Archives de Catégorie: Témoignage spécial

Oui, il existe de + en + de médecins ouverts: péricardite accompagnée d’une hypothèse de lupus

Merci Anne !
Mon prénom est également Anne et j’ai 53 ans. 😉
En janvier dernier, on m’a diagnostiqué une péricardite (accompagnée d’une hypothèse de Lupus). On m’a prescrit trois traitements (anti-inflammatoires, cortisone, chimiothérapie – à petites doses). Aucun de ces traitements n’a eu d’effet (sauf tous les effets secondaires). En juin, j’étais toujours au même stade. J’ai refusé un quatrième traitement et demandé d’essayer « ma recette » (régime hypotoxique combiné à une diète ayurvédique, réflexologie et auto-soins de Reiki) tout en continuant le yoga, les pranayamas et la méditation. Début août, la péricardite était pratiquement éliminée ainsi que mon hypertension.
Je vais de mieux en mieux. Je continue de cette façon.

Contrairement à toi, mon médecin de famille et l’interniste de l’hôpital m’ont toujours soutenus dans ma démarche « hors de leur champs de pratique » et se sont montrés très intéressés. Ils proposent désormais le régime hypotoxique à leurs patients qui présentent des symptômes ou des pathologies pour qui ce régime est indiqué.

Beaucoup d’espoirs de toutes sortes ! 🙂

Réponse de Jacqueline: merci pour votre témoignage, c’est important de témoigner  que de plus en plus de médecins reconnaissent l’importance des facteurs environnementaux (alimentation et autres) dans le développement et le traitement des maladies chroniques.

 

 

2 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Témoignage d’Anne: expériences multiples pour se sortir de la maladie (Polyarthrite rhumatoïde)

Bonjour à toutes et à tous,
J’ai 54 ans et la P.R. depuis l’été 2017. Mon premier problème de santé ! Cela a commencé par les mains, mais j’ai d’abord cru que c’était lié à une chute. Puis attaque massive, pieds, genoux, épaules et mains. Après quelques recherches, j’avais déjà supprimé farine de blé, gluten, j’étais beaucoup moins fatiguée et j’ai donc pu supporter les nuits sans sommeil et continuer à travailler. Mais la douleur était telle, qu’un médecin m’a prescrit de la cortisone, soulagement immense après deux mois de torture ; puis après une longue attente, rdv avec rhumatologue et début du traitement de Méthotrexate. En quelques mois, j’avais déjà perdu près de 10 kgs, je pouvais à peine marcher, de grosses difficultés pour m’habiller et tous les gestes du quotidien, je devais même demander de l’aide pour couper mes aliments et enlever le bouchon d’une bouteille d’eau …
Avant la grosse attaque, une copine avait insisté pour que j’aille faire une séance avec une réflexologue plantaire ; j’étais arrivée la main gonflée, douloureuse, avec impossibilité de la mettre à plat. Une heure de massage des pieds et je suis ressortie la main normale ! J’étais sidérée et folle de joie.
Quand j’ai commencé à perdre mes cheveux à cause du traitement (qui avait aussi mis à plat mes défenses immunitaires en seulement deux mois), j’ai tout stoppé, traitement, prises de sang et rdv avec les médecins. Je me suis souvenue de cette séance chez la réflexologue, persuadée que le médicament n’était pas la solution ; j’y suis retournée une seconde fois et j’ai ensuite acheté un livre sur l’acupressure, qui m’a énormément aidée et que je continue à pratiquer, en prévention, quelques minutes par jour, un plaisir. J’ai fait encore plus attention à mon alimentation et supprimé les laitages animaux, privilégié les légumes et fruits bio, achetés chez un producteur local. J’ai aussi acheté le livre d’une certaine Jacqueline Lagacé (tiens tiens !) et j’ai encore supprimé quelques aliments et réintroduit d’autres, je teste, je vois ce que ça donne. Après six mois sans sport, j’ai repris, dès l’arrêt du traitement, une activité sportive, vélo, marche, jardinage, tout ce dont j’avais été privée et qui me faisait tellement plaisir. Je me suis enfin inscrite à des cours de yoga, j’ai appris à gérer le stress (celui des autres, au boulot principalement) et à m’en couper. Je vis normalement, je sens seulement quelques tiraillements quand je fais des écarts alimentaires (pas souvent). Je fuis les médecins, pour la P.R., puisque le seul discours que j’entends et avec l’air condescendant qui va avec, c’est : « vous croyez que vous allez vous en sortir toute seule ?! (sous-entendu, sans traitement) Vous voulez finir grabataire ? » « Oui, oui, le corps – l’esprit, je connais, j’ai une patiente justement … et elle est morte ! »
Je voulais apporter mon témoignage, parce que ce discours me sidère. Et que pour refuser un traitement, essayer de sortir de la maladie autrement, il faut du courage et des encouragements. Ce dont j’ai manqué pendant tous ces mois. Mais quand je vois le résultat, je me félicite tous les matins avant même de sortir du lit !
Bon courage à toutes et tous …. et belle journée !

Réponse de Jacqueline: Merci Anne  de nous avoir fait part de votre expérience inspirante qui décrit  un parcours difficile et courageux afin de retrouver une qualité de vie enviable malgré les pires pronostics.

15 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Merci Sophie pour ce témoignage stupéfiant et intéressant au plan génétique

Bonjour,
J’ai 34 ans aujourd’hui et je souffre de Polyarthrite Rhumatoïde depuis 22 ans. La maladie s’est déclarée subitement à l’âge de 13 ans, mes mains ont été les premières touchées et présentent depuis l’été 1997 de graves déformations.
Je me permets de préciser que ma sœur jumelle (homozygote) n’a pas contracté la maladie et que mon arrière-grand-père paternel souffrait de PR lorsqu’il était âgé.
Au fil du temps j’ai appris à vivre avec des douleurs quasi permanentes et très invalidantes de jour comme de nuit. Aucun médicament ne pouvait plus, désormais, me soulager, les traitements de fond (méthotrexate /Humira) ne me donnaient pas l’impression de stopper l’évolution de la maladie.
Au fil du temps de nouvelles articulations étaient touchées (dans l’ordre : les mains ; genoux, poignets, épaules, pieds, hanches…etc) et ne me permettaient plus de vivre normalement. Les douleurs étaient devenues très vives, insupportables et intenables car elles ne s’arrêtaient jamais, il fallait vivre avec de façon permanente et cela me fatiguait beaucoup.
Alors que je ne pouvais plus poser le pied par terre pour marcher, que je ne pouvais plus me mouvoir : conduire, me peigner, m’habiller… et que j’avais le sentiment d’être « un robot », j’ai pris conscience cette année que j’étais devenue handicapée.
J’ai réalisé que je ne pouvais pas rester dans cette situation. Ma mère m’ayant fait essayer le régime Seignalet à l’âge de 15 ans, j’ai été contrainte de l’arrêter au bout de 4 mois car j’avais perdu plus de 10 kilos.
J’ai décidé récemment (fin novembre 2018) de changer d’alimentation et d’éliminer les laitages, le gluten, la viande en favorisant un régime hypotoxique. En seulement 6 jours, les douleurs que je subissais depuis 22 ans et contre lesquelles aucun traitement ne pouvait rien sont devenues presque inexistantes. Cet état perdure depuis 3 semaines maintenant. Je ne sais pas s’il s’agit d’un miracle mais ce dont je suis sûre est que ce changement est lié à mon changement d’alimentation. Depuis lors, je peux me mouvoir normalement.
Je tenais à vous présenter mon témoignage et à remercier Madame Lagacé pour la création de ce blog qui m’a fait comprendre qu’il y avait de l’espoir et qu’il était possible de se sentir mieux avec un nouveau régime alimentaire.
Sophie

Réponse de Jacqueline:  Chère Sophie,  merci pour votre témoignage vraiment extraordinaire.  Je n’ai pas de mots pour vous dire à quel point votre témoignage me touche profondément et me démontre la nécessité de mon blogue et  renforce  ma détermination de faire tout ce que je peux  pour  réussir à faire changer la loi médicale au Québec.   Seul un changement de la sorte peut  favori véritablement  la démarche de  santé intégrative, laquelle démarche permettra d’améliorer et d’élargir la variété de soins disponibles pour traiter  avec plus d’efficacité et beaucoup moins d’effets secondaires principalement les maladies chroniques.

Le fait que votre soeur jumelle (homozygote, ce qui signifie qu’elle a exactement les mêmes gènes que vous) n’ait pas développé la polyarthrite rhumatoïde prouve une fois de plus que la présence d’une prédisposition génétique n’entraîne pas nécessairement la maladie et que c’est la présence d’un facteur environnemental qui en favorise l’expression.  De façon générale, les études sur les facteurs épigénétiques (qui sont généralement des réponses aux  facteurs environnementaux) compteraient  pour une valeur moyenne de 80% dans l’expression des gènes prédisposant à une maladie.   Dans un cas comme le vôtre, on peut émette, entre mille hypothèse, qu’il est possible qu’une infection et/ou un  traitement prolongé d’antibiotique par exemple ait pu favoriser l’expression de gènes prédisposant à la polyarthrite rhumatoïde.

21 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

La réponse de Nicole à M. Le comte doit faire aussi l’objet d’une publication élargie, révoltant!

En réponse à Le Comte.

Bravo, M. Le Compte. Moi aussi ma rhumatologue m’avait dit il y a quelques années que je devrais prendre Humira en injection et Plaquenil toute ma vie… Je vais la voir 1 seule fois par année maintenant. Tout ce qu’elle trouve à dire sur mon état, c’est que je suis en rémission… que le médicament fait bien son effet. Quand je lui dis que je ne prends plus rien depuis 3 ans, elle me chicane et m’a même dit la dernière fois que si je ne suivais pas ses instructions, que je devrais penser à me trouver une autre médecin. Je lui ai même laissé le livre de Mme Lagacé en mai dernier, elle m’a dit qu’elle y jetterait un coup d’oeil. Mais j’ai bien senti que c’était par politesse. Elle ne croit pas à l’alimentation pour améliorer notre état. Quand je lui ai parlé de la boisson, elle m’a dit que l’alcool n’avait rien à voir avec la polyarthrite. Elle est bornée. C’est dommage que les spécialistes ne soient pas plus ouverts à d’autres avenues que celles des produits chimiques…

Jacqueline:  merci pour ce témoignage révélateur;  il est indécent que des médecins en 2018 continuent à porter des oeillères si opaques

14 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Perclus de douleurs et condamné par 2 rhumatologues, Denis se sentait au bout de sa vie

Je viens de me décider à faire un témoignage suite aux témoignages de madame Nicole et de madame Gina Di Massimo, je fais de la poly-arthrite rhumatoïde, j’ai presquement envie de vous dire que je faisais de la poly-arthrite, car je ne ressens pratiquement plus aucun symptômes de cette maladie, que je considère plus comme une intoxication alimentaire, c’est en suivant la façon de m’alimenter suggérer par madame Lagacé que je m’en si bien sorti et ce très très rapidement, mais je dois vous dire que lorsque j’étais dans le pire de cette cette maladie, que je ne marchais qu’en étant obligé, étant atteint dans presque toutes mes articulations, je ne connaissais pas madame Lagacé , me sentant pratiquement au bout de ma vie, j’ai décidé d’aller faire un jeûne important de longue durée, et cela m’a fait grand bien, même je devrais dire très très grand bien, mais à ma sorti du jeûne, l’infirmière qui nous supervisait m’a dit vous savez monsieur Le Comte, maintenant il vous fera changer votre alimentation mais sans me dire quoi manger, elle m’a un peu parlé des combinaisons alimentaires sans plus, je me sentais un peu désemparé, mais en faisant des recherches j’ai découvert le régime hypotonique, je sentais que tenais quelque chose là, mais après plus de 50 ans d’intoxication alimentaire, je peux vous dire que changer son alimentation oufffff qu’elle montagne a surmontée ,mais finalement j’ai découvert SOS cuisine et le régime hypotonique de madame Lagacé et là je peux vous dire que la vie est devenue plus belle et en très peu de temps j’ai sentie que j’étais sur le bon chemin, et je crois que si tout c’est passé si vite c’est que le jeûne m’avait aidé grandement à mon changement d’alimentation, mon corps était près à recevoir la nourriture pour me remettre sur pieds. Tout ça pour vous dire que j’ai maintenant 71 ans très bientôt 72 et que je me sens mieux qu’a 40 ans. Un conseil bien humblement, si le régime prends du temps à donner les effets escomptés penser au jeûne à l’eau, je souhaite toute la volonté du monde à madame Nicole et madame Gina pour poursuivre la méthode Lagacé, je ne pourrai jamais , jamais vous remercier assez madame Lagacé.
J’ai oublié de vous dire que j’étais condamné par deux rhumatologues et que je devais m’injecter du méthotrexate une fois par semaine et prendre du plaquenil avc ça.

M.  Le Comte.

Merci Monsieur Le Comte pour ce témoignage réconfortant et stimulant qui pourra encourager et changer le vie de plusieurs.

11 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Message d’une lectrice de 78 ans contre le découragement pour Chantal et Francine

Pour Chantal :Française, gourmande et aimant cuisiner, j’avoue avoir eu un moment très passager de découragement mais j’avais tellement mal que j’ai décidé de jouer le jeu. J »ai essayé en les adaptant à mon goût les recettes de J.Lagacé( Recettes gourmandes). Puis j’ai regardé sur Internet, il y en a une multitude qu’il faut parfois modifier pour qu’elles soient bien savoureuses. Et avec le temps, on adapte presqu’automatiquement. Les bénéfices sont tellement positifs que ça vaut vraiment le coup. Je continue mon régime, je fais mon jardin, je marche 5 à 6km : je suis ravie.
Pour Francine, j’espère que le régime va vous aider, persévérez et n’écoutez pas les commentaires du style « effet placebo » ou » à ton âge, c’est trop tard ». Il n’est jamais trop tard! J’arrive à mes 78 ans toujours aussi motivée!

Jacqueline: merci pour ce rayon de soleil durant une période où il y en a si peu.

7 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Message très motivant de Nicole pour Gina, pertinent pour tous

En réponse à Gina Di massimo.

Moi, je fais de la polyarthrite. Ça m’a pris 5-6 mois avant de commencer à voir une amélioration. L’arthrite ou l’arthrose ou tout problème d’inflammation, ça n’arrive pas du jour au lendemain. Ça prend des années pour créer le problème … donc ça peut prendre plusieurs mois pour corriger la situation. Ne lâchez-pas, surtout! Pour les repas, ce qui est bon pour vous est bon pour le reste de la famille. Au début, moi aussi, je faisais un repas pour moi et un autre pour mon mari. Maintenant, mon mari mange comme moi et il ne s’en porte que mieux. On a changé toutes les épices sèches pour des épices sans gluten et j’essaie de prendre des fines herbes nature.

De Jacqueline: Merci Nicole pour ce très motivant  témoignage

14 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Témoignage colon irritable, arthrose, oesophagite, exacerbés à la ménopause

Bonsoir, j’avais le syndrome du colon irritable depuis longtemps et des douleurs de type arthrose dans les genoux et les hanches assez fréquentes. A la ménopause, je me suis mise à ressentir des douleurs fortes au niveau du bas du dos, au niveau de l’oesophage avec une toux bizarre après le repas du midi et des douleurs articulaires plus fortes. Les médecins n’ont absolument rien trouvé : gastro-entérologue… Des amis m’ont conseillé d’arrêter le gluten et le lactose, ce que j’ai fait et que je continue de faire deux ans après et tout s’est arrêté comme par magie. S’il m’arrive de temps en temps lorsque je suis invitée de manger un peu de gluten ou de lactose, les douleurs articulaires reviennent un peu, mais en dehors de cela, tout va très bien. Je tenais à vous faire part de ce témoignage pour aider toutes les personnes qui sont dans mon cas. Bien cordialement, Carolus

Merci pour ce témoignage qui devrait effectivement encourager, particulièrement lors de la ménopause.

17 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

Un témoignage éloquent en faveur de la santé intégrative.

Nous s’a a changé nos vie! On a reçu un bien meilleur traitement en santé intégrative en partenaire avec un medecin américain hors système (voté ainsi par le sénat dans 15 états). D’une mort lente et douleureuse à une vie potable qui ne fait que s’améliorer chaque jour! Il faut reconnaître les formations authentiques et de qualité tel qu’en Ontario et au BC!  Dominique

Merci pour ce témoignage.  Avec la participation de vous tous qui souhaitez améliorer la disponibilité et la qualité des soins de santé au Québec, nous pourrons, n’en doutons pas, avec l’appui du plus grand nombre, rejoindre l’Ontario et la Colombie Britannique quant à la qualité de louverture de leur médecine.

1 commentaire

Classé dans Témoignage spécial

Grâce à Chantal, je redécouvre le témoignage très éloquent de Cattie (réticences des maris…)

Cattie

2012/04/02 à 18:52 Modifier

J’ai commencé ce régime pour aider ma mère avec qui je vis a moitié (bi-génération). Depuis janvier, on cuisine ensemble, on fait nos menus, on teste a deux différents produits, on magasine ensemble aux produits naturels. Bref, on fait ce régime a deux, c’est plus facile.
Ma mère souffre beaucoup d’arthrite, moi j’ai suivi le régime pour l’encourager, en me disant que ca m’aiderait a peut-être à ne pas en faire un jour.

Mais surprise… moi qui croyais que ca aiderait ma mère… pas moi… voila que je remarque que ma pression est stable, voir normale. Puis,.. où sont mes migraines ? Je n’ai plus mal dans le cou.. ? Ca fait bizarre, ma tête me semble super légère !.

Pour ma mère, ses douleurs sont encore présentes, moins fortes toutefois et…. ses doigts qui étaient bossés redeviennent normaux ! Il ne lui reste qu’un seul doigt avec des bosses !

J’ai besoin de vous dire que nos maris (le mien et pire le sien) nous disaient que c’était des niaiseries, qu’un moyen de dépenser plus d’argent, ect… Mais du fait que je cuisine « ancestrale », je cuisine la même chose pour mon mari, voila qu’il me dit qu’il n’a presque plus de problème de digestion…. que ca fait 3 semaines qu’il n’a pas pris d’imodium (il en prenait pratiquement chaque jour !) et cela, malgré le fait qu’il continue de manger des pizzas chaque semaine (en fait, il a cesser depuis 1 semaine car il se rend compte que c’est dans ce temps la qu’il a mal au ventre)
Même mon père s’est mis de la partie depuis 2 semaines suite a nos résultats.

Alors ceux qui me disent que ca ne fonctionne pas…tant pis pour eux.
Ceux qui me disent que c’est placébo, je dis tant mieux pour nous, ca dure et on continue le placébo.
Je me dis que si quelqu’un devient végétarien pour raison « moral » il est moins critiqué que nous qui nous soignons… c’est bizarre tout de même le monde, non ?

Ce n’est pas un régime facile a suivre, et effectivement, au début, avec tout les tests et achat pour compenser et refaire ses armoires, c’est plus cher d’épicerie, mais bien vite, ca s’équilibre. Je mange mieux, pour le même prix. Et moins de pilules a payer…

 

8 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial