Lise se demande si l’arrêt des hormones bio-identiques a un lien avec son arthrose

Bonjour Mme Lagacé,

Je ne sais pas si la question vous a déjà été demandée; j’ai cherché un peu sur le site mais sans succès. Se peut-il que l’arrêt de la prise d’hormones bio-identiques que j’ai pris pendant environ 6 à 7 ans, ait un lien direct avec des douleurs assez intenses (diagnostic d’arthrose) que j’ai en ce moment au niveau des mains, des épaules, du cou, des genoux? Se peut-il que la prise d’hormones ait retardé mes problèmes d’arthrose? J’ai fait l’arrêt de façon très progressive (de février à juillet). J’avais bien auparavant certaines sensibilités aux mains et aux genoux mais la douleur a vraiment augmenté depuis quelques mois. De plus, j’essaie de suivre depuis plusieurs mois l’approche hypotoxique, bien que je ne sois pas toujours très rigoureuse.

J’ai passé plusieurs radiographies pour les mains, genoux, épaule, maxillaire inférieur et les diagnostics révélaient la plupart du temps, une présence discrète d’arthrose. J’ai également fait des prélèvements sanguins pour vérifier la présence de maladies inflammatoires telles l’arthrite rhumatoïde, lesquels se sont avérés négatifs. Je m’interroge donc sur l’écart entre les résultats sur papier et mes douleurs physiques qui, elles sont très intenses.

J’imagine que si je suis la diète hypotonique de façon plus stricte, je pourrai observer des améliorations à ma situation. Qu’en pensez-vous?

Merci beaucoup!

Line

Réponse de Jacqueline

Il ne fait pas de doute que la baisse et surtout l’arrêt de la sécrétion des hormones sexuelles (estrogène et progestérone) favorisent généralement le développement de l’arthrose (ostéoarthrite) chez les personnes qui y sont prédisposées. Ceci a été également bien démontré en laboratoire chez les rongeurs. Il n’est pas surprenant que l’arrêt des hormones bio-identiques ait également de telles répercussions chez une personne qui souffrait déjà d’un début d’arthrose qui probablement a été ralenti par la prise d’hormones bio-identiques. Avez-vous discuté avec votre médecin de ce problème?

D’autre part, oui il y a de fortes chances que le suivi strict de la diète hypotoxique permette de mettre en rémission vos douleurs arthritiques.

 

 

18 Commentaires

Classé dans Capsules santé, Sujets d’intérêt

18 réponses à “Lise se demande si l’arrêt des hormones bio-identiques a un lien avec son arthrose

  1. Suzie

    Ma question s’adresse à Maude concernant son commentaire du 15 décembre dernier… Quelle est cette fameuse crème ? J’ai 62 ans. J’ai déjà essayé il y a environ 4 ans les crèmes bio-identiques à la progestérone et à l’estriol achetées sur le site de la boutique anti-âge mais le dosage doit être très précis et le résultat n’est pas évident. Par contre je n’ai pas essayé la crème de progestérone bio-identique et phytoestrogenes. Je prend depuis un peu plus de 2 ans oralement des gélules de progestérone bio-identique et des comprimés vaginaux d’oestradiol. J’ai de gros problèmes d’inflammation articulaire (arthrite). Je suis le régime hypotoxique depuis 4 mois et je vois une différence au niveau de la rhinite. J’aimerais bien trouver une solution de rechange efficace et plus sécuritaire pour cesser la prise orale de progestérone qui peut fatiguer le foie et d’oestradiol qui n’est pas bio-identique. Alors qu’elle est cette fameuse crème ?… merci.
    Suzie

  2. Je me demande aussi pour quelle raison cette dame a arrêté de prendre ces hormones. Avez-vous expérimenté des effets secondaires, ou est-ce simplement un essai pour voir si le corps pourrait s’équilibrer par lui-même?
    Je viens de commencer les hormones bioidentiques… après recherches et lecture du livre du Dr Demers, je suis donc très intéressée par l’expérience des autres avec ça. J’ai un problème d’arthrose, scoliose, ostéoporose, et j’ai subi quelques fractures ces dernières années. j’espère pouvoir augmenter la densité osseuse avec ça. Je prends ni produits laitiers ni gluten depuis plusieurs années, très peu de sucre également, et il est naturel. J’applique la diète hypotoxique du mieux que je peux, mais j’ai eu encore dernièrement une semaine de douleur intense au dos. Je ne sais plus quoi viser côté alimentaire pour améliorer les choses, j’espère y arriver avec les hormones bioidentiques.

    • Jacqueline

      Je pense que les hormones bio-identiques sont un apport très intéressant pour la santé des femmes, cela dépend cependant des particularités propres à chacune, et ne constituent pas un traitement miracle. Pour résoudre vos problèmes de douleur intense au dos, je vous recommanderais de chercher à identifier le ou les aliments auxquels vous pourriez être intolérantes en plus de ceux que vous avez déjà éliminés. Personnellement, je pense qu’un excellent thérapeute spécialisé en kinésiologie appliquée aurait de bonnes chances de vous aider. Sur ce blogue (page d’accueil), il y a des noms suggérés.

  3. Maude

    Si je puis me permettre, Santédesfemmes.com possède une mine de renseignements concernant les hormones. C’est le site par excellence. .Allez-y en toute confiance…

  4. Martine Gilbert

    Le cas de Lise est semblable au mien. J’ai perdu un ovaire au début de la cinquantaine. La ménopause est survenue de façon fulgurante. J’ai pris des hormones bio-identiques pendant plus de 7 ans. J’ai décidé l’arrêt des hormones près de la soixantaine. Je me suis dit qu’il faut qu’un jour le corps reprenne un nouvel équilibre. Sur une période d’un an, la douleur au bras et à l’épaule droite s’est développée. Je croyais possiblement la cause le travail de bureau, le tunnel carpien. Après l’examen en neurologie, j.ai passé une résonance magnétique des membres supérieurs. Le diagnostic : arthrose sévère, la médecine ne peut rien faire…
    J’ai découvert les travaux de Mme Lagacé et j’ai retrouvé de l’espoir. Il faut être strict les premières semaines. Je fais le régime sans gluten et sans produits laitiers en particulier les substances laitières modifiées depuis plus de 4 ans. Je ne prends aucune médication sauf de l’Advil au besoin.
    Je sais que l’arthrose sévère se retrouve davantage chez les femmes après la ménopause. Quels sont les liens avec les hormones ??
    Si cela peut apporter un éclairage ..
    Martine

    • Jacqueline

      Les deux résumés des articles suivants apportent un éclairage intéressant sur la prise d’hormone en relation avec l’Alzheimer. Pour ceux et celles qui ne lisent pas l’anglais, l’utilisation du traducteur de Google devrait vous permettre de saisir l’essentiel.

      Psychoneuroendocrinology. 2013 Dec;38(12):2973-82. doi: 10.1016/j.psyneuen.2013.08.005. Epub 2013 Sep 1.
      Cumulative estrogen exposure, number of menstrual cycles, and Alzheimer’s risk in a cohort of British women.
      Fox M1, Berzuini C, Knapp LA.
      Author information
      Abstract
      The effect of estrogen on Alzheimer’s Disease (AD) risk has received substantial research and media attention, especially in terms of hormone replacement therapy. But reproductive history is also an important modifier of estrogenic exposure, and deserves further investigation. Importantly, there is wide variation in reproductive patterns that modifies estrogen exposure during the reproductive span, which previous AD studies have not incorporated into their calculations. We measured degree of Alzheimer’s-type dementia in a cohort of elderly British women, and collected detailed reproductive and medical history information, which we used to estimate number of months with estrogen exposure and number of months with menstrual cycles. Using Cox proportional-hazards models, we find that longer duration of estrogen exposure may have a protective effect against AD risk, such that for every additional month with estrogen, women experienced on average a 0.5% decrease in AD risk (N=89, p=0.02). More menstrual cycles may also have a protective effect against AD risk, although this result was of borderline statistical significance (p21 at first birth, and more months in lifetime spent pregnant had protective effects against AD risk.

      J Steroid Biochem Mol Biol. 2014 Jul;142:99-106. doi: 10.1016/j.jsbmb.2013.05.010. Epub 2013 May 28.
      Alzheimer’s disease: review of hormone therapy trials and implications for treatment and prevention after menopause.
      Henderson VW1.
      Author information
      Abstract
      Hormonal changes associated with the menopausal transition and postmenopause have the potential to influence processes linked to Alzheimer’s disease symptoms and pathogenesis, but effects of menopause on Alzheimer risk can be addressed only indirectly. Nine randomized clinical trials of estrogen-containing hormone therapy in Alzheimer’s disease patients were identified by a systematic literature search. Findings suggest that hormone therapy does not improve cognitive symptoms of women with Alzheimer’s disease. No clinical trials of hormone therapy address Alzheimer prevention, but one clinical trial provides moderate evidence that continuous, combined estrogen plus progestogen initiated at age 65 years or older increases the risk of dementia. The timing, or critical window, hypothesis suggests that hormone therapy initiated at a younger age in closer temporal proximity to menopause may reduce the risk of Alzheimer’s disease. This hypothesis is supported by observational research but is not addressed by clinical trial data. Unrecognized confounding is of concern in interpreting observational results, and research that helps resolve this issue will have important public health implications. Well-designed cohort studies, convergent evidence from appropriate laboratory models, and long-term clinical trials using surrogate biomarkers of brain function and neural pathology could provide relevant answers. Other estrogenic compounds are of theoretical interest with respect to Alzheimer treatment and risk. Effects of selective estrogen receptor modulators such as raloxifene may differ from those of estrogens; potential effects of phytoestrogens are not well studied. This article is part of a Special Issue entitled ‘Menopause’.

  5. Carole

    Bonjour, je prenais les hormones bio-identiques depuis environ 7 ans. Ma docteur m’a arrêté me disant qu’ils avaient découvert que passé 5 ans il y a un risque d’alzheimer et comme j’ai un gros passé familial c’est plus prudent de stopper les hormones. Mon corps c’est mis à vieillir rapidement et beaucoup d’arthrose, j’étais sujette à cela.

    • Jacqueline

      De façon générale, il est admis à partir des expériences sur les animaux et à partir d’études cliniques que l’estradiol-17β a un effet neuroprotecteur même si le mécanisme moléculaire de cette action n’est pas encore bien compris. Toutefois, les effets neuroprotecteurs dépendent de l’âge, du type de ménopause et du stage de la ménopause au moment où cette hormone commence à être administrée. Il semble qu’initier un traitement d’estrogène et de progestérone à partir de 65 ans et plus pourrait augmenter le risque de démence (ces études ont été effectuées avec des hormones qui n’étaient pas bioidentiques). Jusqu’à maintenant, à ma connaissance, il ne semble pas que les traitements hormonaux de substitution initiés dès la ménopause et qui ont été administrés sur une longue période n’ait favorisé le développement d’Alzheimer.
      L’estrogène bio-identique par voie cutanée (timbre et gel d’estradiol-17β) ne présente pas ce problème, selon la Dre Demers. Au contraire, il a des propriétés anti-inflammatoires et améliore le bilan lipidique. « Il a également des propriétés bénéfiques pour le cerveau : augmentation de la circulation sanguine, stimulation de la croissance des neurones et augmentation du nombre de connexions nerveuses, par exemple », précise-t-elle.

  6. Maude

    J’ai seulement une question à formuler par écrit. En fait, je me demande ce qui a pu amener la dame en question à délaisser la crème bio-identique? Je n’en doute pas, il y a sûrement un bonne raison derrière cette décision. Pour ma part, cette crème a définitivement amélioré ma vie. Et que dire du médecin? Ce n’est pas lui qui a pu m’aider. J’ai cherché alors de l’aide sur mon ordi (car j’étais en larmes) et je l’ai trouvée. Depuis 7 ans maintenant, je ne peux imaginer vivre sans cette crème. Et l’alimentation dans tout ça? c’est primordial. Bravo pour votre site sur l’alimentation hypotoxique.

  7. Carole

    Bonjour Mme Lagacée, est-ce mieux de ne jamais arrêter les hormones bio-identiques ? Merci

    • Jacqueline

      Juste lire les réponses que j’ai apportées à cette question aujourd’hui.

  8. Monique

    Merci d.avoir posé la question j’ai les même problème?,,,,

    • Jacqueline

      Les réponses précédentes d’aujourd’hui devraient vous aider.

  9. Dr Sylvie Demers a une documentation impressionnante dans son livre Hormones au féminin. La question est pourquoi vous avez arrêté vos hormones ????

  10. Rolande Provencal

    Bonjour, je me demande meme, apres un arrêt de dix huit ans, est-il possible de reprendre des hormones, puisqu’il y a aussi la peau qui plisse, la perte de cheveux et les douleurs qui apparaissent? Merci.

    • Jacqueline

      Bonjour, Je ne suis pas une spécialiste de ce domaine. Toutefois, la gynécologue Dre Sylvie Demers a écrit un très bon livre intitulé « Les hormones au féminin » dans lequel elle discute en profondeur des hormones bio-identiques. Selon cette dernière, à moins d’une contre-indication, elle conseille les hormones bio-identique aux femmes ménopausées et cela sans limite de temps. Comme en toute chose, il faut tenir compte des particularités individuelles.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s