Ce que signifie réellement l’attribution du prix John Maddox au Pharmachien.

N.B. : dans le contexte de ma réponse à Nathalie, je considère qu’il était pertinent d’apporter des précisions concernant  la signification du prix John Maddox attribué au Pharmachien

Officiellement, le prix John-Maddox est décerné chaque année depuis huit ans par la revue scientifique «Nature» et l’organisme sans but lucratif «Sense about Science» afin de reconnaître le travail de vulgarisation d’individus (journaliste ou autres) qui font progresser le débat public dans le domaine de la science sur des enjeux difficiles, malgré les défis ou l’hostilité.

Compte tenu de cette définition officielle, il ne fait aucun doute que le prix Maddox a été attribué au Pharmachien, non pas en raison de la justesse de son argumentation contre la pétition concernant la vitamine C, mais bien parce qu’il a été victime d’une campagne de dénigrement extrêmement  violente et inacceptable, dont des menaces de mort,  en raison de ses opinions concernant un sujet scientifique.  

Selon le sens communquelles que soient les opinions d’une personne, une Société démocratique ne doit absolument pas tolérer de telles attaques et en ce sens, le prix attribué au Pharmachien était mérité.

Historique des faits qui ont amené  le rejet de la pétition concernant l’injection de vitamine C à haute dose, laquelle pétition a été initiée par  Mme Nathalie Prud’Homme et signée par 120,000 individus.   

1) En 2018, M. Bernard a appris qu’une pétition demandait au gouvernement du Québec d’approuver l’injection de doses massives de la vitamine C pour aider les patients atteints de cancer.  La pétition demandait au gouvernement de mettre sur pied un «Registre québécois de la vitamine C par perfusion», pour autoriser les médecins à la prescrire ainsi que pour documenter l’innocuité et l’efficacité de la vitamine C à haute dose dans les cas de traitements médicaux complémentaires dans le traitement de cancers.

2) La version du Pharmachien : ce dernier dit avoir  alors vérifié la science derrière ces affirmations; il voyait dans cette pétition une «stratégie de lobbying politique qui contourne le processus scientifique» et qui comporte des risques pour la médecine et la santé publique.  « Pratiquement tout était faux dans la pétition », a-t-il rappelé.  La recherche était rare et mal conçue ; les injections elles-mêmes n’étaient pas sans risques. Le pharmacien a alors publié ce qu’il avait trouvé. Voici ce que le  Pharmachien a mentionné sur son blogue qui selon lui  permettait d’affirmer :   « Pratiquement tout était faux dans la pétition »

L’Argument essentiel du Pharmachien: l’avis du Dr Gaétan Barrette : « Invité à commenter cette initiative (la pétition en faveur de l’injection de doses massives de vitamine C chez les patients atteints de cancer) en marge d’une conférence de presse tenue lundi à l’Hôpital Santa Cabrini, à Montréal, M. Barrette (le ministre de la santé à cette époque) a fait valoir que les médecins oncologues de la province sont d’avis que ces injections n’ont « aucune valeur clinique ajoutée ». « Quand on est ministre de la Santé, on n’a pas le choix de se fier à la recommandation des experts qui, eux, basent leurs recommandations sur des données scientifiques probantes », a expliqué M. Barrette. « À un moment donné, devant certaines approches thérapeutiques, les décisions qu’on a à prendre doivent être basées sur l’expertise de ceux qui l’ont. » Et dans ce cas-là, tous les experts me disent : « Ça n’a pas de valeur clinique ajoutée, selon la littérature ». Si ça en avait, [je n’aurais] pas de problème à l’autoriser. C’est juste que les experts, ceux qui sont sur le terrain – les oncologues – me disent : « Il n’y a pas de valeur ajoutée prouvée ».

3)  La décision finale concernant la pétition

La pétition défendue par Mme Prud’Homme n’a pas été homologué par Santé Canada ni par la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis. Cette demande n’a pas reçu l’aval des médecins en raison de recherche médicale insuffisante. En séance de travail jeudi, les élus des différents partis réunis à la commission de la santé et des services sociaux ont décidé de ne pas se saisir de la pétition. La décision a été prise à l’unanimité, notamment en raison du «manque d’études crédibles sur le sujet», selon une source qui a souhaité garder l’anonymat.

4) Une remarque  très pertinente concernant les faits relatés

Suite à cette condamnation sans appel,  par respects pour l’intelligence de tous ceux qui avaient signé cette pétition dont certains patients atteints de cancer, le Pharmachien aurait dû faire montre d’un minimum de transparence et d’éthique en citant  au moins deux ou trois articles scientifiques récents susceptibles de confirmer les dires du ministre de la santé et des oncologues qui l’avaient conseillé.  Cela n’a pas été fait et c’est l’opinion  d’oncologues, à propos de laquelle  aucune référence scientifique n’a été  mentionnée quant aux conséquences que pourraient  avoir les injections massives de vitamine  C chez les patients atteints de cancer qui a été retenue.

Conclusion

Contrairement à ce qui a été affirmé, j’ai vérifié personnellement qu’ il existe plusieurs articles scientifiques qui démontrent l’intérêt de hautes doses de vitamine C dans les cas de cancers tel que démontré dans un article que j’ai  publié sur mon blogue  en mars 2019. Pour lire cet article intitulé «  Jacqueline appuie cette pétition sur la base de plusieurs articles scientifiques récents » cliquer sur : https://jacquelinelagace.wordpress.com/wp-admin/post.php?post=5707&action=edit

Pour compléter la recherche de littérature que j’avais effectuée en mars 2019, j’ai utilisé les mots clés vitamine C et  cancer. Il s’est avéré encore une fois que  la recherche scientifique récente  démontre que l’utilisation de la vitamine C à haute doses dans des cas de cancer comporte un intérêt certain et que la recherche sur ce sujet devrait absolument être intensifiée.

Voici quelques références datant de 2018-2020 qui vont dans ce sens. Je dois ajouter qu’à ma connaissance,  aucun article récent ne faisait état de la dangérosité mentionnée par le Pharmachien.

Liste des références    

1) Luisa Cimmino  1 Benjamin G Neel  2 Iannis Aifantis 3 . Vitamin C in Stem Cell Reprogramming and Cancer. Trends Cell Biol . 2018 Sep;28(9):698-708.

doi: 10.1016/j.tcb.2018.04.001. Epub 2018 Apr 30.

Conclusion: Given that epigenetic dysregulation is a known driver of malignancy, vitamin C may play a novel role as an epigenetic anticancer agent

2) E Klimant  1 H Wright  2 D Rubin  2 D Seely  3 M Markman  4 Intravenous vitamin C in the supportive care of cancer patients: a review and rational approach. Curr Oncol  2018 Apr;25(2):139-148. doi: 10.3747/co.25.3790. Epub 2018 Apr 30.

 Abstract

This article reviews intravenous vitamin C (IV C) in cancer care and offers a rational approach to enable medical oncologists and integrative practitioners to safely provide IV C combined with oral vitamin C to patients. The use of IV C is a safe supportive intervention to decrease inflammation in the patient and to improve symptoms related to antioxidant deficiency, disease processes, and side effects of standard cancer treatments. A proposed rationale, together with relevant clinical safety considerations for the application of IV C in oncologic supportive care, is provided.

3) Bryan Ngo  1 Justin M Van Riper  2 Lewis C Cantley  3 Jihye Yun  4 . Targeting cancer vulnerabilities with high-dose vitamin C. Nat Rev Cancer . 2019 May;19(5):271-282. doi: 10.1038/s41568-019-0135-7.

Abstract

Over the past century, the notion that vitamin C can be used to treat cancer has generated much controversy. However, new knowledge regarding the pharmacokinetic properties of vitamin C and recent high-profile preclinical studies have revived interest in the utilization of high-dose vitamin C for cancer treatment. Studies have shown that pharmacological vitamin C targets many of the mechanisms that cancer cells utilize for their survival and growth. In this Opinion article, we discuss how vitamin C can target three vulnerabilities many cancer cells share: redox imbalance, epigenetic reprogramming and oxygen-sensing regulation. Although the mechanisms and predictive biomarkers that we discuss need to be validated in well-controlled clinical trials, these new discoveries regarding the anticancer properties of vitamin C are promising to help identify patient populations that may benefit the most from high-dose vitamin C therapy, developing effective combination strategies and improving the overall design of future vitamin C clinical trials for various types of cancer.

4) Niraj Shenoy  1 Edward Creagan  2 Thomas Witzig  2 Mark Levine  3. Ascorbic Acid in Cancer Treatment: Let the Phoenix Fly. Cancer Cell . 2018 Nov 12;34(5):700-706. doi: 10.1016/j.ccell.2018.07.014. Epub 2018 Aug 30.

Abstract

Vitamin C (ascorbic acid, ascorbate), despite controversy, has re-emerged as a promising anti-cancer agent. Recent knowledge of intravenous ascorbate pharmacokinetics and discovery of unexpected mechanisms of ascorbate action have spawned many investigations. Two mechanisms of anti-cancer activity with ascorbate have gained prominence: hydrogen peroxide-induced oxidative stress and DNA demethylation mediated by ten-eleven translocation enzyme activation. Here, we highlight salient aspects of the evolution of ascorbate in cancer treatment, provide insights into the pharmacokinetics of ascorbate, describe mechanisms of its anti-cancer activity in relation to the pharmacokinetics, outline promising preclinical and clinical evidence, and recommend future directions.

5) Liping Gan  1   2 Vladimir Camarena  1 Sushmita Mustafi  1 Gaofeng Wang  1   3. Vitamin C Inhibits Triple-Negative Breast Cancer Metastasis by Affecting the Expression of YAP1 and Synaptopodin 2 . Nutrients . 2019 Dec 6;11(12):2997. doi: 10.3390/nu11122997.

Abstract

Vitamin C supplementation has been shown to decrease triple-negative breast cancer (TNBC) metastasis. However, the molecular mechanism whereby vitamin C inhibits metastasis remains elusive. It has been postulated that vitamin C reduces the levels of HIF-1α, the master regulator of metastasis, by promoting its hydroxylation and degradation. Here, we show that vitamin C at 100 µM, a concentration achievable in the plasma in vivo by oral administration, blocks TNBC cell migration and invasion in vitro. The protein level of HIF-1α remains largely unchanged in cultured TNBC cells and xenografts, partially due to its upregulated transcription by vitamin C, suggesting that HIF-1α unlikely mediates the action of vitamin C on metastasis. Vitamin C treatment upregulates the expression of synaptopodin 2 and downregulates the expression of the transcription coactivator YAP1, both genes in the Hippo pathway. The changes in SYNPO2 and YAP1 expression were subsequently validated at mRNA and protein levels in cultured TNBC cells and xenografts. Further experiments showed that vitamin C treatment inhibits F-actin assembly and lamellipodia formation, which correlates with the changes in SYNPO2 and YAP1 expression. Overall, these results suggest that vitamin C inhibits TNBC metastasis by affecting the expression of SYNPO2 and YAP1. Vitamin C may thus have a potential role in the prevention and treatment of TNBC metastasis

6) Zijie Zheng  1 Ganhua Luo  1 Xinchong Shi  1 Yali Long  1 Wanqing Shen  1 Zhoulei Li  2 Xiangsong Zhang  3 . The X c inhibitor sulfasalazine improves the anti-cancer effect of pharmacological vitamin C in prostate cancer cells via a glutathione-dependent mechanism. Cell Oncol (Dordr) . 2020 Feb;43(1):95-106. doi: 0.1007/s13402-019-00474-8. Epub 2019 Oct 15.

Conclusion: Our results strongly indicate that SAS, a relatively non-toxic drug that targets cystine transporters, in combination with VC may be superior to their single applications in the treatment of prostate cancer.

7) Christian Gerecke  1 Fabian Schumacher  1   2 Alide Berndzen  1 Thomas Homann  3 Burkhard Kleuser  1   4 . Vitamin C in combination with inhibition of mutant IDH1 synergistically activates TET enzymes and epigenetically modulates gene silencing in colon cancer cells.  Epigenetics . 2020 Mar;15(3):307-322. doi:10.1080/15592294.2019.1666652. Epub 2019 Sep 17.

8) Ghazaleh Ghavami  1 Soroush Sardari  1 . Synergistic Effect of Vitamin C with Cisplatin for Inhibiting Proliferation of Gastric Cancer Cells.  Iran Biomed J . 2020.  Mar;24(2):119-27. doi: 10.29252/ibj.24.2.119. Epub 2019 Oct 29.

Conclusion: This study introduces a possible approach for the treatment of gastric cancer with more potency and less amount of administered cisplatin to induce toxicity.

9) Noothan Jyothi Satheesh  1 Samson Mathews Samuel  1 Dietrich Büsselberg  1. Combination Therapy with Vitamin C Could Eradicate Cancer Stem Cells. Biomolecules . 2020 Jan 3;10(1):79. doi: 10.3390/biom10010079

Abstract

Cancer remains one of the most feared and dreaded diseases in this era of modern medicine, claiming the lives of many, and affecting the quality of life of several others around the globe despite major advances in the diagnosis, treatment, palliative care and the immense resources invested into cancer research. While research in cancer has largely focused on the neoplasm/tumor and the cancerous cells that make up the tumor, more recently, the existence, proliferation, differentiation, migration and invasion of cancer stem cells (CSCs) and the role that CSCs play in tumor initiation, progression, metastasis, drug resistance and relapse/recurrence of the disease has gained widespread interest in cancer research. Although the conventional therapeutic approaches such as surgery, chemotherapy and radiation therapy are effective cancer treatments, very often these treatment modalities fail to target the CSCs, which then later become the source of disease recurrence. A majority of the anti-cancer agents target rapidly dividing cancer cells and normal cells and hence, have side effects that are not expected. Targeting CSCs remains a challenge due to their deviant nature with a low proliferation rate and increased drug resistance mechanism. Ascorbic acid/Vitamin C (Vit.C), a potent antioxidant, is a cofactor for several biosynthetic and gene regulatory enzymes and a vital contributor to immune defense of the body, and was found to be deficient in patients with advanced stages of cancer. Vit.C has gained importance in the treatment of cancer due to its ability to modulate the redox status of the cell and influence epigenetic modifications and significant roles in HIF1α signaling. Studies have reported that intravenous administration of Vit.C at pharmacological doses selectively kills tumor cells and targets CSCs when administered along with chemotherapeutic drugs. In the current article, we provide an in-depth review of how Vit.C plays an important role in targeting CSCs and its possible use as an adjuvant, neoadjuvant or co-treatment in the treatment of cancers.

10) Alessandro Magrì  1   2 Giovanni Germano  1   2 Annalisa Lorenzato  1   2 Simona Lamba  2 Rosaria Chilà  1   3 Monica Montone  2 Vito Amodio  1   2 Tommaso Ceruti  4 Francesco Sassi  2 Sabrina Arena  1   2 Sergio Abrignani  5   6 Maurizio D’Incalci  4 Massimo Zucchetti  4 Federica Di Nicolantonio  7   2 Alberto Bardelli  7   2 . High-dose vitamin C enhances cancer immunotherapy.  Sci Transl Med . 2020 Feb 26;12(532):eaay8707. doi: 10.1126/scitranslmed.aay8707.

Abstract

Vitamin C (VitC) is known to directly impair cancer cell growth in preclinical models, but there is little clinical evidence on its antitumoral efficacy. In addition, whether and how VitC modulates anticancer immune responses is mostly unknown. Here, we show that a fully competent immune system is required to maximize the antiproliferative effect of VitC in breast, colorectal, melanoma, and pancreatic murine tumors. High-dose VitC modulates infiltration of the tumor microenvironment by cells of the immune system and delays cancer growth in a T cell-dependent manner. VitC not only enhances the cytotoxic activity of adoptively transferred CD8 T cells but also cooperates with immune checkpoint therapy (ICT) in several cancer types. Combination of VitC and ICT can be curative in models of mismatch repair-deficient tumors with high mutational burden. This work provides a rationale for clinical trials combining ICT with high doses of VitC.

3 Commentaires

Classé dans Divers

3 réponses à “Ce que signifie réellement l’attribution du prix John Maddox au Pharmachien.

  1. Ghislaine Martin

    N’attendez pas des médecins qu’ils confirment des études scientifiques. Il y a toujours un temps de retard (time lag) entre les nouvelles découvertes et leur application. Voici une étude qui a identifié 23 études. « The answer is 17 years, what is the question: understanding time lags in translational research. » (Journal of Royal Society Medecine,2011;104:510-520.).
    Qui plus est, en médecine, il faut que l’application prenne la forme d’un médicament qui doit rapporter des dividendes à ceux qui ont financé et qui seraient intéressés à appliquer la recherche.Si la recherche concerne une vitamine, une plante, un aliment, il n’y rien de rentable dans cela.
    Il faut se rappeler que les médecins sont les distributeurs autorisés des produits pharmaceutiques. Sans eux, les compagnies pharmaceutiques seraient en sous-financement.
    Quant à Monsieur OLivier Bernard dit Le Pharmachien, il déborde de ses compétences. Hors des médicaments, point de salut!, voilà sa devise. Son domaine d’expertise, ce sont les médicaments et il devrait se limiter à ce domaine. Il n’a aucune crédibilité et aucune expérience clinique quand il se lance dans les domaine des vitamines, plantes et aliments. Il ne fait aucun doute qu’il doit bénéficier d’appuis financiers solides pour exhiber une telle crédibilité de surface et berner ses supporteurs et notre Radio-Canada! Il est évident qu’il fait un tri dans les recherches et ne retient que celles qui confirment ses a priori. il fait fi de toutes les connaissances empiriques et cliniques des autres spécialistes (herboristes, naturopathes, nutritionnistes, etc..).et des expériences vécues par des centaines de milliers de personnes aujourd’hui et depuis des siècles à travers le monde.

  2. odile loulou

    comment peut on s’y retrouver si les médecins ne confirment pas les études scientifiques que vous avez trouvé Madame Lagacé
    Merci de cette mise au point

    • Covaliu Irina

      Soyez votre propre médecin. Si manger hypotoxique vous aide, si la douleur disparaît, si votre vie s’améliore, alors pourquoi demander la confirmation d’un docteur ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s