En réponse à une jeune maman, nouvel espoir pour ceux atteints de sarcoïdose

Bonjour Mme, je souffre depuis presque 4 ans (4 mois après mon accouchement) d’une sarcoidose dont un des symptôme est une uvéite granulomateuse. Depuis je suis sous cortisone et sous immunosuppresseurs depuis 1an et 2 mois. Mais l’état de mon oeil gauche n’est pas du tout stable malgré le traitement. Je veux passer à un traitement naturel vu les effets secondaires qui commencent à apparaître ( hématomes, bleus, douleurs au niveau des articulations…).J’ai lu le livre du DR Signalet et j’étais complètement meurtri quand j’ai vu que son régime ne donne pas de résultat dans le cas de la sarcoidose. C’était une lueur d’espoir pour moi. Seule j’ai introduit le curcuma , le gingembre et le poivre selon la régle 9-5-1 mélangé avec du miel et de l’huile d’olive j’en prends une cuillère à soupe par jour. J’ai éliminé, les sucreries ( sucre raffiné) les produits laitiers et le gluten et ce depuis 1 mois. Je mange des légumes en soupe, des fruits, des lentilles, de l’huile d’olive pressé à froid, du poissons bleu ( macro et sardine), des oeufs , des fruits secs et des graines de lin.  Mais là à l’instant je viens de découvrir dans un article sur le net que le poisson, les noix et les oeufs contiennent l’acide arachidonique qui est pro inflammatoire et qui peut aggraver les symptômes de la sarcoidose. Je suis vraiment confuse pouvez vous m’aidez svp?

Bonjour Madame,

Je suis très touchée par votre histoire et je pense que la recherche scientifique récente ouvre des avenues possibles qui permettent de vous redonner de l’espoir.  Ainsi, un article intitulé « Metabolomics connects aberrant bioenergetic, transmethylation, and gut microbiota in sarcoidosis » (Metabolomics. 2016 Feb;12. doi :10.1007/s11306-015-0932-2) donne des pistes potentielles de solutions pour les gens atteints de sarcoïdose.   Ceci parce que des analyses très spécifiques et précises ont démontré que chez les patients atteints de sarcoïdose,  contrairement aux témoins contrôles en santé,  on retrouve dans le  sérum de ces patients une augmentation significative de certains métabolites, dont particulièrement le  TMAO (trimethylamine N-oxyde) et  la carnitine.  Selon les auteurs de cet article, l’augmentation de carnitine et de TMAO sériques serait en lien avec un  microbiome intestinal  déséquilibré et cela  suggère selon eux que des traitements d’antibiothérapie à large spectre  et/ou  des changements alimentaires  pourraient aider ces patients.  Personnellement, je  pense que des changements alimentaires ciblés  présentent de meilleures possibilités de mettre la sarcoïdose en rémission parce que normalement un déséquilibre du microbiome intestinal  est dû à une diète inappropriée (un facteur environnemental qui permet l’expression d’une sensibilité à une maladie chronique, ici la sarcoïdose) alors qu’une diète adaptée ou ciblée offre la possibilité de reconstruire l’équilibre écologique du microbiome intestinal  favorisant ainsi  la mise en rémission des maladies inflammatoires chroniques.

L’augmentation significative de L-carnitine et de TMAO  sériques dépendrait selon quelques  études, de  la présence excessive de certains  microbiotes intestinaux néfastes qui jouent un rôle important dans les réactions biochimiques qui aboutissent à la formation de TMAO, lequel constitue un métabolite pro-inflammatoire générateur de maladies chroniques.  Selon les auteurs de l’article cité précédemment, les analyses sériques des patients atteints de sarcoïdose  pointent vers la présence de dysbiose, soit un déséquilibre du microbiome intestinal.   Il est question ici de la L-carnitine (abondante dans la viande rouge), qui  favorise la production de TMAO par certains microbiotes .  Il a été démontré  que la production de TMAO à partir de la diète dépend de la composition des microbiotes intestinaux. Il est donc suggéré que l’utilisation d’un  antibiotique à large spectre favoriserait la suppression des microbiotes intestinaux néfastes et par le fait même la diminution de la production de TMAO.   Ainsi une  augmentation marquée de bactéries  Firmicutes par rapport aux Bacteroidetes chez des patients, favoriserait une formation plus importante de TMAO à partir de certaines molécules alimentaires qui jouent un rôle de  précurseur lors de la formation de TMAO. Cette augmentation de la production  de TMAO serait dépendante de différences individuelles en lien avec  la composition du  microbiome intestinal des différents  individus (Mol Nutr Food Res. 2017 Jan;61(1). doi: 10.1002/mnfr.201600324. Epub 2016 Aug 3.)

