Archives de Tag: nocivité des aliments ultra-transformés

Suite aux affirmations du Dr Greber, Suzie s’inquiète de sa consommation de poulet

Merci de prendre à chaque fois le temps de répondre aux nombreuses questions que le public vous pose. j’apprécie votre jugement. Dans le livre de Josee Blanchette « Je ne sais pas pondre l’oeuf, mais je sais quand il est pourri  » il est rapporté que le Dr Greber dit que manger du poulet triple nos chances de développer un cancer du colon . Qu’en pensez vous ? Je suis la diete hypotoxique depuis 2012 et je me suis tournée vers le poulet et le poisson car je ne supporte pas tres bien les légumineuses . Dois je m’inquiéter de cette habitude car je mange une grande quantité de vegetaux mais je ne me voit pas vegetalienne.  Suzie

Réponse de Jacqueline :

Ne vous inquiétez pas et continuez à consommer du poulet et des poissons de façon raisonnable, cuits à basse température, parallèlement à une alimentation riche et variée en légumes, fruits et grains entiers sans gluten.

Lorsque l’on fait une recherche approfondie de l’ensemble de la littérature scientifique sur le sujet, il ressort les éléments suivants en tant que causes les plus probables de développer un cancer du côlon ou autres: la nourriture industrielle ultra transformée, généralement cuite à haute température, favorise le développement de maladies chroniques y compris le cancer.  Ceci inclut la production en série de pains, les collations pré-emballées, les desserts industriels, les sodas et breuvages sucrés, toutes les viandes et poissons transformées avec addition de préservatifs autres que le sel, les aliments stables préparés à l’avance par l’industrie, les aliments riches en sucre , huiles hydrogénés, modifiés et les isolats de protéines. En fait les aliments transformés par l’industrie avec ajouts de saveurs, couleurs, émulsifiants, humectants, sucres tels aspartames et autres.  Une étude récente (2018) effectuée entre 2009-17 sur 104,980 participants âgés d’au moins 18 ans, laquelle recensait la consommation de 3300 aliments différents, est venue confirmer l’ensemble de ces observations (Fiolet T, Srour B., Sellem. L et al., Consumption of ultra-processed foods and cancer risk: results from NutriNet-Santé prospective cohort. BMJ 2018; 360:k322/http:/dx.doi.org/10.1136/bmj.k322).  De plus, les recommandations de  l’OMS vont dans le même sens. N.B.: le mode de préparation de l’aliment est extrêmement important pour déterminer son degré d’innocuité.

5 Commentaires

Classé dans Sujets d’intérêt