La situation actuelle nous force à réfléchir aux véritables enjeux de notre Société

Voici quelques réflexions particulièrement pertinentes qui ont été développées dans le Journal numérique Le Devoir, soit « Le courrier des idées »; week-end du 28 mars 2020.

 « On voit de mieux en mieux que la mise en quarantaine est un privilège pour ceux qui ont les moyens et une angoisse pour ceux qui n’ont rien. Au Canada comme ailleurs, cette crise révèle que les gens vivent d’un chèque de paie à l’autre. Quand ils en ont un.»

«Pour ce qui est des particuliers, les études et les sondages nous disent depuis longtemps que les Canadiens sont surendettés, au point que 40% d’entre eux seraient dans le trouble advenant un simple retard dans le versement de leur paie.»

«Il aura fallu une crise sanitaire mondiale pour constater la fragilité et notre hyperdépendance au continent du Soleil-Levant. Et puis, nous voilà, peut-être, pour ne pas dire enfin, au bout du bout de la mondialisation, à l’extrémité de ce broyeur d’autonomies et de différences, de singularité.»

«En perdant l’école, certains des plus démunis, exposés à domicile à plusieurs des visages sombres de la pauvreté, voient non seulement s’effacer l’apprentissage des règles de grammaire et des tables de multiplication, mais aussi, et peut-être surtout, s’évanouir l’accès à la socialisation, à un repas équilibré ou à des vêtements chauds.»

«L’enseignement en ligne, comme celui à la maison, met en exergue les inégalités sociales actuelles en matière d’accessibilité aux savoirs. Certains enfants suivront un programme continu et rigoureux parce que les parents ont des moyens financiers et intellectuels.»

«Même en situation d’urgence, les droits fondamentaux doivent être respectés. Mais leur exercice peut être plus limité qu’en temps normal. La limitation des droits individuels doit être justifiée, minimale et proportionnée.»

«Il est de notre devoir de réfléchir aux répercussions qu’un isolement de plusieurs mois pourrait avoir sur la vie démocratique d’une société libre.»

La montée de l’Asie / «Et si cette épidémie […] ne faisait qu’accentuer des tendances déjà bien présentes ? On savait depuis longtemps que l’Asie était en voie de dominer le monde. Cette épidémie nous aura révélé sa longueur d’avance dans le domaine de la santé.»

Les préjugés envers les vieux / «Parmi les comportements les plus fâcheux ayant émergé, celui qui consiste à dénigrer une partie de la population en bloc.»

Éclatement ou repli des frontières / «La mondialisation a contribué à ce que les frontières soient abolies pour favoriser cette contamination à très grande échelle. Aujourd’hui, dans un mouvement intuitif de recul, les peuples se replient dans les frontières qu’ils avaient fait tomber, mais l’ennemi est partout.»

La culture comme refuge / «Pour l’heure, on a surtout besoin de réconfort. Et puisse l’art nous nourrir en ces temps d’anxiété! La création, quelque forme qu’elle prenne, en aidera plusieurs à tenir le coup.»

 

 

7 Commentaires

Classé dans Sujets d’intérêt

7 réponses à “La situation actuelle nous force à réfléchir aux véritables enjeux de notre Société

  1. claude saint-jarre

    Le docteur Weiss ce matin, dit ce que beaucoup d’écologistes ou de contestataires ont dit avant sans être écoutés: ah, si nous avions plus confiance en nous! https://www.lapresse.ca/covid-19/202003/28/01-5266961-dr-karl-weiss-on-apprend-tous-les-jours.php

  2. Lynda Carrier

    Toujours aussi encourageante et lumineuse Madame Lagacé…

  3. Loulou Odile

    merci pour cette réfléxion du devoir de ce samedi les termes Liberté, Egalité , Fraternité,ne sont plus d’actualité..ceux qui peuvent se trouver dans les bois , à la campagne sont privilégiés par l’espace environnant…
    l’égalité à l’ éducation, illégalité aux facilités de confinement mais tous peuvent faire de l’Art, sauf qu’il faut avoir un peu appris ou envie d’en faire..78 ans confinée mais pas vraiment je m’amuse à faire de l’art postal et de la peinture à l’huile..égoistement..plus de temps pour lire pour regarder des flms.
    l’entraide est limité pas le confinement..même si je vais acheter les journaux et épicerie pour mes voisns immédiats..nous sommes limités…et continuer d’avoir une attention particulère pour les précautions hygiéniques
    pour éviter le virus

  4. François

    Oh! Combien éloquent ce texte.
    Je vais le partager autant que possible
    en espérant qu’il se propagera plus
    rapidement que le virus bien plus dangereux qu’est celui de la peur.

  5. claude saint-jarre

    Si l’Asie a une longueur d’avance sur la santé, c’est que les coupes depuis trente ans ici, dans notre système de santé, les ont réduits.

  6. Ann Robitaille

    Merci !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s