Mise à jour à propos de l’alimentation des bébés sevrés

Fanie demande s’il  y a eu évolution concernant le lait chez les enfants sevrés et si l’on doit absolument donner un lait (végétal ou autre) aux bébés de 24 mois et plus.

La  recherche effectuée concernant le lait chez les enfants sevrés n’a pas montré une évolution  notable des normes couramment acceptées dans notre Société.   Toutefois, il y a un progrès certain dans le nouveau guide alimentaire canadien, 2019 (https://www.canada.ca/fr/sante-canada/services/guide-alimentaire-canadien/ressources/ressources-telechargez.html ) en ce qui concerne les produits laitiers puisque ces derniers ne sont plus  mentionnés dans les quatre grands groupes d’aliments de base  pour la population canadienne en général;  par contre jusqu’à maintenant,  il n’y a apparemment  pas de changement en ce qui concerne les nourrissons :

Le nouveau Guide alimentaire et les bébés

Si officiellement, on continue de prôner l’importance de la consommation de lait chez les enfants sevrés, les parents ont maintenant la possibilité d’offrir à leurs enfants du lait  de vache biologique.  Le document suivant permet de  comprendre pourquoi  le lait biologique est beaucoup plus sain que le lait non bio produit par notre agriculture industrielle moderne : https://www.lafamilledulait.com/fr/produits/bio?gclid=Cj0KCQiAsbrxBRDpARIsAAnnz_N8_jVOlGCw74_a9MtQetuBTeDqvhKBnKOTmskJMipytA9Zn7EoLj4aAj_YEALw_wcB&gclsrc=aw.ds

D’autre part, il est important de mentionner que plus de 120 articles scientifiques ont été publiés depuis quelques années afin d’analyser les liens entre la nutrition (particulièrement celle des bébés et des enfants), le microbiome et le développement de la santé à court et à long terme.  Plusieurs études ont analysé les conséquences de la régulation épigénétique qu’exercent les aliments que nous consommons et en particulier la consommation de lait (lait maternel et d’origine bovine).  Il a été observé que le lait joue un rôle de régulateur épigénétique et que la consommation persistante de lait de vache pasteurisé est responsable de la présence de microARNs bovins capables de provoquer des perturbations de l’équilibre immunitaire, favorisant ainsi le développement de maladies chroniques, qualifiées également de maladies de civilisation (Melnik BC, Schmitz G. Milk’s Role as an Epigenetic Regulator in Health and Disease. Diseases. 2017 Mar 15;5(1). pii: E12. doi: 0.3390/diseases5010012. Review)

Quant aux  substituts possibles pour le lait de vache,  des alternatives sont proposées (Clin Rev Allergy Immunol. 2019 Oct;57(2):166-178. doi: 10.1007/s12016-018-8688-x) : pour les nourrissons,  préparations d’acides aminés à partir de lait hydrolysé ; pour les enfants de plus de 2 ans,  substituts du lait à base de plantes avec du calcium ajouté, ex.  lait d’avoine, lait d’amande, lait de coco, lait de riz ;  N.B. le lait de riz contient naturellement de l’arsenic inorganique et au Royaume-Uni, il n’est pas recommandé pour les enfants de moins de 5 ans.  On considère aussi que les produits à base de céréales complètes sont une source d’énergie, de protéines, de vitamines B et de calcium. D’autres aliments végétaux tels que les légumineuses, le brocoli et les légumes à feuilles foncées.  fournissent des vitamines B et du calcium. Les poissons contenant des os ainsi que du tofu enrichi de calcium sont également des sources de calcium.

Pour répondre à la question de  Fanie qui se demande si on doit absolument donner un lait (végétal ou autre) aux bébés de 24 mois et plus, ma réponse basée sur de nombreux articles scientifiques est que les jeunes enfants ont besoin d’un régime alimentaire sain, très varié et équilibré sans sucre ajouté et en évitant le plus possible les aliments transformés et les modes de cuissons néfastes. Le manque de diversité alimentaire  au cours de la première année de vie serait  associé à une augmentation du risque d’asthme et d’allergies durant l’enfance. Par exemple, on doit privilégier de grandes quantités de fruits et légumes transformés à domicile comprenant les oligo-saccharides qui s’y trouvent et qui agissent en tant que  prébiotiques naturels, ce  qui favorise la colonisation microbienne intestinale. Comme pour les adultes, on doit intégrer graduellement les quatre grands groupes d’aliments décrits dans le nouveau guide alimentaire canadien. De plus la consommation de poissons au cours de la première année de vie aurait démontré un effet protecteur qui préviendrait les allergies.

Il est important de souligner qu’actuellement s’installe une nouvelle mode pour les enfants sevrés à partir de 6 mois : soit l’alimentation autonome des bébés : https://naitreetgrandir.com/fr/etape/0_12_mois/alimentation/fiche.aspx?doc=alimentation-autonome

 

Poster un commentaire

Classé dans Aliments

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s