Archives de Catégorie: Témoignage spécial

Micheline répond à la question concernant Yolande (C. difficile)

Bonjour, Je dois avouer que ce message m’a beaucoup interpellé car ma mère qui se nommait Yolande, a contracté le C. difficile dans un hôpital en 2006 et elle a eu 3 récidives, une après l’autre. À chaque fois qu’elle cessait l’antibiotique Vancomicyne, la diarrhée récidivait, jusqu’au moment ou on ma mère, Yolande, a du aller à l’urgence pour un autre problème et c’est à ce moment qu’une femme médecin a eue la brillante idée de lui prescrire du Florastor. Le C. difficile n’est jamais revenu. J’ai fait des tas de recherches sur Internet à ce moment là et j’ai appris que durant les années 90 aux E.U. la majorité des cas de C. difficile étaient traités avec le même antibiotique et le Florastor.
Ce qui m’a étonnée lors de ces lectures était comment cette information et ces traitements existaient depuis tout ce temps aux E.U et comment ici au Québec, on ne faisait pas ce genre de traitement automatiquement et que seulement un médecin nous en a parlé…Ma mère a beaucoup souffert. Durant la même période il y a eu environ 13 morts suite au C-Difficil dans un hôpital au Québec en 2006. Ma mère est décédée en juillet de cette année de problèmes de santé reliés à la démence. Depuis ce temps, dès que j’entends parlé de personnes qui ont le C. difficile, je leur parle de Florastor, un produit pour lequel on a pas besoin de prescription et qu’on se procure en pharmacie.

Merci Micheline pour cette réponse qui intéressera certainement un grand nombre de lecteurs. J. Lagacé

3 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Message adressé à Yolande qui était infectée par C. difficile (06/04/2013)

Message adressé à Yolande qui était infectée par C. difficile

Je vois que ce message date d’il y a quelques années, comment allez-vous aujourd’hui? J’ai aussi la c.diff en ce moment. Je prend vancomycine depuis longtemps et bio k. J’aimerais avoir votre témoignage si possible.

Submitted on 06/04/2013 at 15:03 | En réponse à Lise Léonard.

Merci Lise, c’est encourageant de parler avec des gens qui vivent ou ont vécu des choses similaires. Effectivement, je garde espoir. Suite à la prise d’antibiotiques pour la C difficile, ma flore intestinale était dans un piteux état. J’ai commencé à prendre un probiotique qu’on appelle Florastor suggéré par la pharmacienne. Mon intestin se porte à merveille depuis peu. J’essaie de nouvelles recettes et je trouve ça succulent (ex. ratatouille). Je peux aller marcher sans me soucier d’éventuels maux de ventre et diarrhées. J’ai perdu 6 livres en un mois et mon conjoint qui a quarante livres en trop et qui me trouvait grano avec ma nouvelle alimentation, commence à goûter à mes préparations. Je suis sur la bonne voie. Merci Mme Lagacé pour la chance que vous nous donner d’échanger, ça fait du bien. Yolande

Remarque de Jacqueline: j’ai trouvé quelques articles scientifiques sur le Florastor qui indiquent que ce probiotique semble bénéfique pour prévenir les diarrhées associées à la prise d’antibiotiques.

Yolande

3 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Témoignage d’une dame de 76 ans atteinte de fibromyalgie depuis de longues années.

Bolot

Bonjour, moi aussi je suis fibromyalgique depuis fort longtemps, j’ai du arrêter mon travail car je ne pouvais plus porter d’enfants, c’est mon mari qui les sortaient de leurs lits. Notre déménagement de notre maison m’a achevée car il m’a fallu beaucoup porter pour apporter a l’appartement avant les déménageurs, beaucoup jeter ou préparer pour Emmaüs. Fatigue exyrême, dėprime non soignée jusqu’à ce que mon mėdecin comprenne avec confirmation du rumatho que j’avais la fibromyalgie. Je suis tombée sur le livre du dr Seignalet et j’ai prologé ma reflexion avec le premier livre de mme docteur Lagacė. J’ai encore mal, je bouge (moins qu’avant) en fonction de mon âge 76 ans, mais mon ventre ne me fait plus souffrir et après soin mon dos s’ est rétabli a condition de ne pas porter trop lourd. Mon mari avec chimio s’ est mis aussi a mon regime, pour son bien. Merci a mme Jacqueline Lagacė.

Poster un commentaire

Classé dans Témoignage spécial

Lucie répond à Josée qui est incapable de retrouver la santé avec la diète hypotoxique

Réponse de Lucie à Josée.

Remarque de Jacqueline:  je publie ce long courriel que Lucie m’a envoyé car cette dernière fait beaucoup de recherche pour tenter de trouver des solutions à ses propres  problèmes  de santé et que ses interventions peuvent aider ceux qui comme elle font face à des problèmes particuliers.

Ces informations sont  pour répondre à Josée parce que comme vous,  je ne retrouve pas la santé malgré l’alimentation hypotoxique depuis plusieurs années. D’où mes lectures, recherches et démarches.

Le livre de Mme Françoise Cambayrac, dans son livre Vérités sur les maladies émergeantes, apporte à mon avis des informations intéressantes.  Elle recommande de ne pas faire enlever les amalgames avant d’avoir reçu des traitements de chélation. Sinon, vous pourriez empirer votre condition. Je vous conseille de relire le livre de Mme Cambayrac pour vous en convaincre.

Comme Mme Cambayrac l’écrit aux pages 61 et 62 de son livre (édition 2011) :  »Dans le cas d’une intoxication chronique au mercure des obturations dentaires IL NE FAUT PAS COMMENCER PAR ENLEVER LES AMALGAMES. Le remède se révèle souvent pire que le mal ». Cette dernière  rapporte que le Dr Jean-Jacques Melet dentiste ( le premier en France à avoir alerté sur les dangers du mercure des amalgames dentaires) a mit au point un protocole selon lequel on ne commence les travaux dentaires qu’après avoir fait diminuer significativement, chiffres à l’appui, la charge de mercure’.

Et à la page 71:  »Il est vrai qu’on peut réduire le risque d’intoxication lors d’une dépose (enlèvement) en suivant les recommandations de l’IAOMT (utilisation d’un clean-up, aspirateur chirurgical très puissant, et d’un jet refroidissant, pose d’une digue, protection du patient grâce à un filtre au charbon actif) mais on ne l’élimine pas complètement. »

http://francoise-cambayrac.org/

Mme Cambayrac écrit aussi que c’est le gène APO E4 (p. 174) qui ferait qu’une partie de la population ne peut éliminer le mercure. Voir à ce sujet: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/12897404

http://amalgam.org/education/scientific-evidenceresearch/susceptibility-factors-in-mercury-toxicity/

En plus du mercure, des infections chroniques sont vraisemblablement en cause chez plusieurs personnes souffrants de problèmes de santé sévères et chroniques, telle la maladie de Lyme souvent non-diagnostiquée par exemple, mais aussi des infections virales, pouvant affecter les systèmes digestif et nerveux (tels les virus de la famille herpès, facilement réactivés par le stress), par exemple. Les médecins spécialistes de la maladie de Lyme aux E-U disent que le mercure va toujours de pair avec cette infection quand elle est chronique:

http://www.chroniclymedisease.com/mercury-and-lyme-disease

‘’Why does mercury toxicity often accompany Lyme Disease? Below we will examine possible reasons why Lyme Disease and mercury poisoning frequently go hand-in-hand. We’ll also see how the two illnesses adversely impact each other.’ https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17672870

 

Il existe aussi un phénomène, la biosorption, auquel un professeur de McGill s’intéresse d’ailleurs, le Pr Volesky. Les agents infectieux et les métaux se lient ensemble. Ce phénomène a certainement également lieu dans le corps humain:
http://biosorption.mcgill.ca/volesky.htm

http://nopr.niscair.res.in/bitstream/123456789/8140/1/NPR%204(6)%20454-459.pdf

http://dergipark.ulakbim.gov.tr/jbes/article/viewFile/5000160968/5000145216

Pour ma part, j’avais 17 amalgames et des tests de provocation ont montré que j’ai beaucoup de mercure. Mais je n’ai pas toléré les traitements de DMPS par intraveineuses. Je paralysais des membres. Très angoissant… Je voudrais essayer par voie orale, afin de prendre de plus petites doses à la fois. Vraisemblablement, mon système digestif est très contaminé et il faut commencer par là avec des doses orales plutôt que par intraveineuses.

En plus de ces amalgames, j’ai eu 3 vaccins anti-D (aussi appelés Rhogam) car mon sang est RH- et mes enfants, comme leur père, RH+. On m’a dit que ces vaccins contenaient beaucoup de thimérosal, une forme de mercure, à cette époque. On en parle dans l’article du lien précédent et dans celui qui suit également. Peut-être certaines femmes qui lisent ceci (et peut-être vous Josée?) ont-elles eu ces vaccins également, ce qui est souvent le cas si elles ont un facteur Rhésus négatif. Dorénavant, heureusement, moins de vaccins contiennent du thimérosal qu’autrefois. Toutefois, Santé Canada indique que ceux contre la grippe en contiennent toujours. Voir le 2e lien qui suit.

http://www.fda.gov/BiologicsBloodVaccines/SafetyAvailability/BloodSafety/ucm095529.htm

http://www.phac-aspc.gc.ca/im/vs-sv/vs-faq14-fra.php

 »La plupart des vaccins homologués au Canada ne contiennent pas de thimérosal. Seul le vaccin antigrippal et la plupart des vaccins contre l’hépatite B contiennent du thimérosal. »  

Le mercure est beaucoup plus présent qu’on le pense. Les centrales au charbon des États-Unis en libèrent dans l’air et les vents apportent cela au Canada. Le liquide de verres de contact,les anciens thermomètres (plusieurs d’entre nous, enfants, ont joué avec les petites billes de mercure qui se libéraient quand on les cassait), le mercurochrome, les ampoules fluocompactes, etc., contiennent aussi du mercure :

http://www.davidsuzuki.org/fr/champs-dintervention/changements-climatiques/enjeux-et-recherche/energies/le-charbon/

‘’En Amérique du Nord, l’énergie produite au charbon est la principale source d’émission de mercure, un métal dangereux pour les personnes, les poissons et la faune.’’

 

http://www.lactualite.com/sante-et-science/aux-petits-maux-les-petits-remedes-inutiles/

‘’Personne ne peut oublier la magnifique teinture nommée Mercurochrome, qui tachait tout sur son passage et qui avait la fâcheuse habitude de masquer les signes d’infection, souvent manifestés par des rougeurs sur la peau. Il s’agissait en réalité de merbromine, qui contient du mercure organique.’’

On peut aussi consulter le livre de Dr Jozef Krop, Péril chimique : Gare à vous : une première en médecine environnementale, dont on peut consulter la page 108, par ce lien :

https://books.google.ca/books?id=dWxn56Nebd8C&pg=PA108&lpg=PA108&dq=liquide+verres+de+contact+mercure&source=bl&ots=mEWLKk4Gbn&sig=K9Q3e6FEA_7qP0GsHb9QjgdThpA&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwigub6LtZXQAhXK24MKHeF_Cx8Q6AEIVzAE#v=onepage&q=liquide%20verres%20de%20contact%20mercure&f=false

En Europe, les députés de la Commission Environnement de l’Union européenne viennent de se prononcer pour l’interdiction de la pose d’amalgames au mercure dans la bouche des enfants (dents de lait) et femmes enceintes en 2018 et de tous, en 2022. Espérons que les états européens y donneront suite et que cela suivra ici. Qu’est-ce qu’on attend pour cesser la pose d’amalgames au mercure alors que les études sont tellement nombreuses sur les effets toxiques de cette substance? Les pressions de la population seront sûrement nécessaires pour obtenir de telles mesures ici.

http://www.non-au-mercure-dentaire.org/actualites-non-au-mercure.php

Autres liens intéressants : https://www.mern.gouv.qc.ca/mines/quebec-mines/2015-02/mine-mercure.asp

http://www.hc-sc.gc.ca/hl-vs/iyh-vsv/environ/merc-fra.php

Lucie

Jacqueline ajoute l’information suivante:  Au début d’octobre, j’ai assisté à Paris au congrès de l’Institut pour la protection de la santé naturelle.La qualité des conférenciers était exceptionnelle. La naturopathe Judith Albertat, qui a réussi à se sortir d’une maladie de Lyme chronique et Sophie Benarrosh ont donné une conférence intitulée « Des pistes prometteuses pour soigner la maladie de Lyme ». Leur conférence a reçu une ovation exceptionnelle. Je me suis procuré le livre de mme Albertat : Lyme Les solutions naturelles. Je vous conseille ce livre fortement

 

8 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Témoignage de Martine à propos de l’ataxie ponto-cérébelleuse

Bonsoir,

Je voudrais apporter mom témoignage. Ma soeur ainsi que moi-même, sommes atteintes d’ataxie ponto-cérébelleuse.

Depuis plusieurs années, soit depuis que je vous ai vue à Denis Lévesque, je mange sans gluten et sans produits laitiers.

Depuis ce temps, je n’ai plus de reflux gastrique, j’ai plus d’énergie qu’á vingt ans, j’endure mieux la chaleur, une moindre sensibilité aux médicaments, j’ai moins de douleurs articulaires, je traverse mieux ma ménopause, j’ai perdu près de 10 livres, je ne suis plus incontinente et je peux me retenir plus longtemps.

Martine

Merci Martine pour ce  témoignage rare.

4 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Josée fait part de son insuccès avec la diète hypotoxique et propose d’autres solutions

Lire la suite

23 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Reprise du témoignage époustouflant d’Alice pour Céline (fibromyalgie, arthrose, hernies discales)

Submitted on 24/10/2012 at 21:40 | En réponse à Céline Blais.

N.B.: j’ai corrigé quelques fautes de frappes et accents. Lire la suite

13 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Témoignage de Sylvie après 1 an de diète hypot. (tendinites, arthrose, hernie discale)

Bonjour,
Je suis le régime hypotoxique depuis Août 2015 : tendinites à répétition, arthrose et douleurs articulaires, hernie discale lombaire, névralgies cervico-brachiale. Tout a disparu, il n’y a que mon hernie discale qui me titille encore si je jardine trop ou fais le grand ménage dans la maison, mais énorme amélioration aussi de ce côté là. En plus la menopause s’étant installée, fini les transpirations nocturnes et 9kg au total en moins depuis le début du régime. Pour moi c’est une renaissance ! Sylvie

9 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Un témoignage original et intéressant (fibromyalgie et autres problèmes)

Lire la suite

11 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

5 ans plus tard, des nouvelles de Caroline (hydradénite suppurée)

Voici le témoignage de Caroline datant de 2011.

14/11/2011

Bonjour Mme Lagacé,

Je tiens à vous faire parvenir un énième témoignage du succès de l’application du régime Seignalet.

Ancienne enseignante au secondaire, je suis maintenant une maman à la maison âgée de 34 ans. J’ai de l’acné depuis mes 11 ans et je souffre d’hydradénite suppurée (ou maladie de Verneuil) depuis que j’ai 14 ans. Cette dernière est une terrible affliction cutanée qui voit se créer des kystes inflammatoires ou infectés aux aisselles, aux aines, et autres plis de peau. Depuis ma grossesse et mon allaitement, un douloureux abcès refusait de guérir sous mon aisselle droite, malgré la prise quotidienne d’antibiotiques sur une durée de plus de trois mois. La solution qui me restait était l’exérèse des glandes apocrines atteintes. Mon souhait d’avoir un autre enfant s’évanouissait : la prise d’antibiotique m’empêchait d’envisager une grossesse, j’avais aussi peur qu’une autre grossesse développe des abcès ailleurs sur mon corps et, pire encore, je ne voulais pas mettre au monde un enfant qui aurait peut-être lui aussi cette maladie – déjà que mes deux aînés la développeraient peut-être à leur tour.

J’ai lu votre premier ouvrage, car j’avais l’intuition que la diète hypotoxique serait efficace contre l’hydradénite suppurée, même si Seignalet n’a pas fait de recherche à ce sujet. La première semaine, j’ai coupé tous les produits laitiers et j’ai vu des résultats après quatre jours, pour les deux maladies! La semaine suivante, j’ai rayé les céréales proscrites et l’effet positif s’est accru. Après quatre ou six semaines, je pouvais cesser la prise d’antibiotiques (qui, de toute façon, ne faisaient pas vraiment effet…) : mon abcès persistant était guéri! Et les autres sites inflammatoires se résorbaient, et continuent de le faire. Cela fait maintenant plus de deux mois que je suis cette diète et je sais que je serai « guérie » un jour et que, si mes enfants s’avèrent porteurs de cette pénible maladie, je pourrai les aider à passer par-dessus. En fait, ils seront élevés dans une maison où l’on mange hypotoxique et ne développeront sans doute jamais l’acné ou l’hydradénite, je l’espère. – Parallèlement à cela, mes troubles de sommeil sont grandement réduits et j’ai trouvé l’énergie de me mettre à la course à pied!

Je fais parfois des écarts, et des boutons apparaissent alors pour me rappeler que mon corps à moi traite mal certaines toxines et protéines, des nodules se « réinflamment »… Dès que je reviens à la bonne diète, tout rentre dans l’ordre.

J’ai suivi un cours de cuisine vivante pour me donner des idées de recettes, et je me suis empressée de me procurer votre deuxième ouvrage pour élargir mon menu. Je fais connaître mon expérience sur tous les forums liés à ma maladie pour aider les autres patients, souvent beaucoup plus gravement atteints que moi.

Je me joins à tous ceux et celles qui vous remercient infiniment pour la diffusion de votre expérience personnelle. Vous avez changé ma vie, vous m’avez redonné de l’espoir et du pouvoir sur ma santé.

Bien à vous.

Caroline

___________________________________________________

Courriel reçu de Caroline que je publie avec sa permission.

Octobre 2016

Bonjour Mme Lagacé,

Je suis désolée de ne pas avoir vu votre courriel avant aujourd’hui, il m’aurait fait plaisir d’accepter que mon témoignage contribue à votre plus récent livre. J’y parlais d’hydradénite suppurée, une maladie que Seignalet n’a pas étudiée (d’après ce que j’ai vu dans son livre que j’ai aussi lu), mais que la diète hypotoxique arrive à « guérir » dans mon cas. Après 5 ans à manger ainsi, c’est toujours un succès et je ne pourrai jamais revenir en arrière.

Ça m’étonne que Seignalet n’ait pas eu de succès dans ce cas. En faisant un peu de recherche sur le sujet, j’ai vu qu’une dame aux États-Unis a aussi pu venir à bout de l’hydradénite avec la diète paléolithique dans son cas. Elle a publié le livre « Hidden Plague » dans lequel elle raconte son histoire. Tout cela pour dire que j’aimerais tellement que plus de gens porteurs de cette maladie testent la diète et me disent qu’eux aussi en sont soulagés. J’en parle souvent dans les forums sur la maladie de Verneuil, et personne ne semble intéressé. Ils préfèrent prendre du Rémicade ou des antibiotiques en continu ou avoir des chirurgies… Je suis aussi étonnée que les médecins ne soient pas plus curieux de faire des études à ce sujet. Avec tout ce que j’apprends sur la santé du microbiote et sur la prévention du cancer par l’alimentation, il me semble que tout le monde devrait manger hypotoxique! 🙂

En passant, j’habite maintenant à Whitby, en Ontario, et les médecins, ici, ne se moquent pas de nous quand on leur dit que notre alimentation sans lait et sans gluten nous soulage. Certains médecins le recommandent même à leurs patients, par exemple le gastroentérologue de mon mari pour son côlon irritable, et une de mes amies dont l’enfant avait plusieurs petits problèmes de santé.

Enfin, bref. Vous connaissez déjà la situation!

Je lirai votre ouvrage, ce sujet me passionne. Je n’arrête pas de parler de combien le gluten et le lait font des ravages et combien les éliminer de notre diète redonne la santé. Je suis une vraie fan de votre travail!

Au plaisir,

Caroline

 

 

3 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial