Archives de Catégorie: Témoignage spécial

En réponse à une jeune maman, nouvel espoir pour ceux atteints de sarcoïdose

Bonjour Mme, je souffre depuis presque 4 ans (4 mois après mon accouchement) d’une sarcoidose dont un des symptôme est une uvéite granulomateuse. Depuis je suis sous cortisone et sous immunosuppresseurs depuis 1an et 2 mois. Mais l’état de mon oeil gauche n’est pas du tout stable malgré le traitement. Je veux passer à un traitement naturel vu les effets secondaires qui commencent à apparaître ( hématomes, bleus, douleurs au niveau des articulations…).J’ai lu le livre du DR Signalet et j’étais complètement meurtri quand j’ai vu que son régime ne donne pas de résultat dans le cas de la sarcoidose. C’était une lueur d’espoir pour moi. Seule j’ai introduit le curcuma , le gingembre et le poivre selon la régle 9-5-1 mélangé avec du miel et de l’huile d’olive j’en prends une cuillère à soupe par jour. J’ai éliminé, les sucreries ( sucre raffiné) les produits laitiers et le gluten et ce depuis 1 mois. Je mange des légumes en soupe, des fruits, des lentilles, de l’huile d’olive pressé à froid, du poissons bleu ( macro et sardine), des oeufs , des fruits secs et des graines de lin.  Mais là à l’instant je viens de découvrir dans un article sur le net que le poisson, les noix et les oeufs contiennent l’acide arachidonique qui est pro inflammatoire et qui peut aggraver les symptômes de la sarcoidose. Je suis vraiment confuse pouvez vous m’aidez svp?

Bonjour Madame,

Je suis très touchée par votre histoire et je pense que la recherche scientifique récente ouvre des avenues possibles qui permettent de vous redonner de l’espoir.  Ainsi, un article intitulé « Metabolomics connects aberrant bioenergetic, transmethylation, and gut microbiota in sarcoidosis » (Metabolomics. 2016 Feb;12. doi :10.1007/s11306-015-0932-2) donne des pistes potentielles de solutions pour les gens atteints de sarcoïdose.   Ceci parce que des analyses très spécifiques et précises ont démontré que chez les patients atteints de sarcoïdose,  contrairement aux témoins contrôles en santé,  on retrouve dans le  sérum de ces patients une augmentation significative de certains métabolites, dont particulièrement le  TMAO (trimethylamine N-oxyde) et  la carnitine.  Selon les auteurs de cet article, l’augmentation de carnitine et de TMAO sériques serait en lien avec un  microbiome intestinal  déséquilibré et cela  suggère selon eux que des traitements d’antibiothérapie à large spectre  et/ou  des changements alimentaires  pourraient aider ces patients.  Personnellement, je  pense que des changements alimentaires ciblés  présentent de meilleures possibilités de mettre la sarcoïdose en rémission parce que normalement un déséquilibre du microbiome intestinal  est dû à une diète inappropriée (un facteur environnemental qui permet l’expression d’une sensibilité à une maladie chronique, ici la sarcoïdose) alors qu’une diète adaptée ou ciblée offre la possibilité de reconstruire l’équilibre écologique du microbiome intestinal  favorisant ainsi  la mise en rémission des maladies inflammatoires chroniques.

L’augmentation significative de L-carnitine et de TMAO  sériques dépendrait selon quelques  études, de  la présence excessive de certains  microbiotes intestinaux néfastes qui jouent un rôle important dans les réactions biochimiques qui aboutissent à la formation de TMAO, lequel constitue un métabolite pro-inflammatoire générateur de maladies chroniques.  Selon les auteurs de l’article cité précédemment, les analyses sériques des patients atteints de sarcoïdose  pointent vers la présence de dysbiose, soit un déséquilibre du microbiome intestinal.   Il est question ici de la L-carnitine (abondante dans la viande rouge), qui  favorise la production de TMAO par certains microbiotes .  Il a été démontré  que la production de TMAO à partir de la diète dépend de la composition des microbiotes intestinaux. Il est donc suggéré que l’utilisation d’un  antibiotique à large spectre favoriserait la suppression des microbiotes intestinaux néfastes et par le fait même la diminution de la production de TMAO.   Ainsi une  augmentation marquée de bactéries  Firmicutes par rapport aux Bacteroidetes chez des patients, favoriserait une formation plus importante de TMAO à partir de certaines molécules alimentaires qui jouent un rôle de  précurseur lors de la formation de TMAO. Cette augmentation de la production  de TMAO serait dépendante de différences individuelles en lien avec  la composition du  microbiome intestinal des différents  individus (Mol Nutr Food Res. 2017 Jan;61(1). doi: 10.1002/mnfr.201600324. Epub 2016 Aug 3.)

