Message à Nina, une toute jeune femme atteinte de la maladie de Crohn

Bonjour Nina

Au Salon du livre de Montréal,  j’ai rencontré votre mère qui m’a informée que la diète hypotoxique vous permet de mener une vie normale mais que d’autre part, si vous saisissiez encore mieux pourquoi le gluten et les produits laitiers sont si néfastes, cela vous encouragerait à suivre le régime avec encore plus de constance.

Voici quelques explications qui devraient vous motiver:  les individus qui souffrent de maladies inflammatoires chroniques doivent éviter le gluten car il contient plus particulièrement un peptide appelé gliadine-alpha que nos enzymes digestives sont incapables d’hydrolyser, c’est-à-dire, qu’ils ne peuvent pas  digérer cette molécule en raison de sa structure cyclique très rigide constituée de plusieurs associations répétées de deux acides aminés, la proline et la glutamine.  Malheureusement, cette molécule possède des caractéristiques qui la rende très nocive chez les gens qui se défendent mal contre elle : 1) cette molécule est très immunogénique et  peut activer de façon anormale le système immunitaire ce qui lui permet de déclencher des maladies inflammatoires chroniques selon les prédispositions génétiques des individus; 2)  il a été démontré que la gliadine-alpha provoque la sécrétions par la muqueuse intestinale de  protéines appelées zonulines qui  rendent la muqueuse intestinale trop perméable ce qui permet de laisser passer dans la circulation sanguine des molécules néfastes qui se trouvent dans l’intestin et qui peuvent induire des réactions immunologiques exacerbées.

Le problème majeur avec les produits laitiers animaux est dû au fait que les protéines du lait, appelées caséines sont très majoritaires dans le lait animal et que leur structure est semblable à celle de la gliadine-alpha : même formation cyclique rigide caractérisée par des associations répétées de deux acides aminés, la proline et la glutamine.  Ces caséines du lait animal sont  apparentées avec la gliadine-alpha, ce qui est démontré par le fait que lorsque des anticorps sont produits contre la gliadine-alpha, ces mêmes anticorps sont capables de réagir également avec les caséines du lait animal.

J’espère Nina que ces explications vous motiveront encore davantage à bien respecter la diète hypotoxique et à mener une vie heureuse qui vous permettra de réaliser vos rêves les plus chers.

Bonne chance!

Jacqueline Lagacé, Ph.D.

6 Commentaires

Classé dans Messages

6 réponses à “Message à Nina, une toute jeune femme atteinte de la maladie de Crohn

  1. y.lallemand@videotron.ca

    Bonjour Madame Lagacé et merci pour votre courriel. Votre chaleureux courriel m’invite à vous répondre directement avec tout mon coeur. Oui en effet, ma mère m’a rapporté qu’elle vous a vue au salon du livre et voulait vous remercier en personne pour tout le soutien qu’elle avait reçu de vous en 2011 (j’avais 17 ans) quand j’ai été finalement diagnostiquée avec une polyarthrite juvénile (non la maladie de Crohn) à l’hôpital des enfants de Montréal. Mon médecin généraliste que j’avais consulté deux fois avant que ma mère m’amène finalement aux urgences, ne comprenait pas les symptômes et pensait que ces derniers étaient des douleurs de croissance!!! alors que je ne pouvais plus marcher et enfiler mon pantalon!!!!! Le diagnostique a été pour nous un choc car ma mère a toujours été une mère qui cuisinait maison avec des produits biologiques et cela depuis ma naissance. J’adorais le lait biologique et les pâtes faites maison au gluten!!! Suite à ce diagnostique, ma mère a tout mis en oeuvre pour m’aider car la rhumatologue de l’hôpital voulait que je prenne tout un cocktail de médicaments (sans parler de tous les effets secondaires dont elle nous avait mentionnés et qui nous avait fait très peur). Nous avons pas eu d’autre choix pour commencer que de prendre du méthotréxate et des anti-inflammatoires pour me permettre de fonctionner à nouveau (je ne pouvais plus tenir mon crayon pour écrire, je ne pouvais plus marcher et enfiler mes habits, me retourner dans mon lit). J’ai du interrompre l’école et recevoir mes cours de français et de maths à la maison pendant 4 mois pour ne pas perdre mon année scolaire. Tout cela le temps de changer nos habitudes de vie. J’ai eu la chance d’avoir d’être une adolescente et pouvoir choisir de prendre ou nonne pas la cortisone en plus. La rhumatologue voyait d’un mauvais oeil nos positions. Nous avons dû du jour au lendemain supprimer le gluten et les produits laitiers et travailler ensemble avec notre nathuropathe Maurice Nicole qui a été d’un grand soutien également. Après un an et demi environ, j’ai commencé à diminuer mon médicament – le méthotréxate – pour lequel j’allais toutes les deux semaines faire des prises de sang surtout pour mon foie. Je viens d’avoir 22 ans le 7 novembre 2016 et je n’ai plus de symptômes depuis 2012. J’ai appris à me gérer sur le plan alimentaire, suivre votre régime hypotoxique dans l’ensemble, gérer mon stresse. Je fais de l’exercice plusieurs fois par semaine. J’ai même un entraineur pour me renforcer sur le plan musculaire. C’est sur que je dois ménager mes forces et si je fais plusieurs écarts à répétition (miettes de pain, pointe de pizza, bière, fromage par exemple), je commence à sentir des douleurs des lors de la digestion dans mes doigts et dans mes genoux. J’ai appris à écouter mon corps et mon rhumatologue m’encourage à continuer mes bonnes habitudes puisque mes symptômes sont absents. Je me sens respectée et lors de mes dernières analyses, j’allais bien.
    En conclusion, je vous remercie pour avoir accueilli ma mère désespérée à l’époque, de lui avoir donner le courage de se battre et surtout la force de changer notre alimentation. C’est sûr que ça été très difficile pour moi. J’étais au Québec que depuis juillet 2007 dans un processus d’intégration et adolescente. Mes amis ne comprenaient pas ce qui m’arrivait. Finalement, nous avons été très déçues que la société de l’Arthrite ne nous soutienne pas dans le désir de témoigner de notre succès afin d’encourager et donner espoir à d’autres enfants, jeunes et parents. Encore une fois mille mercis et surtout prenez soin de vous. C’est grâce a des personnes comme vous que le monde évolue et nous continuerons à vous soutenir. Avec toute notre affection et notre profonde gratitude.
    Nina et Yasmina

  2. Bolot

    Bonjour, moi aussi je suis fibromyalgique depuis fort longtemps, j’ai du arrêter mon travail car je ne pouvais plus porter d’enfants, c’est mon mari qui les sortaient de leurs lits. Notre déménagement de notre maison m’a achevée car il m’a fallu beaucoup porter pour apporter a l’appartement avant les déménageurs, beaucoup jeter ou préparer pour Emmaüs. Fatigue exyrême, dėprime non soignée jusqu’à ce que mon mėdecin comprenne avec confirmation du rumatho que j’avais la fibromyalgie. Je suis tombée sur le livre du dr Seignalet et j’ai prologé ma reflexion avec le premier livre de mme docteur Lagacė. J’ai encore mal, je bouge (moins qu’avant) en fonction de mon âge 76 ans, mais mon ventre ne me fait plus souffrir et après soin mon dos s’ est rétabli a condition de ne pas porter trop lourd. Mon mari avec chimio s’ est mis aussi a mon regime, pour son bien. Merci a mme Jacqueline Lagacė.

  3. Nancy

    Bonjour Jacqueline,
    Je souffre de fibromyalgie depuis au moins 15 ans et depuis environ 1 an, mon rumathologue a découvert que je faisais de l’arthrite psoriasique… quel calvaire, je suis serveuse et j’adore ce que je fais… mais le mal devenait de pire en pire… voilà qu’une grosse réaction cutanée apparaît…
    J’ai commencé à lire vos sites et vos livres…
    je décide donc en me disant que je n’avais rien à perdre d’enlever le gluten et les produits laitiers… 2 semaines plus tard, je commence à mieux aller… moral et mal… je suis heureuse… Je revois mon rhumatologue qui me recommande fortement de réintégrer le gluten durant 1 mois… (pour prendre une prise de sang qui confirmera que je suis ou non intolérante) Immédiatement, le mal et la fatigue reviennent… c’est long un mois quand on attends et qu’on souffre… il me reste deux semaines à engloutir du gluten (en sachant fort bien ce qu’il produit dans mon corps). Dès que ma prise de sang sera prise, je recommence à nouveau le mode de vie hypotoxique… j’ai hâte… j’ai hâte de retrouver ma joie de vivre et de me ressentir vivre… merci… continuer d’écrire, c’est grâce à cela que je m’accroche et que j’ai espoir…

    • Jacqueline

      Bonjour Nancy,

      Si vous n’êtes pas coeliaque, il y a de fortes chances que le test de sensibilité au gluten donne des résultats négatifs car dans bien des cas c’est le système immunitaire inné qui est en jeux et les cellules immunitaires impliquées dans ce système ne produisent pas d’anticorps. Donc parce que les tests usuels de détection de la sensibilité au gluten sont basés sur la détection d’anticorps spécifiques à un antigène, normalement le test sera négatif sauf si le système immunitaire adaptatif est également entré en jeux et ce n’est pas se qui se produit généralement dans ce cas. Vous m’en donnerez des nouvelles et si le test est négatif cela ne veut pas dire que vous n’avez pas d’intolérance au gluten.

    • Nancy

      Bonsoir Jacqueline, croyez vous que je serais mieux de passer un autre test que la prise de sang pendant que je suis en mode consommation de gluten… je suis prête à faire n’importe quoi pour savoir si j’ai un allergie ou un intolérance…
      Merci bcp

    • Jacqueline

      J’ai davantage confiance aux tests utilisés en kinésiologie appliquée pour identifier les intolérances alimentaires telles celles au gluten et aux produits laitiers.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s