Il a été démontré que les viandes rouges et les viandes transformées sont associées au stress oxydatif, au développement de TMAO et à de l’inflammation chronique. Il a été également démontré que les individus qui présentent une dysbiose (déséquilibre de leur microbiome intestinal)  présentent une diversité faible de leurs microbiotes.   Dépendamment de la présence d’une dysbiose,  des aliments tels les poissons, les œufs et les viandes en général (pas seulement les viandes rouges dans de tels cas) sont susceptibles de provoquer une augmentation de la   concentration de TMAO dans la circulation sanguine et l’urine des individus ainsi affectés.

Pour toutes ces raisons,  il y a de fortes chances qu’une alimentation végane (alimentation végétarienne sans aucun produit animal) parallèlement à la diète  hypotoxique (sans gluten, sans sucre ajouté autant que possible, sans aliments transformés, cuisson douce des aliments, etc) très riche  en végétaux variés riches en fibres (légumes et fruits frais, 20-30% de végétaux crus), et enrichis d’aliments riches en fibres et fermentés (fermentations lactiques).  Ces aliments  fermentées  seraient à même de permettre la reconstruction de  l’écologie microbienne de l’intestin, favorisant ainsi  la croissance de  certaines espèces microbiennes bénéfiques, ce qui réduirait parallèlement la formation de TMAO.  Ainsi, une diète riche en fibres solubles a la capacité d’améliorer entre autres,  le pH intestinal  et d’augmenter la production d’acides gras à courtes chaines, ces dernières ayant la capacité de nourrir et de protéger  les cellules de la muqueuse intestinale, ce qui favorise une perméabilité normale.  Il est reconnu que la supplémentation dans la diète de fibres solubles fermentées peut réduire la quantité de bactéries pathogènes tout en  enrichissant  l’intestin en probiotiques et en favorisant une co-régulation qui a des effets bénéfiques sur les microbiotes intestinaux  en inhibant les activités enzymatiques qui aboutissent  à la formation des TMAO.

Pour conclure, je pense personnellement que si la diète hypotoxique appliquée par le Dr Seignalet a été un échec avec la sarcoïdose, c’est que la diète hypotoxique n’exclut pas  normalement  la viande et  la majorité des produits animaux.  Je vous suggère donc de suivre une diète végane, donc d’éliminer tous les produits d’origine animale en respectant parallèlement les règles de la diète hypotoxique jusqu’à la rémission de votre maladie.  Par la suite, lorsque votre microbiome intestinal aura retrouvé son équilibre (cela deviendra évident par la mise en rémission de votre maladie) vous pourrez alors tenter de réintroduire avec prudence, si vous le désirez, un peu de viande blanche cuite selon les règles de la diète hypotoxique.  L’écoute attentive des réactions de votre corps vous renseignera sur la justesse de votre démarche.  Vous devez vous assurer d’avoir une alimentation végane  parfaitement équilibrée, avec des suppléments lorsque nécessaire.

N.B. : l’acide arachidonique n’est pas négative en soi; elle est un constituant des membranes cellulaires et elle joue des rôles très importants dans le métabolisme. Tout est une question d’équilibre.   Quant aux noix, leur consommation a été associée à un profil santé à la condition qu’elles ne provoquent pas d’allergie ou d’intolérance.

Bon courage et tenez nous au courant de la progression de votre état.

Jacqueline Lagacé, Ph.D.

3 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

3 réponses à “En réponse à une jeune maman, nouvel espoir pour ceux atteints de sarcoïdose

  1. Benoit Allaire

    Bonjour,
    Je ne souffre pas de sarcoïdose, mais plutôt de rectocolite hémorragique (HCR). Or dans votre livre « Comment j’ai vaincu la douleur… » à la page 49, la RCH fait partie de la liste des maladies ayant répondu positivement au régime hypotoxique et, à la page 50, elle fait aussi partie de la liste des maladies ayant répondu négativement au régime. Qu’en est-il exactement?
    benoit.allaire1@gmail.com

    • Jacqueline

      Bonjour,
      En fait les résultats discordants concernant la rectocolite hémorragique provenaient du dernier livre du Dr Seignalet publié en 2004. Dans mon premier livre, j’avais reproduit intégralement les résultats du Dr Seignalet car n’ayant aucune autre information sur le sujet, je ne voulais pas trancher. Par contre, pour la mise à jour de ce premier livre qui vient de paraître, comme j’ai reçu quelques témoignages positifs concernant cette maladie, la rectocolite hémorragique ne fait plus partie du groupe de maladies qui ne répondent pas à la diète hypotoxique. Il faut bien comprendre cependant que cela ne signifie pas qu’un échec est impossible comme c’est le cas pour environ 20% des individus qui testent cette diète.

  2. ChG

    Bonjour,
    Bon courage pour trouver les adaptations qui vous conviendront le mieux. En cas de régime végan prolongé il faut envisager une supplémentation en vitamine B12. Voici un site qui est une mine d’informations précieuses au sujet des légumes lactofermentés, très facile à faire soi-même.
    Bien cordialement
    Cat

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s