament! J’aurais aimé connaître ce régime il y a vingt ans!!! Merci Madame Lagacé. Claudette Hélias .

3 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Diète cétogène: 10 ans d’expérience de gestion de soins pour sa fille épileptique

J’ai plusieurs années d’expérience de gestion de la diète cétogène pour ma fille épileptique. Elle est sur cette diète depuis 12 ans déjà. Elle serait le cas le plus long de la diète cétogène pour épilepsie à travers le monde (durée habituelle de la diète pour gestion épilepsie – entre 2 à 3 ans). Je n’en fait pas un trophée car j’aimerais bien dans mon cœur de parent qu’elle se retrouve pour d’autres raisons dans le livre des records Guinness…..mais bon elle est ma réalité avec ses records à elle.

Malgré tous les désagréments de la diète cétogène, c’est ce qui a probablement sauvé ma fille nous en sommes convaincus car convulser entre 30 à 40 fois par jour, pas clair que le cœur peut le prendre longtemps. Depuis ce temps, elle est aussi sans aucun médicament car certains médicaments pour l’épilepsie augmentaient les risques d’acidose métaboligue donc s’aditionnaient à ceux de la diète. Nous l’avons appris à la dure… Mais contrairement au cas expliqué, la réduction des crises d’épilepsie chez notre fille n’a pas eu un effet aussi important sur son développement intellectuel et moteur comme l’enfant dont il est ici question. En d’autres mots, je crois qu’il est important de garder en tête que nous sommes tous différents et que les effets des traitements (bons ou mauvais) peuvent varier d’une personne à une autre. Toutefois, on ne peut pas savoir avant d’en faire l’expérience d’où l’importance d’oser. Dans le cas de notre enfant, nous n’avons aucun diagnostic seulement des symptômes (épilepsie sévère, retard global de développement, aucune malformation même pas de lésions au cerveau, etc.) et malgré les effets limités de la diète sur son développement global, la réduction des convulsions représente pour nous un succès de la diète.

Dans notre situation, nous avons vécu probablement tous les effets secondaires possibles et imaginables en lien avec la diète (hypoglycémie, acidose métabolique – plusieurs fois et très importante- géré avec du bicarbonate, ralentissement du développement physique, pierre au rein – traité avec succès avec un PSN, etc.) Toutefois, dans notre situation, nous avons dû évaluer les risques et les bénéfices  » 40 crises par jour ou les effets secondaires traitables ». La réponse dans notre situation était que les effets secondaires traitables nous semblaient moins pires que les risques associés à la fréquence des convulsions.

Il est possible aussi que les effets secondaires documentés dans les études soient en partie attribuables au fait que la grande majorité des enfants avec ce type d’épilepsie ont souvent un retard de développement important incluant la déficience physique. À titre d’exemple, le fait de ne pas marcher ou de ne pas mettre de poids sur leurs jambes, favorise inévitablement le développement de l’ostéoporose qui pourrait expliquer, en partie, que l’ostéoporose est souvent documenté dans les études comme l’un des effets secondaires de la diète cétogène. Bref, les effets de la diète s’ajoute aux possibles complications en lien avec la réalité de l’enfant (déficience physique). D’autres effets secondaires, comme les problème au foie, serait aussi en lien avec la pathologie associée ou malformation chez les enfants qui font de l’épilepsie sévère ce que nous avons déjà lu dans la littérature. En d’autres mots, les études actuelles dont nous disposons pour mesurer les effets de la diète cétogène portent essentiellement sur des enfants qui ont des pathologies ou des réalités (avec ou sans diagnostic) particulières et l’épilepsie est un symptôme associé à ces pathologies ou réalité non-diagnostiquée. Ce qui ne fait pas de la diète cétogène un traitement facile à gérer et sans risque. Il faut toujours mesurer les risques et les bénéfices. Dans le cas de notre fille, nous avons toujours été confronté à cette réflexion. Et même avec les médicaments, nous étions dans  »essai-erreur » tout le temps.

Je crois aussi que les gens qui utilisent la diète cétogène pour d’autres raisons que l’épilepsie mélangent actuellement la diète cétogène avec la Atkins modifié. À ma compréhension de plusieurs échanges sur le WEB et la lecture de quelques livres sur le sujet, la diète qu’ils suivent s’apparentent davantage à la Atkins modifié qu’à la cétogène. La cétogène réelle, oblige la mesure de tous les aliments, les restrictions caloriques importantes en fonction du poids et de la taille de la personne, les restrictions aussi au niveau des protéines en plus des glucides, etc. Ce qui suppose aussi la mesure des liquides pris dans la journée. Au départ, nous devions mesurer ce qu’elle buvait en terme de liquide par jour incluant, l’eau qu’elle pouvait boire par erreur en prenant son bain que nous devions ensuite réduire de la quantité de liquide possible par jour en fonction de la quantité d’eau bu par erreur. À cela s’ajoute l’élimination de plusieurs fruits et légumes qui sont trop élevés en glucide comme plusieurs produits de toilettes (savons, baume à lèvre, crème solaire, pâte à dent, shampoing, etc.).

La cétogène qui circule actuellement ne tient pas compte de toutes les restrictions comparativement à celle pour le traitement de l’épilepsie d’où l’idée qu’il s’agirait plus de la Atkins modifié. Vous pouvez en prendre connaissance sur le site de l’Hôpital Jon Hopkins, le chef de file de la diète cétogène à travers le monde ou les deux traitements y sont présentés https://www.hopkinsmedicine.org/neurology_neurosurgery/centers_clinics/epilepsy/pediatric_epilepsy/ketogenic_diet.html

Il est possible aussi que les effets secondaires de la Atkins modifié soit beaucoup moins intenses et importants que la cétogène. Le ratio de la Atkins est normalement du 2:1 ou 1:1 et très peu d’effets secondaires. Notre fille est actuellement au ratio 2:1 et les effets secondaires sont beaucoup moins élevés. Mais encore là, les études qui se sont intéressées à la Atkins modifié, portent encore essentiellement sur des populations présentant d’autres problèmes importants (pathologie, etc).

Je crois au traitement métabolique de plusieurs problèmes de santé. Il serait probablement plus juste de parler de traitement métabolique ou de la Atkins modifié que de la diète cétogène étant donné les grandes nuances entre ces régimes alimentaires et surtout de l’application diamétralement différente entre le traitement de l’épilepsie et les autres affections. À ce jour, les résultats observés reposent davantage sur des populations épileptiques pour lesquelles d’autres problèmes et affections peuvent parfois influencer les résultats. Des études sur d’autres populations seraient pertinentes pour observer les résultats du traitement métabolique sur d’autres individus qui n’ont pas la même réalité que les enfants qui souffrent d’épilepsie sévère chez lesquels, d’autres pathologies peuvent influencer les résultats. Bonne chance à tous ceux et celles qui souhaitent expérimenter les traitements métaboliques car il s’agit d’une façon pertinente de prendre soin de sa santé.

Les parents d’une jeune fille épileptique

1 commentaire

Classé dans Divers, Témoignage spécial