Il a été démontré que les viandes rouges et les viandes transformées sont associées au stress oxydatif, au développement de TMAO et à de l’inflammation chronique. Il a été également démontré que les individus qui présentent une dysbiose (déséquilibre de leur microbiome intestinal)  présentent une diversité faible de leurs microbiotes.   Dépendamment de la présence d’une dysbiose,  des aliments tels les poissons, les œufs et les viandes en général (pas seulement les viandes rouges dans de tels cas) sont susceptibles de provoquer une augmentation de la   concentration de TMAO dans la circulation sanguine et l’urine des individus ainsi affectés.

Pour toutes ces raisons,  il y a de fortes chances qu’une alimentation végane (alimentation végétarienne sans aucun produit animal) parallèlement à la diète  hypotoxique (sans gluten, sans sucre ajouté autant que possible, sans aliments transformés, cuisson douce des aliments, etc) très riche  en végétaux variés riches en fibres (légumes et fruits frais, 20-30% de végétaux crus), et enrichis d’aliments riches en fibres et fermentés (fermentations lactiques).  Ces aliments  fermentées  seraient à même de permettre la reconstruction de  l’écologie microbienne de l’intestin, favorisant ainsi  la croissance de  certaines espèces microbiennes bénéfiques, ce qui réduirait parallèlement la formation de TMAO.  Ainsi, une diète riche en fibres solubles a la capacité d’améliorer entre autres,  le pH intestinal  et d’augmenter la production d’acides gras à courtes chaines, ces dernières ayant la capacité de nourrir et de protéger  les cellules de la muqueuse intestinale, ce qui favorise une perméabilité normale.  Il est reconnu que la supplémentation dans la diète de fibres solubles fermentées peut réduire la quantité de bactéries pathogènes tout en  enrichissant  l’intestin en probiotiques et en favorisant une co-régulation qui a des effets bénéfiques sur les microbiotes intestinaux  en inhibant les activités enzymatiques qui aboutissent  à la formation des TMAO.

Pour conclure, je pense personnellement que si la diète hypotoxique appliquée par le Dr Seignalet a été un échec avec la sarcoïdose, c’est que la diète hypotoxique n’exclut pas  normalement  la viande et  la majorité des produits animaux.  Je vous suggère donc de suivre une diète végane, donc d’éliminer tous les produits d’origine animale en respectant parallèlement les règles de la diète hypotoxique jusqu’à la rémission de votre maladie.  Par la suite, lorsque votre microbiome intestinal aura retrouvé son équilibre (cela deviendra évident par la mise en rémission de votre maladie) vous pourrez alors tenter de réintroduire avec prudence, si vous le désirez, un peu de viande blanche cuite selon les règles de la diète hypotoxique.  L’écoute attentive des réactions de votre corps vous renseignera sur la justesse de votre démarche.  Vous devez vous assurer d’avoir une alimentation végane  parfaitement équilibrée, avec des suppléments lorsque nécessaire.

N.B. : l’acide arachidonique n’est pas négative en soi; elle est un constituant des membranes cellulaires et elle joue des rôles très importants dans le métabolisme. Tout est une question d’équilibre.   Quant aux noix, leur consommation a été associée à un profil santé à la condition qu’elles ne provoquent pas d’allergie ou d’intolérance.

Bon courage et tenez nous au courant de la progression de votre état.

Jacqueline Lagacé, Ph.D.

3 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Mélanie: sortie de l’enfer de douleurs atroces après plus de 15 ans

Bonjour Mme Lagacé,
mon nom est Mélanie, j’ai 41 ans.

j’ai des tiges de Harrington soudées à ma colonne depuis l’âge de 14 ans. ma scoliose étant progressive, mon espérance de vie était de 25 ans. ces tiges m’ont littéralement sauvé la vie.

début vingtaine, je faisais régulièrement des lumbagos, des migraines ophtalmiques et j’avais même commencé à avoir de sérieuses douleurs dans les articulations. mon médecin de l’époque a mis la faute sur mes tiges et m’a prescrit du Tylenol douleurs arthritiques. sans succès.

mes problèmes de santé s’aggravant avec les années, je fais une dépression. je m’enferme de plus en plus dans la maladie. je vois de moins en moins de monde. je ne reconnais pas la femme que je suis devenue. j’ai honte d’être malade. j’ai toutes les cartes de tous les hôpitaux de la ville de Montréal et des environs. je vois une tonne de spécialistes. je n’ai rien.
plus personne croit ce que je raconte… sauf mon amoureux. je me bourre de pilules pour faire taire ma tête et mon corps. pour ne plus déranger personne… j’arrive presque à me convaincre que cela est peut-être un problème que j’ai entre mes deux oreilles finalement.

puis, mi-trentaine, rien ne va plus. je ne dors plus tellement mes douleurs sont atroces. je fais des crisses d’arthrite si fortes que l’amoureux doit m’aider à descendre les escaliers le matin. je passe mes journées en douleur. je quitte mon emploi. de plus, je me ramasse à l’hôpital à deux reprises avec des douleurs abdominales insupportables, le ventre tellement gonflé qu’on me passe deux tests de grossesse. diagnostic : rien. je pense sincèrement devenir folle. je commence à faire des crises d’angoisse. je consulte une psychologue. je suis désespérée.

enfin en 2013, tombe trois diagnostiques : fibromyalgie, syndrôme de l’intestin irritable et maladie coeliaque. je pleure de joie. je n’ai pas de cancer.

et c’est ainsi que votre livre apparait dans ma vie. en 10 jours de «régime», j’ai recommencé à descendre les escaliers seule. à dormir. je ne fais plus de crises d’angoisse ou d’arthrite et en bonus, plus d’acné non plus! aujourd’hui à 41 ans, je n’ai aucune douleur. et mes tiges sont toujours là! je m’entraine 5 jours par semaine. je mange vraiment bien. et le plus important : j’ai commencé à imaginer ce que pourrait être le quotidien sans la maladie. bref, j’ai des projets. je ne sais pas la dernière fois où j’ai pensé en avoir car je n’ai jamais cru en fait, que j’allais avoir une vie.

chère Jacqueline, pour votre dévouement et votre générosité envers tous ceux qui, comme moi, ne croyaient plus en rien, merci. du fond du coeur.

Mélanie

Réponse de Jacqueline:  merci Mélanie pour ce témoignage qui me touche au plus profond de mon être.  Votre témoignage me rappelle pourquoi il faut continuer à essayer d’éduquer et de convaincre le milieu médical et tous ceux qui ne veulent pas accepter que de simples changements alimentaires peuvent redonner une belle vie heureuse et sans douleur à des individus qui vivent un véritable enfer parce que leur microbiome intestinal est déséquilibré (dysbiose) comme c’était votre cas.

8 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Brigitte avait obtenu d’excellents résultats avec plusieurs problèmes mais pas avec le psoriasis (une solution possible?)

Bonjour Madame.
Je découvre votre site très intéressant.
Depuis un an j’ai supprimé les produits laitiers et le gluten. J’avais trop mal aux intestins, mal aux chevilles aux genoux aux épaules des glaires dans la gorge et souvent fatiguée. Je me sens beaucoup mieux . Je n’ai plus mal . De plus je ne mange plus de viande depuis 6 ans. Dès que je fais un écart gluten mes intestins me rappellent à l’ordre. Je suis française et le choix multiple de fromages que nous avons me manque parfois . Je fais parfois des écarts fromage de chèvres, de brebis, voire de vaches . Si ces écarts sont importants les douleurs aux genoux et chevilles reviennent.

J’ai également du psoriasis depuis plusieurs années toujours présent malgré le changement de régime.
Merci pour toute cette mine de savoir.
Je vais partager à mon entourage et me procurer vos livres…   Brigitte

Réponse de Jacqueline :

Bonjour,  Comme vous réagissez bien à la diète hypotoxique de façon générale, il y a une possibilité que la persistance du psoriasis soit du à un aliment (ou quelques aliments) autres que ceux qui doivent être éliminés dans la diète hypotoxique, les solanacées par exemple.  D’ailleurs, j’ai lu sur un site la phrase suivante: « Les psoriasiques doivent absolument supprimer toutes les solanacées qui sont très toxiques pour nous. C’est à dire, basta sur les tomates, patates, aubergines, poivrons, paprika, piment. Déjà supprimer ces aliments est une bonne étape. Le tabac est une solanacée et devrait aussi être évité ».  Je pense donc que cela vaut la peine d’essayer de supprimer cette catégorie d’aliments au moins pendant quelques semaines pour voir…

5 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Je republie le témoignage de Danielle (fibromyalgie) en raison de son expérience des aliments fermentés

Bonjour madame Lagacé !

Je voudrais vous remercier du fond du cœur pour tout ce que vous faites pour nous tous, l’énergie que vous dépensez, l’empathie que vous manifestez et l’engagement profond dont vous faites preuve pour que la vérité scientifique de la diète hypotoxique soit reconnue.
J’en suis une heureuse bénéficiaire et, à 69 ans, je ne souffre plus de ma fibromyalgie. Il m’a fallu 2 ans et demi pour y arriver et beaucoup de tâtonnements, mais le résultat est là. Il ne me restait plus qu’une constipation chronique à soigner et je suis parvenue à m’en débarrasser en consommant des aliments lacto-fermentés. Je fais régulièrement plusieurs bocaux de légumes que j’aime, et du Kimchi coréen et c’est vraiment efficace si l’on en consomme un peu tous les jours (La valeur nutritionnelle finale est immense, comme la valeur enzymatique et la valeur pré biotique, car le processus de la fermentation multiplie énormément la quantité de nutriments, d’enzymes et de pro biotiques. Les légumes lactofermentés fournissent des milliards de bactéries bénéfiques en une quantité aussi petite qu’une cuillerée à soupe. On y trouve aussi de la vitamine C, des vitamines B dont la B12, de la provitamine A et des vitamines K. Ajoutez à cela des minéraux, des oligo-éléments et l’on peut dire que peu d’aliments peuvent rivaliser avec ces légumes lactofermentés).
Je consomme également du bouillon d’os (os de boucherie bio impérativement), carcasses de poulet avec les pattes, os de divers animaux, etc. Le bouillon d’os contient certains nutriments comme le collagène et certains acides aminés qui sont beaucoup plus performants s’ils sont d’origine animale. Le bouillon d’os peut réellement réduire l’inflammation intestinale et donc l’hyperméabilité de l’intestin, son efficacité est scientifiquement prouvée.
Il y a renforcement du système immunitaire, apport exceptionnel en minéraux, amélioration de la digestion, réparation de la muqueuse, que demander de mieux ?
Finalement, je n’ai pas eu besoin de prendre des gélules de pro biotiques comme mon médecin me le conseillait et je ne prends plus aucun traitement ni complément alimentaire, sauf de la vitamine D, sur recommandation de mon naturopathe.
Il existe aussi divers suppléments naturels pour venir à bout de l’inflammation, comme le curcuma, le gingembre, le Lapacho, et j’en passe!

Je souhaite à tous de retrouver une qualité de vie confortable, et encore merci à vous !

Bien amicalement

Danielle

9 Commentaires

Classé dans Aliments, Témoignage spécial

Céline pensait que les témoignages sur la diète hypotoxique « c’était n’importe quoi »! (Crohn et polyarthrite rhumatoïde)

Bonjour à tous,

J’espère que mon témoignage pourra vous aider un peu également.

Atteinte de la maladie de Crohn depuis 12 ans, lors d’une rechute (+ poussée de polyarthrite rhumatoïde) on m’a noyée de cortisone, immunosuppresseurs etc… mon inflammation intestinale diminuait gentillement mais je n’étais plus que l’ombre de moi-même avec des effets secondaires terribles.
Moi qui étais très sportive avec une vie saine, j’étais démoralisée, épuisée et certains jours les douleurs m’empêchaient de dormir, de marcher… À 30 ans, ma vie était constituée de douleurs, d’hôpitaux et de médicaments…

J’ai décidé de changer radicalement mon alimentation car persuadée que quelque chose clochait et que ces traitements lourds étaient pires que tout.

J’évitais déjà les produits au lait de vache depuis une allergie déclarée dans les débuts de la maladie. Mais suite à ces traitements, je n’ai plus toléré aucun produit laitier animal.

J’avais également beaucoup lu que le gluten était inflammatoire donc à contrecœur je l’ai également supprimé de mon alimentation au maximum.

Bref, depuis 18 mois que je suis ce régime, je n’ai plus aucun traitement, plus de douleurs rhumato et j’ai repris le sport comme jamais à 32 ans 🙂 Et cerise sur le gâteau, j’ai également fortement supprimé le sucre et mon énergie est incroyable.

Lorsqu’il y a quelques années je lisais ce genre de commentaires, je pestais me disant que c’était n’importe quoi et que ces gens devaient avoir des repas tristes à mourir ! Et puis… quand on descend aux enfers, que sa vie n’est plus que douleurs, on voit les choses différemment et je me sens tellement vivante à présent que je ne regrette rien ! Et enfin, mes repas sont un plaisir car outre le fait d’avoir redécouvert le vrai goût des aliments, j’ai appris à cuisiner de manière savoureuse sans laitages animaux et gluten ! Et de temps en temps, je m’autorise un écart 🙂

Bon courage à tous !

Cécile

Remarque de Jacqueline: merci Claire pour votre témoignage si remarquable qui m’encourage à reprendre le clavier même durant une journée chaude d’été.

9 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Barbara répond à Sarra concernant l’importance du stress comme déclencheur de la maladie de Crohn

En réponse à sarra.

Je réponds un peu tard, mais ma réponse aidera peut-être d’autres personnes qui la liront. Pour avoir observé ma fille, atteinte de Crohn, depuis maintenant 5 ans, j’ai pu faire un constat: le stress est un des plus grands éléments déclencheurs. En effet, bien qu’elle suive le régime hypotoxique, ses symptômes reviennent rapidement si elle ne gère pas correctement son stress. Mais dès que le stress retombe, les symptômes disparaissent. Je suggère donc, en plus du régime suivi à la lettre, une meilleure gestion du stress (méditation, prière, sport, yoga, sorties dans la nature, etc).

4 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Virginie nous informe à propos du test d’intolérance qui l’a aidée

Réponse de Virginie aux personnes désireuses d’en savoir davantage sur le test d’intolérance qu’elle a effectué:

« Je ne sais pas si c’est un test d’intolérance sérique (c’est le cas), mais ils recherchent les anticorps relatifs à 220 aliments, effectivement dans le sang. c’est le test INTO 220 (ou PANEL 220)  On commande un kit d’analyses, on va chez l’infirmière faire la prise de sang et on envoie le tout avec le chèque de 230 E!

Je ne sais pas si tout est vraiment exact, ce que je sais, c’est que tous les écarts jusqu’ici m’ont coûté cher (angine puis sinusite au bout de 24h)! sauf la réintroduction des pommes de terre et de l’huile de tournesol, à des doses relativement faible (un repas par ci par là, quand je suis dehors) au bout d’un an approximativement (avant ça n’était pas possible). Je pense réintroduire des choses une par une au bout de deux ans, en commençant pas le bas de la liste.

et pour le kéfir, c’est surtout que ça coûte beaucoup moins cher. Pour être vraiment précise, je suis surtout convaincue de l’efficacité supérieure du fait de la plus grande variété de bactéries présentes, mais je n’ai pas constaté moi même de différence. Sauf que du fait du prix je n’aurai absolument pas pu prendre des probiotiques de pharmacie tous les jours depuis un an et demi comme je le fais avec le kéfir!

Suite  de la réflexion de Virginie quelques heures plus tard:

C’est sûr que ces tests ne sont pas parfaitement exacts, mais ils fournissent des pistes qui complètent le régime hypotoxique.
D’après ce que j’ai compris et dont je ne voit trace nulle part pour l’instant sur votre site (j’ai lu votre premier livre, il m’a beaucoup aidée mais je ne me rappelle pas y avoir trouvé cette explication)(réponse de Jacqueline: ces informations se trouvent au chapitre 4 de mon premier livre, p. 55-76), c’est que le problème vient d’une trop grand perméabilité de l’intestin (les passages vers le sang sont élargis en quelques sorte) : du coup des aliments PAS ASSEZ FRAGMENTES passent dans le sang et le corps cherche à s’en débarrasser, soit en les faisant sortir par un des nos « émonctoires » : peau (psoriasis, eczéma), poumon (pathologies ORL), intestin (diarrhées…), foie et rein, soit en les stockant comme il peut quand les émonctoires sont débordés (stockage articulaire ou dans le cerveau ou la masse adipeuse… et problème qui en découlent).
Cette perméabilité de l’intestin serait due à l’agression, l’abrasion, par les glutens et les produits laitiers principalement.
Donc de toutes façons ces produits sont à exclure ou au moins à diminuer fortement, même s’ils ne sortent pas positifs aux tests.
Les « faux négatifs » peuvent s’expliquer par l’existence de réactions du corps qui ne font pas intervenir les IGg (n° 8 du tableau).
Je suis tout à fait d’accord avec l’idée de la prééminence du régime hypotoxique sur ces tests, mais ceux ci peuvent bien souvent APPORTER UN PLUS : en effet, quand on exclut gluten et produits laitiers (pour simplifier), on les remplace bien souvent par d’autres choses en grandes quantités : mon expérience fut que cette autre chose a été le riz, et au bout de 6 mois mes symptômes sont revenus sans que j’y comprenne rien. Le test des IGg m’a permis d’identifier les potentiels coupables (entre autres le riz!), de les évincer de mon alimentation, quitte à les réintroduire un par un au bout d’un moment.
Quant aux « faux positifs », ils peuvent s’expliquer par des réactions croisées.
bref ces tests sont un GUIDE pour se tester, ils orientent l’expérimentation personnelle! Je ne sais pas comment j’aurai fait sans eux… »

Derniers ajouts de Virginie:

J’ajouterai que ces tests sanguins (à envisager- je me répète- en plus du régime hypotoxique) m’ont permis aussi de faire prendre au sérieux ma problématique par mon entourage!!! Paradoxalement, si vous avez un papier d’un labo avec des trucs marqué en rouge, les gens sont moins enclins à penser que c’est une lubie de votre part!!!!!

Le réactif utilisé par les laboratoires barbiers pour le test INTO 220 est « réactif Orgentec » si ça peut aider?

Remarques de Jacqueline:

Les explications de Virginie sont claires et pertinentes; il semble bien que ce test sérique  donne des résultats qui me semblent valables.  Entre autres, alors qu’au départ Virginie n’était pas intolérante au riz, elle l’est devenue par la suite en raison d’une forte consommation et alors le test INTO  220 a identifié correctement, lors d’un second test, cette nouvelle intolérance au riz.  De plus, l’ensemble des événements tel que  décrit par Virginie semble appuyer la pertinence du test même s’il n’est pas parfait selon Virginie. Une chose est certaine, ce test a fonctionné pour elle et pourrait aider d’autres personnes qui n’arrivent pas à identifier leurs intolérances à l’aide du test de retrait proposé dans mon article « Le régime hypotoxique ne fonctionne pas pour vous? »

Merci Virginie pour votre réponse prudente et pertinente.

 

7 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Témoignage de Virginie (ORL, Test d’intolérance et autres)

En réponse à Boulon sylvie.

Je suis désolée, je poste là mon témoignage car je ne trouve pas d’endroit approprié, je n’ai pas trop l’habitude de poster….(C’est le bon endroit)

Bonjour!

Merci, merci, merci pour votre site, il m’a permis de confirmer le rôle joué par l’alimentation dans les pathologies ORL dont je souffrais (sinusites chroniques) et dont je suis débarrassée désormais, et de découvrir le test sanguin qui permet de trier plus précisément son alimentation : j’ai fait ce test (onéreux et non remboursé env 200 e en france), ce qui m’a permis de découvrir qu’en plus du gluten et des produits laitiers, il me fallait également éviter riz, fruits à coques, légumineuses, oeufs et soja principalement. C’est contraignant mais efficace. Si je mange un des aliments présents dans la liste « violette » – la plus dangereuse- 24h plus tard apparaissent des signes d’inflammation de la gorge et si j’insiste, c’est l’angine puis la sinusite carabinée.

J’avais auparavant appliqué le régime Seignalet « à l’aveugle » pendant un an, avec un succès dans un premier temps, mais certainement ma muqueuse intestinale étant trop abimée, d’autres aliments que ceux incriminés me faisaient réagir : les analyses m’ont montré à postériori que le riz faisait partie des aliments les plus « réactifs » pour moi, or par quoi l’on remplace le gluten, dans le lait, dans les pâtes, dans les crèmes pour cuisiner …: par le riz ! : Ayant supprimé les plus dangereux, j’ai eu un mieux puis, j’ai remplacé le gluten par beaucoup de riz et les symptômes sont revenus.

Je prends soin parallèlement de ma flore intestinale grâce au Kéfir de fruits (c’est moins cher que les gélules de probiotiques et plus efficace), et je remarque depuis un an que je peux un tout petit peu élargir mon régime alimentaire : je peux manger une assiette de frites à l’huile de tournesol, deux aliments qui font partie de la liste rouge, la deuxième plus « réactive »).

J’ai remarqué en plus que depuis que j’applique ce régime alimentaire, je ne fais plus de tartre dentaire, moi qui devait me faire détartrer au moins une fois par an, voire deux, sous peine d’avoir de très sérieux problème de parondontie, voilà deux fois que je vais chez le dentiste (deux dentistes différents) depuis un an et demi, et que ceux ci me disent qu’il ne sert à rien de détartrer des dents qui n’ont pas de tartre, je n’en crois pas mes oreilles.
Voila pour ce qui est avéré victorieux, sinon, je cherche également à guérir d’une forme particulière d’endométriose, l’adénomyose, et là les résultats sont très faibles au niveau du régime alimentaire, par contre j’ai jeûné 4 ou 5 jours, deux fois à intervalle de 6 mois et à chaque fois mes cycles sont devenus moins douloureux pendant deux ou trois mois.

En ce moment j’essaie parallèlement de prendre soin de mon foie avec une cure de curcuma (je commence par une cuillère à café et je vais aller jusqu’à 3) car les soucis hormonaux ont à voir avec le foie, qui régule les hormones, et de soutenir ma production de progestérone avec l’huile d’onagre (3g par jour) et le magnésium marin…

Virginie

Réponse de Jacqueline:  J’aimerais connaître les coordonnés du test d’intolérance sérique que vous avez subi car je suis surprise du fait que vos observations ont corroborées complètement  les résultats du test.  Il est intéressant que le kéfir vous donne de meilleurs résultats que les gélules probiotiques.  Ceci peut s’expliquer par le fait que les variétés  de microorganismes soient  bien plus grandes dans le kéfir que dans les gélules et que conséquemment vos récepteurs aient plus de chances de rencontrer les probiotiques complémentaires.

 

22 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Témoignage de Jacqueline qui vient d’apprendre que son ménisque s’est régénéré

J’ai relaté dans mon dernier livre (« Une alimentation ciblé… », p. 27-28),  l’opération subie à un ménisque, soit l’ablation du tiers du ménisque interne du genou gauche en 2012.

Au début du mois de mai dernier (soit 5 ans après l’ablation du tiers du ménisque interne de mon genou gauche),  je suis tombée très brusquement et avec force,  en raison de la présence d’un obstacle que je n’avais pas vu,  sur un plancher de ciment alors que  je me déplaçais rapidement. J’ai eu très mal, mais je n’avais pas d’indices d’une fracture.   Un mois plus tard, soit au début du mois de juin,  j’avais toujours de la douleur lorsque je marchais plus d’une dizaine de minutes.  Cela me rappelait mon problème de ménisque et j’étais très inquiète de revivre la même situation.

Je suis donc allée consulter le médecin qui m’avait diagnostiqué en 2012 la déchirure  de mon ménisque à l’aide d’une échographie, laquelle avait été confirmée par une résonance magnétique. J’avais apporté la photo de l’arthromensicectomie (photo qui montrait l’ablation du tiers du ménisque interne de mon genou gauche).

À la grande surprise du médecin, l’examen par échographie, à partir de différentes orientations,  a montré que le ménisque interne de mon genou gauche s’était complètement régénéré.  La douleur durant une marche prolongée était simplement due à une inflammation présente juste derrière la rotule, laquelle a disparue deux semaines plus tard.

Le médecin en question est continuellement en formation et constate tous les jours auprès de ses patients l’importance d’une alimentation qui respecte les caractéristiques  génétiques des individus ainsi que l’importance de l’exercice physique.  Il est d’accord avec moi que c’est  à la fois la diète hypotoxique et mes exercices quotidiens (vélo stationnaire et tapis roulant) qui ont permis la régénération de mon ménisque sans oublier tous les autres bienfaits que m’apportent ces deux éléments sur ma santé.

9 Commentaires

Classé dans Divers, Témoignage spécial

Témoignage de Bénito, diabète

Après 6 ans de diabète. je décidé depuis deux mois de suivre les conseils de Madame Lagacé et j’ai descendu ma prise d’insuline le soir de 44 unité a 16 unité, de plus j’ai enlevé un médicament que je prenais le soir. Tout ceci en seulement 2 mois de diète sans Gluten et sans produits laitiers . Merci Madame Lagacé. Bénito

2 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial