Témoignage d’une importance cruciale très bien documenté apte à convaincre les médecins (maladie de Crohn)

Bonjour Madame Lagacé,
À votre demande, je vous envoie mon témoignage, car les nouvelles reçues cette semaine sont excellentes.
En 1994, j’ai été diagnostiquée avec une maladie de Crohn. J’ai longtemps pris de l’Asacol, puis de la Prednisone et finalement du Purinethol. J’avais de la difficulté à m’alimenter, à conserver mon poids, j’ai été opérée plusieurs fois pour des fistules. À tous les médecins que je rencontrais, je demandais ce que je devais modifier dans mon alimentation, car j’étais convaincue que le lien était là. Tous me disaient de privilégier une alimentation hyporésiduelle de modérée à stricte, suivant mon état. Cette diète est constituée de pain blanc, de pâtes blanches, de jus, de bouillon et du moins de fibres possible. Ma condition empirait (douleur, fièvre constante, perte de poids, nausées, diarrhées…) , je suis passée au Methotraxate et j’ai dû rencontrer un chirurgien qui voulait me retirer le gros intestin au complet. J’ai refusé et cherché d’autres alternatives. J’ai rencontré une acupunctrice qui m’a beaucoup aidé, mais je sentais que j’étais de nouveau en train de faire une rechute quand je suis tombée par hasard sur le livre de Madame Lagacé. Je me suis dit que je n’avais rien à perdre et j’ai décidé d’essayer la diète de façon très stricte pour 1o jours juste pour voir. Au bout de quelques jours, j’ai senti mon ventre se décontracter. La douleur et les diarrhées avaient disparues. Puis, je suis allée au restaurant et j’ai mangé un risotto qui contenait un peu de fromage. Le lendemain, je n’allais pas bien. J’ai alors compris que ça fonctionnait. Honnêtement j’étais découragée de devoir mettre une croix, sur les fettucines Alfredo, la crème glacée, le fromage, le yaourt, le pain… Qu’est-ce que j’allais bien pouvoir manger?
Je me suis tranquillement adaptée et à mon rv suivant chez le gastroentérologue, ce dernier était surpris de mes résultats sanguins et de ma grande forme. Il m’a dit de continuer ce que je faisais. Au bout d’un an, nous avions diminué ma médication d’Asacol de moitié (je prenais la dose maximale depuis des années)!
L’automne dernier, mon gastroentérologue à pris sa retraite et a transmis mon dossier à un jeune médecin qui voulait absolument me faire passer une côlonoscopie. Je n’en avais pas eu depuis plus de 10 ans, car mon gros intestin était tellement rétréci à cause de l’inflammation et des tissus cicatriciels que le scope, ne passait plus. Il a donc insisté, d’autant plus qu’il ne croyait pas trop à la rémission dont je lui parlais et qui était reliée à mon changement d’alimentation. Il m’a par contre fait arrêter complètement l’Asacol, disant que les dernières recherches démontraient que ce médicament n’était d’aucune utilité dans le traitement de la maladie de Crohn. J’ai arrêté sans problèmes. J’ai aussi passé l’examen en janvier. Tout s’est bien passé , il a pu voir ce qu’il voulait, prendre des biopsie, constater de lui-même. Cette semaine, je l’ai rencontré pour mon suivi: il était tout à fait sidéré! Plus aucune trace de Crohn, aucune inflammation, aucun symptome et même une prise de poids! D’un commun accord, nous avons convenu d’arrêter complètement toute ma médication. Je suis officiellement en rémission. Moi je le sais depuis 3 ans déjà, mais c’est maintenant officiel et il m’a dit de continuer ce que je faisais. Voilà! Je suis la preuve vivante qu’on peut vaincre cette foutue maladie avec un peu de volonté.
Et en passant, on s’habitue à tous les changements alimentaires et on se trouve de nouveaux aliments favoris. Quand quelque chose me manque, j’essaie de me rappeler la douleur que j’éprouvais et je me dis que ce n’était pas assez bon pour que je revive ça. Aujourd’hui, je trouve que le fromage sent la vache… 😉
Merci à Madame Lagacé de m’avoir littéralement rendu ma qualité de vie!
Josée

Remarque de Jacqueline: merci infiniment Josée pour votre courage et votre témoignage, je l’apprécie énormément.  J’ai rencontré Josée lors d’une de mes conférences au cours de laquelle elle a témoigné de son expérience de rémission de la maladie de Crohn.  Je lui avais exprimé que j’espérais qu’elle raconte son expérience  sur mon blogue.  Je pense que ce témoignage bien documenté peut aider non seulement les gens qui souffrent de maladies inflammatoires chroniques mais peut-être surtout les médecins.  Ces derniers  ont tellement de réticences à reconnaître l’importance négative sur notre santé, pour un pourcentage non négligeable de la population, de certains  aliments  reconnus comme bons pour la santé  que nous consommons quotidiennement.   En fait, lorsqu’une personne souffre d’une maladie inflammatoire chronique, le premier élément à vérifier serait son alimentation.

14 Commentaires

Classé dans Témoignage spécial

14 réponses à “Témoignage d’une importance cruciale très bien documenté apte à convaincre les médecins (maladie de Crohn)

  1. Anne

    Je souffre également de la maladie de Crohn, est-il possible d’avoir l’adresse courriel de cette dame? Anne

    • Jacqueline

      Je publie votre commentaire et la dame en question vous répondra peut-être.

  2. Sabrina

    Bonjour,

    J’ai veux acheter votre livre. J’ai lu quelques pages mais je ne vois pas en quoi consiste le régime hypotoxique exactement. Pouvez vous me guider svp? Aussi est-ce que l’on peut manger des fruits Et légumes crus dans des jus verts?

    Merci,

    • Jacqueline

      Bonjour,

      Vous comprendrez que la meilleure façon de bien comprendre ce qu’est la diète hypotoxique est de lire attentivement mon premier livre et/ou le dernier ou encore de venir assister à une conférence telle celle annoncée le 18 janvier.

  3. Michel BENITEZ

    C’est tout à fait exacte que l’alimentation joue un rôle prépondérant sur notre santé.moi moi même coach en Bien-être et rééquilibrage nutritionnel je le vois tous les jours et je dirais aussi chez les sportifs amateurs. Ils pensent que la récupération après l’effort se fait avec des sucres rapides tel que les sodas et autres boissons du même genres. La santé vient par la nutrition varié et équilibré et voir même quand c’est nécessaire, supprimer certains aliments de nos habitudes alimentaires. merci à vous Jacqueline ainsi qu’à José pour son témoignage.

  4. A reblogué ceci sur Nutrition Soins Santéet a ajouté:
    Pour ceux qui souffrent, il y a un espoir sérieux de se soigner par l’alimentation… Faut-il recevoir « la confirmation  » des médecins et tests « conventionnels » pour y croire?… certainement pas pour être soulagé.e ! Il peut être nécessaire de s’entourer de personnes capables de nous « coacher » dans la bonne direction… Être acteur de notre santé, c’est prendre sa santé en main sans attendre que le « miracle » vienne des autres… et savoir chercher l’aide dont on a besoin pour permettre à son corps de guérir par lui-même en le respectant dans ses contraintes spécifiques : au cas par cas.

  5. Paul-Émile Trudeau

    Bonjour,
    Je suis un homme de 62 ans qui souffre de tendinites depuis plus de 30 ans. Comme je fais du sport et des travaux manuels, je peux dire que j’ai développé toutes les formes possibles de tendinites: du tendon du gros orteil accompagné de fascéite plantaire en passant par l’épicondylite classique ou l’épitrochléïte moins fréquent ou mieux, la tendinite de la coiffe du rotateur, etc, etc, Abrégeons, car la liste serait encore longue. J’ai donc consommé moult anti-inflammatoire (ibuprofène ou autre), reçu plusieurs infiltrations de cortisone et suivi plein de traitements (physio, ostéo, acupuncture, etc) tout au long de ma vie.
    Quel ne fut pas mon plaisir, depuis 5 mois que je suis le régime, de n’avoir eu AUCUNE tendinite et d’avoir tout fait pour en avoir (exercices, travaux, etc).

    Une prise de sang après 3 mois a aussi démontré une baisse de mon mauvais cholestérol de plus de 10%.

    Quant à mon fils de 35 ans qui depuis 10 ans (et ma petite-fille aussi) souffre d’eczéma, dès qu’il arrête les produits laitiers, toute trace disparaît en moins de 15 jours. Comme il triche le régime, cela revient un peu à chaque fois mais on voit le lien direct et instantané.

    J’ai toutefois une déception: malgré que moi je suis le régime religieusement depuis 5 mois, aucun progrès pour mon kyste de Baker au genou droit et surtout et principalement à la rhizarthrose très douloureuse par moment de mes deux mains. Mon épouse qui souffre d’arthrose aussi n’a pas non plus aucun signe positif pour le moment. Je vais donc continuer le régime pour au moins un an avant de conclure si dans mon cas l’arthrose peut être améliorée ou non. Pour l’instant, cela semble inefficace.

    Merci pour votre expérience partagée.

    • Jacqueline

      Il faudrait vous assurer que vos ménisques ne sont pas endommagés.

  6. lu7p

    Va voir ça,c’est un beau témoignage Lu

    Envoyé depuis un mobile Samsung.

  7. Diane Cyr

    Bonjour bien que je n’ai que des douleurs rarement , j’ai la maladie de Crohn depuis maintenant 36 années. J’ai eu 2 opérations et me porte quand même bien depuis plusieurs années Mais mon hémoglobine était constamment à son plus bas et je dois prendre du fer et de la vitamine B 12 et de l’imuran. Par contre,personnellement je peux dire que depuis 9 mois je fais l’alimentation hypotoxique pour déjeuner et diner , souvent le souper aussi .
    Mes 2 dernières prises de sang ont surpris le dr de famille ainsi que le gastro. Globules blanches améliorés et hémoglobines à son meilleur, du jamais vu chez moi ! Assez que la 1ère prise de sang le Dr croyait qu’ils s’était peut-être trompé de patient !!

    • Diane Cyr

      Merci Madame Lagacé pour vos recherches et votre grand désir de ne pas garder cela pour vous ! C’est un acte de grande générosité de votre part ! Je vous suis très reconnaissante !

  8. Sofia

    Merci Josée! Merci Mme Lagacé!
    Ça m’encourage à aller de l’avant avec ce régime avec ma fille de 8 ans, diagnostiquée de Crohn, en mars derneir). cela fait une semaine qu’on a commencé le régime et déja, je n’entends plus de  » maman, j’ai mal au ventre! ». le grand défi pour moi est de faire adopter les légumes et les fruits à une enfant de 8 ans, mais je ne baisse pas les bras, la cause en vaut la peine! »

  9. Brigitte Ayotte

    Témoignage très intéressant! Bravo Josée pour votre ténacité!

    C’est incroyable la quantité de personnes qui ont guéri de maladie inflamatoires en changeant leur alimentation. Et d’autres qui souffrent encore parce qu’elle ne veulent pas essayer.

    Madame Lagacé, je vous suggère de lire l’article sur la douleur chronique paru dans le dernier numéro de la revue l’Actualité. C’est navrant de voir qu’ils ne parlent même pas d’alimentation! Je leur en ai d’ailleurs fait part au courrier des lecteurs et j’ai mentionné votre nom et blogue, entre autres.

    • Jacqueline

      Ce manque d’ouverture face à la nutrithérapie est incompréhensible en 2015. Par contre, je pense que d’ici quelques années, ce ne sera plus possible d’ignorer les progrès de la science dans ce domaine.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s